Archives par mot-clé : genre

Programme de la journée d’étude « Genres littéraires et fictions médiatiques » (17 novembre 2015)

TERM v5 réduit 3

Voici le programme de la journée d’étude doctorale que Nicolas Perez Prada et moi-même organisons le mois prochain à l’université de Limoges. Annoncé à la toute récente assemblée générale de l’Association des Chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM, assemblée tenue le 8 octobre dernier), l’événement promet d’être passionnant ! Je vous laisse juger…

Outre les cinq doctorants d’horizons variés qui viendront présenter leurs travaux, nous aurons le plaisir d’accueillir Matthieu Letourneux (MCF HDR, Paris Ouest Nanterre La Défense), spécialiste des littératures populaires et des questions de sérialité et de transmédialité, pour une grande conférence de clôture.

Venez nombreux et faites de la pub !

Genres littéraires et fictions médiatiques

Journée d’étude organisée à l’université de Limoges

Le 17 novembre 2015

par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

avec le soutien de l’équipe d’accueil EHIC et de l’école doctorale LPAH

 

 

9h00 : Accueil des participants

9h30 : Introduction par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

Session 1 – Du merveilleux scientifique à la science-fiction : pratiques, techniques et imaginaires d’un genre médiatique

Modérateur : Irène Langlet

10h-10h35 : Clément Hummel (Doctorant, université de Caen Normandie), « Pour un imaginaire (mythique) de la fiction de genre d’avant-guerre, La Brigade chimérique de Serge Lehman »

10h35-11h10 : Aurélien Mérard (Doctorant, université de Bordeaux – Montaigne), « De l’image-fiction comme protocole d’expérimentation »

11h10-11h45 : Élodie Hommel (Doctorante, ENS Lyon), « Prolonger le plaisir de la lecture : regarder, jouer et interagir en science-fiction et fantasy »

Déjeuner

 

Session 2 – Transpositions, circulations, appropriations : le genre dans tous ses médias

Modérateur : Natacha Levet

14h-14h35 : Bounthavy Suvilay (Doctorante, université Paul-Valéry Montpellier 3), « Quand la série animée s’éloigne du shōnen manga original : études des récits inédits dans le media mix Dragon Ball »

14h35-15h10 : Yannick Kernec’h (Doctorant, université Rennes 2), « Lorsque le jeu vidéo s’empare du western ; spécificités d’une réappropriation générique »

Pause

Session 3 – Conférence de clôture

15h30-16h30 : Matthieu Letourneux (PR, université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Les genres populaires dans le jeu des sérialités médiatiques »

16h30-17h : Questions et discussions

Informatiques pratiques :

Contact : aurelie.huz – at – unilim.fr ; nicolas.perez-prada – at – etu.unilim.fr

Lieu : Université de Limoges, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 39E rue Camille Guérin, bâtiment C, amphi 4.

Accès : Depuis la gare, bus n° 10, direction Ch. Le Gendre, arrêt Vanteaux.

Retrouvez l’annonce du programme sur fabula : http://www.fabula.org/actualites/journee-d-etude-genres-litteraires-et-fictions-mediatiques_70593.php.

Appel à communication : « Genres littéraires et fictions médiatiques » (Limoges, 17 novembre 2015)

wordle 30Voici un appel à comm’ un peu spécial, puisqu’il concerne une journée d’étude doctorale que nous organisons à Limoges, le 17 novembre prochain, au sein de l’équipe d’accueil EHIC (Espace Humains et Interactions Culturelles) et avec le soutien de l’École doctorale LPAH (Lettres, Pensée, Arts et Histoire).

Au programme de cette manifestation, une réflexion sur les rapports entre genres et supports dans les fictions médiatiques et industrielles. Nous espérons entendre beaucoup de jeunes chercheurs sur des sujets variés recoupant nos propres thématiques de recherche, et nous aurons le plaisir d’entendre Matthieu Letourneux Paris spécialiste des littératures populaires et médiatiques (université Paris Ouest Nanterre La Défense), qui fera la communication de clôture de la journée.

Toutes les infos ci-dessous !

*

JOURNÉE D’ÉTUDE DOCTORALE

Genres littéraires et fictions médiatiques

17 novembre 2015

Université de Limoges

Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC, EA 1087)

Appel à communication

Genres et médias : la convergence des problématiques liées à ces deux objets de recherche se manifeste d’emblée par le jeu des dénominations utilisées pour évoquer certains objets de notre culture de masse contemporaine. Ainsi « paralittérature », « littérature médiatique », fictions « industrielles » et « sérielles » sont aussi désignées comme « fictions de genre » – qu’il s’agisse du roman policier, de la science-fiction, de la fantasy, du roman sentimental, de l’horreur, etc. Dans cette expression se cristallise et se révèle une affinité étroite entre la question de la généricité́ et le caractère médiatique (c’est-à-dire souvent intermédiatique) des fictions de grande consommation.

Le projet de cette journée d’étude est d’interroger cette conjugaison entre pratiques génériques et pratiques médiatiques dans le régime contemporain de la fiction, afin d’ouvrir de nouvelles perspectives à la compréhension des modes de production, de circulation et d’appropriation des objets culturels. Pour ce faire, on souhaite s’inscrire dans le prolongement et au croisement de deux perspectives de recherche très productives depuis une trentaine d’années. D’une part, le renouvellement et le perfectionnement des outils de saisie des genres par les études littéraires depuis les années 1980 (esthétique de la réception et phénoménologie de la lecture[1], approches pragmatiques du genre, « savoir » et « compétences » génériques[2]). D’autre part, le développement massif des études médiatiques et la revalorisation de l’attention portée aux supports comme matrices technologiques, sémiotiques et socio-économiques de notre culture[3].

Les enjeux de ce questionnement appellent deux remarques. Premièrement, face au constat selon lequel la question générique serait devenue incongrue dans l’univers théorique et esthétique contemporain (Macé, 2004), on note sa persistance (et peut-être sa transformation) massive dans certains secteurs de la production fictionnelle contemporaine – par exemple dans les fictions de l’imaginaire : notre culture médiatique est une culture de genres. Deuxièmement, ces terminologies génériques, à la forte visibilité dans l’espace culturel, dépassent largement le cadre de la littérature et sont généralement partagées par plusieurs supports ; la circulation transmédiatique des récits et des univers de fiction assure de fait une communauté culturelle et la reconnaissance du genre par-delà les frontières médiatiques (cinéma, littérature, jeux vidéo, bande dessinée, etc.).

Plusieurs pistes s’ouvrent alors à la réflexion croisée entre genres et médias, déployant la diversité des usages génériques et attestant la prégnance de cette catégorie dans notre rapport à un certain type de fiction.

On pourra étudier comment le genre des « fictions de genre » s’incarne dans une véritable culture matérielle. Le jeu du paratexte, les collections éditoriales avec leurs formats et leurs codes graphiques, les illustrations de couverture, les jaquettes, les affiches publicitaires et tout l’arsenal d’une culture visuelle partagée sont autant d’éléments qui sollicitent et construisent des « imaginaires génériques[4] » très riches. En cela, ils modèlent la fiction dans sa matérialité même et constituent des outils de classification et de prescription pour la promotion des produits par les industries culturelles. On peut également s’intéresser à la variabilité de ces assignations génériques, pour des raisons liées au marketing (stratégie de placement de produit, public-cible visé) ou du fait d’évolutions historiques : la canonisation des « classiques du genre » (l’œuvre de Philip K. Dick pour la science-fiction par exemple) s’accompagne ainsi souvent d’un glissement générique hors des collections spécialisées et d’une « entrée » en littérature générale.

Au-delà de cette dimension matérielle du genre, comment écrit-on ou lit-on « dans le genre » (Letourneux, 2010) ? Comme catégorie architextuelle, le genre est un principe de régulation de l’acte de lecture, un horizon d’attente et une compétence acquise par l’expérience collective (dimension mémorielle et collective de certains genres devenus de véritables cultures partagées) et individuelle (apprentissage d’un devenir-lecteur). On pourra ainsi s’intéresser à la manière dont certaines œuvres jouent avec les « codes du genre » (quel qu’il soit), recyclent ou déplacent un répertoire générique (formel, thématique, narratif) constitué au fil du temps et, ce faisant, révèlent le rapport spécifique que les fictions médiatiques entretiennent avec leur genre. En effet, face au constat d’un découplage progressif entre généricité́ et littérarité́ au cours du xxe siècle (Macé, 2004) – les récits « légitimés » rompant avec les classifications génériques – il semble qu’on puisse et qu’on doive interroger l’idée d’une généricité propre aux productions culturelles médiatiques dans leur ensemble. De fait, les œuvres « de genre » ne fondent pas leur valeur en conflit ou en rupture avec la généricité (l’originalité comme légitimité), mais à l’intérieur du système générique lui-même (Letourneux, 2010).

Cependant, n’existe-t-il pas des spécificités génériques selon les médias ? Chaque support possède une « médiativité » (Gaudreault et Groensteen, 1998), c’est-à-dire un potentiel expressif propre, ce qui impose de penser des fonctionnements génériques différenciés. Le genre n’aurait alors ni les mêmes mécaniques ni les mêmes enjeux en littérature, au cinéma[5], ou en bande dessinée. On pourra étudier la structuration du système générique d’un média précis : ainsi, la profusion terminologique servant à désigner les types de jeux vidéo (action-RPG, tactical-RPG, survival horror, Doom-like, pour ne citer que quelques exemples qui montrent d’ailleurs la prévalence de l’anglais dans la constitution des catégories) témoigne d’une généricité extrêmement active, productive et proliférante qui tranche avec les pratiques génériques en littérature ou au cinéma – ce qui peut être mis au compte du caractère récent de ce nouveau support, mais qui relèverait aussi de la position intermédiaire du média entre fictions ludiques et fictions narratives[6]. Mais on pourra aussi comparer, à travers des supports différents, les processus génériques regroupés sous un même nom : si l’on parle bien de romans, de films ou de jeux vidéo d’horreur, cette appellation générique prend-elle la même valeur dans les trois cas ? Recouvre-t-elle les mêmes réalités ?

Ces propositions ouvrent enfin à la prise en compte de « l’effet-genre » qui est au cœur des dispositifs textuels et des processus lecturaux des récits de grande consommation. Car le rapport émotionnel que nous entretenons avec ces fictions relève largement d’un « plaisir du genre » (Genette) qui réside dans la dialectique de l’attente et du comblement, de la variation dans la répétition. Ouvrir une bande dessinée historique, c’est non seulement avoir au préalable un certain nombre d’attentes par rapport à ce type de fiction, mais jouir, au cours de la lecture, des stéréotypes et/ou des écarts par rapport aux représentations que l’on se fait du genre ; c’est être sensible à la manière dont l’œuvre convoque le genre, l’actualise, s’y inscrit ou en déplace les attendus, etc. Des études de cas pourraient ainsi montrer comment ce travail du genre, et notamment sa dimension plaisante et ludique, orienterait plus fortement la réception dans les genres « contraints » de la culture industrielle que dans les récits de la culture « légitime » (Baroni et Macé, 2007).

Ces pistes ne sont bien sûr pas exhaustives et invitent à envisager dans toute leur diversité les relations croisées entre les fonctionnements médiatiques de notre culture et la diffusion très large de « fictions sans frontières » (Gaudreault et Groensteen, 1998) fondées sur une généricité massive.

Les propositions de communication (3000 signes maximum) sont à envoyer à Aurélie Huz (aurelie.huz@unilim.fr) et Nicolas Perez Prada (nicolas.perez-prada@etu.unilim.fr), accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, avant le 30 juin 2015.

 

Comité scientifique

Loïc Artiaga (EHIC, université de Limoges)

Anne Besson (Textes et Cultures, université d’Artois)

Elsa Caboche (FoReLL, université de Poitiers)

Émeline Chauvet (EHIC, université de Limoges)

 

Bibliographie indicative

Arsenault, Dominic (2011), Des typologies mécaniques à l’expérience esthétique : fonctions et mutations du genre dans le jeu vidéo, thèse de doctorat en études cinématographiques, sous la direction de Bernard Perron, université de Montréal.

Aubry, Danielle (2006), Du roman-feuilleton à la série télévisuelle : pour une rhétorique du genre et de la sérialité, Bern/Berlin/Bruxelles, P. Lang.

Baroni, Raphaël et Macé, Marielle (dir.) (2007), Le Savoir des genres, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « La Licorne ».

Gaudreault, André et Groensteen, Thierry (dir.) (1998), La Transécriture : pour une théorie de l’adaptation, colloque de Cerisy, Québec/Angoulême, Nota bene/Centre national de la bande dessinée d’Angoulême.

Genette, Gérard (2004), « Introduction à l’architexte », Fiction et Diction, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Essais ».

Letourneux, Matthieu (2006), « La question du genre dans les jeux vidéo », dans Sébastien Genvo (dir.), Le Game design de jeux vidéo : approches de l’expression vidéoludique, Paris, L’Harmattan, p. 39-54.

Letourneux, Matthieu (2010), Le Roman d’aventures. 1870-1930, Limoges, Pulim, coll. « Médiatextes ».

Macé, Marielle (2004), Le Genre littéraire, Paris, Garnier Flammarion, coll. « Corpus ».

Saint-Gelais, Richard (dir.) (1998), Nouvelles tendances en théorie des genres, Québec, Nuit blanche.

Moine, Raphaëlle (2002), Les Genres du cinéma, Paris, Nathan université.

Schaeffer, Jean-Marie (1989), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Éditions du Seuil, coll. « Poétique ».

Des supports aux genres en culture médiatique, Belphégor [En ligne], vol. 3, n° 1, décembre 2003, URL (consulté le 3 mars 2015) : <http://dalspace.library.dal.ca/handle/10222/31203>.

__

[1] Notamment les travaux de l’école de Constance : Hans Robert Jauss sur le genre comme « horizon de lecture » (Pour une esthétique de la réception [1972], traduction française, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1978) et Wolfgang Iser (L’Acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, traduction française, Liège, Mardaga, coll. « Philosophie et langage », 1985). Également Umberto Eco, Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Le livre de poche, 1985.

[2] Voir par exemple Baroni et Macé (2007).

[3] Les travaux du Centre de Recherches sur l’Intermédialité (CRI) à l’université de Montréal depuis 1987, ainsi que les recherches de Jürgen Müller ont inauguré les études intermédiales. Dans la lignée des travaux de Henry Jenkins (La Culture de la convergence. Des médias au transmédia [Convergence Culture: Where the old and new media collide, 2006], traduction française, Paris, Armand Colin/INA, 2013), les stratégies commerciales du transmedia et leur impact sur la production et la consommation des fictions industrielles transmédiatiques ont été largement étudiés. En France, des travaux comme ceux de Philippe Marion, de Thierry Groensteen et d’André Gaudreault invitent à une prise en charge du média comme ensemble de contraintes et de potentialités déterminant la production, la consommation et la circulation de « fictions sans frontières » (Gaudreault et Groensteen, 1998).

[4] Denis Mellier, « Steampunk : transfictionnalité et imaginaire générique. Littérature, bandes dessinées, cinéma », in Audet R. et Saint-Gelais R. (dir.), La Fiction, suites et variations, Nota bene/Presses universitaires de Rennes, 2007.

[5] Voir Moine (2002).

[6] World of Warcraft sera ainsi qualifié de « MMORPG de fantasy », ce qui combine deux critères génériques de natures différentes : un critère lié au mécanisme de jeu, c’est-à-dire au gameplay (massively multiplayer online role-playing game) et un critère de type narratif-thématique qu’on retrouve dans d’autres grands médias narratifs (littérature, cinéma, bande dessinée de fantasy).

Colloque « Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines (XXe-XXIe siècles) » (15-16-17 octobre 2014, université Bordeaux-Montaigne)

affiche

Dans quelques semaines se tiendra à Bordeaux un colloque sur l’hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines, colloque où je ne pourrai malheureusement pas me rendre, mais qui me met d’ores et déjà l’eau à la bouche… Avis aux amateurs !

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l’université, par ici. Pour votre plus grand plaisir (c’est comme les bandes-annonces, ça fait saliver), je reproduis l’appel à communications (avec une biblio critique, ce qui ne fait jamais de mal… quoique…) et le programme.

*

Appel à communications

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? ».

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[2], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[3] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[4].

 

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?                                                     

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

Écrivains invités :

– Pierre Bordage – Lionel Davoust – Laurent Queyssi – Xavier Mauméjean


[1]Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.
[2] Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.
[3] Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[4] Ibid.

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora »Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

*

Programme

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières
Hybridation des formes et des genres
dans les littératures de l’imaginaire contemporaines
(XXe-XXIe siècles)

Université Bordeaux Montaigne
 15-16-17 octobre 2014

Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (campus, Pessac)

Écrivains invités :
François Coupry – Lionel Davoust – Jérôme Larré – Laurent Queyssi – Francis Saint-Martin

PROGRAMME

Mercredi 15 octobre
Auditorium de la Bibliothèque municipale de Bordeaux

 10h00 Ouverture du colloque

 Session 1 – Histoire(s) d’hybridations
Modérateur : Philippe Baudorre

♦ 10h15-10h40 – Lauric Guillaud (Université d’Angers)
Aux sources de la fantasy : la fièvre néo-médiévaliste et le roman d’aventures africaines

♦ 10h40 -11h05 – Patrizia D’Andrea (Université Paris4–Sorbonne)
Conquérant des grands espaces au-delà des frontières : John-Antoine Nau (1873-1918)

♦ 11h05-11h30 – Philippe Clermont (Université/ESPE de Strasbourg)
Des débuts de la SF moderne à l’hybridation contemporaine du genre : histoire d’un aller et retour du merveilleux

11h30-12h00 Discussion

 Session 2 – Au-delà des frontières du contemporain
 Modérateur : Gérard Peylet

♦ 14h-14h25 – Myriam White-le Goff (Université d’Arras)
L’hybridité constitutive de l’imaginaire et de l’écriture de Robert Holdstock

♦ 14h25-14h50 – María-Pilar Suarez (Université de Madrid)
La quête au-delà du graal : L´ange et la machine, un essai sur l´hybridation

♦ 14h50-15h15 – Laurent Bazin (Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines)
La douane volante : poétique de l’hyperspatialisation dans le roman contemporain pour adolescents

15h15-15h45 Discussion et pause.

♦ 15h45-16h10 – Conférence de Jean-Luc Rivera (Paris)
Hybridation des genres: la littérature policière de science-fiction

16h35-16h45 Discussion

16h45-17h35 – Table ronde
animée par Jean-Luc Rivera, avec Lionel Davoust, Francis Saint-Martin et Laurent Queyssi
Évolution de la littérature populaire de science-fiction ou de fantasy : vers une hybridation ?
 
Jeudi 16 octobre
Auditorium de la Bibliothèque municipale de Bordeaux

  Session 3 – Quand la science-fiction devient hybride…
Modérateur : Lauric Guillaud

♦ 9h15-9h40 – Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)
De drôles de genres, dans des mécanismes tordus

♦ 9h40-10h05 – Hervé Lagoguey (Université de Reims)
Dangereuses unions : l’homme et la machine, le désir et la mort dans Crash ! de J.G. Ballard

♦10h05-10h30 – Isabelle Périer (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines)
Cette Chimère qu’est le steampunk

10h30-11h00 – Discussion et pause

♦ 11h00-11h25 – Lionel Davoust (Rennes)
Créer Évanégyre, un monde de science-fantasy

♦ 11h25-11h50 – Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)
Quelques modalités de l’hybridité générique dans le cinéma hollywoodien de SF contemporain : le cas du tech-noir

♦ 11h50-12h15 – Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)
Catherine Dufour, la science-fiction au carrefour du mélange des genres

12h15-12h30 – Discussion

Session 4 – L’Italie, terre des hybridations ?
Modérateur : Roger Bozzetto

♦ 14h-14h25 – Stefano Lazzarin (Université de Saint-Etienne)
Le fantastique italien du XXe siècle : une littérature de l’hybride

♦ 14h25-14h50 – Beatrice Laghezza (Université de Saint-Etienne)
Un fantastique cosmogonique ? Fantastique et réalisme magique italiens entre cosmogonie et cosmologie

♦ 14h50-15h15 – Delphine Gachet (Université Bordeaux Montaigne)
Parole d’Evangelisti, ou la charge subversive du mélange des genres

♦ 15h15- 15h40 – Alessandro Scarsella (Université Ca’Foscari Venise)
Venise, lectures insolites entre suggestions gothiques et frissons fantastiques

15h40-16h15 Discussion et pause

♦ 16h15-16h45 – Conférence de Francis Saint Martin (Bordeaux)
Naissance et arborescence des genres de l’imaginaire

16h40-17h30 -Table ronde
animée par Natacha Vas-Deyres, avec Laurent Queyssi, Lionel Davoust, François Coupry et Jérôme Larré.
Pourquoi les auteurs sont-ils attirés par la création d’univers hybrides ?

Vendredi 17 octobre
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – Pessac

 

 Session 5 – Hybridations (trans)médiatiques
Modérateur : Anne Besson

♦ 9h00-9h25 – Jérôme Dutel (Université de Saint-Etienne)
Les genres issus des littératures de l’imaginaire dans le palmarès 2007 du festival d’Angoulême : NonNonBâ de Mizuki, Black Hole de Burns et Lupus de Peeters

♦ 9h25-9h50 – Charles Combette (Université Bordeaux-Montaigne)
Au confluent des genres – L’univers composite des super-héros

♦ 9h50-10h15 – Nicolas Labarre (Université Bordeaux-Montaigne)
Hellboy et le trait d’union super-héroïque

♦ 10h15-10h40 – Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne)
Les fabuleuses frontières de l’Humpur, du roman à la BD (Bordage & Roman)

10h40-11h10 – Discussion et pause

♦ 11h10-11h35 – Isabelle Casta (Université d’Artois)
DIMIDIUM COGNATUS ! Ou : la tragédie des métamorphes

♦ 11h35-12h00 – Claire Cornillon (Université Paris3-Sorbonne Nouvelle)
The X-Files, hybridation et fiction sérielle

♦ 12h00-12h25 – Jérôme Larré (Toulouse)
De l’hybridation des genres et des fictions dans les jeux de rôles

12h25- 12h40 – Discussion et clôture du colloque

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM),

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE),

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE),

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick),

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille),

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers),

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)