Archives de catégorie : Bande dessinée

Appel à contribution : La bande dessinée, toujours jeune ?

La bande dessinée, toujours jeune ? 

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université Paris 13.

La bande dessinée a été en France, dès ses origines, essentiellement associée à l’enfance et la jeunesse, puis étendue par-delà les générations, « de 7 à 77 ans », avant que ne se développe un courant explicitement adulte dans les années 1970. Depuis, les frontières entre œuvres et publics n’ont cessé d’évoluer et parfois de s’estomper, devant les pratiques croisées des lectorats, entre jeunes lecteurs curieux d’une bande dessinée « pangénérationnelle » et adultes amateurs nostalgiques ou régressifs de titres jeunesse. Ayant largement conquis de nouvelles légitimités artistiques, intellectuelles, scolaires même, la bande dessinée a élargi son paysage à de nouveaux lectorats, féminins, occasionnels, en même temps qu’aux productions asiatiques, américaines et plus récemment africaines. Dans notre époque qui voit fleurir les œuvres transmedia mais tout autant une explosion des formes, styles, thèmes profondément originaux et créatifs, il est intéressant d’interroger les enjeux des rapports entre enfance, jeunesse et bande dessinée, de l’Europe au japon et aux USA. Chercheurs, créateurs, éditeurs et médiateurs confronteront leurs regards pour cerner ce lectorat jeunesse d’aujourd’hui.

Afin de réfléchir à la situation de cette production spécifique, plusieurs problématiques pourront être envisagées :

Bande dessinée d’hier et d’aujourd’hui

  • L’histoire de la bande dessinée : nouveaux axes de recherches, nouveaux regards sur les illustrés et les bandes dessinées
  • L’étude de la bande dessinée : une auxiliaire pour faire l’histoire de la jeunesse ?
  • Dans l’histoire et dans la production actuelle : censure et autocensure, enjeux idéologiques, légitimation/délégitimation
  • La bande dessinée jeunesse : quel secteur éditorial ? Regard historique sur éditeurs et auteurs, place des éditeurs indépendants, ouverture aux femmes (auteures et lectrices)

Littérature et style

  • Persistance et évolution des genres (super-héros, humour, fantastique, policier, etc.)
  • Hybridation des formes
  • Mouvements esthétiques
  • Formes du récit

Bande dessinée, éducation et médiation

  • Quel rôle pour la bande dessinée dans l’enseignement et la formation des jeunes lecteurs ?
  • Bande dessinée pour apprendre, bande dessinée pour distraire : une dichotomie toujours de mise ?
  • Salons, manifestations, rencontres entre les auteurs et les lecteurs

Production et publics

  • Face à la multiplication des offres de loisirs et de divertissement, face à la pluralité des supports engendrés par la révolution technologique, quelle place occupe la bande dessinée parmi les activités du jeune public ?
  • Au temps du numérique et d’Internet, peut-on faire l’hypothèse d’une « culture graphique » commune aux jeux vidéo, à l’animation et à la bande dessinée… ?
  • Forces et faiblesses du marché de la bande dessinée jeunesse : stratégies des éditeurs, profil des auteurs jeunesse d’aujourd’hui
  • Mangas et super-héros, leur impact sur le marché de la bande dessinée jeunesse
  • Qu’en est-il des stéréotypes dans les bandes dessinées jeunesse (sexe, statut des héros) : persistance, évolution, nouvelles thématiques ?

 

Comité scientifique du colloque

Benoît Berthou (Labsic – Université Paris 13)

Zaïma Hamnache (BnF)

Jean-Philippe Martin (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image)

Jean-Pierre Mercier (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image)

Virginie Meyer (BnF)

Olivier Piffault (BnF)

Marine Planche (BnF)

Jacques Vidal-Naquet (BnF)

 

Modalités

Le colloque se déroulera le jeudi 24 novembre 2016 à la BnF (Paris) et le vendredi 25 novembre 2016 (lieu à préciser)

Langues : français, anglais

Les communications seront enregistrées afin d’être éventuellement mises en ligne sur un site de la BnF. La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes.

Date limite de soumission des propositions : les propositions de communication (titre et résumé de 1000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel)
avant le 1er juin 2016 à :

Marion Caliyannis : marion.caliyannis@bnf.fr

Colloque « Bande dessinée et intermédialité » les 9 et 10 octobre prochains à Poitiers

En février dernier, je publiais sur Populeum l’appel à comm’ pour un colloque intitulé « BD et intermédialité », à Poitiers, à venir en octobre 2014. Et il se trouve que tout ça approche ! Nicolas Perez Prada et moi-même participerons aux festivités les 9 et 10 octobre prochain, en abordant respectivement les représentations du manga dans l’anime et l’ensemble science-fictionnel plurimédiatique constitué autour du fameux Arzach de Moebius.

Arzak-Page-4

Ci-dessous le programme des réjouissances.

 

Bande Dessinée Et Intermédialité

Journées d’études organisées à la MSHS de l’Université de Poitiers
9 et 10 octobre 2014

par Elsa Caboche et Désirée Lorenz
FoReLL B3

avec la collaboration d’Isabelle Gadoin et de Liliane Louvel (FoReLL B1)
et le soutien de l’UFR Lettres et Langues et de l’École doctorale LPAH
de l’Université de Poitiers

 

Jeudi 9 octobre

13h : Accueil des intervenants et introduction par Elsa Caboche et Désirée Lorenz

Modérateur : Denis Mellier (Professeur, Université de Poitiers)

13h30 – 14h : Camille VORGER (Maître d’Enseignement et de Recherche, Université de Lausanne) Théâtre et BD, aller-retour : les jeux de l’amour dans l’œuvre de Bégaudeau
14h – 14h30 : Maher DHIF (Doctorant, Université de Poitiers) La figure du terroriste-esthète dans V for Vendetta : les relations intermédiales entre le roman graphique et le film
14h30 – 15h : Aurélie HUZ (Doctorante, Université de Limoges) Arzach, rhapsodie médiatique

Questions + Pause

Modérateur : Frédéric Curien (Compositeur, artiste plasticien sonore, enseignant à l’École Européenne Supérieure de l’Image – Angoulême)

15h30 – 16h : Nicolas PEREZ PRADA (Doctorant, Université de Limoges) Les représentations du manga dans l’anime
16h – 16h30 : Philippe PAOLUCCI (Doctorant, Université Toulouse III) Illégitimité réelle et monde virtuel : la représentation de la bande dessinée dans le jeu vidéo
16h30 – 17h : Elsa CABOCHE (Doctorante, Université de Poitiers) Scott Pilgrim : la BD en 8-bits

Questions + Conclusion de la 1ère journée

Vendredi 10 octobre

9h : Accueil des intervenants

Modérateur : Luc Vigier (Maître de conférences, Université de Poitiers)

9h15 – 9h45 : Thierry GROENSTEEN (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image) Le paradigme photographique de Chris Ware
9h45 – 10h15 : Marion LEJEUNE (Doctorante, Université de Poitiers) Les tableaux dans La Tour de Schuiten et Peeters : aux origines du Continent obscur

Questions + Pause

Modérateur : Pierre Jean Truchot (Professeur de philosophie, chercheur associé au FoReLL B1)

10h45 – 11h15 : Adrien GENOUDET (Doctorant, Université Paris VIII – EHESS) La part inspirée du dessin : appropriations d’images et pratiques intermédiales dans le corps bédéistique
11h15 – 11h45 : Désirée LORENZ (Doctorante, Université de Poitiers) Ce que l’art contemporain fait aux comics de super-héros : domestication ou résurgence d’une culture populaire ?

Questions
Déjeuner : 12h – 14h

Modérateur : Liliane Louvel (Professeur, Université de Poitiers)

14h – 14h30 : Brigitte FRIANT-KESSLER (Professeur associé, Université de Valenciennes) Cinemato-graphic Macbeth : a poetics of intermediality from classics illustrated to manga adaptations
14h30 – 15h :  Bertrand FERRIER (Docteur ès Lettres, Universités Rennes II et Bordeaux IV ; novélisateur et adaptateur de bandes dessinées) Lucky Luke contre Lucky Luke : circulation intermédiale et univers
15h – 15h30 : Thierry SMOLDEREN (Ecole Européenne Supérieure de l’Image) Attraction ou institution ? Deux stratégies de production éditoriale, deux trajectoires évolutives pour les formes narratives et graphiques en bande dessinée

Questions + Pause

16h – 16h30 : Charlotte KRAUSS (Docteur ès Lettres, Université de Strasbourg) Les classiques réécrits par la bande dessinée : Faust et Don Quichotte de Flix
16h30 – 17h : Côme MARTIN (Docteur ès Études Anglophones, Université Paris IV) Les adaptations ratées de textes littéraires en bande dessinée

Questions
Bilan des deux journées par Elsa Caboche et Désirée Lorenz

Appel : journée d’étude « Bande dessinée et intermédialité »

61519Journée d’étude organisée le 26 septembre 2014 à l’Université de Poitiers dans le cadre du laboratoire FoReLL (Formes et Représentations en Linguistique et Littérature – EA. 3816).

Responsables : Elsa Caboche et Désirée Lorenz

Les définitions fluctuantes de la bande dessinée ont ceci en commun qu’elles tendent à faire d’elle un médium hybride, soit en insistant sur la coprésence supposée constitutive du texte et de l’image, soit en convoquant ou en révoquant la parenté d’autres médias pour retracer son histoire et pour construire un discours théorique. D’aucuns la font remonter à la peinture pariétale, d’autres voient en elle un art que sa relative jeunesse et sa quête de légitimité rapprochent du cinéma. Certaines pratiques commerciales, comme l’« album du film » adapté plus ou moins adroitement des celluloïds d’un film d’animation, ou l’estampillage abusif « romans graphiques » dans les librairies qui désignent ainsi l’ensemble de leur rayon « bandes dessinées », témoignent d’un certain inconfort à extraire la bande dessinée d’une constellation médiatique où elle évolue pourtant avec aisance. En effet, elle entretient avec d’autres médias des rapports dynamiques aussi bien sur le mode de la transmédialité – lorsqu’elle assure la fonction de passeurs de récits en partage avec d’autres médias – que sur celui de l’hybridation – lorsqu’en se combinant avec d’autres médias elle participe à la création de nouvelles formes artistiques.

La bande dessinée, tout d’abord, circule avec fluidité entre les médias : de l’adaptation par les frères Wachowski de V pour Vendetta d’Alan Moore et David Lloyd à celle de la bande dessinée d’anticipation Le Transperceneige de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette, en passant par la transposition en bande dessinée de la célèbre trilogie Millénium de Stieg Larsson ou encore de celle d’auteurs plus classiques – on songe au Voyage au bout de la nuit de Tardi –, la bande dessinée participe aujourd’hui au premier plan à la production et à la diffusion massive de récits issus aussi bien de la culture populaire que de la culture savante. Qu’il s’agisse des explorations magrittiennes de Vaughn-James dans son roman graphique La Cage, de la picturalité d’une œuvre comme celle de Breccia, ou encore de l’hybridité de l’adaptation cinématographique de Sin City par Robert Rodriguez et Franck Miller mêlant cinéma et comics de manière inédite, le processus de création en bande dessinée permet la découverte de nouvelles matérialités. En son sein même, la bande dessinée accueille également d’autres médias sous forme thématique ou à travers une hybridation formelle. Dans les deux cas, elle s’approprie la matérialité du médium étranger soit en l’assimilant, c’est-à-dire en l’informant par ses propres codes, soit en préservant sa spécificité dans le cadre d’œuvres délibérément composites. Celles-ci peuvent être le fruit d’une collaboration entre deux ou plusieurs créateurs, ou de la polyvalence d’un seul et même auteur. Dans cette perspective, la bande dessinée intermédiale est souvent interartiale et son hybridité trouve sens dans une optique esthétique et culturelle. Néanmoins, la bande dessinée contemporaine prend parfois les chemins d’une intermédialité, qu’on pourrait appeler disciplinaire, où le médium convoqué n’a pas a priori de portée esthétique : on peut songer, par exemple, aux outils qu’emprunte Chris Ware aux représentations techniques (plans, schémas explicatifs…) – du reste esthétisés dans son œuvre – ou aux matériaux de travail mobilisés par certains auteurs, à la manière de Shaun Tan qui filme préalablement les scènes de ses planches.

Si la bande dessinée semble être ainsi un lieu privilégié pour l’exploration des potentialités de l’intermédialité, ce n’est pourtant que très récemment relativement à l’histoire des relations entre les médias qu’elle s’est imposée comme un élément crucial dans la production culturelle. La nouvelle place acquise par la bande dessinée à côté des arts dits majeurs que sont la littérature, la peinture ou encore le cinéma, témoigne-t-elle d’une étape franchie dans sa quête de reconnaissance, ou bien le transfert narratif mutuel entre la bande dessinée et les autres médias ne met-il pas plutôt en exergue l’hétérogénéité de l’art et/ou la primauté du récit dans nos sociétés aux « fictions sans frontières » (Groensteen, 1998) ?

À travers une investigation des différentes actualisations des relations intermédiales impliquant la présence de la bande dessinée, cette journée d’étude entend interroger le statut médiatique, culturel et artistique de la bande dessinée (entre autonomie et hétéronomie). Il s’agit également de considérer la manière dont la bande dessinée, à travers ces multiples relations intermédiales, questionne à son tour le fonctionnement général de la culture contemporaine.

Cette journée d’étude a pour vocation de faire se rencontrer chercheurs et jeunes chercheurs de différentes disciplines (comparatistes, culturalistes, sociologues de l’art, etc.) dont le travail questionne les rapports que la bande dessinée entretient avec les autres médias.

Les propositions (environ 2500 signes espaces compris) doivent être envoyées à Elsa Caboche (elsa.caboche@univ-poitiers.fr) et Désirée Lorenz (desiree.lorenz@univ-poitiers.fravant le 1er mai 2014.

Bibliographie indicative

Bolter, J. D., Grusin, R. (2000). Remediation. Understanding New Media. Cambridge : MIT Press.
Coëllier, S., Dieuzayde, L. (2011). Arts, transversalités et questions politiques. Aix-en-Provence : PUP.
Froger, M., Müller, E. J. (2007). Intermédialité et socialité. Histoire et géographie d’un concept. Münster : Nodus Publication.
Gaudreault, A., Groensteen, T. (dir.) (1998). Pour une théorie de l’adaptation. Littérature. Cinéma. Bande Dessinée. Théâtre. Clip. Québec : Nota Bene.
Groensteen, T. (1998a). Fictions sans frontières. Dans Gaudreault, A., Groensteen, T. (dir.), Pour une théorie de l’adaptation. Littérature. Cinéma. Bande Dessinée. Théâtre. Clip. (pp. 9-30). Québec : Nota Bene.
Guiyoba, F. (n.d.) Intermédialité/Intermediality. Dans le Dictionnaire international des Termes Littéraires (DITL). http://www.flsh.unilim.fr/ditl/Fahey/INTERMDIALITIntermediality_n.html
Lacasse, G. (2000). Intermédialité, deixis et politique. Cinémas : revue d’études cinématographiques, 10, 85-104.
Mariniello, S. (2011). L’intermédialité : un concept polymorphe. Dans Viera, C., Rio Novo, I. (ed.), Inter Media. Littérature, cinéma et intermédialité (pp. 14-25). Paris : L’Harmattan.
Müller, E. J. (2006). Vers l’intermédialité. Histoire, positions et options d’un axe de pertinence. Médiamorphoses, 16, 99-110.
Rajewsky, I. O. (2005). Intermediality, Intertextuality, and Remediation : A Literary Perspective on Intermediality. Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality : History and Theory of the Arts, Litterature and Technologies, 6, 43-64.
Schröter, J. (2011). Discourses and Models of Intermediality. CLCWeb: Comparative Literature and Culture. http://docs.lib.purdue.edu/clcweb/vol13/iss3/3.

Responsable : Désirée Lorenz
Adresse : Université de Poitiers – 15 rue de l’Hôtel Dieu – 86034 POITIERS Cedex

Bibliographie critique sur la bande dessinée

Partageons nos bibliosOLYMPUS DIGITAL CAMERA ! Voilà le mot d’ordre du jour. Car une biblio, c’est long à faire, souvent pénible, très souvent ingrat, et ça repose parfois sur de petites trouvailles imprévues, glanées sur la toile ou dans les listes bibliographiques des bouquins, bref, c’est le fruit d’un réel travail  et, quand bien même ce n’est pas parfait, c’est toujours cela de gagné pour le prochain.

Dans cet esprit de partage des ressources, d’efficacité collective et de mutualisation des bonnes idées, voici ma bibliographique critique provisoire sur la bande dessinée.

Vous y trouverez à la fois des ouvrages théoriques s’attachant à l’étude systématique de la bande dessinée comme langage, comme médium spécifique, et des approches historiques (toujours bien pour faire le point), que ce soit sur les naissances de la BD ou ses mutations les plus récentes en régime numérique.

Je suis loin d’avoir tout lu et même tout feuilleté ! J’attends commentaires, critiques, rectifications, etc. Avec cette petite précision : j’ai privilégié les approches globales (donc pas d’articles ou d’ouvrages traitant spécifiquement d’un courant, d’une oeuvre ou d’un auteur – comme on en trouve des tas sur Hergé par exemple).

J’en profite pour lancer un appel : je travaille notamment sur l’œuvre d’Enki Bilal et la critique est particulièrement étique sur le sujet… Si les entretiens, les documentaires, les articles promus par amateurs et journalistes plus ou moins spécialisés pullulent sur le net, point d’ouvrage académique ni de travail universitaire ! Détrompez-moi si je me fourvoie…

Voici donc l’état premier de cette bibliographie destinée à être complétée collectivement. Bonne lecture !

Ouvrages et articles :

Baetens, Jan et Lefèvre, Pascal, Pour une lecture moderne de la bande dessinée, Bruxelles, CBBD, 1993.

Baetens, Jan et Gabilliet, Jean-Paul (dir.), Fantastique et bande dessinée, revue Otrante. Art et littérature fantastique, n° 13, Paris, Kimé, 2003.

Berthou, Benoît (dir.), Adaptations : une certaine littérature, dossier sur le site du9, l’autre bande dessinée, disponible en ligne, URL (22 janvier 2010) : http://www.du9.org/dossier/adaptations-une-certaine/

Berthou, Benoît, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? », Textyles, n° 36, juin 2010.

Boudissa, M., La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique, thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII – Vincennes à Saint-Denis, 2010.

Chavanne, Renaud, Composition de la bande dessinée, Montrouge, PLG, 2010.

Eisner, Will, Les Clés de la bande dessinée, 1. L’art séquentiel, Paris, Delcourt, 2009.

Groensteen, Thierry, L’Univers des mangas. Une introduction à la bande dessinée japonaise [1991], Tournai, Casterman, édition augmentée, 1996.

Groensteen, Thierry, Système de la bande dessinée, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1999.

Groensteen, Thierry, La Bande dessinée : une littérature graphique, Toulouse, E. Milan, 2005.

Groensteen, Thierry, Un objet culturel non identifié, Angoulême, L’An 2, 2006.

Groensteen, Thierry, La Bande dessinée, mode d’emploi, Les Impressions nouvelles, 2008.

Groensteen, Thierry, La Bande dessinée, son histoire et ses maîtres, Paris, Skira Flammarion, 2009.

Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration. Système de la bande dessinée vol. 2, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 2011.

Groensteen, Thierry et Ciment, Gilles (dir.), 100 Cases de maîtres. Un art graphique, la bande dessinée, Paris, La Martinière, 2010.

McCloud, Scott, L’Art invisible, Paris, Vertige Graphic, 1999.

McCloud, Scott, Réinventer la bande dessinée, Paris, Vertige Graphic, 2002.

Maigret, Éric & Stefanelli, Matteo, La Bande dessinée : une médiaculture, Armand Colin & INA Éditions, coll. « Médiacultures », 2012.

Menu, Jean-Christophe, Plate-Bandes, Paris, L’Association, 2005.

Menu, Jean-Christophe, La Bande dessinée et son double, Paris, L’Association, 2005.

Morgan, Harry, Principes des littératures dessinées, Angoulême, L’An 2, 2003.

Peeters, Benoît, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2010.

Peeters, Benoît & Schuiten, François, L’Aventure des images : de la bande dessinée au multimédia, Paris, Autrement, 1996.

Rey, Alain, Les Spectres de la bande, Paris, Minuit, 1978.

Smolderen, Thierry, Naissances de la bande dessinée: de William Hogarth à Winsor McCay, Bruxelles, les Impressions nouvelles, 2009, 144 p.

Smolderen, Thierry, « Trois formes de pages », Neuvième Art, n° 13, janvier 2007, p. 20-31.

En ligne :

Interdisciplinary Comics Studies (dir. Jan Baetens) : http://www.english.ufl.edu/imagetext/

Neuvième art 2.0. (revue en ligne de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, dir. T. Groensteen) : http://neuviemeart.citebd.org/

du9, l’autre bande dessinée : http://www.du9.org/

Comicalités – Études de culture graphique (dir. Benoît Berthou) : http://comicalites.revues.org/

Image and narrative : http://www.imageandnarrative.be/

European Comic Art : http://journals.berghahnbooks.com/eca/

Science-fiction & bande dessinée francophone

Si vous vous intéressez à la question et que vous recherchez, comme je l’ai moi-même fait (notamment durant la délicate période de rédaction du projet de thèse…), une synthèse sur la bande dessinée francophone de science-fiction, de ses premiers pas à ses réalisations les plus récentes, voici un site édifiant : Phylacterium – Réflexions sur la bande-dessinée.

Vous trouverez ici une série d’articles développant avec une grande clarté et une connaissance approfondie du sujet l’histoire de ces objets au croisement BD/SF – histoire de jongler avec les sigles… – depuis les années 1930 jusqu’aux années 2000. Un article par décennie, et à chaque fois le choix de deux ou trois exemples marquants pour l’évolution du genre.

 jean-claude-forest-barbarella-1964

On se lance avec passion dans ce périple qui nous mène du Rayon mystérieux de Saint-Ogan, représentatif de l’entrée (encore rare) des dessinateurs français sur un nouveau créneau, la science-fiction graphique, à la suite de l’arrivée massive des comics américains en France dans les années 1930, jusqu’aux réinterprétations les plus récentes des codes traditionnels du genre (Lupus, Frederik Peeters, 2003-2006), en nous faisant passer par l’avènement, en bande-dessinée, d’une école française du récit d’aventure adaptant les normes graphiques, narratives et idéolog250px-Metal_Hurlant_1iques américaines à la culture française (Les Pionniers de l’Espérance, années 1940), par l’entrée de la bande-dessinée dans la culture adulte à travers l’appropriation des thèmes et des imaginaires de la science-fiction (Barbarella, années 1960), ou encore par la révolution Métal Hurlant (1975) qui conduit à des expérimentations narratives, graphiques et symboliques renouvelant les possibilités de la bande dessinée et permettant l’émergence d’une nouvelle imagerie de la science-fiction.

Il ne s’agit là que de quelques aperçus destinés à vous donner l’envie d’aller y voir de plus près…