Appel : « BD et catastrophe »

 

COLLOQUE

L’art séquentiel et les catastrophes (bande dessinée, manga, roman graphique)

11 -13 février 2016, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

deluge-neufeld-672x372Crédits image :  AD, La Nouvelle-Orléans après le déluge de Josh Neufeld.

Appel à communication pour le 30 juin 2015

L’art séquentiel – les bandes dessinées, les mangas, les romans graphiques etc. – est-il un des moyens privilégiés, à notre époque, de rendre compte des catastrophes, d’en témoigner, d’en transmettre la mémoire ?

Les deux guerres mondiales ont certes donné lieu à des œuvres réalisées dans les années 1970 et 1980 et qui sont devenues des classiques (tels que Maus, ou Gen d’Hiroshima). Mais depuis le début du troisième millénaire (et peut-être le 11/9, suivi d’une nouvelle œuvre de Spiegelman), le phénomène semble s’accentuer. Au même moment, l’apparition de la bande dessinée journalistique (les œuvres de Joe Sacco ou de Guy Delisle p.ex.) semble avoir définitivement acquis au neuvième art une compétence pour les sujets sérieux – y compris pour les catastrophes.

Des catastrophes de nature différente sont concernées : historiques, comme les génocides du Rwanda et du Cambodge, la guerre israélo-palestinienne, naturelles, comme le tsunami de 2004 dans l’océan Indien et au Japon en 2011 ou l’ouragan Katrina, nucléaires, comme l’accident de la centrale de Tchernobyl (qui a donné lieu à plusieurs œuvres).

En jouant sur l’harmonie ou la dissonance du texte et de l’image, en recourant souvent à plusieurs styles de dessin (noir et blanc / couleur ; intégration de photos ; caractères d’écriture différents) ou encore en juxtaposant plusieurs niveaux de narration, ces œuvres rendent compte d’événements récents ou éloignés avec plus ou moins d’objectivité, exploitant le clivage entre le documentaire et le romanesque. Les bandes dessinées peuvent intégrer un vécu personnel voire aider à surmonter le passé ; elles peuvent aussi faire parler des témoins réels ou fictionnels afin de saisir des catastrophes dont, parfois, peu de preuves matérielles subsistent (ainsi, Igort, dans Quaderni ucraini, entreprend d’enregistrer et d’illustrer des témoignages tardifs sur la famine des années 1930, en Ukraine). Les catastrophes sont décrites de l’intérieur, par les témoins même, ou de l’extérieur, par des visiteurs étrangers. Elles ont connu une répercussion mondiale – ou sont plus ou moins tombées dans l’oubli avec l’éloignement dans le temps (c’est le cas de la rupture du barrage de Malpasset, à Fréjus, en 1959, qui a donné lieu à un roman graphique de témoignage, par Corbeyran et Horne, sorti en 2014).

Ce colloque a pour objectif : 1) de répertorier et de cartographier un genre dans une perspective mondiale, 2) de l’analyser sous l’angle formel, historique, social et culturel, 3) d’étudier les facettes de l’intermédialité dans les œuvres même, mais aussi en opposant l’art séquentiel à d’autres médias.

La dimension comparatiste sera privilégiée, qu’elle soit le parti-pris des communications ou qu’elle émerge au cours du colloque. On pourra par exemple, analyser plusieurs romans graphiques, émanant de plusieurs aires culturelles différentes, prenant pour objet une même catastrophe. On pourra aussi s’intéresser à la diffusion et à la réception de ces œuvres. On se demandera enfin quelles sont les caractéristiques formelles, stylistiques, de ce medium et des œuvres particulières, pour qu’elles s’imposent comme outil d’information, art politique et art de la mémoire.

Le colloque se déroulera du 11 au 13 février 2016, à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle.

Organisatrices : Charlotte Krauss (Universität Freiburg) et Françoise Lavocat (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)

Les langues de travail sont le français et l’anglais

Des propositions (250 mots environ) pour des communications de 30 minutes sont à envoyer parallèlement à :

charlotte.krauss@igk1956.uni-freiburg.de et à francoise.lavocat@univ-paris3.fr

Date limite : 30 juin 2015

JE doctorale : Transmedial Serialities / Sérialités transmedia (Liège, 29 avril 2015)

Hélène et moi participerons en tant qu’intervenantes à la journée d’étude du groupe Intersection mercredi prochain à Liège !

th

Transmedial Serialities /Sérialités transmedia

Journée d’étude – Mercredi 29 avril 2015 à 9h – Salle Lumière – ULg – Place du 20-Août 7 – 4000 Liège.

Le groupe de doctorants Intersection – récemment reformé – a le plaisir de vous convier à sa première journée d’étude, intitulée “Transmedial Serialities / Sérialités transmedia”.

Celle-ci aura lieu le mercredi 29 avril et débutera à 9h à la salle Lumière (Place du XX Août, Bât. A1).

Nous aurons le plaisir d’y recevoir Matthieu Letourneux (Maitre de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) en tant que conférencier d’honneur, qui ouvrira la journée par son intervention “Faire l’histoire de la sérialité transmédiatique – quelques pistes”.

Voir le programme : affiche_transmedia

Science Fiction Studies n° 25

sunrise-11058_640

Le n° 25 de la revue Science Fiction Studies vient de paraître.

ARTICLES

  • Graham J. Murphy. Archivization and the Archive-as-Utopia in H.G. Wells’s The First Men in the Moon and “The Empire of the Ants »

  • Steven Mollmann. Air-Ships and the Technological Revolution: Detached Violence in George Griffith and H.G. Wells
  • Ian Campbell. Science Fiction and Social Criticism in Morocco of the 1970s: Muhammad `Azīz Lahbābī’s The Elixir of Life        
  • N. Katherine Hayles. Greg Egan’s Quarantine and Teranesia: Contributions to the Millennial Reassessment of Consciousness and the Cognitive Nonconscious
  • Joseph P. Weakland. “Forked Tongues”: Languages of Estrangement in China Miéville’s Embassytown              
  • J.P. Telotte. The Empire’s New Robots 
  • Brian Baker. “Here on the Outside”: Mobility and Bio-politics in Michael Winterbottom’s Code 46
  • Nidesh Lawtoo. Avatar Simulation in 3Ts: Techne, Trance, Transformation         

REVIEW-ESSAYS

  • Carol McGuirk. God in a Yellow Bathrobe: Patterson’s Robert A. Heinlein in Dialogue with his Century. Volume 2. 1948-88.
  • Patricia Melzer. Future Sex and Power? Call’s BDSM in American Science Fiction and Fantasy  

BOOKS IN REVIEW

  • Adler’s Physics and Math in Science Fiction (Gregory Benford)
  • Attebery’s Fantasy and the Remaking of Myth (Michael Levy) 
  • Brittain’s Eduardo Paolozzi at New Worlds (Andrew M. Butler)
  • Evans’s Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction (Adam Roberts)             
  • Fritzsche’s The Liverpool Companion to World SF Film (J.P. Telotte)      
  • Höglund’s The American Imperial Gothic (Liz Gumm)   
  • Hottois’s Généalogies Philosophique, Politique et Imaginaire de la Techno-science (Annabelle Dolidon)           
  • Londero’s Futuro Esquecido: A Recepção da Ficção Cyberpunk na América Latina (Pedro Groppo)          
  • Raulerson’s Singularities: Technoculture, Transhumanism, and Science Fiction in the 21st Century (Veronica Hollinger)          
  • Smith’s Conversations with William Gibson (Graham J. Murphy)            
  • Telotte’s Science Fiction TV (Brooks Landon)     
  • Vint’s Science Fiction: A Guide for the Perplexed (Grace L. Dillon)           

    NOTES AND CORRESPONDENCE

  • Israeli SF Anthology (Sheldon Teitelbaum)
  • Irradiating the Object and SF/F Now (Chris Pak) C
  • Call for Papers: SF and the Subject of South Asia (Joan Gordon)

Phylacterium : Entretiens avec de jeunes chercheurs sur la bande dessinée

Sur le très intéressant site Phylacterium. Réflexion sur la bande dessinée, une série d’entretiens réalisés par Julien Baudry (docteur en histoire de la bande dessinée) avec de jeunes chercheurs travaillant sur la bande dessinée est en cours de publication depuis plusieurs semaines. Je vous invite vivement à aller y jeter un coup d’oeil ! Ci-dessous la présentation de cette recherche par l’auteur lui-même :

« Pendant les mois de décembre 2014 et janvier 2015, j’ai réalisé une enquête auprès d’une vingtaine de récents et futurs docteurs ayant soutenu leur thèse ces cinq dernières années, ou actuellement en cours de thèse. Leur point commun est d’avoir contribué à la recherche scientifique sur la bande dessinée, dans des disciplines variées : littérature, histoire, sociologie, langues étrangères, SIC… Les entretiens issus de cette enquête seront publiés et serviront de matière à une série d’articles sur la « jeune recherche universitaire sur la bande dessinée », publiée sur Le Carnet de Comicalités. La transcription des entretiens sera publiée ici-même, sur Phylacterium. »

Le reste du blog vaut bien sûr le détour, notamment cette synthèse sur la bande dessinée de science-fiction post-1945, déjà signalée sur Populeum, et ce billet tout frais sur les rapports entre bande dessinée et SF avant 1945

Bonne lecture !

MOOC Fantasy (France université numérique, à partir du 19 mai 2015)

Fantasy, de l’Angleterre victorienne au Trône de fer

Le-vrai-Trone-de-Fer-selon-George-R.R.-Martin_w670_h372

Cours en ligne gratuit, ouvert à tous sur inscription, sur le site de FUN (France Université Numérique), par ici.

Ce MOOC, dont les 6 semaines de cours commenceront à partir du 19 mai sera consacré au genre littéraire et médiatique de la fantasy. Il permettra d’approfondir un goût aujourd’hui largement partagé grâce de nombreuses œuvres à succès (Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux, Game of Thrones…). On y présentera l’ampleur et la diversité thématique et historique de la fantasy : influence des mythes, héritage du Moyen Âge, grands auteurs du XIXe au XXIe siècle, romans, films ou jeux visant les enfants, les adolescents ou les adultes. Les cours seront assurés par une équipe de spécialistes du domaine, toutes rattachées à l’Université d’Artois : Anne Besson, Isabelle-Rachel Casta, Isabelle Olivier, Emmanuelle Poulain-Gautret, Myriam White le Goff.

Appel à communication : Les quarante ans du jeu de rôle (Paris III – Paris XIII, 12-14 juin 2015)

Journées d’études

« Les Quarante ans du Jeu de Rôle »

Universités de Paris 3-Paris 13

du 12 au 14 juin 2015

(vendredi au dimanche)

Organisées par Danièle André, Vincent Berry, Claire Cornillon, Isabelle Perier, Alban Quadrat

Les premières journées d’études consacrées au Jeu de Rôle1 se tiendront du 12 au14 juin 2015 à l’Université Paris 13 – Nord et à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ces journées d’études se proposent, à l’occasion de ses quarante ans, de dresser un état des lieux du jeu de rôle.

En 1974, un jeu intitulé Dungeons and Dragons voyait le jour aux éditions TSR sous la plume de Dave Arneson et Gary Gygax. Ce jeu, puisant ses sources dans le Wargame et le jeu d’escarmouches, allait être le premier élément initiateur d’un nouveau genre de jeux participatifs, les « jeux de rôle » (tabletop role-playing games, ou pen-and-paper role-playing games, ou table-talk role-playing games en anglais).

En 2014, le jeu de rôle a fêté ses quarante ans. Il est passé de l’enfance à l’adolescence, c’est-à-dire à l’âge du questionnement et de la remise en question de sa propre identité. En effet, la pratique et le « game-design » ont questionné continuellement la nature profonde du jeu de rôle et ont proposé des changements voire des expérimentations : par exemple, le partage de la narration entre le maître/meneur du jeu et les joueurs, le passage d’un seul meneur du jeu à plusieurs voire à aucun, l’échange des rôles entre joueurs et meneur du jeu en cours de partie, la proposition d’univers de jeu ouverts, émergeants ou définis par les joueurs, la classification des attentes ludiques des joueurs, etc. La forme du jeu de rôle s’est aussi adaptée aux nouveaux modes de vie de ses joueurs (parties plus courtes, livres de base courts et prêts à l’emploi, introduction du concept de « burst  », c’est-à-dire d’un tout-en-un autour d’une campagne de jeu, jeux « Dead On Arrival » ou « Standalone », …). Ainsi, il semble paradoxalement plus difficile de délimiter précisément le jeu de rôle tant sa définition et sa forme classique ont été interrogées et ont évolué.

Pour cet état des lieux, ces journées vont rassembler des chercheurs venant de différentes spécialités, des auteurs, des créateurs, des éditeurs, des acteurs importants du milieu du jeu de rôle (associations, fédérations, …), et des passionnés de jeux de rôle. Les différents milieux dont seront issus les participants permettront ainsi d’avoir une perspective élargie sur le JdR. Non seulement ces journées aborderont, entre autres, les théories de jeu, ses pratiques, ses évolutions et transformations, mais aussi la place du JdR dans la société, ses origines et son histoire, sa réception par le public, ses rôles, et ses apports.

Les communications pourront ainsi aborder les problématiques suivantes (liste non exhaustive) :

Littérature, théorie littéraire, narratologie, théorie de la fiction :

  • Les différentes formes de narration, les spécificités narratives du JdR, le jeu de rôle comme récit ?
  • Comment penser la notion d’auteur dans le cadre d’un jeu de rôle ?
  • Comment penser la fiction dans le cadre du JdR ? Le rapport entre la fiction et le langage, l’idée d’une parole performative.
  • La question de la narration sérielle : scénario/ campagne.
  • La littérature de jeunesse (les livres dont vous êtes le héros par exemple), l’adaptation de romans en JdR, les livres-univers et le JdR.
  • les antécédents du JdR : étude des différentes formes de narration orale d’histoires (formes de contes, Commedia dell’Arte, théâtre d’improvisation, Jeepform) ; l’apparition antérieure d’une forme de jeu de rôle dans l’histoire de l’humanité ?
  • Les liens et les différences dans l’écriture de romans et de JdR (mondes, scénarios, formes et styles d’écriture d’un scénario, utilisation de nouvelles en JdR), s’appuyant éventuellement sur des témoignages d’anciens rôlistes écrivains (Ange, Bizien, Chattam, Colin, Gaborit, Pével,…).

Game design :

  • Les théories du game design.
  • La simulation, les systèmes de résolution, la question des probabilités.
  • Quels sont les impacts d’une mécanique de résolution sur la narration ?
  • Peut-on tout simuler/émuler (aventure, enquête, politique, horreur, histoire, etc.) ?
  • La théorie du jeu de rôle : la diffusion des réflexions théoriques du forum américain « The Forge » et le développement, par exemple, de la théorie GNS (Gamism, Narrativism, Simulationism) ; l’école norvégienne de JdR.

Civilisation et culture populaire :

  • L’étude civilisationniste des différents univers de JdR.
  • L’étude du JdR dans la culture populaire et dans les différents média.
  • Les éléments culturels dans le JdR (par exemple, comparaison des jeux américains et français), le JdR comme un pourvoyeur de culture générale à travers une base commune de références (livres, films, musique, images, illustrations).
  • Les aspects culturels du JdR (joue-t-on de la même façon (à un même jeu) dans différents pays ?), pourquoi la France est-elle le second producteur de JdR au monde ?
  • Les différentes formes de cultures et la simulation de l’altérité (Elfes, Nains, Hobbit, …)
  • Le JdR est-il un jeu genré ?
  • Les influences mutuelles et réciproques du JdR et des arts (littérature, cinéma, séries, BDs).

Sociologie :

  • L’étude des relations humaines autour d’une table : rôles du MJ, des joueurs ; formes traditionnelles vs jeux indépendants via partage de la narration ou multi-MJ (cf « The Forge »), collaboration dans le JdR, socialisation.
  • Le JdR : un passe-temps anarchiste (sans performance, sans compétition, partage) ?
  • L’étude des communautés du JdR (blogs, forums, partage de documents, de conseils, d’expérience).
  • Les mondes de fiction : les jeux et enjeux des mondes fictionnels du JdR sont-ils les mêmes que ceux des autres formes de fiction ?
  • La signification de l’utilisation de termes tels que « Mes joueurs », « Ma table »…
  • L’appropriation par les joueurs des mondes et personnages d’un univers de JdR peut-elle s’apparenter à une certaine forme de fan fiction ?

Langues :

  • La question de la traduction du JdR.
  • Peut-on apprendre une nouvelle langue en jouant (par exemple le JdR « Magicians:Language Learning RPG ») ?
  • La linguistique du JdR (par exemple l’utilisation de certains champs lexicaux, la communication à la table (joueurs-joueurs, joueur-MJ), l’utilisation de la première et de la troisième personne par un même joueur dans le role-play).

Philosophie :

  • Philosopher sur le jeu.
  • Le JdR est-il un loisir philosophique ? Un art ?
  • Ethique et JdR.

Histoire et géographie :

  • L’utilisation de l’histoire dans le JdR.
  • L’histoire des jeux, l’histoire de mondes fictionnels (Tolkien, …).

Information-Communication :

Ou l’utilisation du JdR dans :

  • la communication, le partage de messages.
  • le management, le story-telling.
  • la construction d’un esprit d’équipe, de groupe, etc.
  • la question du transmédia : comment le JdR s’inscrit-il dans des stratégies d’expansion d’univers fictionnels ?

Informatique :

  • JdR & jeux vidéos (influences réciproques, etc.).
  • Comment simuler, dans les jeux vidéo, la grande liberté qu’ont les joueurs autour d’une table de JdR ?

Sciences de l’éducation :

  • L’apprentissage par le JdR.

Arts :

  • Le JdR comme performance artistique privée.
  • L’esthétique de l’interactivité.
  • Le JdR est-il le 10ème art ?
  • La place des dessins, illustrations, cartes dans le JdR.
  • Comment rendre compte de l’univers d’un JdR par les illustrations ?
  • Quid des BD dont vous êtes le héros ?
  • La musique dans le JdR.

Musées et conservateurs/conservatoires :

  • Comment conserver le JdR et la mémoire du JdR ?
  • Le rôle des bibliothèques, des fédérations de jeu de rôle, des forums (tels que Rêves d’Ailleurs, ….).

Lieux de jeux :

  • Les ludothèques, les salles municipales, le bar-salle de jeu, le JdR à domicile, etc : quels enjeux ?
  • La promotion et le développement du JdR : comment transmettre cette pratique à divers publics et les attirer vers le JdR ?

Les propositions de communication d’une page environ devront être accompagnées d’une mini-biographie ou, en guise de biographie, d’une feuille de personnage tirée du jeu de votre choix. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante colloquejdr@gmail.com avant le 27 avril 2015.

Comité scientifique :

Danièle André, Vincent Berry, Olivier Caïra, Sébastien Célerin, Claire Cornillon, Coralie David, Willy Favre, Julien Heylbroeck, Jérôme Larré, Le Grümph, Isabelle Périer, Alban Quadrat, Frédéric Sintes.

1Ces journées s’inscrivent à la suite de plusieurs interventions sur le jeu de rôles présentées à Paris 3 par Danièle André, Natacha Vas-Deyres, Isabelle Périer et Julien Heylbroeck dans le séminaire Narrations sérielles et Transmédialité en 2013, par Isabelle Périer lors de la journée d’études « Interactivité et Transmédialité » en 2014 et, à Paris 13, par Isabelle Périer et Jérôme Brand Larré, lors du colloque « La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques ».

Pour info : Master « Études numériques et innovation »

Source : http://www.u-pem.fr/formations/loffre-de-formations/masters/domaine-sciences-humaines-et-sociales/mention-sciences-sociales/master-etudes-numeriques-et-innovation/

NUMI est un master de sociologie des mondes numériques (Master 2) qui enseigne les « méthodes digitales » pour les sciences humaines et sociales. Il propose un apprentissage de l’analyse sociologique de données numériques pour l’étude des dynamiques d’innovation à l’oeuvre dans les domaines politiques, économiques et sociaux.La vocation de cette formation est d’acquérir des compétences permettant d’analyser les conséquences de la numérisation de nos sociétés. Le programme offre une introduction complète à la montée en puissance du « Big data » et, plus particulièrement, à l’impact du digital sur la pratique des sciences sociales. Il permet une  immersion dans la culture digitale et une compréhension des débats politiques qui lui sont associés. Il combine tout au long de la formation le raisonnement sociologique avec les techniques informatiques créatives de collecte, de traitement et de visualisation de données digitales. Il initie les étudiants aux problèmes posés par les sciences sociales à l’informatique. La multiplication de chantiers de numérisation, les traces laissées en ligne par les usagers d’internet et les données produites par les technologies connectées offrent à la sociologie l’occasion d’exploiter de l’information d’une nature nouvelle et en quantité massive. Ce master enseigne les méthodes digitales qui permettent cette exploitation, c’est-à-dire la combinaison de l’apprentissage statistique automatique de l’intelligence artificielle avec celle des méthodes qualitatives de la sociologie.

Vidéos en ligne : La littérature de jeunesse dans la culture médiatique

Une série de conférences passionnantes sur la littérature jeunesse dans la culture médiatique est disponible sur Youtube. Il s’agit des communications présentées en septembre dernier lors du colloque « La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques : circulations, adaptations, mutations » (Paris XIII, 24-26 septembre 2014) organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque (cf. l’appel relayé sur Populeum ici). Voici les liens vers les vidéos :

Natacha Levet — La bande annonce en littérature jeunesse 

Isabelle Perier — Le jeu de rôle : une autre forme de littérature de jeunesse ?

Coralie David — Jeux de rôle et écriture fictionnelle.

Matthieu Freyheit — Un coup de dé jamais n’abolira la lecture !

Jérôme Larre : Le jeu de rôle, fils illégitime ou prolongement de la littérature de jeunesse ?

Nathanaël Walbled — L’hétérotopie de Disneyland

Bertrand Ferrier — Qu’est-ce que Le Petit Prince ? 

Pascale Garnier : Star Wars à l’école maternelle 

Eurielle Gobbe-Mevellec : De l’intermédialité à l’hypermédialité de l’album de jeunesse contemporain 

Mélanie Bourdaa — « I am not a Tribute »

Anne Besson — Après Harry, la seconde vie transmédiatique de Poudlard

Stéphane Benassi — Le livre comme figure de la sérialité télévisuelle

Vincent Berry — Des romans de « World of Warcraft » aux adaptations de « Loup solitaire »

Émission radio « Un jour dans le monde » : Le règne du trône de fer

L’émission radiophonique Un jour dans le monde de Nicolas Demorand sur France Inter a abordé hier le succès de la série Game of thrones. Vous pouvez la réécoutez ici :
http://www.franceinter.fr/emission-un-jour-dans-le-monde-le-regne-du-trone-de-fer

L’émission est présentée ainsi  sur le site de l’émission :

Game of thrones, c’est l’adaptation à l’écran d’une série de romans écrits par George Raymond Richard Martin depuis 1996.

108896

game of thrones © HBO – 2015

Il y a quelques années, l’auteur de cette saga considérait totalement impossible l’adaptation de son aventure à l’écran. Aujourd’hui, il juge le travail des deux réalisateurs de la série David Benioff et Dan Weiss extraordinaire. Pas de regret donc.

En même temps, comment regretter un tel succès ? Le premier épisode la saison 5 de ce produit signé HBO, célèbre chaîne garante de qualité, a réuni dimanche dernier 8 millions de téléspectateurs. Game of Thrones semble avoir été largement plébiscitée ; presse, fans internationaux… La série a même été récompensée par de nombreux prix (prix Hugo de la meilleure fiction dramatique, le Peabody Award, dix nominations aux Primetime Emmy Awards) et a reçu deux nominations aux Golden Globes !

A travers ses créatures mythiques et légendaires, Game of Thrones parle à tous, et de tout. Elle nous propose un échantillon complet de la société, où les princesses fréquentent les dragons…

Plébiscitée par tous donc, même les philosophes. Mathieu Potte-Bonneville est l’invité d’Un jour dans le monde. Son ouvrage Game of thrones : série noire vient de paraître aux éditions Fabula; il y questionne avec des historiens, des écrivains et des critiques, le rapport entre réalisme et imaginaire, écrit et télévision, guerre et politique.