Conférence : « Mais c’est bien plus que du polar »

CONFÉRENCE GRAND PUBLIC « MAIS C’EST BIEN PLUS QUE DU POLAR… ? » LE JEUDI 28 MAI 2015 À 19H À LA BFM


INVITATION : CONFERENCE GRAND PUBLIC
entrée libre et gratuite dans la mesure des places disponibles


Mais c’est bien plus que du polar…
jeudi 28 mai 2015, à 19h
BFM, 2 place Aimé Césaire
Limoges
par Natacha Levet


Depuis quelques années déjà, 1 livre sur 4 vendu en France est un polar. Sous cette étiquette commode de polar se cache une production hétérogène, qui rassemble aussi bien les thrillers de Dan Brown ou de Marry Higgins Clark que les romans noirs d’Antoine Chainas et les polars politiques des auteurs scandinaves. Et si l’on s’arrêtait, une fois n’est pas coutume, sur les romans noirs français ? De Léo Malet à Antoine Chainas en passant par Jean-Patrick Manchette, beaucoup de chemin a été parcouru. Le roman noir français, saisi aujourd’hui, permet de poser de nombreuses questions. Tout d’abord, est-il vraiment du récit policier ? Historiquement, la production française s’enracine dans des familles, qui pour être proches, n’en sont pas moins différentes. Ensuite, le polar français est-il spécifique ? Quoi de commun entre le polar « amerloque » de la Série Noire de 1946, le néopolar des années 1970 et 1980 et le roman noir d’Antoine Chainas ou d’Hervé Le Corre aujourd’hui ? Enfin, qu’en est-il du statut du roman noir dans le paysage littéraire français ? Est-il toujours ce mauvais genre si décrié ? Est-il au contraire si légitime que certains le disent ? Comment certains auteurs parviennent-ils à s’échapper des collections spécialisées ? Ont-ils vraiment réussi à écrire plus que du polar ?



Conférencier :
Natacha Levet est maître de conférences en littérature à l’Université de Limoges, en poste à l’ESPE de l’Académie de Limoges (ex-IUFM) depuis 2007. Au sein de l’EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles), elle travaille sur le genre policier (roman noir, fictions policières, fictions holmésiennes) et sur la littérature de jeunesse, plus précisément la littérature destinée aux adolescents. Mots-clés : fiction policière, roman noir, roman Young Adult, polar jeunesse, circulation transnationale des fictions populaires.
Publication : Sherlock Holmes. De Baker Street au grand écran, Autrement, 2012.

Appel à communication : Anachronisme

Appel à communication

Anachronisme

Colloque interdisciplinaire

15-16 octobre 2015, Nancy

« Le problème est d’arrêter avec exactitude la série des précautions à prendre, des prescriptions à observer pour éviter le péché des péchés, le péché entre tous irrémissible : l’anachronisme. » (Lucien FEBVRE, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle, 1942)

Attesté en 1625 (Gabriel NAUDÉ, Apologie pour tous les grands hommes qui ont este accusez de magie), le terme est à visée exclusivement péjorative. Il est d’abord utilisé pour désigner « une confusion de dates ». Aujourd’hui, l’anachronisme comprend de nouvelles significations, puisqu’il permet de qualifier un objet, des mœurs, une pratique ou encore une personne en inadéquation avec son temps. Il apparaît alors que les études historiques en font une notion négative dans la mesure où elle est liée à l’idée de faute et qu’elle contrevient à l’impératif de rigueur chronologique.

Mais qu’advient-il du sens donné à l’anachronisme lorsqu’il est observé sous le prisme des études littéraires, et plus largement, des études culturelles ?

Il semblerait qu’interrogé sous cet autre regard, l’anachronisme se teinte d’ambivalence. Ainsi, nous invitons les jeunes chercheurs à questionner l’anachronisme en tant que notion équivoque, à la fois maladresse indésirable et confusion préméditée. En ce sens, les propositions d’intervention pourront être dirigées selon les trois axes suivants :

Poétique de l’anachronisme

Se faisant jeu, l’anachronisme ne souffrirait plus de sa mauvaise image. Mieux : l’erreur intentionnelle semble être le moteur créatif d’une production littéraire ou culturelle.

Il s’agira ici d’étudier les manipulations temporelles très présentes dans les littératures dites de l’imaginaire. Les voyages dans le temps et les paradoxes temporels issus de la science-fiction (The Time Machine de H.G. Wells, Le voyageur imprudent de Barjavel) ou dans un sous-genre de la SF, le rétro-futurisme du steampunk (The Anubis Gates de Tim Powers, Infernal Devices de K.W. Jeter) permettrait d’interroger la portée créatrice de l’anachronisme. On peut songer aussi à la réécriture fictionnelle de l’Histoire opérée par les auteurs d’uchronies (The Man in the High Castle de Philip K. Dick, Time Patrol de Poul Anderson).

Intentionnel, l’anachronisme peut être étudié comme outil de réactualisation et de réécriture – on pense à Antigone de Jean Anouilh mettant en scène des gardes à un jeu de cartes qui n’existe pas à l’époque antique – ou comme ressort comique. Reposant sur la confrontation de références culturelles ou entres autres sur des types de langage issus de périodes historiques différentes, elle fait naître l’absurde et le rire. Dans le domaine de la bande-dessinée, Goscinny s’en est fait une spécialité (AstérixIznogoud). Plus récemment, le succès de la série télévisée Kaamelott réalisée par Alexandre Astier montre l’importance de cette technique dans l’étude de l’humour.

Critique de l’anachronisme

Involontaire, l’anachronisme est porté en accusation. Comment l’envisager lorsqu’il est repéré dans une trame narrative ayant pour dessein de s’inscrire au plus près du réel (roman historique, réaliste ou autobiographique). De fait, l’anachronisme fait débat et provoque la polémique : le jeu vidéo Assassin’s Creed Unity est accusé de relecture historique au profit d’une pensée contre-révolutionnaire. Il peut également se transformer en jeu de piste pour les cinéphiles qui traquent la moindre étourderie scénaristique ; pratique qui s’est popularisée grâce au succès du sitemoviemistake.com.

Par ailleurs, la lecture et l’analyse littéraire que nous faisons aujourd’hui des textes anciens pourrait être qualifiée d’anachronique. Comme le postule Marc Escola, « les œuvres nous « parlent » certes depuis le passé, dans une langue qui n’est plus la nôtre, mais elle nous « parlent » toujours au présent, en produisant des significations toujours différentes et toujours neuves (…). » Il serait donc intéressant de questionner les enjeux d’une lecture moderne d’un texte ancien.

Anachronisme & interculturalité

Dans cet axe, nous entendons interroger les représentations de l’Altérité dans les œuvres. Il s’agit donc d’étudier l’anachronisme à la lueur de l’imagologie.

On peut se placer du point de vue d’un auteur qui fait référence à un pays, une culture étrangère en véhiculant une image qui ne correspond plus – ou qui n’a jamais correspondu – avec la réalité culturelle de ce pays. Nous sommes donc ici proche de l’étude du stéréotype. Prenons pour exemple Vasco Pratolini qui décrit dans Cronache di poveri amanti un type de bar français, situé dans le Florence des années 1920, qui n’existe plus en France.

Mais on peut également se placer du point de vue du traducteur. Celui-ci, par ses présupposés culturels, peut influer la réception d’un texte par le choix d’un mot plutôt qu’un autre et produire un texte en décalage avec le texte source, décalage qui peut être d’ordre anachronique.

Modalités de participation

Ce colloque interdisciplinaire accueillera les jeunes chercheurs (étudiants de master ainsi que doctorants et post-doctorants) en sciences humaines. Il se tiendra les 15 et 16 octobre 2015 sur le campus Lettres et Sciences humaines de l’Université de Lorraine à Nancy. Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots, accompagné d’une courte notice biobibliographique), rédigées en français devront être envisagées pour une communication de 20 minutes et seront à soumettre au comité organisateur (jeuneschercheursLIS2015@gmail.comavant le 30 juin 2015.

Comité organisateur :

Marie-Hélène Bauer (Université de Lorraine)

Apolline Lehmann (Université de Lorraine)

Giovanni Vitali (Université de Lorraine)

Colloque « Imaginaire sériel » (Grenoble, 28-29 mai)

1582-architecture-design-muuuz-web-magazine-blog-photographies-art-serie-Amsterdam-Ile-de-Re-New-York-Prague-Paris-wall30-anne-laure-maison-2Le colloque fait suite à une série de séminaires organisés à l’université Stendhal (octobre 2013 – décembre 2014), et dont l’objectif était de proposer une réflexion sur le rapport entre la série télévisée et le mythe. Il vise à élargir ce questionnement de façon à interroger l’impact de la sérialité sur notre imaginaire.

Pour info, retrouvez l’appel à communication ici.

Le carnet de recherches en ligne « Mythes et séries télévisées » propose des comptes-rendus des séances du séminaire.

 

Programme

 

JEUDI 28 MAI

Séances du matin, salle Jacques Cartier, LANSAD

8h30-9h30 Accueil

9h30-10h Discours d’ouverture et mot d’introduction

10h-11h Keynote Speaker: Malcolm Andrews, Fiction on a Drip-Feed: Dickens and Serialisation

11h-12h15 Session 1 : Matérialité et médium, l’objet livre en série

– Michèle Haenni, Sérialité de l’oeuvre de Michel Butor.

– Côme Martin, Quand le feuilleton s’enraye : intégrales tronquées et séries interrompues en bande dessinée.

12h15-14h : pause déjeuner

Séances de l’après-midi, amphithéâtre de la MSH-Alpes

14h-15h15 Session 2 : Idéologie et imaginaire collectif

– Emilie Roman, Sérialité monumentale et imaginaire collectif: D.C. comme espace de domination idéologique.

– Charline Bourcier-Doyer, Emprunt, appropriation et transposition dans le processus pictural de la série.

15h15-16h30 Session 3 : Les mécanismes de la réception

– Noémie Fargier, Mesures de l’envoûtement. Série, répétition et dédoublement dans Dance de Lucinda Childs et Rosas danst Rosas d’Anne Teresa De Keersmaeker.

-Blodwenn Mauffret, La sitcom : le rire séquentiel et la domination idéologique – Étude sur la série Friends (1994-2004).

16h30 pause-café

 

VENDREDI 29 MAI

Matin, amphithéâtre MSH-Alpes

9h-9h30 Accueil

9h30-10h45 Session 4 : le même et le multiple

– Arnaud Laimé, Perversion et subversion dans l’œuvre de Jacques Abeille/Léo Barthe : pour une poétique de l’imaginaire sériel.

– Martial Martin, Battlestar Galactica reloaded : Clonage imaginaire et sérialité.

10h45-11h00 pause-café

 11h00-12h15 Session 5 : Clins d’œil, clichés et répétitions : la création d’un univers de références

– Hervé de La Haye, Éternel retour : échos, reflets, réitérations dans Les Mondes engloutis.

– Nikol Dziub, Arabesques narratives et textes-phénix : le voyage-feuilleton et son antidote.

12h15-13h30 pause déjeuner

Après-midi, amphithéâtre MSH-Alpes

13h30-15h15 Session 6 : Répétition et infini : la question du temps dans les séries télévisées

– Olivier Chopin, L’intelligence en échec : temporalité, circularité et figuration du renseignement dans la série Rubicon.

– Laurence Picano-Doucet, Du temps réel au temps imaginaire dans la série Once Upon a Time.

– James Dalrymple, ‘Living in Harmony?’ The Prisoner and the ‘out-of-genre experience’.

15h15-15h45 pause-café + Conclusion

ReSF n° 5 : « Culture visuelle et avant-garde »

resfuturae5-small480Res Futurae, Revue d’études sur la science-fiction, n°5, mai 2015, Dossier “Culture visuelle et avant-garde”, sous la direction de Mehdi Achouche et Samuel Minne

La culture populaire comme l’avant-garde ont suscité des études riches et spécifiques. En faisant dialoguer des spécialistes des deux pôles, ce numéro explore comment, dans les images de la science-fiction, la culture populaire et, à travers l’avant-garde même, toutes les formes d’académisme, même oxymoriques, s’éclairent réciproquement.

Le numéro en ligne est disponible ici : http://resf.revues.org/514

Nous en reproduisons ici le sommaire :

 

 

 

Appel : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire :

La réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe XXIe siècles)

 EPHE/Université de Rouen, 1-2 avril 2016

 

assassin-s-creed-2-672x372

Crédits image : Assassin’s Creed 2, Ubisoft, 2009

Comité d’organisation

Mélanie Bost-Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE, CNRS-IRHT) et Sandra Provini (CÉRÉdI/Rouen)

Argumentaire

Les études de réception, qui constituent aujourd’hui en France un champ de la recherche en plein essor, ont abordé largement la présence du Moyen Âge[1] et, plus récemment, de l’Antiquité gréco-latine[2] aux XXe et XXIe siècles, en prenant de plus en plus fréquemment en compte les littératures de l’imaginaire et la culture populaire contemporaine. Le colloque organisé en 2012 sur L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain : fantasy, science-fiction, fantastique[3] a notamment permis de mettre en évidence la complexité des jeux de réécriture, de citation, de détournement, et la fécondité des motifs et mythes antiques dans la construction d’univers secondaires, mais a aussi fait apparaître la Renaissance comme un jalon incontournable de la réception de l’Antiquité aux XXe et XXIe siècles.

Pourtant, cette période, envisagée ici sur la longue durée, du Quattrocento à la fin du XVIe siècle, n’a pas encore reçu en France toute l’attention qu’elle semble mériter et que lui accordent déjà depuis plusieurs années les recherches anglophones sur le devenir de la Renaissance anglaise[4]. La Renaissance entretient en effet avec l’idée même de réception une affinité évidente : humanistes et artistes commentent, imitent, réinventent textes, œuvres et concepts antiques et médiévaux. Nombreux sont ainsi les travaux consacrés à la réception des œuvres antiques à la Renaissance, qui font apparaître cette période comme un modèle pour le réinvestissement de sources anciennes dans la création. Mais on ne s’est encore guère intéressé à la manière dont les œuvres, les personnes, les idées de la Renaissance avaient pu informer l’imaginaire contemporain[5], et dont les œuvres des XXe et XXIe siècles s’approprient ce matériau[6]. La réception de la Renaissance au xixe siècle est mieux connue, et a suscité de nouvelles études ces dernières années[7], qui ont pu à l’occasion aborder le XXe siècle[8]. L’attention s’est aussi portée, plus ponctuellement, sur la réception de tel ou tel « grand » auteur dans une perspective diachronique large : Rabelais, Ronsard et la Pléiade, Montaigne et d’Aubigné se sont vu consacrer des monographies ou des collectifs. Mais là encore, les travaux ont principalement exploré le XIXe siècle[9], qui apparaît comme un point de relais majeur pour la réception contemporaine de la Renaissance.

C’est sur celle-ci cependant que nous souhaitons nous concentrer, en privilégiant la réception du Quattrocento et du XVIe siècle aux XXe et XXIe siècles, et en nous intéressant tout particulièrement aux œuvres de grande diffusion et à la présence de la Renaissance dans la culture populaire des cinquante dernières années, afin de dégager, dans un travail comparable à celui qui a été conduit sur les époques antérieures, les particularités de la réception de la Renaissance à l’époque contemporaine. Quels événements ont marqué l’imaginaire collectif ? Quelles caractéristiques spécifiques de la Renaissance des différents pays européens peut-on identifier dans les représentations populaires de la période ? Que reste-t-il de l’humanisme aujourd’hui ? Comment est perçue sa place dans l’histoire européenne ?

On s’intéressera, pour répondre à ces questions, à un large éventail de créations, prioritairement dans le domaine francophone, encore peu étudié : littérature, en particulier littérature dite de genre (science-fiction, fantasy, roman policier, romance) et succès de librairie, bande-dessinée, cinéma, séries télévisées, jeux (vidéo, de société, de rôle).

Trois axes de réflexion nous ont paru particulièrement féconds :

la réception de la littérature européenne de la Renaissance.

On s’intéressera aux lectures actualisantes, aux réécritures littéraires et aux transpositions sur la scène et à l’écran des œuvres de la période – sans s’en tenir à l’auteur le plus abondamment adapté, Shakespeare. On se demandera quel type d’imitation les auteurs contemporains pratiquent : la contaminatio patiemment élaborée à partir de sources précises (réécriture futuriste de la Jérusalem libérée par François Baranger dans Dominium mundi), qui pourra donner lieu à des analyses hypertextuelles détaillées[10] ; la transposition de personnages « transfictionnels »[11] dans de nouveaux univers (Prospero et Caliban dans Olympos de Dan Simmons) ou encore la simple reprise d’éléments culturels qui, accédant au statut de mythes universels, ont gagné leur indépendance par rapport à leur période d’invention (Roméo et Juliette, de la science-fiction à la comédie musicale).

On examinera aussi les rééditions et les commentaires instrumentalisant pour une nouvelle cause des œuvres de la Renaissance devenues modèles de littérature de combat, comme la Satyre Ménippée, à la Révolution et sous la IIIe République, ou le discours De la servitude volontaire de La Boétie, régulièrement réédité en Europe dans les périodes de révolution ou de guerre. On pourra aussi se demander quelle influence les écrits de More, Machiavel ou La Boétie exercent sur la mode actuelle de la dystopie.

On pourra également s’intéresser aux fictions biographiques et aux biopics consacrées aux écrivains (Rabelais, Montaigne, Marie de Gournay…) ainsi qu’aux lectures contemporaines de penseurs humanistes perçus comme sources de notre « modernité » (Stefan Zweig, Michel Butor, Milan Kundera, Carlos Fuentes, Antoine Compagnon).

Enfin, on pourra étudier le devenir de la langue de la Renaissance, avec laquelle les écrivains francophones se sentent une affinité particulière[12], ou encore celui des jeux de langage perçus comme propres à la période, les Grands Rhétoriqueurs ayant été pris pour modèles tant par les « Incohérents » à la fin du XIXe siècle que par Aragon dans ses recueils de la Résistance ou par les membres de l’Oulipo au XXe siècle. On citera aussi la recherche linguistique effectuée par Robert Merle dans sa saga historique Fortune de France, qui connut un grand succès populaire. Dans le domaine anglophone, la langue de Shakespeare est source de nombreuses expérimentations littéraires, comme la réécriture des deux trilogies Star Wars dans le style du dramaturge.

la réception des arts et de l’imaginaire symbolique.

On cherchera à cerner notre mémoire des œuvres d’art de la Renaissance, pour laquelle le public montre toujours un engouement certain qu’indiquent tant la fréquentation des expositions que les nombreuses publicités illustrées par des tableaux renaissants, ou encore la reprise par les cinéastes de procédés de composition ou d’éclairage immédiatement reconnaissables comme renvoyant à cette période. La vigueur persistante de l’imaginaire pictural hérité de la Renaissance se repère tant dans les clins d’œil et pastiches (Bruegel dans Astérix chez les Belges) que dans les détournements d’œuvres d’art (L.H.O.O.Q.). On se penchera aussi sur la manière dont la peinture de la Renaissance (italienne et flamande en particulier) nourrit les fantasmes contemporains, comme en témoignent les nombreux polars et thrillers basés sur le mystère supposé de ces œuvres (Dan Brown, Iain Pears, Arturo Pérez-Reverte). De nombreuses fictions imaginent également la vie des peintres et les conditions de réalisation de leurs œuvres (Sophie Chauveau, Jean Diwo, Tracy Chevalier), ou élaborent une véritable mystique autour de certaines figures, comme Léonard de Vinci.

On s’intéressera en outre au devenir d’autres formes artistiques, comme le théâtre, la danse et la musique, et aux efforts de compagnies (Ris et danceries) ou d’ensembles (Clément Janequin, Doulce Mémoire) pour permettre leur diffusion, ainsi qu’à la manière dont la chanson s’est emparée de techniques musicales et de textes poétiques renaissants (disque Poétesses de la Renaissance de Chantal Grimm, chansons et albums de Ridan ou de Sting).

On pourra, enfin, prendre en compte la réception d’un imaginaire symbolique plus diffus à l’œuvre notamment dans la construction d’univers secondaire : paysages urbains – on pense à la Ciudalia de Jean-Philippe Jaworski (Gagner la guerre) ou à la Camorr de Scott Lynch (The Lies of Locke Lamora) –, qui rappellent la Gêne ou la Venise de la Renaissance ; pratiques sacrées et occultes (l’alchimie dans L’Œuvre au noir de Marguerite Yourcenar, Nostradamus) ; imaginaire du complot ; univers de la fête, de la mascarade, renversement carnavalesque ; redécouverte d’un passé perdu ou inconnu.

– la réception des événements historiques, des grandes découvertes et des inventions scientifiques.

On verra comment la représentation d’événements ou de personnages historiques oscille entre fantasme, anachronisme délibéré et souci de véracité. On pourra ainsi étudier la mémoire de la Réforme et des guerres de religion, souvent relues au prisme de l’actualité contemporaine (mise en parallèle de la Saint-Barthélemy avec la guerre de Bosnie-Herzégovine dans La Reine Margot de Patrice Chéreau). On s’intéressera aussi au devenir de certaines dynasties qui ont suscité une légende toujours vive, souvent accompagnée d’un parfum de scandale, comme les Tudor, les Borgia (qui ont inspiré d’innombrables pièces et romans, d’Hugo et Dumas à Manuel Vázquez Montalbán et Mario Puzo, et aux deux séries récentes, The Borgias et Borgia) ou les derniers Valois (Charly 9 de Jean Teulé, pour ne citer que le dernier titre en date inspiré par cette famille). Il sera en particulier nécessaire de revenir sur la genèse de la légende de ces différents personnages, et sur les œuvres qui, au xixe siècle notamment, en ont fixé les traits dans l’imaginaire contemporain, comme les historiens se sont attachés à le faire en ce qui concerne la « légende noire » des Valois, aujourd’hui largement révisée dans les ouvrages savants mais toujours vivace dans la culture populaire. Les femmes de ces dynasties, de Lucrèce Borgia à « Margot » ou à la « reine noire » Catherine de Médicis, font tout particulièrement l’objet de clichés tenaces, peintes en courtisanes ou en sorcières, tandis que l’histoire littéraire a longtemps passé sous silence les plus grandes femmes écrivains de la Renaissance.

On verra aussi quelle empreinte ont laissée les découvertes et inventions de la Renaissance dans l’imaginaire contemporain – la conquête du Nouveau Monde (un roman comme Rouge Brésil de Jean-Christophe Rufin, un film comme The New World de Terence Malick ou encore une production pour enfants comme les Mystérieuses Cités d’or), la révolution copernicienne et les travaux de Galilée ou encore l’invention de l’imprimerie (par exemple dans Le Maître de Garamond d’Anne Cunéo) – et la manière dont celles-ci entrent en résonance avec les bouleversements épistémologiques et technologiques de notre post-modernité (mondialisation, révolution numérique…).

On pourra également se pencher sur le souci du réalisme historique dans la conception des costumes et des décors non seulement au cinéma (La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier), mais aussi dans le jeu vidéo (Assassin’s Creed 2).

L’exploration de l’ensemble de ces pistes permettra d’esquisser une cartographie de notre mémoire collective de la Renaissance. On se propose donc d’étudier la Renaissance comme un mythe, avec ses héros, ses héroïnes (souvent occultées par l’histoire), ses lieux privilégiés, un mythe construit et transmis par des générations de chercheurs, mais aussi d’artistes, de romanciers, de cinéastes, qui tout à la fois reconduisent des lieux communs et réinventent sans cesse cette période. Pour définir cette « Renaissance imaginaire » dans la culture contemporaine, le colloque, résolument interdisciplinaire, associera des interventions de chercheurs et des entretiens avec des écrivains et créateurs qui seront invités à réfléchir sur leurs pratiques et leur rapport à la Renaissance. Il s’adressera tant aux spécialistes de la Renaissance intéressés par ses prolongements à l’époque contemporaine, qu’aux spécialistes de littérature comparée, de littérature des xxe et xxie siècles, des arts du spectacle et aux historiens de l’art.

Délais

Les propositions de communication seront envoyées aux organisateurs sous la forme d’un résumé d’une page maximum, accompagnées d’une courte bio-bibliographie avant le 30 juin 2015 à l’adresse courriel suivante : melanie.bostfievet@gmail.com

Comité scientifique

Anne Besson (Maître de conférences HDR à l’université d’Artois), Daniele Maira (Professeur à l’université de Göttingen), Gérard Milhe Poutingon (Professeur à l’université de Rouen), Jean-Charles Monferran (Professeur à l’université de Strasbourg), Isabelle Pantin (Professeur à l’École Normale Supérieure), Stéphane Rolet (Maître de conférences à l’université Paris 8), Jean Vignes (Professeur à l’université Paris-Diderot)

*

[1] L’association « Modernités médiévales », notamment, organise depuis 2004 de nombreuses manifestations universitaires autour du médiévalisme.

[2] Si les universitaires anglo-saxons ont développé les Classical Reception studies depuis une vingtaine d’années et si les comparatistes français ont largement travaillé la réception des mythes antiques dans la littérature contemporaine, les études de réception de l’Antiquité semblent connaître un nouvel essor depuis les années 2000, avec la création de la revue Anabase en 2005, la publication du séminaire Modernités antiques organisé par V. Gély et A. Tomiche en 2007-2009 et l’organisation d’un colloque sur l’Antiquité dans la poésie contemporaine par P. Galand et B. Gorrillot en 2011, dont les actes paraîtront prochainement aux éditions Droz sous le titre : L’empreinte gréco-latine dans l’écriture contemporaine. Voir notamment S. Ballestra-Puech, « L’héritage gréco-latin », La Recherche en littérature générale et comparée en France en 2007. Bilan et perspectives, études réunies par A. Tomiche et K. Ziegler, Presses universitaires de Valenciennes, 2007, p. 47-55 ; V. Gély, « Les Anciens et nous : la littérature contemporaine et la matière antique », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2009/2, p. 19-40 ; « Partages de l’Antiquité : un paradigme pour le comparatisme », Partages de l’Antiquité : les classiques grecs et latins et la littérature mondiale, dir. V. Gély, Revue de littérature comparée, LXXXVI, n° 4, octobre-décembre 2012, p. 387-395 (p. 390-391). Voir aussi le programme de recherche allemand « Transformationen der Antike » (http://www.sfb-antike.de).

[3] Voir L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain : Fantasy, science-fiction, fantastique, sous la dir. de M. Bost-Fiévet et S. Provini, Paris, Classiques Garnier [Rencontres, n° 88], 2014.

[4] La réception de la Renaissance anglaise aux xxe et xxie siècles a déjà donné lieu à de nombreux colloques et publications, qu’ils portent sur les Tudors (voir Tudorism: Historical Imagination and the Appropriation of the Sixteenth Century, éd. Tatiana C. String and Marcus Bull, Oxford University Press, 2011), les représentations d’Elisabeth (voir par exemple Michael Dobson et Nicola J. Watson, England’s Elizabeth : An Afterlife in Fame and Fantasy, Oxford, Oxford University Press, 2002) ou encore les adaptations de Shakespeare (voir notamment les travaux de Sarah Hatchuel et de Mark Thornton Burnett). Voir aussi l’ouvrage récent dirigé par Mark Thornton Burnett et Adrian Streete, Filming and Performing Renaissance History, Palgrave Macmillan, 2011, qui porte pour l’essentiel sur le cinéma et le théâtre contemporains.

[5] Il faut citer toutefois l’ouvrage pionnier consacré à La postérité de la Renaissance, textes réunis par Fiona Mcintosh-Varjabédian en collaboration avec Véronique Gély, Éditions du conseil scientifique de l’Univ. Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2007. On signalera aussi le volume collectif Recepcja renesansu w XIX i XX wieku, éd. Małgorzata Wróblewska-Markiewicz, Łódź, 2003, le colloque international organisé par l’Université d’Harvard et l’EHESS en novembre 2011 sur « Renaissance & cinema », ainsi que la table-ronde « Devenirs de la Renaissance » organisée par Jean-Charles Monferran et Anne Réach-Ngô le 8 juin 2013 et le colloque Inextinguible Rabelais organisé par Mireille Huchon du 12 au 15 novembre 2014 à Paris-Sorbonne.

[6] On citera en particulier l’exercice de micro-lectures pratiqué par Paul J. Smith dans Réécrire la Renaissance de Marcel Proust à Michel Tournier, exercices de lecture rapprochée, Amsterdam, Rodopi [Faux titre], 2009.

[7] Du dynamisme de ce champ d’étude témoignent le collectif Une liberté orageuse. Balzac – Stendhal. Moyen Âge, Renaissance, Réforme, textes réunis par Michel Arrous, Florence Boussard et Nicolas Boussard, Paris, Eurédit, 2004, ainsi que les thèses récentes de Stéphane Arthur, La représentation du seizième siècle dans le théâtre romantique (1826-1842), thèse de doctorat sous la direction de Françoise Mélonio, soutenue à l’université Paris-Sorbonne en octobre 2009, et de Daniele Maira, Renaissances romantiques. Littérature, Histoire, Idéologies, thèse d’habilitation présentée à l’Université de Bâle en décembre 2013.

[8] Entre la lumière et les ténèbres. Aspects du Moyen Âge et de la Renaissance dans la culture des XIXe et XXe siècles, éd. Brenda Dunn-Lardeau, Paris, Champion, 1999.

[9] On citera toutefois la journée d’étude organisée par Catherine Volpilhac-Auger à l’ENS de Lyon le 24 avril 2015 sur « La fabrique de la Renaissance au temps des Lumières. Éditer les auteurs du xvie siècle au xviiie ».

[10] Cf. Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, éditions du Seuil [Points Essais], 1982.

[11] Voir R. Saint-Gelais, Fictions transfuges : la transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

[12] Voir la journée d’étude organisée et animée par Michel Jourde et Cécile Van den Avenne à l’ENS de Lyon (14 mai 2013) sur la « présence de Rabelais dans les littératures de langue française d’Afrique et d’Amérique ».

Parution : les « constellations » d’Anne Besson

08341-Constellations

Anne BESSON, Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, CNRS Éditions, 2015

Univers alternatifs proliférants, jeux de rôle, fan fictions, atlas imaginaires, bibliographies fictives : les indices d’une évolution de notre rapport aux fictions sont partout. Ils participent à la construction d’un imaginaire commun propre à l’Occident post-moderne : le monde est une histoire, l’œuvre est un monde, tout est jeu, hors le jeu lui-même.

Les producteurs et les consommateurs se saisissent de plus en plus des œuvres aimées pour en poursuivre ou en détourner l’intrigue, en incarner les personnages. Si cela n’est pas fondamentalement nouveau, le nombre de ces phénomènes d’expansion et d’appropriation explose avec la démocratisation d’Internet. Usagers, lecteurs, spectateurs, joueurs peuvent devenir créateurs à leur tour, avec un considérable public potentiel. Les œuvres de fiction deviennent des mondes, le monde réel est fictionnalisé. Nous vivons une ère de l’imagination réhabilitée… Anne Besson décrypte pour nous ce nouvel âge de la fiction.

Parution : Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone (1950-2010)

Les actes du colloque international tenu en novembre 2012 à Bordeaux et intitulé Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone : métaphysique, religion, politique ? (1950-2010) (université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, E.A. CLARE, 21-23 novembre 2012) viennent d’être publiés dans le numéro 111 d’Eidôlon : Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone (1950-2010), Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon, 111, 2014.

À noter que les vidéos des interventions sont disponibles en ligne sur Youtube.

1er_couv__Dx_cachs_SF_introTélécharger la table des matières

Télécharger l’avant-propos de N. Vas-Deyres et P. Bergeron.

   Héritière de l’anticipation, du merveilleux scientifique et des voyages extraordinaires, la science-fiction française et francophone devait se renouveler profondément  à partir des années 1950, confrontée à des changements sociétaux irrépressibles, à l’irruption de la science-fiction américaine  en France et dans le reste de l’espace francophone. Quelles sont donc les forces sous-jacentes, ces « dieux cachés » qui allaient présider à une créativité singulière dans tous les domaines science-fictionnels ? La politique, la métaphysique et le religieux semblent être les soubassements essentiels d’une science-fiction écrite en français, multipliant des ponts culturels entre littérature, cinéma et bande-dessinée, entre production artistique exigeante et succès populaire. La science-fiction en France est devenue un champ culturel autonome qui subirait de nombreuses évolutions, chaque génération produisant des écrivains à la créativité singulière, dont les réflexions critiques enrichiraient ce domaine de l’imaginaire. Explorant un large spectre de la science-fiction francophone en privilégiant des approches pluridisciplinaires, de Gérard Klein à Pierre Bordage, de l’utopie à la politique, de l’écologie à la révolte, de la poésie au cyberpunk, de Chris Marker à Luc Besson, Des pionniers de l’espérance à Enki Bilal, cet ouvrage ouvre le champ de la recherche universitaire à un domaine inédit et riche, la science-fiction d’expression française des années 1950 à aujourd’hui.

 Ce numéro 111 de la collection Eidôlon est exceptionnel à plus d’un titre :

  • c’est le premier ouvrage universitaire consacré exclusivement à la science-fiction française et francophone. Fruit d’un programme de recherche en partenariat avec des universités canadiennes anglophones et francophones, c’est le premier tome d’une série de deux ouvrages couvrant l’anticipation et la SF des années 1890 à nos jours (Tome 2 prévu en 2015, C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec. 1880-1950)
  • Il est dirigé par 5 chercheurs spécialistes du domaine (Florence Plet-Nicolas et Danièle André) dont deux canadiens (Patrick Bergeron et Patrick Guay) et Natacha Vas-Deyres, qui a obtenu le Grand prix de l’imaginaire catégorie essai en 2013 pour Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXème siècle, Honoré Champion, Paris.
  • Plus de 26 auteurs pour cet ouvrage de référence, dont Gérard Klein, écrivain, critique et directeur de collection chez Robert Laffont de la prestigieuse collection « Ailleurs et demain », Elisabeth Vonarburg, écrivaine québécoise reconnue mondialement pour son œuvre ou encore Marc Atallah, chercheur de l’Université de Lausanne et directeur de la Maison d’Ailleurs à Yverdon (et qui vient d’obtenir le Grand Prix de l’imaginaire 2014 catégorie essai, pour Souvenirs du futur)
  • Cet ouvrage collectif sera candidat au Grand Prix de l’imaginaire, catégorie essai, 2015.