Archives de catégorie : Livres

Appel : L’hybride et la littérature

Séminaire doctoral « L’hybride et la littérature », 2016-2017

Présentation et appel à communications

Les propositions de communication (maximum 300 mots) sont à envoyer au plus tard le mercredi 31 août 2016, accompagnées de vos coordonnées et d’une courte bio-bibliographie, à l’adresse suivante : hybride.upec@gmail.com

Organisation :
Agnès Edel-Roy, Julitte Stioui, avec Vincent Ferré – pour l’EA 4395 « Lettres, Idées, Savoirs » (LIS, Université Paris Est Créteil)

Dans Le Texte hybride (2004), Anne Moiroux et Kirsten Wolfs faisaient le constat que « si le terme “hybridation” tend aujourd’hui à s’imposer pour désigner un processus à l’origine d’œuvres littéraires apparemment inclassables dans le système des genres, il existe très peu de travaux théoriques traitant spécifiquement de l’“hybridité” » (Moiroux et Wolfs, 111). De récents séminaires, colloques internationaux, revues ou journées d’études[i] ont commencé à interroger la pertinence de la notion d’hybridité en littérature et c’est dans la lignée de ces travaux que des doctorants de l’équipe « Lettres, Idées, Savoirs » (LIS, EA 4395) de l’université Paris Est (UPEC) lancent un programme de séminaire doctoral autour de la catégorie littéraire de l’hybride : quatre séances sont prévues en 2016-2017, débouchant sur une journée d’études – et éventuellement quatre autres séances en 2017-2018, préparant un colloque international.

Comme en atteste bien l’actualité de cette notion littéraire (où l’hybride est invoqué en lien avec des questions d’ordre générique, de linguistique et d’analyse du discours, d’intermédialité, ou d’évolution de l’objet-livre à l’ère du numérique), un de ses grands attraits est aussi bien son extension pluridisciplinaire, qui met en jeu des réflexions d’ordre poétique, stylistique, linguistique, philosophique, que sa pertinence dans le champ théorique contemporain, puisque s’inscrivant dans une conception anti-essentialiste, mouvante et dynamique des genres et des discours.

Situation

Les contours de l’hybride

Parce que l’hybride est une notion à la fois riche mais également floue et paradoxale[ii], le premier objet de ce séminaire doctoral sera de tenter d’en préciser les contours. Il convient notamment de la distinguer d’autres termes parfois considérés comme proches dans leur signification de « mélange » (la liste en est longue : métissage, composite, hétérogène, combinatoire, entre-deux, mixte, disparate, métamorphose, greffe, chimère, porosité, contamination, croisement, carrefour, migration, etc[iii]).

Nous voudrions placer au centre de cet effort de définition et de précision de l’hybride comme catégorie littéraire son emploi dans le domaine de la biologie et des sciences du vivant, celui de « croisement de deux espèces ou deux genres différents, pour provoquer la naissance de spécimens réunissant, à un degré plus ou moins marqué, des caractères spécifiques des deux parents[iv] ». En effet, l’emploi métaphorique du mot dans ses acceptions plus ordinaires, mais aussi plus larges, peut mener à des distinguo subjectifs et ponctuels, mais non ériger le terme en catégorie[v]. Le sens biologique, premier dès le latin, puisque le mot a d’abord « été appliqué aux croisements d’animaux et particulièrement du porc et du sanglier » (Ouachour, 419)[vi], et encore premier sens actuel des dictionnaires, parce qu’il a la précision et la complexité d’un concept scientifique, est porteur de possibles heuristiques dans son transfert aux études littéraires : déployer aussi bien le concept dans toute son étendue lexicale (comme Wl. Krysinski, au début de son article, 29) qu’étudier l’éventuel isomorphisme de la métaphore restent encore à faire[vii]. Il s’agira donc ici de s’appuyer sur le modèle épistémologique des sciences du vivant, par l’application analogique d’un paradigme scientifique dans le champ esthétique.

Prodiges et vertiges de l’analogie

Un tel parti pris nécessite une mise en garde méthodologique : « Le fait d’utiliser une notion comme l’hybridation dans une réflexion de sciences humaines et sociales n’est pas sans poser problème. Edward Saïd (2000) et Hélène Thomas (2008, 2010, 2012) ont montré que ces notions typiquement voyageuses, “nomades” même, telle celle d’hybridité, perdent parfois en chemin leur sens initial, gagnent en sens littéral voire font “image” jusqu’à “empoisonner” le message » (Bernardot et Thomas).

Nous pensons pourtant qu’en tenant compte des précautions d’usage, et dans la logique aventureuse propre à la théorie littéraire contemporaine, l’importation du concept scientifique d’hybridité dans le domaine littéraire peut avoir sa pertinence, comme celui de préciser les significations du terme[viii], de déployer les manières de « figurer » l’hybride en littérature[ix], mais aussi de renouveler une pensée du mélange en littérature plus souvent abordée à travers des métaphores géographiques (frontière, carrefour, porosité, entre-deux, espace intermédiaire, œuvres-migrantes, transfuge, etc) ou d’objets (puzzle, marqueterie, mosaïque, patchwork). Il s’agira donc d’utiliser cette notion issue d’un paradigme scientifique comme un outil théorique qui ne va pas de soi, qu’il faut mettre en question tout en tentant de le préciser.

Origine et évolution de l’hybride

Pour mieux cerner les contours de l’hybride, nous voudrions interroger sa pertinence théorique dans le temps. En effet, si la plupart des discours critiques s’accordent à en souligner l’importance pour l’analyse de la modernité et la postmodernité, ou plus généralement de la « conscience moderne[x] », d’autres tentatives critiques ont pu montrer les liens qui unissent l’hybridité et l’esthétique ovidienne [H. Casanova-Robin (dir.)], le genre de la satire (Krysinski, 31), le genre du dit au Moyen Âge (Léonard, 35-48), ou encore l’esthétique renaissante[xi].

S’il est souhaitable de ne pas tomber dans le vice du tout-hybride (car à trop étendre cette notion, elle perd son utilité même), il s’agira de questionner les « frontières temporelles de l’hybridité du discours littéraire », « brouillées » (Krysinski, 32).

Nous pourrons notamment nous demander comment évolue la pertinence du concept littéraire de l’hybride, en même temps que se développent les outils scientifiques permettant la compréhension du mécanisme de l’hybridation (les travaux sur l’hybridation des végétaux de Mendel en 1865, la redécouverte des lois de Mendel avec la fondation de la génétique au début du XXe siècle), mais également dissocier le niveau auctorial et le niveau lectorial de l’hybridité (l’hybridité est-elle une caractéristique voulue par l’auteur ? Est-elle le produit de la réception du lecteur à une époque donnée ?).

Champs d’étude

Même s’il apparaît « impossible d’embrasser tous les aspects de l’hybridité que l’on voit inscrite dans le discours littéraire » (Krysinski, 27), nous voudrions poursuivre la réflexion sur ce concept en ouvrant le plus largement possible ses possibles champs d’application littéraire, dans un va-et-vient entre exemplification, critique et mise au point théorique. Les communications pourront ainsi prendre place dans les six axes thématiques suivants :

L’hybride et « l’inévitable question des genres » (Budor et Geerts, 11).

La notion d’hybride prend tout à fait sa place au sein des réflexions menées depuis quelques décennies sur les notions de genre comme « dynamique » [par exemple, Verley (dir.), 1992 ; Moncond’huy et Scepi (dir.)] et d’« hétérogénéité générique constitutive » (Adam et Heidmann, 13). L’hybridation est d’ailleurs l’un des trois processus de la dynamique générique répertoriés dans le recueil Enjeux des genres dans les écritures contemporaines, avec la différenciation et la transposition [Dion et alii (dir.)].

On pourra reposer et réévaluer cette question de l’hybridation générique : en se demandant comment l’idée d’hybridation s’articule avec l’opérativité de la notion de genre (on a pu l’accuser de la noyer), en analysant ces mécanismes d’hybridation à tous les niveaux d’analyses textuelles et de discours envisageables[xii], en opposant le concept d’hybridation à d’autres processus de dynamique générique, en situant le processus d’hybridation selon les « trois régimes de généricité » : auctorial, lectorial, éditorial (Adam et Heidmann, 12) ; ou encore en exploitant le concept d’hybridité sous l’angle des différentes logiques génériques mises au jour par Jean-Marie Schaeffer,  par exemple la logique « heuristique », en exploitant le concept d’hybridation comme processus généalogique, retraçant l’identité génétique d’un genre, ou la logique « statistique », en exploitant le concept d’hybridité comme forme, faisant partie de la définition structurelle d’un genre (Schaeffer ; Glaudes et Louette, 45-46).

La circulation du concept d’hybride du domaine des sciences vivantes à celui de la littérature peut aussi être l’occasion de se repencher sur un rêve qui hante l’imaginaire de la théorie des genres, celui d’une taxinomie scientifique, qui attendrait son Linné[xiii]. C’est ainsi que Tzvetan Todorov (dans un essai dont le titre résonne avec le texte fondateur de l’évolutionnisme, « L’origine des genres ») se demande à la suite de Schlegel « si l’impression négative qui se dégage lorsqu’on prend connaissance des distinctions génériques n’est pas due simplement à l’imperfection des systèmes proposés par le passé » (Todorov, 37).

L’hybride à l’essai

Comme le rappelle Irène Langlet, l’essai littéraire « se présente vite à l’esprit de qui s’interroge sur le composite, l’hétérogène » (Langlet, 1998, 57). Que peut apporter le paradigme scientifique de l’hybride à l’étude d’un genre dont la forme hétérogène a déjà été largement et diversement théorisée[xiv] ? Permet-elle d’« actualiser et systématiser des propositions théoriques existantes » et d’« encadrer de nouvelles voies d’analyse de la poétique essayistique » (Audet, à propos de la « dérive » de l’essai) ? Comment penser les « hybridations incessantes » de l’essai (P. Glaudes et B. Lyon-Caen (dir.), 3), en partie responsable de son apparente insaisissabilité ? L’essai est-il un genre par essence hybride ou seulement à certains moments de son histoire ? L’hybridité de l’essai est-elle un geste auctorial ou un effet de réception ?

                Au-delà de perspectives intergénériques, l’étude de l’hybridité à l’essai pourra aussi être celle d’une dynamique interdiscursive entre genres littéraires et discours de savoirs (l’essai au carrefour de la littérature et de la philosophie, etc), et genres non littéraires : si « chaque type de discours qualifié habituellement de littéraire a des “parents” non littéraires qui lui sont plus proches que tout autre type de discours “littéraire” » (Todorov, 10), c’est encore plus le cas pour l’essai dont l’histoire est très fortement liée aux pratiques journalistiques. La question de l’hybridation (et notamment celle de ses critères optimaux pour obtenir la vigueur de l’hybride) semble particulièrement pertinente pour interroger la question des liens entre littéraire et non-littéraire dans le genre de l’essai.

2. Hybridité et textualité

Dans cet axe, nous proposons de réfléchir à la question de l’hybride dans une perspective plus microtextuelle. Il s’agira d’étudier l’hybridité sous toutes ses formes (polylinguisme, dialogisme, ironie, polyphonie de registres, intertextualité, etc). À quels niveaux textuels et discursifs d’une œuvre intervient-elle[xv] ? Qu’apporte la notion d’hybridité, utilisée par Bakhtine notamment[xvi], à celle, plus fréquente, d’« hétérogénéité[xvii] » du discours, ainsi qu’à la question de la polyphonie énonciative ? L’hybridité permet-elle d’aider à penser « la complexité compositionnelle des discours » (Adam, 43) ?

3. hybridité des savoirs

Plus largement, le concept d’hybride permet d’interroger le lien entre la littérature et les autres disciplines du savoir, question en pleine expansion dans la critique contemporaine : littérature et philosophie, littérature et sociologie, littérature et politique, littérature et histoire, littérature et sciences du vivant, etc. Dans cet axe, on pourra s’intéresser plus particulièrement à des œuvres qui présentent des caractéristiques communes à deux champs et dont ceux-ci se sont d’ailleurs emparés[xviii], confronter la manière dont ils construisent leurs discours critiques sur ces œuvres ou comment ils doivent dialoguer et mettre au point des outils hybrides pour les appréhender[xix]. Ici encore, l’hybridation peut aider à renouveler un brouillage des savoirs, souvent pensé sur le mode géographique de la frontière.

Cet axe de recherche permettra de reconsidérer non seulement la question de l’essence de la littérature mais aussi celle de sa valeur cognitive, et d’interroger la validité d’une conception de la littérature elle-même comme savoir hybride. Semblant être traversée, depuis les premières tentatives de la codification de son rapport à l’agir humain (on pense, par exemple, au livre 3 de La République de Platon), par l’interrogation sur sa puissance de remodélisation des consciences par l’imagination créatrice, elle entretiendrait par exemple un rapport problématique avec la politique, au sens développé par Jacques Rancière dans ses travaux : afin de reconsidérer la question de la pureté ou de l’impureté de la littérature comme art critique, nous nous proposons de procéder à des études précises des effets politiques des œuvres littéraires, en examinant comment le matériau littéraire procèderait à de nouveaux partages du sensible, à une nouvelle « distribution […] des espaces et des temps, des places et des identités, de la parole et du bruit, du visible et de l’invisible » (Rancière, 12).

4.    Hybridité et intermédialité

La question de l’intermédialité de la littérature est l’un des axes majeurs de la critique littéraire contemporaine et de la recherche comparatiste récente, comme en atteste la publication d’actes de colloques consacrés à ces questions du croisement de la littérature avec d’autres formes et d’autres supports artistiques [Voir, entre autres, Fischer (dir.), Guelton (dir.), Hébert et Guillemette (dir.), Toro (dir.)].

Dans cet axe de recherche, on se demandera si la notion d’hybridité peut aider à préciser les relations et les échanges entre le texte littéraire et les autres arts et médias, ainsi que les procédés d’incrustation de systèmes sémiotiques différents à l’intérieur de la littérature et leurs effets tant sur la construction du texte que sur sa réception, ou, inversement, les procédés d’incrustation du système sémiotique de la littérature dans d’autres arts et médias avec les effets et valeurs en découlant. On pourra, par exemple, proposer des études de cas afin de permettre de saisir plus précisément aussi bien l’extension que l’opérativité du concept d’hybridité dans les relations intermédiales « liant des œuvres relevant de systèmes sémiotiques différents » (Paul, 142), ainsi que sa participation aux rapports structurels simples ou complexes que C. Paul (145) distingue entre l’œuvre-source et celle qui s’en inspire (hypo-opus et hyperopus).

À l’instar aussi de l’écrivain François Bon qui multiplie les recherches et expérimentations sur le livre et l’internet et s’interroge : « Qu’est-ce que le web change à l’auteur de la littérature ? », ou encore affirme : « Écrire n’appartient plus au livre. Mais cela a-t-il jamais été le cas ? », nous souhaiterions développer un axe spécifique à la frontière de l’intermédialité et de l’intermatérialité articulant la question de l’hybridité dans les rapports entre littérature et numérique. Il ne s’agira pas d’un questionnement des usages numériques du livre mais d’envisager par exemple comment l’hybridation numérique de la littérature impliquerait le renouvellement de la littérature, la mise au jour de nouvelles relations entre sa forme et son essence, et son prolongement dans des formes numériques de création littéraire qui retrouverait ainsi le sens tant historique que scientifique de la définition de l’hybride.

5. L’hybride en théorie

Dans un axe plus ouvertement réflexif, on pourra s’interroger sur le concept d’hybridité entre biologie et littérature, depuis la pensée taxinomique d’Aristote, commune à la Poétique et aux Parties des animaux, jusqu’au développement des sciences naturelles, avec la taxinomie scientifique de Linné, les découvertes de Mendel sur l’hybridation, et leur réactualisation au XXe siècle avec l’essor de la génétique. Comme le rappelle Laurence Dahan-Gaida, les lois de l’hybridation, comme certaines autres notions issues des sciences du vivant (l’évolution, les théories de l’hérédité, etc) « ont connu une immense fortune culturelle au cours du XIXe siècle, suscitant des débats et des polémiques qui vont laisser une trace durable dans l’imaginaire collectif et la littérature de l’époque » (Dahan-Gaida, 2013).

De la même manière, et comme il a été remarqué que le métissage était un concept particulièrement comparatiste (Montandon, 7), on pourra s’interroger sur le caractère opératoire du concept d’hybridité dans la méthodologie comparatiste (dont les objets sont par nature hybrides, qu’ils soient transdisciplinaires, intermédiaux, ou translinguistiques) : le fondement même de la littérature comparée n’est-elle pas le secret de l’hybridation réussie, celui d’éviter le « mariage de la carpe et du lapin », infécond ?

*

Les propositions de communication (maximum 300 mots) sont à envoyer au plus tard le mercredi 31 août 2016, accompagnées de vos coordonnées et d’une courte bio-bibliographie, à l’adresse suivante : hybride.upec@gmail.com

Comité d’organisation : Agnès Edel-Roy, Julitte Stioui, avec Vincent Ferré

Comité scientifique : Agnès Edel-Roy, Julitte Stioui, Vincent Ferré, Pascal Sévérac

Avec le soutien du LIS (EA 4395, dir. V. Ferré et P. Séverac)

NOTES :

[i] Parmi eux, en 2015-2016, le séminaire Marge de l’Université Jean Moulin (http://www.fabula.org/actualites/l-hybridite_69809.php), le colloque international « Text/ures de l’objet livre : hybridation, transposition, transmédiation » à l’Université de Paris 8 (http://www.fabula.org/actualites/text-ures-de-l-objet-livre-hybridation-transposition-transmediation_68754.php), le numéro monographique de la revue Ticontre, « Mash-up. Valeur et formes de l’hybridation dans la création littéraire » (http://www.fabula.org/actualites/mash-up-valeur-et-formes-de-l-hybridation-dans-la-creation-litteraire_68760.php), le colloque de littérature et de cinéma d’expression française, « L’Hybridité des genres », à l’Université de Caroline du Sud (http://www.fabula.org/actualites/hybrid-genres-l-hybridite-des-genres_69355.php), ou encore la journée scientifique « Hybridité dans le discours fictionnel : approches diverses », à l’institut des études appliquées en humanités de Zaghouan (http://www.fabula.org/actualites/hybridite-dans-le-discours-fictionnel-approches-diverses-zaghouan-tunisie_69234.php).

[ii] L’évanescence du terme n’a pas manqué d’être soulignée : « Si, intuitivement, le terme paraît relativement opératoire, il n’en va pas de même lorsqu’on essaie d’en donner une définition plus précise » (Salwa, 53). Voir aussi le constat suivant : « L’hybridation est un phénomène culturel déjà très étudié dans le champ de l’ethnographie, de la sociologie ou de l’histoire de l’art, mais elle n’est abordée dans les études littéraires que par des formules vagues et génériques, à cause des définitions forcément transversales employées dans les contributions collectives et des actes de colloque consacrés au sujet » (Gallerani, 2016).

[iii] Le terme d’hybridité a ainsi pu être employé à titre plus ou moins important dans des travaux qui traitaient de ces notions connexes. Nous sommes sur ce point d’accord avec les mises en garde méthodologiques plusieurs fois évoquées dans les contributions de l’ouvrage Métissages littéraires : « il faut tenter d’être précis et notamment en ayant recours à la richesse du vocabulaire ayant trait au mélange. […] ces termes sont d’autant plus utiles que leurs nuances et leurs spécificités sont préservées » (Louviot, 487).

[iv] Georges Barski, Yves Demarly et Simone Gilgenkrantz, « Hybridation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2016. URL : http://www.universalis-edu.com.janus.biu.sorbonne.fr/encyclopedie/hybridation/

[v] Par exemple, le sème d’excès et de violence, dû à la confusion en latin entre hibrida, « bâtard, de sang mélangé » et hybris, a pu faire conclure qu’il n’y a pas dans l’hybride « de fusion ou de symbiose, mais une négociation souvent âpre et douloureuse » (Louviot, 490). À l’opposé, Jean Bessière parle de « la continuité même de l’hybride ».

[vi] Fatima Ouachour précise d’ailleurs que la charge émotionnelle associée à l’idée de violence, et de transgression n’est pas constante dans le monde romain, mais est limitée à une époque, celle du nouvel ordre moral augustéen.

[vii] On pourra ainsi évoquer la question de l’homologie entre les parents, de la vigueur de l’hybride, de sa fertilité, de la distinction entre hybridation intergénérique et interspécifique, du lien entre hybride et chimère ; mais également étudier si chaque terme « dans son usage métaphorique conserve toutes les relations formelles qu’il pouvait avoir dans son usage original avec les autres termes du système » (Maxwell, cité par Bouveresse, 67-68).

[viii] Et notamment de revenir peut-être sur un certain nombre d’idées préconçues sur l’hybridation : il arrive que l’hybride soit issu d’un croisement naturel et il n’est pas contradictoire avec une démarche taxinomique.

[ix] De la même manière que Michel Collomb a pu proposer trois figures pour l’hétérogène en littérature : le composite, le combinatoire, l’entre-deux (Collomb, 7), il s’agirait de repenser les différentes manières de figurer l’hybride en littérature, entre tous les modèles, divergents, qui ont pu en être proposés (juxtaposition, imbrication, fusion, composition, etc).

[x] « La conscience moderne, qui consiste à considérer chaque écriture comme une écriture en marge d’autre chose, semble bien être la condition nécessaire de l’hybridité en littérature » (Budor et Geerts, 17).

[xi] Voir Marie-Claire Thomine-Bichard qui affirme que « la notion d’hybride est particulièrement pertinente pour l’approche des textes de la Renaissance » et interroge le lien entre la notion d’hybride et celle de varietas (dans H. Baby (dir.), p. 74). On pourrait également interroger la notion de copia, et plus généralement tout ce qui dans la rhétorique permet de penser l’hybride.

[xii] Voir par exemple Adam, 34. Il distingue huit niveaux d’analyse : visée, interaction sociale, formation sociodiscursive, texture, structure compositionnelle, sémantique, énonciation, actes de discours.

[xiii] Et ce, même si on n’a pas manqué de souligner les « dérives » auxquelles peuvent mener les « métaphores biologistes et évolutionnistes » dans la théorie des genres (Ducrot et Schaeffer (dir.), 630).

[xiv] Voir à ce sujet la précieuse réflexion métathéorique proposée par Irène Langlet dans L’Abeille et la Balance. Penser l’essai, où les théories de l’essai se déclinent en théories du mixte, de l’entre-deux, et de l’en-deçà. Ajoutons que les études portant sur les liens entre l’essai et les autres genres, particulièrement le roman, sont nombreuses. La question de « l’hybridité » de l’essai a notamment été abordée par Guido Gallerani (2015, 109-128).

[xv] Cf. note 12.

[xvi] Tout langage littéraire est « un hybride linguistique (intentionnel) », c’est-à-dire, où existent obligatoirement « deux consciences linguistiques, celle qui est représentée et celle qui représente, appartenant à un système de langage différent » (Bakhtine, 176).

[xvii] D. Maingueneau (71-73) rappelle qu’« un discours n’est presque jamais homogène » et évoque la distinction proposée par Jacqueline Authier-Revuz entre « hétérogénéité montrée » (présence localisable d’un discours autre) et « hétérogénéité constitutive » de tout discours, toujours dominé par l’interdiscours et l’altérité. Une réflexion sur hybridité et hétérogénéité du discours pourra être l’occasion de reprendre un distinguo qui ne fait pas consensus : ainsi, alors que T. Samoyault voit dans l’hétérogénéité une simple conséquence de l’hybridité, qui est elle-même toujours hétérogène, la posture critique de l’ouvrage Fiction narrative et l’hybridation générique dans la littérature française considère l’hybride comme non hétérogène, le résultat d’une hybridation qui mène paradoxalement à la pureté.

[xviii] Pour les rapports entre littérature et philosophie, on songe bien sûr aux moralistes, mais également à tout un pan de la philosophie américaine, d’Emerson à Thoreau, ou encore aux philosophes qui ont reçu le Prix Nobel de Littérature (Bergson, Russell). Pour les rapports entre littérature et sociologie, évoquons les œuvres littéraires des ethnologues au XXe siècle (Claude Lévi-Strauss, etc) sur lesquels Vincent Debaene s’est penché (2010).

[xix] Par exemple, en ce qui concerne Montaigne, Olivier Guerrier a pu plaider pour la nécessité d’une chimère telle que la « philorature », et Thomas Mollier, dont la thèse en cours porte sur « Les ressorts littéraires de la pensée philosophique dans les Essais de Montaigne », préciser que les Essais obligent la philosophie à procéder à un décentrement de ses méthodes d’analyse, en s’intéressant à la poïetique de l’œuvre. Voir aussi, entre autres, Lorenzini et Revel (dir.).

Comité d’organisation : Agnès Edel-Roy, Julitte Stioui, avec Vincent Ferré

Comité scientifique : Agnès Edel-Roy, Julitte Stioui, Vincent Ferré, Pascal Sévérac

Avec le soutien du LIS (EA 4395, dir. V. Ferré et P. Séverac)

Bibliographie sélective

ADAM, Jean-Michel, Les Textes : types et prototypes, Paris, Nathan, 1992.

ADAM, Jean-Michel et HEIDMANN, Ute, Le Texte littéraire, Pour une approche interdisciplinaire, Louvain, Bruylant-Academia, 2009.

AUDET, René (dir.), Dérives de l’essai, Etudes littéraires, Vol. 37, n° 1, automne 2005, Université de Laval.

Url : http://www.erudit.org/revue/etudlitt/2005/v37/netudlitt1127/, page consultée le 18 avril 2016.

BABY, Hélène (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

BAKHTINE, Mikhaïl, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978.

BARSKI, Georges, DEMARLY, Yves et GILGENKRANTZ, Simone, « Hybridation », Encyclopædia Universalis [en ligne].

Url : http://www.universalis-edu.com.janus.biu.sorbonne.fr/encyclopedie/hybridation/, page consultée le 18 avril 2016.

BEN FARHAT, Arselène, et TRABELSI, Mustapha (dir.), La question de l’hybride, Sfax, Publications de la Faculté de Lettres et Sciences humaines de Sfax, 2014.

BERNARDOT, Marc et THOMAS, Hélène, « Notes sur l’hybridité », REVUE Asylon(s), N°13, Novembre 2014, Trans-concepts : lexique théorique du contemporain.

Url : http://www.reseau-terra.eu/article1327.html, page consultée le 18 avril 2016.

BESSIÈRE, Jean (dir.), Hybrides romanesques : fictions, PUF, 1988.

BON, François, « Le livre & internet », Le tiers livre, web et littérature.

Url : http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?rubrique28, page consultée le 18 avril 2016.

BOUVERESSE, Jacques, Prodiges et vertiges de l’analogie. De l’abus des belles-lettres dans la pensée, Paris, Éditions Raisons d’agir, 1999.

BUDOR, Dominique et GEERTS, Walter, « Les enjeux d’un concept », dans Dominique Budor et Walter Geerts (dir.), Le Texte hybride, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 7-26.

CASANOVA-ROBIN, Hélène (dir.), Ovide, figures de l’hybride. Illustrations littéraires et figurées de l’esthétique ovidienne à travers les âges, Paris, Honoré Champion, coll. « Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance », 2009.

CLAVARON, Yves, et DIETERLE, Bernard (dir.), Métissages littéraires, Actes du XXXIIe Congrès de la SFLGC, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005.

COLLOMB, Michel, Figures de l’hétérogène, actes du XXVIIe congrès de la Société française de littérature générale et comparée, Montpellier, Université Paul Valéry, 1998.

DAHAN-GAIDA, Laurence, « Présentation », Littérature et savoirs du vivant, Épistémocritique, Laurence Dahan-Gaida (dir.), Volume XIII, Automne 2013.

Url : http://www.epistemocritique.org/spip.php?article367, page consultée le 18 avril 2016.

––, « Des différentes sortes de greffe entre sciences et littérature », Greffes, Epistémocritique, Laurence Dahan-Gaida et Anne-Gaëlle Weber (dir.), Volume XIV, Automne 2014.

             Url : http://www.epistemocritique.org/spip.php?article398, page consultée le 18 avril 2016.

DEBAENE, Vincent, L’Adieu au voyage, l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, 2010.

DION, Robert, FORTIER, Frances et HAGHEBAERT, Elisabeth (dir.), Enjeux des genres dans les écritures contemporaines, Québec, Editions Nota bene, 2001.

FERRÉ, Vincent, L’Essai fictionnel. Essai et roman chez Proust, Broch, Dos Passos, Paris, Honoré Champion, coll. « Recherches proustiennes », 2013.

FISCHER, Caroline (dir.), Intermédialités, Paris, Société Française de Littérature Générale et Comparée, coll. « Poétiques comparatistes », 2015.

GALLERANI, Guido, « The Hybrid Essay in Europe in the Late Nineteenth and Early Twentieth Century », Comparaison : An International Journal of Comparative Literature, « Narration and Reflection », ed. by Christy Wampole and Stefano Ercolino, 33 (2015), p. 109-128.

––, « L’Essai dans le roman et un cas exemplaire d’hybridation générique, l’essai fictionnel » Acta fabula, vol. 17, n° 2, Essais critiques, Février-mars 2016.

Url : http://www.fabula.org/acta/document9723.php, page consultée le 18 avril 2016.

GLAUDES, Pierre (dir.), L’Essai : métamorphoses d’un genre, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002.

GLAUDES, Pierre, et LOUETTE, Jean-François, L’Essai, Paris, Hachette supérieur, 1999.

GLAUDES, Pierre, et LYON-CAEN, Boris (dir.), Essai et essayisme en France au XIXe siècle, Paris, Editions Classiques Garnier, 2014.

GUELTON, Bernard (dir.), Images et récits : la fiction à l’épreuve de l’intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2013.

GUERRIER, Olivier, « D’un dessein farouche et extravagant : Montaigne et la “philorature” », dans Philippe Desan et Véronique Ferrer (dir.), Les usages critiques de Montaigne, Revue Essais, Université Bordeaux-Montaigne, à paraître, 2016.

HÉBERT, Louis, et GUILLEMETTE, Lucie (dir.), Intertextualité, interdiscursivité et intermédialité, avec la collaboration de Mylène Desrosiers, François Rioux et Éric Trudel, Québec, Les Presses Universitaires de Laval, 2009.

KRYSINSKI, Wladimir, « Sur quelques généalogies et formes de l’hybridité dans la littérature du XXe siècle », dans Dominique Budor et Walter Geerts (dir.), Le Texte hybride, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 27-40.

LANGLET, Irène, « L’hétérogène comme catégorie théorique : le cas de l’essai littéraire », dans Michel Collomb (dir.), Figures de l’hétérogène, actes du XXVIIe congrès de la Société française de littérature générale et comparée, Montpellier, Université Paul Valéry, 1998, p. 57-66.

––, L’Abeille et la Balance. Penser l’essai, Paris, Editions Classiques Garnier, 2015.

LAPLANTINE, François et NOUSS, Alexis, Le Métissage, Paris, L’Harmattan, 1998.

LÉONARD, Monique, « L’hybridation générique dans le domaine du dit narratif : le cas du Lai de l’Oiselet », dans Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 35-48.

LORENZINI, Daniele et REVEL, Ariane (dir.), Le Travail de la littérature : usages du littéraire en philosophie : [colloque international, 19-20 mai 2011, Paris et Créteil / organisé par l’équipe d’ accueil « Lettres, idées, savoirs » de l’Université Paris-Est Créteil et par le Centre international d’ étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC) de l’ École normale supérieure de la rue d’ ULM], Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

LOUVIOT, Myriam, « L’hybridité, un concept pour aborder les littératures post-coloniales », dans Yves Clavaron et Bernard Dieterle (dir.), Métissages littéraires, Actes du XXXIIe Congrès de la SFLGC, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005, p. 487-494.

MAINGUENEAU, Dominique, « Hétérogénéité », Les Termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuils, 2009, p. 71-73.

MOIROUX, Anne, et WOLFS, Kirstens, « Éléments de bibliographie raisonnée », dans Domnique Budor et Walter Geerts (dir.), Le Texte hybride, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 111-154.

MOLLIER, Thomas, « Ce que les Essais nous apprennent sur les impensés de la philosophie », dans Philippe Desan et Véronique Ferrer (dir.), Les usages critiques de Montaigne, Revue Essais, Université Bordeaux-Montaigne, à paraître, 2016.

MONCOND’HUY, Dominique et SCEPI, Henry (dir.), Les Genres de travers. Littérature et transgénéricité, Revue La Licorne, N°82, 2008.

MONTANDON, Alain, « Préface », dans Y. Clavaron et B. Dieterle (dir.), Métissages littéraires, Actes du XXXIIe Congrès de la SFLGC, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005, p. 7-10.

OUACHOUR, Fatima, « Conception et représentation du mélange et du métissage dans l’Antiquité gréco-romaine », dans Yves Clavaron et Bernard Dieterle (dir.), Métissages littéraires, Actes du XXXIIe Congrès de la SFLGC, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005, p. 417-423.

PAUL, Claude, « Le polylogue des artistes en contexte intermédial », dans Caroline Fischer (dir.), Intermédialités, Paris, Société Française de Littérature Générale et Comparée, coll. « Poétiques comparatistes », 2015.

RANCIÈRE, Jacques, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007.

SALWA, Piotr, « Umberto Eco : texte hybride, narration, rhizomatique, ironie », dans Dominique Budor et Walter Geerts (dir.), Le Texte hybride, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 53-68.

SAMOYAULT, Tiphaine, « L’hybride et l’hétérogène », L’Art et l’hybride, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Esthétiques hors-cadre », 2001, p. 175-186.

SCHAEFFER, Jean-Marie, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil, 1989.

SCHLANGER, Judith, Les Métaphores de l’organisme, Paris, L’Harmattan, 1995.

SCHNABEL, William, (dir.), « L’Hybride », Les Cahiers du GERF, ILCE Grenoble 3, 2000.

TODOROV, Tzvetan, « L’origine des genres », La Notion de littérature et autres essais, Paris, Seuils, 1987.

TORO (de), Alfonso (dir.), Translatio : transmédialité et transculturalité en littérature, peinture, photographie et au cinéma : Amériques, Caraïbes, Europe, Maghreb, Paris, L’Harmattan, 2013.

VERLEY, Claudine (dir.), La Dynamique des genres, Revue La Licorne, N°22, 1992.

––, L’entre-deux, Poitiers, Université de Poitiers, 1996.

WEBER, Anne-Gaëlle, « Variations autour de la greffe : science et littérature aux XIXe et XXe siècles », Greffes, Epistémocritique, dir. Laurence Dahan-Gaida et Anne-Gaëlle Weber, Volume XIV, Automne 2014.

             Url : http://www.epistemocritique.org/spip.php?article387, page consultée le 18 avril 2016.

CFP : Le best-seller

FIXXION n°15 : « LE BEST-SELLER »

Michel Murat, Marie-Eve Thérenty, Adeline Wrona

Le best-seller est un objet faussement évident. Il semble facile de le définir comme « le livre qui fait les meilleures ventes », mais l’établissement de cette donnée empirique, ses usages et ses conséquences soulèvent de nombreux problèmes. Le best-seller ne se confond pas avec un livre largement diffusé. Ranger la Bible, ou L’Etranger de Camus sous cette étiquette serait hors de propos ; identifier best-seller et roman populaire est une erreur d’appréciation non dépourvue d’intentions idéologiques. Le best-seller est indissociable du lieu où il se produit, c’est-à-dire d’un palmarès des ventes présenté sous forme de liste classée, du lieu de publication de cette liste, des opérations de marketing qui l’accompagnent, et des effets de promotion auto-réalisatrice qu’il induit. Cette pratique existe aux Etats-Unis depuis la fin du XIXe siècle ; elle a été importée en France dans les années 1950, L’Express faisant office de pionnier. Elle a modifié les pratiques d’achat, non sans conséquences sur le goût littéraire, sur la production d’ouvrages et sur l’idée même de littérature. Ces conséquences sont difficiles à apprécier ; l’une d’elles est la constitution du mot best-seller en catégorie générique.

Le best-seller désigne en effet un certain type d’ouvrage, mais la définition de ce type ne fait pas consensus, parce qu’il résulte de la combinaison de critères hétérogènes et équivoques. Même la définition stricte du livre « fait pour se vendre » ne va pas de soi, parce qu’elle confond le best-seller, qui est un ouvrage individualisé, ou l’ouvrage d’un auteur individualisé qui fait fonction de marque, avec la masse de la production sérielle. Dès qu’on essaie d’établir un corpus, on se rend compte de la prégnance et du caractère oblique des jugements de valeur. Le best-seller pourtant se situe bien « quelque part » entre la littérature légitime et la production de masse. Ces frontières sont mouvantes, mais il n’en reste pas moins qu’il correspond à une pratique moyenne de la lecture – au sens où Bourdieu qualifiait la photographie d’art moyen. Ce mot dit clairement son importance.

Le corpus à envisager prioritairement est celui de la fiction de langue française depuis les années 1980 ; cependant la réflexion pourra s’étendre à d’autres langues (l’anglais principalement) et d’autres genres comme le document ou l’essai.

Notre appel à communications souhaite attirer l’attention sur les points suivants :

1. Le corpus est à constituer en partant des listes disponibles. Les plus fiables sont fournies par les acteurs institutionnels (Direction du Livre du Ministère de la culture) et professionnels (Edistat, GFK). Mais le jeu des listes, leur support, leur mode d’affichage, leur périodicité, mérite d’être examiné, car il est la source d’une événementialité spécifique – narrativisée par les médias comme un feuilleton à suspense (Delacourt remonte, Musso s’effrite, Pancol se maintient, etc.).

2. Nationalité : il est nécessaire de prendre en compte la dimension transculturelle – de fait surtout bi-culturelle. Les best-sellers américains traduits interfèrent avec les ouvrages français ; ils ont les mêmes lecteurs ; ils inspirent les auteurs et fournissent une topique et des modèles narratifs (La Vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker, roman américain d’un auteur suisse publié par un éditeur français, en est un exemple probant). Quels sont, dans ce genre de production, les effets propres à l’espace francophone ? Comment entrent-ils en rapport avec la mondialisation en cours, dont les effets, moins visibles, seraient à évaluer ?

3. Evénementialité : s’agissant d’un livre particulier, dans quelles conditions le succès fait-il événement ? Selon quelle temporalité, et pour quelle durée ? Avec quelle prédictibilité ? Selon quelle rationalité accessible après coup ?

4. Auctorialité : qu’est-ce qu’un auteur à succès ? comment sa carrière se construit-elle ? comment sa promotion est-elle organisée ? peut-on construire et gérer l’auctorialité comme une marque ? peut-on établir une typologie des auteurs, et dans quelle mesure celle-ci est-elle « genrée » (différenciant par exemple Guillaume Musso de Tatiana de Rosnay ou Françoise Bourdin) ?

5. Politique éditoriale : certains éditeurs, comme Fixot, se sont en quelque sorte spécialisés dans le best-seller, ont constitué une écurie d’auteurs et occupent un créneau spécifique dans le paysage éditorial. Leurs pratiques sont-elles différentes de celles d’éditeurs « classiques », comme Grasset, pionnier de la promotion des ouvrages, ou Robert Laffont ?

6. Généricité : quel rapport entre best-seller et littérature de genre ? Certains livres ressortissent par exemple au policier (Stig Larsson, Fred Vargas), à la fantasy, mais il n’existe pas en France de genre identifié pour les livres de Musso ou Lévy (la typologie du romance n’y étant ni consistante ni stable comme elle l’est aux USA). Quelles sont les conséquences de ce rapport au genre et du processus de générisation (que l’on observe actuellement pour la fiction érotique) ?

7. Sérialité : la question est liée à celle du genre sans se confondre avec elle. Faut-il différencier les œuvres conçues comme des cycles (comme Twilight) des suites destinées à prolonger un succès ? Peut-on considérer un auteur à succès identifié comme tel (Musso) comme un « auteur sériel » ?

8. Transmédialité : le succès d’une œuvre et son profit se mesure aujourd’hui à sa capacité de réinvestissement dans d’autres médias et supports. La transmédialité est-elle une norme, une condition, une conséquence du succès ? Met-elle en question la notion d’œuvre « première » et la position centrale du texte écrit ? Permet-elle de rattacher la question du best-seller au fonctionnement contemporain des industries culturelles ?

9. Poétique du best-seller : il paraît nécessaire de faire l’analyse de certaines œuvres caractéristiques, du point de vue de la structure énonciative, de la tension narrative, de la topique, des ressorts émotionnels, de l’éthos auctorial. Peut-on observer des traits récurrents, ou s’agit-il plutôt d’un mode « moyen » d’agencement et de thématisation ? Quels rapports ces textes entretiennent-ils avec la tradition romanesque ? Peut-on constater une évolution des formes dans le temps ?

10. Légitimité : certains best-sellers se situent à la marge de la littérature légitime, plutôt à l’extérieur (Delphine de Vigan), plutôt à l’intérieur (Amélie Nothomb), ou sur la limite (Eric-Emmanuel Schmitt) ; d’autres sont considérés comme des œuvres importantes (Houellebecq) mais ne font pas l’objet de consensus. La tradition en France ne tend-elle pas à réduire l’espace médian (largement occupé aux USA par des auteurs comme Stephen King, Ken Follett ou Harlan Coben) en imposant comme une alternative binaire le rapport production de masse vs littérature légitime, et en légitimant rapidement certains auteurs à succès (les prix décernés à Joël Dicker ou David Foenkinos) – de manière que la littérature reste une culture d’élite et ne soit pas ravalée au rang d’un « art moyen » ?

Les propositions de contributions, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 1er décembre 2016 à Michel Murat, Marie-Eve Thérenty ou Adeline Wrona. Les articles définitifs seront à remettre avant le 1er juin 2017 sur le site  de la revue (rubrique Soumissions) pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

Appel à communications : Poétiques de l’algorithme

Poétiques de l’algorithme : objets médiatiques « non-identifiés »

Un colloque international organisé par ACME, groupe de recherche en bande dessinée

Université de Liège (ULg), Belgique
du 16 au 18 juin 2016

1

INTRODUCTION

Le colloque international Poétiques de l’algorithme : objets médiatiques « non-identifiés » aura lieu à l’Université de Liège (Belgique ; du 16 au 18 juin 2016) et se penchera sur la fiction interactive, les apps, la bande dessinée numérique, les jeux vidéo, la littérature électronique et ces autres « nouveaux » médias. La conférence accueillera des communications ainsi que des tables-rondes, ateliers et panels. Nous invitons à participer des chercheurs aussi bien que des artistes, auteurs, programmeurs, développeurs, praticiens, designers, etc.

DESCRIPTION

Le « code-source » du récit et de nos manières de raconter est depuis quelques années l’objet d’un changement radical. Les nouvelles technologies transforment la manière dont les textes sont produits, distribués, lus et vus. Le colloque Poétiques de l’algorithme propose de documenter les conséquences d’un tel changement. Des artefacts et des évènements tels que de la littérature au format codex, des albums de bandes dessinées, des expositions, des films, des photographies, voire l’art plastique se retrouvent désormais à portée d’un même écran (tactile). Comment les technologiques numériques ont-elles transformé des médias auparavant perçus comme distincts ? La notion de spécificité médiatique serait-elle devenue obsolète depuis que le code binaire et les algorithmes permettent de contourner ces contraintes matérielles ?

Le phénomène d’adaptation ou de remédiation d’œuvres low tech vers le format numérique en dit déjà long à ce sujet. Une bande dessinée déjà peu conventionnelle sous format papier, Here de Richard McGuire, fut par exemple adapté dans une version dite « améliorée » pour tablette. Est-ce que l’idée d’« amélioration » implique que la version papier est inférieure d’une manière ou d’une autre ? Et en regardant la version numérique de Here, quels changements cette conversion implique-t-elle pour la simulation d’un voyage dans les abysses du « temps profond », qui ne s’opère plus en tournant la page mais en touchant, zoomant et balayant l’écran des doigts ? La transposition du format livresque en application numérique affecte-elle la signification du roman graphique ? Comment la création de l’œuvre elle-est touchée par ce changement, puisque le travail d’un seul auteur devient celui d’un projet collaboratif impliquant des concepteurs de logiciel, des codeurs et des programmeurs ? Outre la maîtrise de son métier, l’artiste doit-il aujourd’hui être capable de lire et de traiter du code informatique ? De plus, ce changement participe aussi de la modification de l’attitude du consommateur de médias numériques, par rapport à un lecteur classique plus passif. En effet, est-ce que le toucher et les protocoles gestuels tels que le zoom, le pinch et le balayage entraînent un paradigme radicalement nouveau, transformant le visible et le dicible, refaisant du monde un lieu étrange et méconnaissable ? Quelles sont les nouvelles habitudes physiques et cognitives qui émergent dans un tel contexte ?

Ces questions nous mènent directement à la politique d’une poétique post-média, un des axes principaux de cette conférence. Comment penser de façon constructive la relation entre l’exploitation économique (souvent néocoloniale) qui rend possible l’existence de ces nouveaux médias et leurs beaux matériaux brillants qui semblent justement être réfractaires au déchet et à la crasse ? Les modes de production lents, sales et artisanaux (typographie, livres d’artiste, taches de peinture, gravure, etc.) peuvent-ils être lus comme des critiques d’une ère numérique supposée accélérationniste, ou bien s’agit-il de symptômes d’une nostalgie post-média ?

Enfin, si la configuration matérielle de la littérature, de la bande dessinée, de l’art et d’autres médias est en train de changer, comment ce changement devrait-il se répercuter dans notre approche méthodologique ? Est-ce que la recherche et la critique devraient aspirer à une existence multi-média ? Comment les humanités numériques peuvent-elles répondre à ces défis ?

Il ne s’agit là que d’une poignée de questions que le colloque espère soulever. D’autres pistes à explorer incluent, mais ne sont pas limitées à :

  • Intermedialité, transmedialité, remédiation, archéologie des médias
  • La notion d’auteur vs. la création numérique comme production collaborative, ou la délégation de l’auteur à une équipe de production (« outsourcing »)
  • Jeu vidéo, bande dessinée et narration
  • Bande dessinée numérique, expérimentations numériques avec le langage de la bande dessinées, webcomics
  • Littérature interactive
  • L’(anti)-narration des mèmes
  • L’être-au-monde vs. l’être-avec-Siri/Cortana
  • Écrans plats ou textures rugueuses : dessiner sur tablette et dessiner sur papier avec plume, encre, et peinture
  • Médias ‘obsolètes’ à l’ère d’un hyper-capitalisme algorithmique
  • L’art de coder et faire de l’art avec du code
  • Logiques (non)-séquentielles : narration et structure en bases de données
  • Internet et archives numériques
  • Phénoménologie du numérique
  • Gestuelles du récit numérique : point-and-click, scrolling, touch
  • Poétiques, conventions et genres de la narration numérique
  • Frontière entre jeu vidéo, app-novel et narration interactive
  • Médias expérimentaux ‘non-identifiés’
  • Capitalisme et nouveaux médias ; économie politique
  • L’obsolescence médiatique, déchet, débris électroniques, codes perdus
  • Saleté et technologie : pannes, bugs, déformations, bruit, piratage
  • Les avant-gardes numériques
  • Art, autonomie et l’app-store
  • Le chercheur-codeur, nouvelles pratiques de recherche, big data et humanités numériques
MODALITÉS DE SOUMISSION DES COMMUNICATIONS

Les propositions de communication (500 mots maximum) devront nous être adressées, avant le 11 janvier 2016, à l’adresse suivante acme.bdresearch@gmail.com
N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour toute information complémentaire.

ACME Comics Research Group
University of Liege (ULg)
Place du 20-Août, 7
4000 Liège
Contact: acme.bdresearch@gmail.com

Paris Game Week et corpus de thèse

Voici deux photos du stand « Librairie » de la Paris Game Week. On y trouve plusieurs romans liés à mon corpus.

– Des œuvres de mon corpus littéraire : la série No Pasaran de Lehmann et Video Games de Weiss

– Des novellisations de jeux de mon corpus :  Fable et The Elder Scrolls

– Les romans de Sapkowski dont sont adaptés les jeux The Witcher sur lesquels je travaille

156157Quel plaisir de travailler sur des œuvres contemporaines de la culture populaire et médiatique !

Enquête Babelio sur les lecteurs de littératures de l’imaginaire

Dans le cadre de son cycle de conférences sur “les pratiques des lecteurs”, Babelio a présenté le 29 juin dernier une nouvelle étude sur un type de lecteur bien particulier, l’amateur de littératures de l’imaginaire. Comment choisit-il ses lectures ? Qui sont ses prescripteurs ? Quelle image véhicule ce genre auprès des lecteurs ?

Pour tenter de répondre à ces questions et décrire ce lecteur du troisième type, Babelio a mené une enquête du 1er au 16 juin 2015 auprès de 3 717 personnes au sein de sa base de donnée utilisateurs.

bouche-c3a0-oreille

Pour consulter les détails de l’étude, voici le site :

https://babelio.wordpress.com/2015/07/06/ou-babelio-presente-une-etude-sur-les-litteratures-de-limaginaire/

Le jeu dans le livre : WYRM

WYRM est un roman publié en 1998 et écrit par Mark Fabri. Au tournant du siècle, Michael Archangelo, un informaticien chargé de la destruction de virus et de vers informatiques découvre l’existence d’un vers étrange : il paraît de ne pas être possible de l’éradiquer, il infecte tous les systèmes, se répand par internet et surtout est conscient de lui-même. Avec des amis programmeurs, il se lance dans la chasse à cette intelligence artificielle qui semble prévoir la destruction de la planète pour le tournant du siècle. Cette quête va l’amener à rencontrer d’éminents spécialistes qui vont lui accorder leur aide, comme un programmeur de génie, un professeur brillant ou encore un des premiers testeurs paralysé du lien neuro-optique qui permet d’accéder à internet en réalité virtuel développé par l’armée. Pour vaincre le vers, il cherche à employer les méthodes d’éradication traditionnelles de programmation, mais avec son groupe d’ami, il se lance aussi dans une quête dans les mondes virtuels des MUD. En effet, le vers a grandit à partir d’un programme informatique créé par le génie informatique qui avait pour but à l’origine de construire un monde de jeu unique et de relier tous les MUD existants de la toile. Le vers se matérialise dans les jeux comme des avatars d’un dragon et lors de l’affrontement final, Michael, utilise à la fois les objets magiques de la réalité virtuelle et un programme informatique pour obliger le vers à se détruire lui-même.

5120PMN60TL

Ce roman transforme progressivement ce qui était le futur proche lors de l’écriture du roman(l’année 2000) en science-fiction avec la découverte d’équipements informatiques permettant l’accès aux mondes ludiques en tant que réalité virtuelle. En effet, les jeux reliés par le programme informatique sont à l’origine des jeux en mode texte, mais celui-ci permet aux ordinateurs les plus puissants de les transformer en décors. Se connecter avec un lien neuro-optique recule encore les frontières entre réel et virtuel. Le roman s’interroge ainsi non seulement sur les dangers liés à la prédominance de l’informatique et sur le hacking mais aussi sur la place des jeux vidéo et le rapport entre réel et virtuel. En effet, dans le roman, sont clairement liés le milieu des informaticiens (programmateurs et hackeurs) et celui des jeux vidéo. Cependant, le jeu vidéo est aussi compris comme véhicule de de traditions culturelles plus anciennes dans la mesure où la chasse aux objets magiques permettant la défaite de WYRM n’est possible que si les joueurs connaissent certains mythes, comme celui du sphinx, et arrivent à trouver des parallèles entre différentes mythologie (grecque antique, nordique …) pour faire émerger des symboles récurrents. Le roman tisse ainsi un réseau symbolique dans lequel WYRM est la bête maléfique, le serpent qui se dévore lui-même et le personnage principal est le héros dont le destin est déjà préfiguré par son nom.

Le jeu dans le livre : Feyland, The Dark Realm

Feyland : The Dark Realm est le premier tome de la série écrite par Anthea Sharp. Il mêle univers futuriste et éléments magiques. Jennet est une adolescente qui vient d’un milieu aisé et qui profite de la position de son père dans une entreprise de jeux vidéo pour tester secrètement le nouveau jeu prévu. Seulement, des phénomènes étranges se passent et lorsqu’elle perd face à la reine des fées, elle semble perdre des forces dans le monde réel. Elle demande de l’aide à un joueur de sa nouvelle école, qui vit dans les quartiers pauvres, joue sur une vieille machine mais est naturellement doué. Ensemble, et avec l’aide de l’oncle de Jennet, mort mais présent grâce à son avatar dans le jeu, ils arrivent à vaincre la reine de fées, l’empêcher de venir dans le monde réel et libérer complètement Jennet de l’emprise du jeu.  

13203178

Le jeu vidéo est à la fois le déclencheur de l’intrigue et un des lieux du roman. C’est un opposant, même si certains des personnages du jeu aident les adolescents. Il est ainsi représenté de façon négative, comme un piège duquel il faut se sortir. Le roman traite en biais le thème de l’addiction. Cependant, il faut noter que le jeu vidéo est aussi l’instrument du rapprochement entre les adolescents qui viennent de deux milieux différents. D’ailleurs, les descriptions des consoles de jeux qui permettent l’immersion totale contribue à la création du décors futuriste. Enfin, la particularité du roman vient de l’association entre un univers virtuel et le monde des croyances (et plus précisément les contes et légendes).  

Le jeu dans le livre : The Imperium Game

3884676

 

The Imperium Game est un roman de science-fiction de KD Wentworth qui a été publié pour la première fois en 1993. Dans un monde futuriste, un jeu qui permet aux joueurs de s’immerger pendant des années entières dans la Rome antique est le lieu d’un meurtre qui ne touche pas seulement l’avatar. Le lecteur suit les aventures de Kerickson, un programmateur du jeu accusé du meurtre qui revient dans l’univers virtuel sous l’apparence d’un simple joueur pour prouver son innocence. Il va découvrir lors de sa quête que le meurtre n’est qu’une partie d’un complot plus large qui vise à couper les joueurs du monde réel pour toujours. Il découvre ainsi qu’un joueur prétendant au titre d’empereur et son ancien patron se sont alliés pour organiser dans une partie du jeu, les Enfers, contre-bande et distribution de drogues. A ses intrigues politiques sont liés le sort de Amellia, une jeune fille qui désire simplement sortir du jeu et la destinée de Alline, l’ex-femme de Kerickson, qui décide de troquer sa vie dans le monde réel contre des pouvoirs de déesse dans le monde ludique. Kerickson découvre peu à peu le sens des événements récents dans le monde ludique, dont la prise d’autonomie des Dieux, normalement des programmes informatiques créés pour ne pas provoquer le chaos ou blesser un joueur. S’il doit affronter la colère de Mars, Kerickson a l’aide de Minerve, malgré ses bugs apparents, qui le convainc de rester programmeur pour le jeu, lorsque tout est fini et qu’il a été disculpé.

Le jeu est présenté dans ce roman comme une échappatoire à la réalité (peinte dans les rares descriptions comme terne, ennuyante, mécanisée). Cependant, les maux de cette dernière (la mort, la drogue, les intrigues politiques) se retrouvent dans le jeu. Pendant la quasi intégralité du roman l’objectif est de pouvoir sortir du jeu, mais la fin venue, comme Kerickson qui décide de rester, le lecteur doit comprendre que l’univers ludique a cet avantage de proposer un monde neuf où chacun peut se réinventer à sa guise. Si Alline y trouve l’endroit pour assouvir sa soif de puissance, Kerickson y trouve l’affection et le soutien qu’il cherchait dans Amellia. Le nouvel empereur qui a aidé avec ses connaissances stratégiques et son courage à défaire le complot, à la fin du roman, exprime sa gratitude à Kerickson en ses termes :

« Some of us have played less than a quarter, while others like myself have spent years perfecting our roles. » His voice rang out deep and clear in the crisp winter air. « The Game is more than important to us ; it is our life. » A roar of agreement went up from the assembled slaves and freedmen, nobles and Legionaries and barbarians. Catulus waited until the nose abated. « By risking your own life to find the murdere and expose the conspiracy, you have shown a dedication rare in this modern, self-absorbed age of ours. »

Le jeu offre ainsi à Kerickson la possibilité d’agir en tant que « héros » pour reprendre le terme que Minerve ne cesse d’employer pour le qualifier dans le roman, alors qu’il est décrit décrit au début comme un anti-héros.  

Le jeu dans le livre : Le jeu continue après ta mort

Le jeu continue après ta mort de Daniel Magnin est un roman étonnant qui propose une plongée dans la quête d’identité et de la réalité de Niels, alias Thout’. La narration alternée entre le personnage et son avatar, les passages entre les différents univers, et les différentes modalités de narration (carnet, e-mail, rapport de stage, texte explicatif …) rendent l’ensemble très confus pour le lecteur. Après une première lecture rapide, qui m’a simplement permis de me questionner sur le texte, voici un essai de résumé linéaire. Il est fort possible que cette lecture contienne des erreurs. Dans le résumé, qu’il s’agisse du personnage ou de son avatar, le nom Thout’ est mentionné.

 9782814506275

 

Dans un monde futuriste, le premier « carnet » du roman raconte la redécouverte de son identité de Thout’ Nielsporte après un coma ayant provoqué une amnésie partielle. Il est le fils d’une artiste qui modifie son corps et le met en scène (dont la naissance de son fils conçu à partir d’ADN de pharaon). Il a un frère, qui n’ayant pas été voulu ni aimé par sa mère, se suicide. Il est aussi celui qui a hacké des jeux vidéo pour créer un univers virtuel (la Pangée ou Big Pizza) dans lequel son avatar est surpuissant et révéré. Cet univers est détruit et la dernière position de son avatar est cloué à un billard alors que Thout’ mange une pizza au goût particulier délivré par un avatar nommé Chloé. Ce que Thout croyait à ce moment être un dialogue avec lui-même est en fait un dialogue avec son avatar qui a pris une vie indépendante. La révélation de cet événement se fait lorsque Thout’ rejoint des anciens geek, ayant eu un avatar dans l’univers ludique, dans une église qui contient un cerveau (le bulbe) dans lequel est contenu l’avatar de Thout. Il y est amené par une femme mystérieuse, ancienne geek, qui se fait appeler la Gaufrette. La première partie aborde aussi l’enquête lancée par Thout’ avec l’aide d’un stagiaire sur les mystérieux cas de comas déclenchés en jeux dont les joueurs ne se réveillent pas.

Le début du second carnet est le récit du bulbe sur les évènements ayant entraîné le coma de Trout’ qui commence par sa relation avec Ann Do Gates, héritière de Gates et à la tête d’un empire financier basé sur une boisson établie pour les gamers. Elle lui a proposé de se marier avec elle, et Thout’ avait dit oui. Mais Shame, l’ex de Thout’ a retrouvé l’avatar de Ann Do et l’a modifié et pris le contrôle du joueur derrière l’avatar. Thout’ jure de retrouver le joueur complice de Shame, Jaime. Le mariage entre Thout’ et Do Ann se fait par procuration seulement car un baiser entre les avatars contaminerait Thout’. Ce dernier assiste quand même à son mariage en se camouflant et observe la façon dont les joueurs ayant pris le contrôle de Do Ann réagissent. Trout’ rencontre sa mère qui lui révèle qu’il est composé à 99% de son ADN et l’enjoint à faire l’amour avec Do Ann en vrai, tout en le proclamant son œuvre. Le roman matérialise par deux colonnes correspondant aux deux visions des deux yeux le processus de téléportage appelé flickerstream que Thout’ utilise pour échapper à sa mère. Cela le mène à annoncer qu’il va faire une révélation importante un peu plus tard. Effectivement, devant les yeux de nombreux gamers, il arrive à extraire les chenilles qui contrôlaient Do Ann et à la libérer. Lorsqu’elle lui demande de les lui acheter, parce qu’elle a fait l’expérience d’un monde entre la réalité et la virtualité (ce qu’elle cherchait à réaliser sous le nom de fusion, notamment en épousant Thout’), Thout’ invite Jaime, leur propriétaire à venir. Les deux avatars s’affrontent. Jaime propose à Thout’ de faire l’expérience de cet entre-deux s’il lui rend les chenilles et Thout’ accepte, même s’il sait que son corps va tomber dans le coma.

Le récit s’interrompt lorsque les geeks entourant Tout’ le menace et lorsque Jaime apparaît, poursuivant Thout’. Ce dernier plonge dans l’eau dans lequel est le Buble, l’absorbant avec lui. Touth’ décide de se jeter dans le vide, préférant mourir plutôt que d’être à la merci de Jaime ou l’instrument de sa mère. Pendant sa chute, il retombe dans l’univers blanc de son coma, le monde de la fusion et parle avec son fidèle stagiaire et avec Nanok, l’avatar de sa mère. Il retombe sur le toit d’un taxi, conduit par la Gaufrette.

Le troisième carnet raconte comment il guérit auprès de la gaufrette et fait ses premières expériences sexuelles IRL. En même temps qu’il apprend qu’elle n’est autre que la mère de Jaime, il se rend compte qu’il n’arrive pas à bloquer le second lui qui est en lui, le Buble. Dans une transe, Trout’ finit par suivre Nanok dans un monde virtuel et se retrouve prisonnier dans une pièce matérialisant son cerveau dans laquelle se trouve des parties de lui-même (les larmes qu’il n’a pas pleuré à la mort de son frère, celui qui veut une cigarette). Il se réveille et la Gaufrette lui annonce qu’elle va l’aider à guérir, qu’elle connaît les risque de la fusion totale car elle a travaillé dessus. Elle a suivi son fils pour le retrouver. Elle le présente à son ancien mari qui contrôlait l’avatar de l’ancienne maîtresse de Throut, Shame, et annonce qu’il était surveillé même lors de ces commandes de pizza. Alors qu’il attend dans la salle d’attente du cabinet de la Gaufrette, il a une deuxième crise qui l’emmène dans un monde où Ann Do et Nanok se confondent, où il peut faire ce qu’il veut, mais duquel il est prisonnier. De retour dans la réalité, Trout’ reçoit le bilan du docteur : son avatar qui a pris place en lui le mange progressivement. Ceci arrive à d’autres joueurs qui ont été uploadés dans l’univers virtuel sans le savoir. Jaime cherche à recréer le monde virtuel dans le monde réel et appelle ça la Grande Ouverture. Lorsque les médecins proposent à Trout’ de devenir une machine pour sauvegarder ses deux personnalités, il s’enfuit. Il trouve le repère de Jaime, l’affronte et s’enfuit avec Do Ann vers l’Europe de l’Est. Ils font l’amour, mais au réveil, Do Ann est partie car elle a besoin de la drogue que lui injectaient ses ravisseurs. Thout’ dirigé par son avatar s’enfuit dans un endroit isolé et rédige ses carnets en attendant de mourir. Le dernier chapitre révèle le fin mot de l’histoire.

Le roman pose donc très bien la question des degrés de réalité et de fictionnalité. Les différents mondes (monde du lecteur réel, monde du lecteur supposé par le texte des carnets, monde réel du personnage, monde ludique, rêves …) se superposent. La problématique du dédoublement de la personnalité est aussi au cœur du roman et se traduit très fortement dans le style d’écriture. Cependant, il faut noter qu’il s’agit moins d’un jeu vidéo qu’une réalité virtuelle qui est représenté dans le livre. 

Le jeu dans le livre : Eagle Strike

Eagle Strike de Anthony Horowitz est un thriller pour les adolescents et le quatrième roman de la série mettant en scène Alex Rider, un adolescent travaillant parfois pour le MI6. Alors qu’il est en vacances dans le sud de la France, il rencontre Yassen Gregorovich, un assassin qui a tué l’oncle de Alex. La maison de l’amie chez qui Alex était en vacances est détruite par une bombe. Alex retrouve Yassen pour essayer de l’inculper mais Yassen le découvre. Plutôt que de le tuer, il l’inscrit à une corrida. Alex s’échappe et appelle un numéro qu’il a découvert dans le portable de Yassen. Damian Cray, une pop star connue pour ses actions charitables, répond. Lorsque Alex parle de cette connection au MI6, on ne le croit pas. Il décide d’enquêter tout seul. Il rencontre Cray lors de la démonstration du nouveau jeu, Feathered Serpent, développé par une entreprise de Cray. Alors qu’Alex essaye en public le jeu et réussit les challenges proposés, Cray le fait perdre. La rencontre à Paris avec un photographe proche du père de son ami révèle que les deux hommes étaient en train d’enquêter sur Cray. L’enquête mène Alex à Amsterdam où il découvre Cray et Yassen en train de préparer un plan entraînant une clef USB. Cray découvre Alex et le soumet à une version réelle du jeu. Alex s’échappe et vole la clef USB. Cray en réponse kidnappe l’amie de Alex. Alex est obligé de donner la clef à Cray et est emprisonné avec son amie. Cray emmène Alex comme témoin à son plan, nommé Eagle Strike : il prend contrôle de l’Air Force One et utilise les commandes à bord pour lancer des missiles nucléaires. Il s’agit pour lui de détruire les centres de commandements pour un futur meilleur. Cray ordonne à Yassen de tuer Alex mais il refuse. Profitant du chaos, Alex combat Cray et l’expulse de l’avion. Il réussit à désarmer les bombes. Avant de mourir, Yassen révèle à Alex que son père était un assassin.

Eaglestrike

Le jeu vidéo tient une place mineure dans l’intrigue. Cependant, il est intéressant de remarquer qu’il est associé à l’antagoniste du héros, même si Alex a toutes les compétences, dans la réalité et dans le monde virtuel pour vaincre les obstacles. La confusion entre réel et virtuel faite par le méchant est alors présentée comme le résultat d’un esprit dérangé. Le jeu vidéo est aussi représenté comme un milieu en vogue et très sélectif lors de la description de la présentation du nouveau jeu.