Archives par mot-clé : Imaginaire

Colloque « Imaginaire sériel » (Grenoble, 28-29 mai)

1582-architecture-design-muuuz-web-magazine-blog-photographies-art-serie-Amsterdam-Ile-de-Re-New-York-Prague-Paris-wall30-anne-laure-maison-2Le colloque fait suite à une série de séminaires organisés à l’université Stendhal (octobre 2013 – décembre 2014), et dont l’objectif était de proposer une réflexion sur le rapport entre la série télévisée et le mythe. Il vise à élargir ce questionnement de façon à interroger l’impact de la sérialité sur notre imaginaire.

Pour info, retrouvez l’appel à communication ici.

Le carnet de recherches en ligne « Mythes et séries télévisées » propose des comptes-rendus des séances du séminaire.

 

Programme

 

JEUDI 28 MAI

Séances du matin, salle Jacques Cartier, LANSAD

8h30-9h30 Accueil

9h30-10h Discours d’ouverture et mot d’introduction

10h-11h Keynote Speaker: Malcolm Andrews, Fiction on a Drip-Feed: Dickens and Serialisation

11h-12h15 Session 1 : Matérialité et médium, l’objet livre en série

– Michèle Haenni, Sérialité de l’oeuvre de Michel Butor.

– Côme Martin, Quand le feuilleton s’enraye : intégrales tronquées et séries interrompues en bande dessinée.

12h15-14h : pause déjeuner

Séances de l’après-midi, amphithéâtre de la MSH-Alpes

14h-15h15 Session 2 : Idéologie et imaginaire collectif

– Emilie Roman, Sérialité monumentale et imaginaire collectif: D.C. comme espace de domination idéologique.

– Charline Bourcier-Doyer, Emprunt, appropriation et transposition dans le processus pictural de la série.

15h15-16h30 Session 3 : Les mécanismes de la réception

– Noémie Fargier, Mesures de l’envoûtement. Série, répétition et dédoublement dans Dance de Lucinda Childs et Rosas danst Rosas d’Anne Teresa De Keersmaeker.

-Blodwenn Mauffret, La sitcom : le rire séquentiel et la domination idéologique – Étude sur la série Friends (1994-2004).

16h30 pause-café

 

VENDREDI 29 MAI

Matin, amphithéâtre MSH-Alpes

9h-9h30 Accueil

9h30-10h45 Session 4 : le même et le multiple

– Arnaud Laimé, Perversion et subversion dans l’œuvre de Jacques Abeille/Léo Barthe : pour une poétique de l’imaginaire sériel.

– Martial Martin, Battlestar Galactica reloaded : Clonage imaginaire et sérialité.

10h45-11h00 pause-café

 11h00-12h15 Session 5 : Clins d’œil, clichés et répétitions : la création d’un univers de références

– Hervé de La Haye, Éternel retour : échos, reflets, réitérations dans Les Mondes engloutis.

– Nikol Dziub, Arabesques narratives et textes-phénix : le voyage-feuilleton et son antidote.

12h15-13h30 pause déjeuner

Après-midi, amphithéâtre MSH-Alpes

13h30-15h15 Session 6 : Répétition et infini : la question du temps dans les séries télévisées

– Olivier Chopin, L’intelligence en échec : temporalité, circularité et figuration du renseignement dans la série Rubicon.

– Laurence Picano-Doucet, Du temps réel au temps imaginaire dans la série Once Upon a Time.

– James Dalrymple, ‘Living in Harmony?’ The Prisoner and the ‘out-of-genre experience’.

15h15-15h45 pause-café + Conclusion

Appel : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire :

La réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe XXIe siècles)

 EPHE/Université de Rouen, 1-2 avril 2016

 

assassin-s-creed-2-672x372

Crédits image : Assassin’s Creed 2, Ubisoft, 2009

Comité d’organisation

Mélanie Bost-Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE, CNRS-IRHT) et Sandra Provini (CÉRÉdI/Rouen)

Argumentaire

Les études de réception, qui constituent aujourd’hui en France un champ de la recherche en plein essor, ont abordé largement la présence du Moyen Âge[1] et, plus récemment, de l’Antiquité gréco-latine[2] aux XXe et XXIe siècles, en prenant de plus en plus fréquemment en compte les littératures de l’imaginaire et la culture populaire contemporaine. Le colloque organisé en 2012 sur L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain : fantasy, science-fiction, fantastique[3] a notamment permis de mettre en évidence la complexité des jeux de réécriture, de citation, de détournement, et la fécondité des motifs et mythes antiques dans la construction d’univers secondaires, mais a aussi fait apparaître la Renaissance comme un jalon incontournable de la réception de l’Antiquité aux XXe et XXIe siècles.

Pourtant, cette période, envisagée ici sur la longue durée, du Quattrocento à la fin du XVIe siècle, n’a pas encore reçu en France toute l’attention qu’elle semble mériter et que lui accordent déjà depuis plusieurs années les recherches anglophones sur le devenir de la Renaissance anglaise[4]. La Renaissance entretient en effet avec l’idée même de réception une affinité évidente : humanistes et artistes commentent, imitent, réinventent textes, œuvres et concepts antiques et médiévaux. Nombreux sont ainsi les travaux consacrés à la réception des œuvres antiques à la Renaissance, qui font apparaître cette période comme un modèle pour le réinvestissement de sources anciennes dans la création. Mais on ne s’est encore guère intéressé à la manière dont les œuvres, les personnes, les idées de la Renaissance avaient pu informer l’imaginaire contemporain[5], et dont les œuvres des XXe et XXIe siècles s’approprient ce matériau[6]. La réception de la Renaissance au xixe siècle est mieux connue, et a suscité de nouvelles études ces dernières années[7], qui ont pu à l’occasion aborder le XXe siècle[8]. L’attention s’est aussi portée, plus ponctuellement, sur la réception de tel ou tel « grand » auteur dans une perspective diachronique large : Rabelais, Ronsard et la Pléiade, Montaigne et d’Aubigné se sont vu consacrer des monographies ou des collectifs. Mais là encore, les travaux ont principalement exploré le XIXe siècle[9], qui apparaît comme un point de relais majeur pour la réception contemporaine de la Renaissance.

C’est sur celle-ci cependant que nous souhaitons nous concentrer, en privilégiant la réception du Quattrocento et du XVIe siècle aux XXe et XXIe siècles, et en nous intéressant tout particulièrement aux œuvres de grande diffusion et à la présence de la Renaissance dans la culture populaire des cinquante dernières années, afin de dégager, dans un travail comparable à celui qui a été conduit sur les époques antérieures, les particularités de la réception de la Renaissance à l’époque contemporaine. Quels événements ont marqué l’imaginaire collectif ? Quelles caractéristiques spécifiques de la Renaissance des différents pays européens peut-on identifier dans les représentations populaires de la période ? Que reste-t-il de l’humanisme aujourd’hui ? Comment est perçue sa place dans l’histoire européenne ?

On s’intéressera, pour répondre à ces questions, à un large éventail de créations, prioritairement dans le domaine francophone, encore peu étudié : littérature, en particulier littérature dite de genre (science-fiction, fantasy, roman policier, romance) et succès de librairie, bande-dessinée, cinéma, séries télévisées, jeux (vidéo, de société, de rôle).

Trois axes de réflexion nous ont paru particulièrement féconds :

la réception de la littérature européenne de la Renaissance.

On s’intéressera aux lectures actualisantes, aux réécritures littéraires et aux transpositions sur la scène et à l’écran des œuvres de la période – sans s’en tenir à l’auteur le plus abondamment adapté, Shakespeare. On se demandera quel type d’imitation les auteurs contemporains pratiquent : la contaminatio patiemment élaborée à partir de sources précises (réécriture futuriste de la Jérusalem libérée par François Baranger dans Dominium mundi), qui pourra donner lieu à des analyses hypertextuelles détaillées[10] ; la transposition de personnages « transfictionnels »[11] dans de nouveaux univers (Prospero et Caliban dans Olympos de Dan Simmons) ou encore la simple reprise d’éléments culturels qui, accédant au statut de mythes universels, ont gagné leur indépendance par rapport à leur période d’invention (Roméo et Juliette, de la science-fiction à la comédie musicale).

On examinera aussi les rééditions et les commentaires instrumentalisant pour une nouvelle cause des œuvres de la Renaissance devenues modèles de littérature de combat, comme la Satyre Ménippée, à la Révolution et sous la IIIe République, ou le discours De la servitude volontaire de La Boétie, régulièrement réédité en Europe dans les périodes de révolution ou de guerre. On pourra aussi se demander quelle influence les écrits de More, Machiavel ou La Boétie exercent sur la mode actuelle de la dystopie.

On pourra également s’intéresser aux fictions biographiques et aux biopics consacrées aux écrivains (Rabelais, Montaigne, Marie de Gournay…) ainsi qu’aux lectures contemporaines de penseurs humanistes perçus comme sources de notre « modernité » (Stefan Zweig, Michel Butor, Milan Kundera, Carlos Fuentes, Antoine Compagnon).

Enfin, on pourra étudier le devenir de la langue de la Renaissance, avec laquelle les écrivains francophones se sentent une affinité particulière[12], ou encore celui des jeux de langage perçus comme propres à la période, les Grands Rhétoriqueurs ayant été pris pour modèles tant par les « Incohérents » à la fin du XIXe siècle que par Aragon dans ses recueils de la Résistance ou par les membres de l’Oulipo au XXe siècle. On citera aussi la recherche linguistique effectuée par Robert Merle dans sa saga historique Fortune de France, qui connut un grand succès populaire. Dans le domaine anglophone, la langue de Shakespeare est source de nombreuses expérimentations littéraires, comme la réécriture des deux trilogies Star Wars dans le style du dramaturge.

la réception des arts et de l’imaginaire symbolique.

On cherchera à cerner notre mémoire des œuvres d’art de la Renaissance, pour laquelle le public montre toujours un engouement certain qu’indiquent tant la fréquentation des expositions que les nombreuses publicités illustrées par des tableaux renaissants, ou encore la reprise par les cinéastes de procédés de composition ou d’éclairage immédiatement reconnaissables comme renvoyant à cette période. La vigueur persistante de l’imaginaire pictural hérité de la Renaissance se repère tant dans les clins d’œil et pastiches (Bruegel dans Astérix chez les Belges) que dans les détournements d’œuvres d’art (L.H.O.O.Q.). On se penchera aussi sur la manière dont la peinture de la Renaissance (italienne et flamande en particulier) nourrit les fantasmes contemporains, comme en témoignent les nombreux polars et thrillers basés sur le mystère supposé de ces œuvres (Dan Brown, Iain Pears, Arturo Pérez-Reverte). De nombreuses fictions imaginent également la vie des peintres et les conditions de réalisation de leurs œuvres (Sophie Chauveau, Jean Diwo, Tracy Chevalier), ou élaborent une véritable mystique autour de certaines figures, comme Léonard de Vinci.

On s’intéressera en outre au devenir d’autres formes artistiques, comme le théâtre, la danse et la musique, et aux efforts de compagnies (Ris et danceries) ou d’ensembles (Clément Janequin, Doulce Mémoire) pour permettre leur diffusion, ainsi qu’à la manière dont la chanson s’est emparée de techniques musicales et de textes poétiques renaissants (disque Poétesses de la Renaissance de Chantal Grimm, chansons et albums de Ridan ou de Sting).

On pourra, enfin, prendre en compte la réception d’un imaginaire symbolique plus diffus à l’œuvre notamment dans la construction d’univers secondaire : paysages urbains – on pense à la Ciudalia de Jean-Philippe Jaworski (Gagner la guerre) ou à la Camorr de Scott Lynch (The Lies of Locke Lamora) –, qui rappellent la Gêne ou la Venise de la Renaissance ; pratiques sacrées et occultes (l’alchimie dans L’Œuvre au noir de Marguerite Yourcenar, Nostradamus) ; imaginaire du complot ; univers de la fête, de la mascarade, renversement carnavalesque ; redécouverte d’un passé perdu ou inconnu.

– la réception des événements historiques, des grandes découvertes et des inventions scientifiques.

On verra comment la représentation d’événements ou de personnages historiques oscille entre fantasme, anachronisme délibéré et souci de véracité. On pourra ainsi étudier la mémoire de la Réforme et des guerres de religion, souvent relues au prisme de l’actualité contemporaine (mise en parallèle de la Saint-Barthélemy avec la guerre de Bosnie-Herzégovine dans La Reine Margot de Patrice Chéreau). On s’intéressera aussi au devenir de certaines dynasties qui ont suscité une légende toujours vive, souvent accompagnée d’un parfum de scandale, comme les Tudor, les Borgia (qui ont inspiré d’innombrables pièces et romans, d’Hugo et Dumas à Manuel Vázquez Montalbán et Mario Puzo, et aux deux séries récentes, The Borgias et Borgia) ou les derniers Valois (Charly 9 de Jean Teulé, pour ne citer que le dernier titre en date inspiré par cette famille). Il sera en particulier nécessaire de revenir sur la genèse de la légende de ces différents personnages, et sur les œuvres qui, au xixe siècle notamment, en ont fixé les traits dans l’imaginaire contemporain, comme les historiens se sont attachés à le faire en ce qui concerne la « légende noire » des Valois, aujourd’hui largement révisée dans les ouvrages savants mais toujours vivace dans la culture populaire. Les femmes de ces dynasties, de Lucrèce Borgia à « Margot » ou à la « reine noire » Catherine de Médicis, font tout particulièrement l’objet de clichés tenaces, peintes en courtisanes ou en sorcières, tandis que l’histoire littéraire a longtemps passé sous silence les plus grandes femmes écrivains de la Renaissance.

On verra aussi quelle empreinte ont laissée les découvertes et inventions de la Renaissance dans l’imaginaire contemporain – la conquête du Nouveau Monde (un roman comme Rouge Brésil de Jean-Christophe Rufin, un film comme The New World de Terence Malick ou encore une production pour enfants comme les Mystérieuses Cités d’or), la révolution copernicienne et les travaux de Galilée ou encore l’invention de l’imprimerie (par exemple dans Le Maître de Garamond d’Anne Cunéo) – et la manière dont celles-ci entrent en résonance avec les bouleversements épistémologiques et technologiques de notre post-modernité (mondialisation, révolution numérique…).

On pourra également se pencher sur le souci du réalisme historique dans la conception des costumes et des décors non seulement au cinéma (La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier), mais aussi dans le jeu vidéo (Assassin’s Creed 2).

L’exploration de l’ensemble de ces pistes permettra d’esquisser une cartographie de notre mémoire collective de la Renaissance. On se propose donc d’étudier la Renaissance comme un mythe, avec ses héros, ses héroïnes (souvent occultées par l’histoire), ses lieux privilégiés, un mythe construit et transmis par des générations de chercheurs, mais aussi d’artistes, de romanciers, de cinéastes, qui tout à la fois reconduisent des lieux communs et réinventent sans cesse cette période. Pour définir cette « Renaissance imaginaire » dans la culture contemporaine, le colloque, résolument interdisciplinaire, associera des interventions de chercheurs et des entretiens avec des écrivains et créateurs qui seront invités à réfléchir sur leurs pratiques et leur rapport à la Renaissance. Il s’adressera tant aux spécialistes de la Renaissance intéressés par ses prolongements à l’époque contemporaine, qu’aux spécialistes de littérature comparée, de littérature des xxe et xxie siècles, des arts du spectacle et aux historiens de l’art.

Délais

Les propositions de communication seront envoyées aux organisateurs sous la forme d’un résumé d’une page maximum, accompagnées d’une courte bio-bibliographie avant le 30 juin 2015 à l’adresse courriel suivante : melanie.bostfievet@gmail.com

Comité scientifique

Anne Besson (Maître de conférences HDR à l’université d’Artois), Daniele Maira (Professeur à l’université de Göttingen), Gérard Milhe Poutingon (Professeur à l’université de Rouen), Jean-Charles Monferran (Professeur à l’université de Strasbourg), Isabelle Pantin (Professeur à l’École Normale Supérieure), Stéphane Rolet (Maître de conférences à l’université Paris 8), Jean Vignes (Professeur à l’université Paris-Diderot)

*

[1] L’association « Modernités médiévales », notamment, organise depuis 2004 de nombreuses manifestations universitaires autour du médiévalisme.

[2] Si les universitaires anglo-saxons ont développé les Classical Reception studies depuis une vingtaine d’années et si les comparatistes français ont largement travaillé la réception des mythes antiques dans la littérature contemporaine, les études de réception de l’Antiquité semblent connaître un nouvel essor depuis les années 2000, avec la création de la revue Anabase en 2005, la publication du séminaire Modernités antiques organisé par V. Gély et A. Tomiche en 2007-2009 et l’organisation d’un colloque sur l’Antiquité dans la poésie contemporaine par P. Galand et B. Gorrillot en 2011, dont les actes paraîtront prochainement aux éditions Droz sous le titre : L’empreinte gréco-latine dans l’écriture contemporaine. Voir notamment S. Ballestra-Puech, « L’héritage gréco-latin », La Recherche en littérature générale et comparée en France en 2007. Bilan et perspectives, études réunies par A. Tomiche et K. Ziegler, Presses universitaires de Valenciennes, 2007, p. 47-55 ; V. Gély, « Les Anciens et nous : la littérature contemporaine et la matière antique », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2009/2, p. 19-40 ; « Partages de l’Antiquité : un paradigme pour le comparatisme », Partages de l’Antiquité : les classiques grecs et latins et la littérature mondiale, dir. V. Gély, Revue de littérature comparée, LXXXVI, n° 4, octobre-décembre 2012, p. 387-395 (p. 390-391). Voir aussi le programme de recherche allemand « Transformationen der Antike » (http://www.sfb-antike.de).

[3] Voir L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain : Fantasy, science-fiction, fantastique, sous la dir. de M. Bost-Fiévet et S. Provini, Paris, Classiques Garnier [Rencontres, n° 88], 2014.

[4] La réception de la Renaissance anglaise aux xxe et xxie siècles a déjà donné lieu à de nombreux colloques et publications, qu’ils portent sur les Tudors (voir Tudorism: Historical Imagination and the Appropriation of the Sixteenth Century, éd. Tatiana C. String and Marcus Bull, Oxford University Press, 2011), les représentations d’Elisabeth (voir par exemple Michael Dobson et Nicola J. Watson, England’s Elizabeth : An Afterlife in Fame and Fantasy, Oxford, Oxford University Press, 2002) ou encore les adaptations de Shakespeare (voir notamment les travaux de Sarah Hatchuel et de Mark Thornton Burnett). Voir aussi l’ouvrage récent dirigé par Mark Thornton Burnett et Adrian Streete, Filming and Performing Renaissance History, Palgrave Macmillan, 2011, qui porte pour l’essentiel sur le cinéma et le théâtre contemporains.

[5] Il faut citer toutefois l’ouvrage pionnier consacré à La postérité de la Renaissance, textes réunis par Fiona Mcintosh-Varjabédian en collaboration avec Véronique Gély, Éditions du conseil scientifique de l’Univ. Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2007. On signalera aussi le volume collectif Recepcja renesansu w XIX i XX wieku, éd. Małgorzata Wróblewska-Markiewicz, Łódź, 2003, le colloque international organisé par l’Université d’Harvard et l’EHESS en novembre 2011 sur « Renaissance & cinema », ainsi que la table-ronde « Devenirs de la Renaissance » organisée par Jean-Charles Monferran et Anne Réach-Ngô le 8 juin 2013 et le colloque Inextinguible Rabelais organisé par Mireille Huchon du 12 au 15 novembre 2014 à Paris-Sorbonne.

[6] On citera en particulier l’exercice de micro-lectures pratiqué par Paul J. Smith dans Réécrire la Renaissance de Marcel Proust à Michel Tournier, exercices de lecture rapprochée, Amsterdam, Rodopi [Faux titre], 2009.

[7] Du dynamisme de ce champ d’étude témoignent le collectif Une liberté orageuse. Balzac – Stendhal. Moyen Âge, Renaissance, Réforme, textes réunis par Michel Arrous, Florence Boussard et Nicolas Boussard, Paris, Eurédit, 2004, ainsi que les thèses récentes de Stéphane Arthur, La représentation du seizième siècle dans le théâtre romantique (1826-1842), thèse de doctorat sous la direction de Françoise Mélonio, soutenue à l’université Paris-Sorbonne en octobre 2009, et de Daniele Maira, Renaissances romantiques. Littérature, Histoire, Idéologies, thèse d’habilitation présentée à l’Université de Bâle en décembre 2013.

[8] Entre la lumière et les ténèbres. Aspects du Moyen Âge et de la Renaissance dans la culture des XIXe et XXe siècles, éd. Brenda Dunn-Lardeau, Paris, Champion, 1999.

[9] On citera toutefois la journée d’étude organisée par Catherine Volpilhac-Auger à l’ENS de Lyon le 24 avril 2015 sur « La fabrique de la Renaissance au temps des Lumières. Éditer les auteurs du xvie siècle au xviiie ».

[10] Cf. Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, éditions du Seuil [Points Essais], 1982.

[11] Voir R. Saint-Gelais, Fictions transfuges : la transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

[12] Voir la journée d’étude organisée et animée par Michel Jourde et Cécile Van den Avenne à l’ENS de Lyon (14 mai 2013) sur la « présence de Rabelais dans les littératures de langue française d’Afrique et d’Amérique ».

Expo : Cinéma Premiers crimes (Paris, 17 avril-2 août 2015)

Cinéma Premiers Crimes

Cinéma Premiers Crimes Expo

Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris (Paris 4e) – du 17 avril au 2 août 2015.

Le film criminel connaît une extraordinaire « belle époque » autour de 1914. En temps de paix comme en temps de guerre, le public de la capitale se presse dans les salles pour voir Fantômas, Zigomar, Les Mystères de New York, Les Vampires.

Sur les murs, les affiches bariolées vantant ces spectacles à sensations fortes entrent en écho avec les romans populaires et les faits divers rapportés par les journaux. Mais sur l’écran de la salle obscure, c’est le monde réel, ce sont les rues de Paris et de sa banlieue, que le spectateur reconnaît comme le décor des exploits des détectives affrontant les bandes d’apaches ou les génies du mal.

L’exposition Cinéma Premiers Crimes fait revivre au public d’aujourd’hui les frissons des spectateurs d’il y a cent ans. Affiches de feuilletons et de films à épisodes, gravures sanglantes en première page des journaux, photographies : plus de 200 pièces et de très nombreux extraits de films rares, restaurés en haute définition racontent l’essor d’un art populaire, le cinéma, pendant les 30 premières années du vingtième siècle. Elles parlent aussi de l’imaginaire d’une société, qui bien qu’effrayée par la criminalité prend plaisir au spectacle de ses propres peurs.

Commissariat :

Alain Carou, conservateur à la Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel), historien du cinéma

Matthieu Letourneux, maître de conférences en littérature française à l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, spécialiste des cultures médiatiques

Catherine Chauchard, directrice de la Bibliothèque des littératures policières

FiXXIon, n°9, 2014 : Fiction et virtualité(s)

La Revue critique de FiXXIon française contemporaine, publiée en ligne, a fait paraître son n°9 intitulé « Fiction et virtualité(s) », dirigé et présenté par Anne Besson et Richard Saint-Gelais.

Le dossier comporte notamment des articles très intéressants sur les littératures de l’imaginaire, par Irène Langlet, Simon Bréan et Olivier Caïra.

Les articles au format PDF sont disponibles sur le site de FiXXIon, par ici.

Appel à contributions : Fiction et virtualité(s) Revue critique de fixxion française et contemporaine

La date limite de proposition des contributions est déjà passée, mais le numéro promet d’être passionnant… Sous l’égide d’Anne Besson et de Richard Saint-Gelais. Le site de Fixxion, c’est par .

dechro_folio_big-21

Fiction et virtualité(s)

Fictif, virtuel : les rapports entre ces deux termes, souvent confondus dans leur usage courant comme autant de nuances de l’irréel, occupent une place privilégiée dans les réflexions sur les évolutions culturelles récentes, au croisement de l’intérêt critique et des bouleversements technologiques. Les fictions, et la théorie littéraire après elles, se plaisent à questionner leur propre capacité à explorer les possibles et à donner à voir le travail de l’imaginaire, comme en une émulation, saine ou vaine, avec les nouveaux médias, dont les performances, qu’on dit aujourd’hui “numériques” (digital) plutôt que virtuelles, déploient les promesses d’un nouveau rapport au(x) monde(s) susceptibles de faire vaciller les frontières de l’actuel.

C’est cette paradoxale “actualité” des possibles, des virtualités multiples de la fiction, que ce numéro souhaite interroger dans une perspective résolument théorique. Tout en faisant valoir les avantages d’une distinction entre virtuel et fictionnel, notions liées respectivement à la possibilité et aux constructions de l’imaginaire, il ne s’agit pas de leur faire correspondre deux domaines étanches, mais au contraire de s’interroger sur leur articulation, ce qui peut être envisagé selon diverses combinaisons :

  • le virtuel dans la fiction : toute fiction pose une réalité, celle des personnages, mais peut inclure diverses formes de virtualité : les personnages rêvent, fantasment, lisent des romans ; les narrateurs évoquent des événements qui auraient pu avoir lieu. Si ces cas de fictions qui enchâssent d’autres fictions ont traditionnellement été traités sous l’angle de l’autoréférence (en tant, par exemple, que mises en abyme) ou de la stratégie rhétorique (avec l’ “effet-repoussoir” de Vincent Jouve ou le “disnarrated” de Gerald Prince), on souhaiterait cette fois les voir approcher en tant qu’incrustations de la virtualité dans un contexte lui-même imaginaire, et examiner les conséquences de ce redoublement apparent : comment penser l’imaginaire dans l’imaginaire ? Le corpus pourrait inclure des œuvres aussi variées que celles de Tanguy Viel (La Disparition de Jim Sullivan), Fabrice Colin (Dreamericana), Jean Molla (L’Attrape-mondes), Michel Lafon (Une vie de Pierre Ménard) ou encore Jean-Pierre Ohl (Monsieur Dick ou Le dixième livre), parmi d’autres.
  • les virtualités de la fiction : une proposition bien connue en théorie de la fiction affirme l’incomplétude de cette dernière ; selon celle-ci, on ne saurait ajouter à un texte de fiction des énoncés se rapportant à des états de choses passés sous silence par ce texte. Bon nombre d’écrivains, de critiques et de lecteurs, pourtant, n’hésitent pas à déroger à ce principe, soit en donnant à un récit divers prolongements, conformes ou non à l’original (voir la propension de certains genres et médias à étendre toujours plus loin le territoire couvert par une fiction, ou la pratique des fan fictions), soit en identifiant des “textes possibles” dont un texte réel porterait diverses traces (Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ?). Dans ses Études de silhouettes Pierre Senges reprend des ébauches de récits laissés abandonnés par Kafka et les complète, quand Serge Provencher imagine Les mémoires de Nestor, le majordome de Moulinsart.

La réflexion à laquelle on convie ici ne se limiterait pas aux réalisations de ces expansions et de ces possibles, mais viserait à élucider l’idée même de virtualité de la fiction ou du texte. Dans cette perspective, on pourra revenir sur les expériences d’écriture collaborative, depuis le Marco Polo de Jean-Marie Adiaffi et al. (1985) aux trois “saisons” du cadavre exquis “L’Exquise nouvelle”, sur le modèle du statut Facebook, en passant par La Disparition du Général Proust, “hyperfiction” sur blogues de Jean-Pierre Balpe (et son co-auteur imaginaire Marc Hodges) – ou sur l’échec des sites “Wikiroman” et “Romancollectif”. On pourra également considérer, par exemple, les tentatives romanesques de prendre en charge le devenir-traduit de l’œuvre (Brice Mathieussent, Vengeance du traducteur) ou encore son prolongement muséal imaginaire (Daniel Canty, Wigrum ; Edouard Levé, Œuvres).

  • la fiction comme virtuel : la fiction peut renvoyer ou faire allusion au réel, mais peut aussi en explorer les possibles, notamment ceux de l’Histoire : uchronies, univers parallèles, variations sur le steampunk (Les trois Rimbaud de Dominique Noguez, Rêve de gloire de Roland Wagner, Sauvage de Jacques Jouet, Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit…). La fiction peut aussi donner corps à des artefacts imaginaires — qu’on songe au Ward de Frederic Werst, aux guides de voyages pour pays imaginaires (Kadath, Abyme) —, ou tenter d’imposer son monde alternatif – le post-exotisme d’Antoine Volodine.
  •  les fictions du “virtuel” : longtemps associée à une base tangible (livre, scène, film…), la fiction se décline aussi selon divers supports qui lui confèrent une indéniable virtualité, indépendamment de sa teneur. Cette dimension technologique dorénavant omniprésente a produit ses propres rêves, comme celui de la réalité virtuelle, et continue de modifier la donne fictionnelle du côté des nouveaux médias. L’imaginaire développé autour des possibles ouverts par Internet mérite donc d’être analysé, ainsi que son corollaire, ce que le numérique fait à la fiction : quels rapports à la fiction sont-ils postulés par la multiplication des “mondes virtuels” et des avatars d’existence ? Comment colorent-ils nos conceptions contemporaines des rôles et pouvoirs de l’imaginaire ?  Comment la fiction littéraire, par exemple celle de Jean-Marc Ligny (Inner City), Michel Rio (La Terre Gaste), Vincent Message (Les Veilleurs), anticipe ou ressaisit-elle cet imaginaire du virtuel ?

Bibliographie

Renée Bourassa, Les fictions hypermédiatiques : Mondes fictionnels et espaces ludiques.  Des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, 2010.

Dorothee Birke, Michael Butter et Tilmann Köppe (dir.), Counterfactual Thinking – Counterfactual Writing, Berlin, De Gruyter, 2011, .

Jacques Dubois, “Pour une critique-fiction”, dans Jean-Pierre Martin et alii, L’Invention critique, Nantes, Cécile Defaut, 2004, p. 111-135.

Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, .

Bernard Guelton (dir.), Les arts visuels, le web et la fiction, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, .

Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven Literarischer Anthropologie, Francfort, Suhrkamp, 1991.

Françoise Lavocat (dir.), La théorie littéraire des mondes possibles, Paris, C.N.R.S., 2010.

Janet Murray, Hamlet on the Holodeck. The Future of Narrative in Hyperspace, Cambridge, MIT Press, 1997.

Gerald Prince, “The Disnarrated”, Style, vol. 22, no 1, 1988, p. 1-8.

Marie-Laure Ryan, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Richard Saint-Gelais, “Artefacts science-fictionnels”, dans L’empire du pseudo. Moderni­tés de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999.

—, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

Les propositions de contribution, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 15 janvier 2014 à Anne Besson et à Richard Saint-Gelais.

Les articles définitifs seront à soumettre avant le 1er juin 2014 sur le site (Soumissions) ou à l’adresse fixxion21@gmail pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.

Colloque : La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques. Circulation, adaptations, mutations

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques.

Circulation, adaptations, mutations

 
Colloque international organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque avec le concours de l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)
Université Paris 13, 24-26 septembre 2014.
 

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studies ressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

  • Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?
  • Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).
  • On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

2. Mutations médiatiques, création et édition

  • On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?
  • La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?
  • On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

3. Perspective historique, regard contemporain

  • L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.
  • On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

Comité scientifique

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois), Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesse, Strenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games, McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.

Adresse : UFR LSHS Université Paris 1399, avenue Jean-Baptiste Clément 93430 Villetaneuse

CFP : Fiction et virtualité(s)

Fiction et virtualité(s)

Appel à textes pour le n°9 de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

Fictif, virtuel : les rapports entre ces deux termes, souvent confondus dans leur usage courant comme autant de nuances de l’irréel, occupent une place privilégiée dans les réflexions sur les évolutions culturelles récentes, au croisement de l’intérêt critique et des bouleversements technologiques. Les fictions, et la théorie littéraire après elles, se plaisent à questionner leur propre capacité à explorer les possibles et à donner à voir le travail de l’imaginaire, comme en une émulation, saine ou vaine, avec les nouveaux médias, dont les performances, qu’on dit aujourd’hui “numériques” (digital) plutôt que virtuelles, déploient les promesses d’un nouveau rapport au(x) monde(s) susceptibles de faire vaciller les frontières de l’actuel.

C’est cette paradoxale “livre-le-dechronologue-644actualité” des possibles, des virtualités multiples de la fiction, que ce numéro souhaite interroger dans une perspective résolument théorique. Tout en faisant valoir les avantages d’une distinction entre virtuel et fictionnel, notions liées respectivement à la possibilité et aux constructions de l’imaginaire, il ne s’agit pas de leur faire correspondre deux domaines étanches, mais au contraire de s’interroger sur leur articulation, ce qui peut être envisagé selon diverses combinaisons :

le virtuel dans la fiction : toute fiction pose une réalité, celle des personnages, mais peut inclure diverses formes de virtualité : les personnages rêvent, fantasment, lisent des romans ; les narrateurs évoquent des événements qui auraient pu avoir lieu. Si ces cas de fictions qui enchâssent d’autres fictions ont traditionnellement été traités sous l’angle de l’autoréférence (en tant, par exemple, que mises en abyme) ou de la stratégie rhétorique (avec l’ “effet-repoussoir” de Vincent Jouve ou le “disnarrated” de Gerald Prince), on souhaiterait cette fois les voir approcher en tant qu’incrustations de la virtualité dans un contexte lui-même imaginaire, et examiner les conséquences de ce redoublement apparent : comment penser l’imaginaire dans l’imaginaire ? Le corpus pourrait inclure des œuvres aussi variées que celles de Tanguy Viel (La Disparition de Jim Sullivan), Fabrice Colin (Dreamericana), Jean Molla (L’Attrape-mondes), Michel Lafon (Une vie de Pierre Ménard) ou encore Jean-Pierre Ohl (Monsieur Dick ou Le dixième livre), parmi d’autres.

les virtualités de la fiction : une proposition bien connue en théorie de la fiction affirme l’incomplétude de cette dernière ; selon celle-ci, on ne saurait ajouter à un texte de fiction des énoncés se rapportant à des états de choses passés sous silence par ce texte. Bon nombre d’écrivains, de critiques et de lecteurs, pourtant, n’hésitent pas à déroger à ce principe, soit en donnant à un récit divers prolongements, conformes ou non à l’original (voir la propension de certains genres et médias à étendre toujours plus loin le territoire couvert par une fiction, ou la pratique des fan fictions), soit en identifiant des “textes possibles” dont un texte réel porterait diverses traces (Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ?). Dans ses Études de silhouettes Pierre Senges reprend des ébauches de récits laissés abandonnés par Kafka et les complète, quand Serge Provencher imagine Les mémoires de Nestor, le majordome de Moulinsart.

La réflexion à laquelle on convie ici ne se limiterait pas aux réalisations de ces expansions et de ces possibles, mais viserait à élucider l’idée même de virtualité de la fiction ou du texte. Dans cette perspective, on pourra revenir sur les expériences d’écriture collaborative, depuis le Marco Polo de Jean-Marie Adiaffi et al. (1985) aux trois “saisons” du cadavre exquis “L’Exquise nouvelle”, sur le modèle du statut Facebook, en passant par La Disparition du Général Proust, “hyperfiction” sur blogues de Jean-Pierre Balpe (et son co-auteur imaginaire Marc Hodges) – ou sur l’échec des sites “Wikiroman” et “Romancollectif”. On pourrreves-de-gloirea également considérer, par exemple, les tentatives romanesques de prendre en charge le devenir-traduit de l’œuvre (Brice Mathieussent, Vengeance du traducteur) ou encore son prolongement muséal imaginaire (Daniel Canty, Wigrum ; Edouard Levé, Œuvres).

la fiction comme virtuel : la fiction peut renvoyer ou faire allusion au réel, mais peut aussi en explorer les possibles, notamment ceux de l’Histoire : uchronies, univers parallèles, variations sur le steampunk (Les trois Rimbaud de Dominique Noguez, Rêve de gloire de Roland Wagner, Sauvage de Jacques Jouet, Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit…). La fiction peut aussi donner corps à des artefacts imaginaires — qu’on songe au Ward de Frederic Werst, aux guides de voyages pour pays imaginaires (Kadath, Abyme) —, ou tenter d’imposer son monde alternatif – le post-exotisme d’Antoine Volodine.

les fictions du “virtuel” : longtemps associée à une base tangible (livre, scène, film…), la fiction se décline aussi selon divers supports qui lui confèrent une indéniable virtualité, indépendamment de sa teneur. Cette dimension technologique dorénavant omniprésente a produit ses propres rêves, comme celui de la réalité virtuelle, et continue de modifier la donne fictionnelle du côté des nouveaux médias. L’imaginaire développé autour des possibles ouverts par Internet mérite donc d’être analysé, ainsi que son corollaire, ce que le numérique fait à la fiction : quels rapports à la fiction sont-ils postulés par la multiplication des “mondes virtuels” et des avatars d’existence ? Comment colorent-ils nos conceptions contemporaines des rôles et pouvoirs de l’imaginaire ?  Comment la fiction littéraire, par exemple celle de Jean-Marc Ligny (Inner City), Michel Rio (La Terre Gaste), Vincent Message (Les Veilleurs), anticipe ou ressaisit-elle cet imaginaire du virtuel ?

Bibliographie

Renée Bourassa, Les fictions hypermédiatiques : Mondes fictionnels et espaces ludiques.  Des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, 2010, .

Dorothee Birke, Michael Butter et Tilmann Köppe (dir.), Counterfactual Thinking – Counterfactual Writing, Berlin, De Gruyter, 2011, .

Jacques Dubois, “Pour une critique-fiction”, dans Jean-Pierre Martin et alii, L’Invention critique, Nantes, Cécile Defaut, 2004, p. 111-135.

Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, .

Bernard Guelton (dir.), Les arts visuels, le web et la fiction, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009.

Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven Literarischer Anthropologie, Francfort, Suhrkamp, 1991.

Françoise Lavocat (dir.), La théorie littéraire des mondes possibles, Paris, C.N.R.S., 2010.

Janet Murray, Hamlet on the Holodeck. The Future of Narrative in Hyperspace, Cambridge, MIT Press, 1997.

Gerald Prince, “The Disnarrated”, Style, vol. 22, no 1, 1988, p. 1-8.

Marie-Laure Ryan, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Richard Saint-Gelais, “Artefacts science-fictionnels”, dans L’empire du pseudo. Moderni­tés de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999, .érature(s)>

—, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011, . étique>

Les propositions de contribution, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 15 janvier 2014 à Anne Besson et à Richard Saint-Gelais.

Les articles définitifs seront à soumettre avant le 1er juin 2014 sur le site (Soumissions) ou à l’adresse fixxion21@gmail pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.

Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Immage colloque mondes numériquesColloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique).

*

S’il est périlleux de prétendre rendre compte des mutations d’épistémè dans le temps même qu’elles sont censées se produire, du moins peut-on sans risque d’erreur mettre en évidence le changement de paradigme qui a vu l’ère du numérique succéder en quelques décennies seulement à la galaxie Gutenberg. Dit autrement, on est passé d’une civilisation de l’imprimé à la prépondérance des écrans ; il en résulte la mise en œuvre de nouveaux cadres de référence et de réception dont la montée en puissance pourrait sembler reléguer l’écrit en général, et le texte littéraire en particulier, en marge de la conscience contemporaine au profit de l’immédiateté des médias, de la fascination des images et du prestige du Web.

À ce constat désenchanté, il faut toutefois opposer la persistance du champ littéraire, avec en particulier l’essor éditorial de la littérature pour la jeunesse, dont la place avérée dans les pratiques de consommation culturelle témoigne de son rôle structurant dans la constitution d’un imaginaire collectif des jeunes générations, de même que l’évolution des littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction…) qui touchent elles aussi un public élargi. Loin de s’opposer à la révolution numérique, de telles productions semblent au contraire l’accompagner, voire la mettre en scène, à travers le motif récurrent des mondes possibles, thème obsessionnel de la fiction contemporaine.

Reste à savoir comment ces différentes modalités de l’évasion dans d’autres univers (à travers les textes ou par le biais des jeux vidéo, jeux de rôle et autres jeux en ligne) entrent en résonance dans les perceptions contemporaines. Peut-on considérer que les expériences sont superposables dès lors que « fiction » et « play » sont souvent confondus au nom d’une adhésion collective au paradigme de l’immersion ? Ou bien faut-il les considérer comme radicalement distinctes, comme ont pu un temps le revendiquer les game studies ? On se rappelle que Jean-Marie Schaeffer, dans la fameuse ouverture de Pourquoi la fiction ?, rapprochait pour sa part Madame Bovary de Lara Croft dans l’intention de couvrir la totalité du spectre fictionnel, considérant précisément que le propre de la fiction serait d’instituer un mode d’immersion dans l’univers postulé (la feintise ludique), caractérisé par des modes de projection similaires par-delà la disparité de leurs réalisations.

Ce ne serait donc pas un hasard si la fortune critique des théories de la fiction visant à rendre compte des phénomènes littéraires à l’aune du vieux mythe des mondes possibles coïncide avec le succès de « mondes imaginaires » revisités par le cinéma (Harry Potter adapté par Hollywood, Tolkien revu et corrigé par Peter Jackson, Narnia de C.S. Lewis ou His Dark Materials de Philip Pullman promus en blockbusters), la généralisation croissante des consoles de jeux ou encore l’engouement médiatique et public pour les existences alternatives et les univers persistants (Second life, World of Warcraft …).

L’objet de ce colloque est donc d’interroger la façon dont s’entrelacent aujourd’hui les trois notions de « fiction », de « monde » et de « jeu ». On pourra notamment et entre autres développer les pistes de réflexion suivantes :

  • imaginaires des mondes et paradigmes théoriques, dans leurs différents investissements disciplinaires ;
  • représentations de l’expérience des mondes ludiques dans la littérature, et symétriquement, modes de présence des mondes littéraires quand ils font l’objet d’adaptations ludiques ;
  • multiplication des expériences « transmedia » et « crossmedia » autour de « mondes » partagés : quelles places y tiennent les différents médias, avec quels enjeux ?
  • analyse des comportements psycho-cognitifs mis en jeu selon les modalités de l’immersion ;
  • sociologie des pratiques et usages en fonction des supports considérés…

Ce sont ces convergences et ces nuances qu’il s’agira d’observer, voire de remettre en cause dans leur évidence première, pour tenter de forger une conception moderne de ce que serait une culture accordant la même valeur à la dimension artistique qu’au poids du numérique. C’est dire qu’une telle réflexion ne relève pas seulement du champ de l’esthétique, mais tout autant du politique dans la mesure où s’y jouent des questions d’héritage et de rupture, de transmissions patrimoniales et de conflits intergénérationnels, bref de comportements (inter)culturels et donc de modes de vie, de représentation autant que de pensée.

Le colloque proprement dit se déroulera pendant les deux journées du 19 et 20 juin. Il sera précédé le 18 juin après-midi par un workshop pour les jeunes chercheurs s’inscrivant dans la problématique et dans le contexte théorique et méthodologique du colloque. Ce workshop, avec modérateur, consistera en une présentation rapide de leurs travaux de recherches s’appuyant sur un poster.

Les propositions (environ 3000 signes espaces compris, précisant s’il s’agit d’un poster ou d’une communication pour le colloque) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte notice biographique, à Laurent Bazin (laurentbazin60@gmail.com), Anne Besson (annebesson@free.fr) et Nathalie Prince (nathalie.prince@bbox.fr) avant le 31 décembre 2013.

Organisation

Laurent Bazin, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Anne Besson, E.A. « Textes et Cultures », Université d’Artois

Nathalie Prince, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Comité scientifique

Gilles Brougère, Université Paris Nord-Villetaneuse

Vincent Ferré, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Irène Langlet, Université de Limoges

Françoise Lavocat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Marc Lits, Université de Louvain

Francis Marcoin, Université d’Artois (Arras)

Brigitte Ouvry-Vial, Université du Maine

Richard Saint-Gelais, Université Laval (Québec)

Retrouvez plus d’information ici.