Mind-mapping et notions critiques : grand ménage dans la thèse

Voici un petit essai de mind-mapping pour les notions critiques dont je vais me servir dans ma thèse. L’organisation pourrait etre meilleure, il en manque (et il en manquera toujours), mais c’est un début et la méthode de mind-mapping peut aider quand on a besoin de donner un coup de balai dans nos prises de notes.

Mind-Maping

Appel à contributions : « Le réel invisible. Le magnétisme dans la littérature (1780-1914) »

Le réel invisible
Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Appel à communications
Ouvrage collectif dirigé par
Victoire Feuillebois (Université de Tours) et Émilie Pezard (ENS-Lyon)
pour la série « Écriture du XIXe siècle » dirigée par Christian Chelebourg (Minard / Classiques Garnier)

Argumentaire
Le XIXe siècle est le siècle du magnétisme : l’intérêt scientifique soulevé par les travaux du médecin Anton Mesmer dans la décennie 1770 et l’engouement qui en résulte dans les lettres et le mouvement des idées marquent « la fin des Lumières », selon la formule de Robert Darnton. Des baquets de Mesmer aux expériences de Charcot à la Salpêtrière, la longévité et la diversité de la curiosité pour le magnétisme dans la vie scientifique et culturelle entre 1780 et 1914 soulignent que la notion même de magnétisme est particulièrement labile : l’échange d’un fluide invisible entre des corps ou des objets donne lieu à de multiples interprétations, qui sont autant de manières de comprendre l’envers de la réalité visible.
Sujet central de l’oeuvre, allusion ou métaphore, le magnétisme irrigue toutes les formes de littérature, indépendamment des hiérarchies traditionnelles. Il fournit un nouveau type de personnage à la littérature populaire, du Centenaire de Balzac au Régiment des hypnotiseurs de Gustave Le Rouge, en passant par Joseph Balsamo de Dumas, mais il laisse aussi sa marque dans tout un pan de la littérature plus légitime, de Jean Lorrain à Maupassant en passant par Théophile Gautier. Ce volume a pour but d’étudier la façon dont le magnétisme inspire la littérature du XIXe siècle, en suscitant des débats dont elle se fait l’écho et en informant en profondeur son imaginaire.

La réflexion pourra ainsi s’inscrire dans les axes suivants :

Littérature et sciences

Perspective historique et questionnements typologiques
De Mesmer jusqu’à l’hypnose et le sommeil cataleptique, l’hypothèse magnétique réapparaît sous des formes très diverses tout au long du siècle et intervient à la frontière avec d’autres pratiques qui excèdent le domaine de la science (spiritisme, occultisme) : la littérature se fait l’écho de cette diversité, mais elle permet aussi de mettre en tension le caractère scientifique du magnétisme en confrontant des acceptions et des pratiques variées autour d’un terme unique. Comment la littérature reflète-t-elle l’évolution des conceptions du magnétisme ? En quoi se fait-elle la chambre d’écho des recherches scientifiques de son temps ? Quel magnétisme ou quels magnétismes la littérature du XIXe siècle reflète-t-elle ?

Perspective épistémologique et questionnements heuristiques
Les oeuvres ne se contentent pas de refléter une mode, mais participent à la réflexion spéculative sur ce modèle scientifique : la littérature du magnétisme met par exemple en scène une interrogation sur le vrai et le faux, sur l’apparence spectaculaire et sur la vérité qu’elle recouvre et propose ainsi une réflexion sur les critères de scientificité en convoquant des figures qui peuvent être perçues comme des charlatans. Comment la fiction, par la réflexion qu’elle propose, alimente-t-elle les débats sur le magnétisme ? Dans quelle mesure la
réception des récits sur le magnétisme influe-t-elle sur la perception publique de cette discipline ?

Poétique du magnétisme

Questionnements génériques : le magnétisme entre renouveau des codes et perturbation des catégories traditionnelles
La présence du magnétisme en littérature pose un problème générique particulier, puisqu’il contribue à la fois à renouveler des thématiques déjà présentes dans la tradition littéraire, tout en brouillant les frontières génériques dans lesquelles ces thématiques s’inscrivent : le magnétisme permet ainsi de renouveler les codes du fantastique en donnant une forme scientifique au topos ancien de la possession démoniaque et inaugure une des formes du « merveilleux scientifique » qui se développe au tournant du XIXe et du XXe siècle. Cependant il peut aussi intervenir dans un roman historique (Joseph Balsamo) ou dans une étude de moeurs (Ursule Mirouët). On pourra donc s’interroger sur la manière dont le magnétisme en littérature permet de renouveler des structures ou des thèmes existant dans des cadres génériques précis et dont il déplace les codes traditionnels. Dans quelle mesure le magnétiseur peut-il par exemple recouvrir les figures du sorcier ou du savant fou ? Quelles nouvelles lectures produit-il de ces figures et quelles perturbations génériques introduit-il dans l’espace littéraire auquel elles appartiennent ?

Questionnements narratifs : la relation et la scène magnétiques
La fascination durable qu’exerce le magnétisme repose notamment sur la puissance inouïe que la maîtrise des forces magnétiques confère à un individu. La métaphore du serpent et de l’oiseau, récurrente dans la littérature, figure le joug de cette puissance absolue : de même que le serpent fixe l’oiseau d’un oeil fascinateur qui l’empêche de s’échapper, le magnétiseur dépossède un autre individu de son intention, de sa volonté ou de sa conscience. Cette puissance est ambivalente : à la fin du siècle, des auteurs comme Jules Claretie (Jean Mornas) ou Pierre Decourcelle (Le Crime d’une sainte) imaginent la possibilité d’un crime par hypnose, tandis qu’E.T.A. Hoffmann ou Edgar Allan Poe élaborent des figures de médecins magnétiseurs qui peuvent agir sur leurs patients avec une force évoquant une puissance surnaturelle. L’étude pourra porter sur les personnages du magnétiseur et du sujet magnétisé, ainsi que sur le défi littéraire que représente le récit de la scène magnétique : par quels procédés la narration et la description peuvent-elles prendre en charge de révéler l’action des puissances magnétiques et d’en mettre au jour les effets ? Quels codes d’écriture et de représentation sont convoqués pour évoquer cette scène ?

Questionnements esthétique : le magnétisme comme métaphore
À un niveau microtextuel, on pourra enfin étudier les nombreux emplois figurés du magnétisme dans la littérature. Cette valeur métaphorique atteste la capacité de cette pseudo-science à informer les imaginaires du XIXe siècle. Le magnétisme peut ainsi figurer, dans les récits hoffmanniens, les processus de la création littéraire ; il peut devenir, dans des romans populaires, l’image de la relation érotique. De quoi le magnétisme est-il la métaphore ? Sur quels aspects du magnétisme repose cette valeur métaphorique ?

Les propositions devront parvenir sous forme d’une problématique résumée (5.000 signes, espaces compris) accompagnée d’une courte biographie. Elles sont à transmettre avant le 1er décembre 2015 par courriel aux deux adresses suivantes :
emiliepezard@yahoo.fr et victoire.feuillebois@gmail.com

Les articles acceptés par le comité scientifique seront remis pour le 15 juin2016.

Enquête Babelio sur les lecteurs de littératures de l’imaginaire

Dans le cadre de son cycle de conférences sur “les pratiques des lecteurs”, Babelio a présenté le 29 juin dernier une nouvelle étude sur un type de lecteur bien particulier, l’amateur de littératures de l’imaginaire. Comment choisit-il ses lectures ? Qui sont ses prescripteurs ? Quelle image véhicule ce genre auprès des lecteurs ?

Pour tenter de répondre à ces questions et décrire ce lecteur du troisième type, Babelio a mené une enquête du 1er au 16 juin 2015 auprès de 3 717 personnes au sein de sa base de donnée utilisateurs.

bouche-c3a0-oreille

Pour consulter les détails de l’étude, voici le site :

https://babelio.wordpress.com/2015/07/06/ou-babelio-presente-une-etude-sur-les-litteratures-de-limaginaire/

Colloque Formes contemporaines de l’imaginaire informatique : le programme

Voici le programme du colloque sur les formes contemporaines de l’imaginaire informatique dont nous avions déjà parlé ici.

 

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

Colloque organisé du 7 au 9 octobre 2015 à l’Université Paul-Valéry Montpellier,

dans le cadre des travaux du centre de recherche RIRRA21, par Cédric Chauvin et Éric Villagordo

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale 2015 de l’association LPCM

 

Mercredi 7 octobre

13h30 Accueil des participants

14h00 Présentation du colloque par Marie-Ève Thérenty, Cédric Chauvin et Éric Villagordo

14h30 Conférence inaugurale d’Isabelle Krzywkowski (Université Stendhal – Grenoble 3), « L’ordinateur n’est pas une machine. À Jean-Pierre Balpe »

15h30 Discussion et pause

 

Séance 1. Imaginaire informatique et société

16h00 Jean-Paul Fourmentraux (Université Aix-Marseille), « Création numérique et médiactivisme »

16h30 David Peyron (Université Jean Moulin Lyon 3), « L’évolution de la figure du geek dans la fiction

17h00 Discussion

 

18h00 Séance de cinéma, Utopia (Montpellier)

 

Séance 2. Spatialités cyberpunk

9h30 Henri Desbois (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Des cités hallucinées à la grille invisible, William Gibson et les métamorphoses du cyberespace »

10h00 Simon Bréan (Université Paris 4 – Sorbonne), « Hanter la machine : reconquêtes de la conscience humaine dans le cyberpunk à la française »

10h30 Isabelle Périer (Université du Maine), « Jouer dans un monde informatisé, ou l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk »

11h00 Discussion et pause

 

Séance 3. Imaginaire des langages informatiques

11h30 Philippe Birgy (Université Toulouse – Jean Jaurès), « Les artifices de la pensée dans Permutation City de la pensée dans Permutation City de Greg Egan »

12h00 Irène Langlet (Université de Limoges), « Code is poetry »

12h30 Discussion et pause-déjeuner

 

Séance 4. Images d’hybrides

14h00 Bounthavy Corbaux-Suvilay (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « L’âme des machines dans The Ghost in the Shell»

14h30 Maxence Duarte (Université de Rouen), « Les super-ordinateurs des comic books américains : de l’homme-machine à l’homme-virtuel »

15h00 Discussion et pause

 

Séance 5. Imaginaire informatique et représentations du réel contemporain

15h30 Florence Thérond (Université Paul-Valéry Montpellier 3), «  L’ordinateur intime »

16h00 Natacha Levet (Université de Limoges), « Polar français et imaginaire informatique »

16h30 Sébastien Candelon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « L’évolution de l’informatique dans l’univers terroriste des blockbusters américains»

17h00 Discussion

 

17h30 Assemblée générale 2015 de la LPCM

 

19h30 Rencontre avec Claude Ecken et Laurent Genefort, animée par Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne) et Olivier Legendre (Librairie Sauramps, Montpellier), suivie d’un banquet (Brasserie Le Dôme, Montpellier)

 

Séance 6. L’éros informatique

9h30 Jean-Christophe Valtat (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « La M-à-J des femmes : Il grande ritratto (1953), Galatea 2.2 (1995) »

10h Bruno Dupont (Université de Liège), « “KOMM – PROGRAMMIERE MICH / ICH LIEBE DICH !” Sensualité et érotique de l’ordinateur en littérature allemande »

10h30 Anthony Masure (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Pia Pandelakis (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux »

11h00 Discussion et pause

 

Séance 7. Informatique, magie et archaïsme

11h30 Anne Besson (Université d’Artois), « « Magie du numérique : l’ordinateur comme boîte à merveilles »

12h00 Arnaud Despax (Université Toulouse – Jean Jaurès), « « Les consoles de l’éternel, à l’ombre des ordinateurs : Les cordelettes de Browser de Tristan Garcia »

12h30 Pause-déjeuner

 

Séance 8. Les jeux vidéo et leur représentation

14h30 Christian Reyns-Chikuma (University of Alberta), « Les Technopères : BD, SF et mondes virtuels »

15h00 Hélène Sellier (Université de Limoges), « Le personnage jeu vidéo dans la littérature contemporaine »

15h30 Discussion et pause

 

Séance 9. Réflexivités du jeu vidéo

16h00 Thierry Serdane (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « The Stanley Parable : questionner une pseudo-

16h30 Estelle Dalleu (Université de Strasbourg), « hacking > < jeu vidéo »

17h00 Discussion et clôture du colloque