Archives par mot-clé : Médias

Programme de la journée d’étude « Genres littéraires et fictions médiatiques » (17 novembre 2015)

TERM v5 réduit 3

Voici le programme de la journée d’étude doctorale que Nicolas Perez Prada et moi-même organisons le mois prochain à l’université de Limoges. Annoncé à la toute récente assemblée générale de l’Association des Chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM, assemblée tenue le 8 octobre dernier), l’événement promet d’être passionnant ! Je vous laisse juger…

Outre les cinq doctorants d’horizons variés qui viendront présenter leurs travaux, nous aurons le plaisir d’accueillir Matthieu Letourneux (MCF HDR, Paris Ouest Nanterre La Défense), spécialiste des littératures populaires et des questions de sérialité et de transmédialité, pour une grande conférence de clôture.

Venez nombreux et faites de la pub !

Genres littéraires et fictions médiatiques

Journée d’étude organisée à l’université de Limoges

Le 17 novembre 2015

par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

avec le soutien de l’équipe d’accueil EHIC et de l’école doctorale LPAH

 

 

9h00 : Accueil des participants

9h30 : Introduction par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

Session 1 – Du merveilleux scientifique à la science-fiction : pratiques, techniques et imaginaires d’un genre médiatique

Modérateur : Irène Langlet

10h-10h35 : Clément Hummel (Doctorant, université de Caen Normandie), « Pour un imaginaire (mythique) de la fiction de genre d’avant-guerre, La Brigade chimérique de Serge Lehman »

10h35-11h10 : Aurélien Mérard (Doctorant, université de Bordeaux – Montaigne), « De l’image-fiction comme protocole d’expérimentation »

11h10-11h45 : Élodie Hommel (Doctorante, ENS Lyon), « Prolonger le plaisir de la lecture : regarder, jouer et interagir en science-fiction et fantasy »

Déjeuner

 

Session 2 – Transpositions, circulations, appropriations : le genre dans tous ses médias

Modérateur : Natacha Levet

14h-14h35 : Bounthavy Suvilay (Doctorante, université Paul-Valéry Montpellier 3), « Quand la série animée s’éloigne du shōnen manga original : études des récits inédits dans le media mix Dragon Ball »

14h35-15h10 : Yannick Kernec’h (Doctorant, université Rennes 2), « Lorsque le jeu vidéo s’empare du western ; spécificités d’une réappropriation générique »

Pause

Session 3 – Conférence de clôture

15h30-16h30 : Matthieu Letourneux (PR, université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Les genres populaires dans le jeu des sérialités médiatiques »

16h30-17h : Questions et discussions

Informatiques pratiques :

Contact : aurelie.huz – at – unilim.fr ; nicolas.perez-prada – at – etu.unilim.fr

Lieu : Université de Limoges, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 39E rue Camille Guérin, bâtiment C, amphi 4.

Accès : Depuis la gare, bus n° 10, direction Ch. Le Gendre, arrêt Vanteaux.

Retrouvez l’annonce du programme sur fabula : http://www.fabula.org/actualites/journee-d-etude-genres-litteraires-et-fictions-mediatiques_70593.php.

Workshop : Domestication/Fabrication du vivant et science-fiction (16-17 avril 2015)

Stanford_Torus_cutaway-760-×-600-pixels-672x372

Workshop “Domestication/Fabrication du Vivant et Science-Fiction” – “Domestication/Manufacture of the Living and Science Fiction”

Jeudi 16 et vendredi 17 avril 2015

Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Dom

estication et Fabrication du Vivant »

Le Cube, 20 Cours Saint-Vincent, 92130 Issy-les-Moulineaux (Tram T2 Les Moulineaux, RER C Issy, Vélib’ 21301/21302)

Présentation

Le workshop « Domestication/Fabrication du Vivant et Science-Fiction » se propose de réfléchir aux pouvoirs de l’homme sur le vivant et aux possibles que l’humanité a explorés ou pourrait explorer dans ce domaine : comment le possible biologique s’envisage selon les époques et les cultures ? Comment la conception que l’on en a libère ou enferme la créativité scientifique et notre façon de l’appréhender ?

Si le workshop privilégie l’une des modalités de la science-fiction, à savoir celle liée à l’image et à l’audiovisuel, il ne s’y restreint pas pour autant. Il s’agira ainsi d’examiner la façon dont la manip

ulation du vivant est mise en scène dans les œuvres du genre : y a-t-il des thèmes privilégiés ? Dans quelle mesure est-il fidèlement rendu compte de la science ? Comment sont présentés les rapports entre science et société ? etc.

Programme

Jeudi 16 avril 2015

9h30-9h

45 Accueil

9h45-10h Présentation du workshop

10h-11h M. Moisseeff (psychiatre et ethnologue, CNRS), « Libre de s’autoengendrer ou la biotechnologie à l’aune de la science-fiction et de l’anthropologie »

11h-12h B. Stableford (écrivain, Royaume-Uni), « Speculative technological manipulations of human being in early French roman scientifique »

12h-13h30 Pause

13h30-15h30 S. Allouche (philosophe, UCLy), Ateliers de discussion à partir de courtes séquences

filmiques (principe de l’« Interactive BIO·FICTION Film Lounge »)

15h30-16h Pause

16h-17h O. Paquet (écrivain, Paris), « Corps, machines et sociétés : sensualité de civilisation »

17h-18h R. Lehoucq (astrophysicien, CEA), « Comment “fabriquer” un alien ? »

Vendredi 17 avril 2015

9h45-10h Accueil

10h-11h J. Chane-Alune (philosophe, Paris), « Le vampire : vivant ou non-mort ? De la domestication à la transgression du vivant »

11h-12h B. de Montera (biologiste et philosophe, UCLy), « De la notion de milieu intérieur à celle d’écosystème : la représentation du corps et de ses microbes »

12h-13h30 Pause

13h30-14h30 S. Mathur (spécialiste de littérature anglophone, Inde), « By the hand of science: the manufacture of identities in Indian science fiction »

14h30-15h30 A. Barbaro (chercheuse en langue et culture arabes, Italie), « Beyond the Fields We Know: Arabic Science Fiction, The Emergence of a Literary Genre and Its Connection to Society »

15h30-16h Pause

16h-17h D. Dila (écrivain et réalisateur, Ouganda), « Can promoting science fiction in Africa lead to technological independence ? »

17h-18h Table ronde et conclusion

Entrée libre sur réservation

01 58 88 30 00

ou https://www.weezevent.com/domestication-fabrication-du-vivant-et-science-fiction

Organisation

Sylvie Allouche (Laboratoire de Biologie Générale, EPHE/Université Catholique de Lyon, Université de Lyon)
Perig Pitrou (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, CNRS)
Carine Le Malet (Le Cube)

Web

https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com/2015/01/13/domestication-science-fiction/
http://www.lecube.com/fr/domestication-fabrication-du-vivant-et-science-fiction_2513
http://philofictions.org

Appel à communication : « Genres littéraires et fictions médiatiques » (Limoges, 17 novembre 2015)

wordle 30Voici un appel à comm’ un peu spécial, puisqu’il concerne une journée d’étude doctorale que nous organisons à Limoges, le 17 novembre prochain, au sein de l’équipe d’accueil EHIC (Espace Humains et Interactions Culturelles) et avec le soutien de l’École doctorale LPAH (Lettres, Pensée, Arts et Histoire).

Au programme de cette manifestation, une réflexion sur les rapports entre genres et supports dans les fictions médiatiques et industrielles. Nous espérons entendre beaucoup de jeunes chercheurs sur des sujets variés recoupant nos propres thématiques de recherche, et nous aurons le plaisir d’entendre Matthieu Letourneux Paris spécialiste des littératures populaires et médiatiques (université Paris Ouest Nanterre La Défense), qui fera la communication de clôture de la journée.

Toutes les infos ci-dessous !

*

JOURNÉE D’ÉTUDE DOCTORALE

Genres littéraires et fictions médiatiques

17 novembre 2015

Université de Limoges

Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC, EA 1087)

Appel à communication

Genres et médias : la convergence des problématiques liées à ces deux objets de recherche se manifeste d’emblée par le jeu des dénominations utilisées pour évoquer certains objets de notre culture de masse contemporaine. Ainsi « paralittérature », « littérature médiatique », fictions « industrielles » et « sérielles » sont aussi désignées comme « fictions de genre » – qu’il s’agisse du roman policier, de la science-fiction, de la fantasy, du roman sentimental, de l’horreur, etc. Dans cette expression se cristallise et se révèle une affinité étroite entre la question de la généricité́ et le caractère médiatique (c’est-à-dire souvent intermédiatique) des fictions de grande consommation.

Le projet de cette journée d’étude est d’interroger cette conjugaison entre pratiques génériques et pratiques médiatiques dans le régime contemporain de la fiction, afin d’ouvrir de nouvelles perspectives à la compréhension des modes de production, de circulation et d’appropriation des objets culturels. Pour ce faire, on souhaite s’inscrire dans le prolongement et au croisement de deux perspectives de recherche très productives depuis une trentaine d’années. D’une part, le renouvellement et le perfectionnement des outils de saisie des genres par les études littéraires depuis les années 1980 (esthétique de la réception et phénoménologie de la lecture[1], approches pragmatiques du genre, « savoir » et « compétences » génériques[2]). D’autre part, le développement massif des études médiatiques et la revalorisation de l’attention portée aux supports comme matrices technologiques, sémiotiques et socio-économiques de notre culture[3].

Les enjeux de ce questionnement appellent deux remarques. Premièrement, face au constat selon lequel la question générique serait devenue incongrue dans l’univers théorique et esthétique contemporain (Macé, 2004), on note sa persistance (et peut-être sa transformation) massive dans certains secteurs de la production fictionnelle contemporaine – par exemple dans les fictions de l’imaginaire : notre culture médiatique est une culture de genres. Deuxièmement, ces terminologies génériques, à la forte visibilité dans l’espace culturel, dépassent largement le cadre de la littérature et sont généralement partagées par plusieurs supports ; la circulation transmédiatique des récits et des univers de fiction assure de fait une communauté culturelle et la reconnaissance du genre par-delà les frontières médiatiques (cinéma, littérature, jeux vidéo, bande dessinée, etc.).

Plusieurs pistes s’ouvrent alors à la réflexion croisée entre genres et médias, déployant la diversité des usages génériques et attestant la prégnance de cette catégorie dans notre rapport à un certain type de fiction.

On pourra étudier comment le genre des « fictions de genre » s’incarne dans une véritable culture matérielle. Le jeu du paratexte, les collections éditoriales avec leurs formats et leurs codes graphiques, les illustrations de couverture, les jaquettes, les affiches publicitaires et tout l’arsenal d’une culture visuelle partagée sont autant d’éléments qui sollicitent et construisent des « imaginaires génériques[4] » très riches. En cela, ils modèlent la fiction dans sa matérialité même et constituent des outils de classification et de prescription pour la promotion des produits par les industries culturelles. On peut également s’intéresser à la variabilité de ces assignations génériques, pour des raisons liées au marketing (stratégie de placement de produit, public-cible visé) ou du fait d’évolutions historiques : la canonisation des « classiques du genre » (l’œuvre de Philip K. Dick pour la science-fiction par exemple) s’accompagne ainsi souvent d’un glissement générique hors des collections spécialisées et d’une « entrée » en littérature générale.

Au-delà de cette dimension matérielle du genre, comment écrit-on ou lit-on « dans le genre » (Letourneux, 2010) ? Comme catégorie architextuelle, le genre est un principe de régulation de l’acte de lecture, un horizon d’attente et une compétence acquise par l’expérience collective (dimension mémorielle et collective de certains genres devenus de véritables cultures partagées) et individuelle (apprentissage d’un devenir-lecteur). On pourra ainsi s’intéresser à la manière dont certaines œuvres jouent avec les « codes du genre » (quel qu’il soit), recyclent ou déplacent un répertoire générique (formel, thématique, narratif) constitué au fil du temps et, ce faisant, révèlent le rapport spécifique que les fictions médiatiques entretiennent avec leur genre. En effet, face au constat d’un découplage progressif entre généricité́ et littérarité́ au cours du xxe siècle (Macé, 2004) – les récits « légitimés » rompant avec les classifications génériques – il semble qu’on puisse et qu’on doive interroger l’idée d’une généricité propre aux productions culturelles médiatiques dans leur ensemble. De fait, les œuvres « de genre » ne fondent pas leur valeur en conflit ou en rupture avec la généricité (l’originalité comme légitimité), mais à l’intérieur du système générique lui-même (Letourneux, 2010).

Cependant, n’existe-t-il pas des spécificités génériques selon les médias ? Chaque support possède une « médiativité » (Gaudreault et Groensteen, 1998), c’est-à-dire un potentiel expressif propre, ce qui impose de penser des fonctionnements génériques différenciés. Le genre n’aurait alors ni les mêmes mécaniques ni les mêmes enjeux en littérature, au cinéma[5], ou en bande dessinée. On pourra étudier la structuration du système générique d’un média précis : ainsi, la profusion terminologique servant à désigner les types de jeux vidéo (action-RPG, tactical-RPG, survival horror, Doom-like, pour ne citer que quelques exemples qui montrent d’ailleurs la prévalence de l’anglais dans la constitution des catégories) témoigne d’une généricité extrêmement active, productive et proliférante qui tranche avec les pratiques génériques en littérature ou au cinéma – ce qui peut être mis au compte du caractère récent de ce nouveau support, mais qui relèverait aussi de la position intermédiaire du média entre fictions ludiques et fictions narratives[6]. Mais on pourra aussi comparer, à travers des supports différents, les processus génériques regroupés sous un même nom : si l’on parle bien de romans, de films ou de jeux vidéo d’horreur, cette appellation générique prend-elle la même valeur dans les trois cas ? Recouvre-t-elle les mêmes réalités ?

Ces propositions ouvrent enfin à la prise en compte de « l’effet-genre » qui est au cœur des dispositifs textuels et des processus lecturaux des récits de grande consommation. Car le rapport émotionnel que nous entretenons avec ces fictions relève largement d’un « plaisir du genre » (Genette) qui réside dans la dialectique de l’attente et du comblement, de la variation dans la répétition. Ouvrir une bande dessinée historique, c’est non seulement avoir au préalable un certain nombre d’attentes par rapport à ce type de fiction, mais jouir, au cours de la lecture, des stéréotypes et/ou des écarts par rapport aux représentations que l’on se fait du genre ; c’est être sensible à la manière dont l’œuvre convoque le genre, l’actualise, s’y inscrit ou en déplace les attendus, etc. Des études de cas pourraient ainsi montrer comment ce travail du genre, et notamment sa dimension plaisante et ludique, orienterait plus fortement la réception dans les genres « contraints » de la culture industrielle que dans les récits de la culture « légitime » (Baroni et Macé, 2007).

Ces pistes ne sont bien sûr pas exhaustives et invitent à envisager dans toute leur diversité les relations croisées entre les fonctionnements médiatiques de notre culture et la diffusion très large de « fictions sans frontières » (Gaudreault et Groensteen, 1998) fondées sur une généricité massive.

Les propositions de communication (3000 signes maximum) sont à envoyer à Aurélie Huz (aurelie.huz@unilim.fr) et Nicolas Perez Prada (nicolas.perez-prada@etu.unilim.fr), accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, avant le 30 juin 2015.

 

Comité scientifique

Loïc Artiaga (EHIC, université de Limoges)

Anne Besson (Textes et Cultures, université d’Artois)

Elsa Caboche (FoReLL, université de Poitiers)

Émeline Chauvet (EHIC, université de Limoges)

 

Bibliographie indicative

Arsenault, Dominic (2011), Des typologies mécaniques à l’expérience esthétique : fonctions et mutations du genre dans le jeu vidéo, thèse de doctorat en études cinématographiques, sous la direction de Bernard Perron, université de Montréal.

Aubry, Danielle (2006), Du roman-feuilleton à la série télévisuelle : pour une rhétorique du genre et de la sérialité, Bern/Berlin/Bruxelles, P. Lang.

Baroni, Raphaël et Macé, Marielle (dir.) (2007), Le Savoir des genres, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « La Licorne ».

Gaudreault, André et Groensteen, Thierry (dir.) (1998), La Transécriture : pour une théorie de l’adaptation, colloque de Cerisy, Québec/Angoulême, Nota bene/Centre national de la bande dessinée d’Angoulême.

Genette, Gérard (2004), « Introduction à l’architexte », Fiction et Diction, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Essais ».

Letourneux, Matthieu (2006), « La question du genre dans les jeux vidéo », dans Sébastien Genvo (dir.), Le Game design de jeux vidéo : approches de l’expression vidéoludique, Paris, L’Harmattan, p. 39-54.

Letourneux, Matthieu (2010), Le Roman d’aventures. 1870-1930, Limoges, Pulim, coll. « Médiatextes ».

Macé, Marielle (2004), Le Genre littéraire, Paris, Garnier Flammarion, coll. « Corpus ».

Saint-Gelais, Richard (dir.) (1998), Nouvelles tendances en théorie des genres, Québec, Nuit blanche.

Moine, Raphaëlle (2002), Les Genres du cinéma, Paris, Nathan université.

Schaeffer, Jean-Marie (1989), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Éditions du Seuil, coll. « Poétique ».

Des supports aux genres en culture médiatique, Belphégor [En ligne], vol. 3, n° 1, décembre 2003, URL (consulté le 3 mars 2015) : <http://dalspace.library.dal.ca/handle/10222/31203>.

__

[1] Notamment les travaux de l’école de Constance : Hans Robert Jauss sur le genre comme « horizon de lecture » (Pour une esthétique de la réception [1972], traduction française, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1978) et Wolfgang Iser (L’Acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, traduction française, Liège, Mardaga, coll. « Philosophie et langage », 1985). Également Umberto Eco, Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Le livre de poche, 1985.

[2] Voir par exemple Baroni et Macé (2007).

[3] Les travaux du Centre de Recherches sur l’Intermédialité (CRI) à l’université de Montréal depuis 1987, ainsi que les recherches de Jürgen Müller ont inauguré les études intermédiales. Dans la lignée des travaux de Henry Jenkins (La Culture de la convergence. Des médias au transmédia [Convergence Culture: Where the old and new media collide, 2006], traduction française, Paris, Armand Colin/INA, 2013), les stratégies commerciales du transmedia et leur impact sur la production et la consommation des fictions industrielles transmédiatiques ont été largement étudiés. En France, des travaux comme ceux de Philippe Marion, de Thierry Groensteen et d’André Gaudreault invitent à une prise en charge du média comme ensemble de contraintes et de potentialités déterminant la production, la consommation et la circulation de « fictions sans frontières » (Gaudreault et Groensteen, 1998).

[4] Denis Mellier, « Steampunk : transfictionnalité et imaginaire générique. Littérature, bandes dessinées, cinéma », in Audet R. et Saint-Gelais R. (dir.), La Fiction, suites et variations, Nota bene/Presses universitaires de Rennes, 2007.

[5] Voir Moine (2002).

[6] World of Warcraft sera ainsi qualifié de « MMORPG de fantasy », ce qui combine deux critères génériques de natures différentes : un critère lié au mécanisme de jeu, c’est-à-dire au gameplay (massively multiplayer online role-playing game) et un critère de type narratif-thématique qu’on retrouve dans d’autres grands médias narratifs (littérature, cinéma, bande dessinée de fantasy).

Appel à contributions : Fiction et virtualité(s) Revue critique de fixxion française et contemporaine

La date limite de proposition des contributions est déjà passée, mais le numéro promet d’être passionnant… Sous l’égide d’Anne Besson et de Richard Saint-Gelais. Le site de Fixxion, c’est par .

dechro_folio_big-21

Fiction et virtualité(s)

Fictif, virtuel : les rapports entre ces deux termes, souvent confondus dans leur usage courant comme autant de nuances de l’irréel, occupent une place privilégiée dans les réflexions sur les évolutions culturelles récentes, au croisement de l’intérêt critique et des bouleversements technologiques. Les fictions, et la théorie littéraire après elles, se plaisent à questionner leur propre capacité à explorer les possibles et à donner à voir le travail de l’imaginaire, comme en une émulation, saine ou vaine, avec les nouveaux médias, dont les performances, qu’on dit aujourd’hui “numériques” (digital) plutôt que virtuelles, déploient les promesses d’un nouveau rapport au(x) monde(s) susceptibles de faire vaciller les frontières de l’actuel.

C’est cette paradoxale “actualité” des possibles, des virtualités multiples de la fiction, que ce numéro souhaite interroger dans une perspective résolument théorique. Tout en faisant valoir les avantages d’une distinction entre virtuel et fictionnel, notions liées respectivement à la possibilité et aux constructions de l’imaginaire, il ne s’agit pas de leur faire correspondre deux domaines étanches, mais au contraire de s’interroger sur leur articulation, ce qui peut être envisagé selon diverses combinaisons :

  • le virtuel dans la fiction : toute fiction pose une réalité, celle des personnages, mais peut inclure diverses formes de virtualité : les personnages rêvent, fantasment, lisent des romans ; les narrateurs évoquent des événements qui auraient pu avoir lieu. Si ces cas de fictions qui enchâssent d’autres fictions ont traditionnellement été traités sous l’angle de l’autoréférence (en tant, par exemple, que mises en abyme) ou de la stratégie rhétorique (avec l’ “effet-repoussoir” de Vincent Jouve ou le “disnarrated” de Gerald Prince), on souhaiterait cette fois les voir approcher en tant qu’incrustations de la virtualité dans un contexte lui-même imaginaire, et examiner les conséquences de ce redoublement apparent : comment penser l’imaginaire dans l’imaginaire ? Le corpus pourrait inclure des œuvres aussi variées que celles de Tanguy Viel (La Disparition de Jim Sullivan), Fabrice Colin (Dreamericana), Jean Molla (L’Attrape-mondes), Michel Lafon (Une vie de Pierre Ménard) ou encore Jean-Pierre Ohl (Monsieur Dick ou Le dixième livre), parmi d’autres.
  • les virtualités de la fiction : une proposition bien connue en théorie de la fiction affirme l’incomplétude de cette dernière ; selon celle-ci, on ne saurait ajouter à un texte de fiction des énoncés se rapportant à des états de choses passés sous silence par ce texte. Bon nombre d’écrivains, de critiques et de lecteurs, pourtant, n’hésitent pas à déroger à ce principe, soit en donnant à un récit divers prolongements, conformes ou non à l’original (voir la propension de certains genres et médias à étendre toujours plus loin le territoire couvert par une fiction, ou la pratique des fan fictions), soit en identifiant des “textes possibles” dont un texte réel porterait diverses traces (Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ?). Dans ses Études de silhouettes Pierre Senges reprend des ébauches de récits laissés abandonnés par Kafka et les complète, quand Serge Provencher imagine Les mémoires de Nestor, le majordome de Moulinsart.

La réflexion à laquelle on convie ici ne se limiterait pas aux réalisations de ces expansions et de ces possibles, mais viserait à élucider l’idée même de virtualité de la fiction ou du texte. Dans cette perspective, on pourra revenir sur les expériences d’écriture collaborative, depuis le Marco Polo de Jean-Marie Adiaffi et al. (1985) aux trois “saisons” du cadavre exquis “L’Exquise nouvelle”, sur le modèle du statut Facebook, en passant par La Disparition du Général Proust, “hyperfiction” sur blogues de Jean-Pierre Balpe (et son co-auteur imaginaire Marc Hodges) – ou sur l’échec des sites “Wikiroman” et “Romancollectif”. On pourra également considérer, par exemple, les tentatives romanesques de prendre en charge le devenir-traduit de l’œuvre (Brice Mathieussent, Vengeance du traducteur) ou encore son prolongement muséal imaginaire (Daniel Canty, Wigrum ; Edouard Levé, Œuvres).

  • la fiction comme virtuel : la fiction peut renvoyer ou faire allusion au réel, mais peut aussi en explorer les possibles, notamment ceux de l’Histoire : uchronies, univers parallèles, variations sur le steampunk (Les trois Rimbaud de Dominique Noguez, Rêve de gloire de Roland Wagner, Sauvage de Jacques Jouet, Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit…). La fiction peut aussi donner corps à des artefacts imaginaires — qu’on songe au Ward de Frederic Werst, aux guides de voyages pour pays imaginaires (Kadath, Abyme) —, ou tenter d’imposer son monde alternatif – le post-exotisme d’Antoine Volodine.
  •  les fictions du “virtuel” : longtemps associée à une base tangible (livre, scène, film…), la fiction se décline aussi selon divers supports qui lui confèrent une indéniable virtualité, indépendamment de sa teneur. Cette dimension technologique dorénavant omniprésente a produit ses propres rêves, comme celui de la réalité virtuelle, et continue de modifier la donne fictionnelle du côté des nouveaux médias. L’imaginaire développé autour des possibles ouverts par Internet mérite donc d’être analysé, ainsi que son corollaire, ce que le numérique fait à la fiction : quels rapports à la fiction sont-ils postulés par la multiplication des “mondes virtuels” et des avatars d’existence ? Comment colorent-ils nos conceptions contemporaines des rôles et pouvoirs de l’imaginaire ?  Comment la fiction littéraire, par exemple celle de Jean-Marc Ligny (Inner City), Michel Rio (La Terre Gaste), Vincent Message (Les Veilleurs), anticipe ou ressaisit-elle cet imaginaire du virtuel ?

Bibliographie

Renée Bourassa, Les fictions hypermédiatiques : Mondes fictionnels et espaces ludiques.  Des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, 2010.

Dorothee Birke, Michael Butter et Tilmann Köppe (dir.), Counterfactual Thinking – Counterfactual Writing, Berlin, De Gruyter, 2011, .

Jacques Dubois, “Pour une critique-fiction”, dans Jean-Pierre Martin et alii, L’Invention critique, Nantes, Cécile Defaut, 2004, p. 111-135.

Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, .

Bernard Guelton (dir.), Les arts visuels, le web et la fiction, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, .

Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven Literarischer Anthropologie, Francfort, Suhrkamp, 1991.

Françoise Lavocat (dir.), La théorie littéraire des mondes possibles, Paris, C.N.R.S., 2010.

Janet Murray, Hamlet on the Holodeck. The Future of Narrative in Hyperspace, Cambridge, MIT Press, 1997.

Gerald Prince, “The Disnarrated”, Style, vol. 22, no 1, 1988, p. 1-8.

Marie-Laure Ryan, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Richard Saint-Gelais, “Artefacts science-fictionnels”, dans L’empire du pseudo. Moderni­tés de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999.

—, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

Les propositions de contribution, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 15 janvier 2014 à Anne Besson et à Richard Saint-Gelais.

Les articles définitifs seront à soumettre avant le 1er juin 2014 sur le site (Soumissions) ou à l’adresse fixxion21@gmail pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.