Archives de catégorie : Colloques

Colloque : Image(s), imaginaire(s) et réalité(s) de la bibliothèque

Lors de ma participation au colloque international et interdisciplinaire jeunes chercheurs Image(s), imaginaire(s) et réalité(s) de la bibliothèquequi s’est déroulé les 21 et 22 octobre derniers à l’Université de Lorraine, j’ai présenté une réflexion sur la présence d’un motif de la bibliothèque dans les jeux vidéo.

Cthulhu

Voici le powerpoint qui accompagnait ma présentation, séparé en plusieurs parties et compressé pour des raisons techniques.

motif_bibliothèque_jeux_vidéo_Sellier.compressed

2.compressed

3.compressed

4.compressed

 

Colloque du CERLI 2014 : Mobilités dans les récits de fantastique et de science­ fiction (XIX­-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

flowers-for-algernonLe colloque se tiendra du 20 au 22 novembre 2014 à l’IUT  Sénart­-Fontainebleau,  Université  Paris  Est Créteil,  route  du  Hurtault, 77300 Fontainebleau.

Organisé par Patricia  CROUAN­VERON  (IUT  Sénart­-Fontainebleau, Université  Paris  Est­ Créteil) et Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes).

Ci-dessous l’appel à comm (deadline depuis longtemps passée, bien sûr), en attendant le programme.

*

Les récits dits de fantastiques ou de science-­fiction partent, on le sait, à la rencontre de l’Autre ou/et  d’un  Ailleurs.  Toutefois,  une  telle  visée  s’impose  a  posteriori,  quand  la  confrontation « effective » propose une véritable trouée qui avale et avalise le parcours préalable. Dès lors, au gré des différentes re­lectures des textes, les détours, détournements et contournements sont perçus comme  autant  de stases « ornementales »,  comme  autant  de  zones  de  concrétion,  à l’aune  d’un point  d’arrivée  qui  fige,  dans  des  formes  variées  de  sidération,  une  quête  enfin  aboutie,  une enquête enfin terminée. Pivots diégétiques ou ressorts psychologiques, ces détours, détournements et contournements participeraient de la sorte d’une mobilisation du sens entièrement sous­-tendue par la  confirmation  progressive  d’une  quête, initialement  assumée  ou simplement  « ressentie  », l’enquête consistant à esquiver ou instrumentaliser ce qui détourne.

Une simple question s’impose alors : comment juger et appréhender le parcours (quête et enquête) si l’on oublie la fin pour se concentrer sur les aléas de l’itinéraire, la trajectoire, ce qui est vu et ce qui permet de voir ? Autrement dit, ne pourrait­-on dégager, si l’on refuse l’emprise téléologique, un imaginaire de la mobilité, laissant ouverts jusqu’au dénouement les récits de fantastique et de science-­fiction ?

Plus  précisément,  pour  cerner  cet  imaginaire  de  la  mobilité,  il importe  dès  lors  de re­lier  les découpages génériques – eux aussi généralement conçus a posteriori. Autour des termes « quête » et « enquête », les schèmes des récits de voyage, des parcours oniriques, des romans d’aventures et de  l’aventure,  des  différentes  formes  de mystère,  n’irrigueraient-­ils  pas  les  récits  relevant prétendument du fantastique  et de la science­fiction  ? A partir de là, plus qu’un changement de focalisation  qui se  contenterait des « moyens » comme supports  de  l’intrigue,  nous  entendrions faire de ces «moyens» le foyer réflexif : qu’il s’agisse de supports technologique, physique ou psychique. Ce qui importe dans cette perspective, ce n’est pas tant « voyager » que «  ce qui fait voyager » ? ce n’est pas « y aller », mais « comment y aller », le « comment » ne pouvant que sous­ tendre à son tour différents « pourquoi ». Détours, détournements et contournements redéfinissent de  la  sorte  une  quête  en  actes  et  en action,  le  sensitif  du  déplacement  s’appariant  non  à la mobilisation d’un sens, mais à la mobilité de sens, les récits étant perçus comme des enquêtes où ce qui apparaît au final comme des leurres fait sens.

Expansif,  un  tel  imaginaire  de  la  mobilité  nécessite  de  regarder plus  précisément  les  avancées scientifiques (dans les différents domaines préalablement mentionnés), de chercher les métaphores sociales,  culturelles  et nationales, de jauger la perspective genrée, d’appréhender la  cartographie des  territoires.  Il permet  aussi,  dans  l’urgence  d’un  présent  du  récit,  de  cerner différents croisements mettant bout­-à­-bout les catégories de l’intime et de l’extime, les frontières du connu et de l’inconceptualisable, le passé et le devenir. insistons cependant sur un point : si la tentation téléologique permet de condenser le faisceau, de subsumer  le parcours,  elle  efface  en  un  même  mouvement  la  pluralité consubstantielle  à  toute quête. De là découle l’aspect généralement déceptif des récits de fantastique et de science-­fiction qui,  d’un dernier geste, s’enferrent sur  une  mobilisation  terminale  en  écartant  la problématique mobilité. En cette perspective, le déplacement (de sens) peut être assimilé, alors que la mobilité en soi s’estompe inexorablement.

Le voyage peut donc être ici repris sous l’angle d’une dispersion, voire d’une dissémination qui fait sens. Ce qui importe ici, ce n’est pas l’après, ce sont les apprêts.

Le voyage peut de la sorte emprunter différentes pistes, susceptibles de se rejoindre : il conviendra  par exemple de conceptualiser la « mobilité de sens » en regard du « déplacement de sens » ? faire dialoguer des espaces de la mobilité apparemment incompatibles, tels les lieux sacrés vs. les lieux sécularisés, les espaces fermés vs. les espaces ouverts, les espaces naturels vs. les espaces « civilisationnels » ? un  dialogue  du  même  ordre  peut  être  entamé  entre  les  moyens de  la  mobilité, « intérieurs » ou « extérieurs » ? en parallèle, la question du « comment parcourir » peut s’étendre tout autant à l’espace d’un monde perdu, d’un rêve perdu et, en contrepoint, un monde prétendument a­-référentiel ? si l’on prend alors pour base l’apparition récente des récits dits fantastiques et de science­ fiction, ne conviendrait-­il pas de les interroger en regard d’une ré­invention de soi par la mobilité ?

Un tel jeu de miroir pourrait refléter les « affres » de la modernité et/ou de la postmodernité ? ceci implique aussi une prise en considération d’une « technologie » associée à la mobilité :  que  cette  technologie apparaisse  dans  les  récits,  cela  n’implique­-t­-il  pas  un  autre dispositif spéculaire,  les  nouveaux moyens  de se  déplacer (« empruntés  »  à  la société  contemporaine,  ou « inventés » dans les récits) reflétant de manière problématique les « origines » de la mobilité et les moyens qui y étaient associés? ceci entraîne aussi une cartographie « en train de se faire », où le présent du parcours reflète un passé éventuellement oublié ou nié : que ce passé ressurgisse au cours du parcours, c’est tout un pan identitaire que le récit met à jour, une re­définition de soi par le territoire (une place pourrait  être  par exemple  accordée  aux  récits  post­-apocalyptiques,  où  les  nouvelles formes  de mobilité sont en symbiose avec de nouvelles quêtes et des formes inédites d’une enquête sans sens) ? enfin,  un tel « imaginaire de la mobilité »  peut  permettre  d’interroger les formes empruntées par les récits qui allient de la sorte quête et enquête : peut­-on parler, et comment en parler, d’un art du contre­sens, d’un art de l’impasse et, à l’occasion, interroger la méta­fiction par ces détours et détournements qui deviendraient les réels ressorts de l’enquête.

Responsables  :  Patricia  CROUAN­VERON  (IUT  Sénart­-Fontainebleau, Université  Paris  Est­ Créteil), Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes)

Lieu  du  colloque  :  IUT  Sénart­-Fontainebleau,  Université  Paris  Est Créteil,  route  du  Hurtault, 77300 Fontainebleau

Un résumé de la communication (3000 signes) et une brève notice bio­bibliographique devront être envoyés  au  plus  tard  le  12  avril  2014 aux  adresses  suivantes  :  patricia.crouan/at/u­pec.fr et arnaud.huftier/at/univ­valenciennes.fr

Colloque « Bande dessinée et intermédialité » les 9 et 10 octobre prochains à Poitiers

En février dernier, je publiais sur Populeum l’appel à comm’ pour un colloque intitulé « BD et intermédialité », à Poitiers, à venir en octobre 2014. Et il se trouve que tout ça approche ! Nicolas Perez Prada et moi-même participerons aux festivités les 9 et 10 octobre prochain, en abordant respectivement les représentations du manga dans l’anime et l’ensemble science-fictionnel plurimédiatique constitué autour du fameux Arzach de Moebius.

Arzak-Page-4

Ci-dessous le programme des réjouissances.

 

Bande Dessinée Et Intermédialité

Journées d’études organisées à la MSHS de l’Université de Poitiers
9 et 10 octobre 2014

par Elsa Caboche et Désirée Lorenz
FoReLL B3

avec la collaboration d’Isabelle Gadoin et de Liliane Louvel (FoReLL B1)
et le soutien de l’UFR Lettres et Langues et de l’École doctorale LPAH
de l’Université de Poitiers

 

Jeudi 9 octobre

13h : Accueil des intervenants et introduction par Elsa Caboche et Désirée Lorenz

Modérateur : Denis Mellier (Professeur, Université de Poitiers)

13h30 – 14h : Camille VORGER (Maître d’Enseignement et de Recherche, Université de Lausanne) Théâtre et BD, aller-retour : les jeux de l’amour dans l’œuvre de Bégaudeau
14h – 14h30 : Maher DHIF (Doctorant, Université de Poitiers) La figure du terroriste-esthète dans V for Vendetta : les relations intermédiales entre le roman graphique et le film
14h30 – 15h : Aurélie HUZ (Doctorante, Université de Limoges) Arzach, rhapsodie médiatique

Questions + Pause

Modérateur : Frédéric Curien (Compositeur, artiste plasticien sonore, enseignant à l’École Européenne Supérieure de l’Image – Angoulême)

15h30 – 16h : Nicolas PEREZ PRADA (Doctorant, Université de Limoges) Les représentations du manga dans l’anime
16h – 16h30 : Philippe PAOLUCCI (Doctorant, Université Toulouse III) Illégitimité réelle et monde virtuel : la représentation de la bande dessinée dans le jeu vidéo
16h30 – 17h : Elsa CABOCHE (Doctorante, Université de Poitiers) Scott Pilgrim : la BD en 8-bits

Questions + Conclusion de la 1ère journée

Vendredi 10 octobre

9h : Accueil des intervenants

Modérateur : Luc Vigier (Maître de conférences, Université de Poitiers)

9h15 – 9h45 : Thierry GROENSTEEN (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image) Le paradigme photographique de Chris Ware
9h45 – 10h15 : Marion LEJEUNE (Doctorante, Université de Poitiers) Les tableaux dans La Tour de Schuiten et Peeters : aux origines du Continent obscur

Questions + Pause

Modérateur : Pierre Jean Truchot (Professeur de philosophie, chercheur associé au FoReLL B1)

10h45 – 11h15 : Adrien GENOUDET (Doctorant, Université Paris VIII – EHESS) La part inspirée du dessin : appropriations d’images et pratiques intermédiales dans le corps bédéistique
11h15 – 11h45 : Désirée LORENZ (Doctorante, Université de Poitiers) Ce que l’art contemporain fait aux comics de super-héros : domestication ou résurgence d’une culture populaire ?

Questions
Déjeuner : 12h – 14h

Modérateur : Liliane Louvel (Professeur, Université de Poitiers)

14h – 14h30 : Brigitte FRIANT-KESSLER (Professeur associé, Université de Valenciennes) Cinemato-graphic Macbeth : a poetics of intermediality from classics illustrated to manga adaptations
14h30 – 15h :  Bertrand FERRIER (Docteur ès Lettres, Universités Rennes II et Bordeaux IV ; novélisateur et adaptateur de bandes dessinées) Lucky Luke contre Lucky Luke : circulation intermédiale et univers
15h – 15h30 : Thierry SMOLDEREN (Ecole Européenne Supérieure de l’Image) Attraction ou institution ? Deux stratégies de production éditoriale, deux trajectoires évolutives pour les formes narratives et graphiques en bande dessinée

Questions + Pause

16h – 16h30 : Charlotte KRAUSS (Docteur ès Lettres, Université de Strasbourg) Les classiques réécrits par la bande dessinée : Faust et Don Quichotte de Flix
16h30 – 17h : Côme MARTIN (Docteur ès Études Anglophones, Université Paris IV) Les adaptations ratées de textes littéraires en bande dessinée

Questions
Bilan des deux journées par Elsa Caboche et Désirée Lorenz

Colloque « Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines (XXe-XXIe siècles) » (15-16-17 octobre 2014, université Bordeaux-Montaigne)

affiche

Dans quelques semaines se tiendra à Bordeaux un colloque sur l’hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines, colloque où je ne pourrai malheureusement pas me rendre, mais qui me met d’ores et déjà l’eau à la bouche… Avis aux amateurs !

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l’université, par ici. Pour votre plus grand plaisir (c’est comme les bandes-annonces, ça fait saliver), je reproduis l’appel à communications (avec une biblio critique, ce qui ne fait jamais de mal… quoique…) et le programme.

*

Appel à communications

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? ».

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[2], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[3] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[4].

 

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?                                                     

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

Écrivains invités :

– Pierre Bordage – Lionel Davoust – Laurent Queyssi – Xavier Mauméjean


[1]Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.
[2] Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.
[3] Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[4] Ibid.

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora »Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

*

Programme

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières
Hybridation des formes et des genres
dans les littératures de l’imaginaire contemporaines
(XXe-XXIe siècles)

Université Bordeaux Montaigne
 15-16-17 octobre 2014

Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (campus, Pessac)

Écrivains invités :
François Coupry – Lionel Davoust – Jérôme Larré – Laurent Queyssi – Francis Saint-Martin

PROGRAMME

Mercredi 15 octobre
Auditorium de la Bibliothèque municipale de Bordeaux

 10h00 Ouverture du colloque

 Session 1 – Histoire(s) d’hybridations
Modérateur : Philippe Baudorre

♦ 10h15-10h40 – Lauric Guillaud (Université d’Angers)
Aux sources de la fantasy : la fièvre néo-médiévaliste et le roman d’aventures africaines

♦ 10h40 -11h05 – Patrizia D’Andrea (Université Paris4–Sorbonne)
Conquérant des grands espaces au-delà des frontières : John-Antoine Nau (1873-1918)

♦ 11h05-11h30 – Philippe Clermont (Université/ESPE de Strasbourg)
Des débuts de la SF moderne à l’hybridation contemporaine du genre : histoire d’un aller et retour du merveilleux

11h30-12h00 Discussion

 Session 2 – Au-delà des frontières du contemporain
 Modérateur : Gérard Peylet

♦ 14h-14h25 – Myriam White-le Goff (Université d’Arras)
L’hybridité constitutive de l’imaginaire et de l’écriture de Robert Holdstock

♦ 14h25-14h50 – María-Pilar Suarez (Université de Madrid)
La quête au-delà du graal : L´ange et la machine, un essai sur l´hybridation

♦ 14h50-15h15 – Laurent Bazin (Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines)
La douane volante : poétique de l’hyperspatialisation dans le roman contemporain pour adolescents

15h15-15h45 Discussion et pause.

♦ 15h45-16h10 – Conférence de Jean-Luc Rivera (Paris)
Hybridation des genres: la littérature policière de science-fiction

16h35-16h45 Discussion

16h45-17h35 – Table ronde
animée par Jean-Luc Rivera, avec Lionel Davoust, Francis Saint-Martin et Laurent Queyssi
Évolution de la littérature populaire de science-fiction ou de fantasy : vers une hybridation ?
 
Jeudi 16 octobre
Auditorium de la Bibliothèque municipale de Bordeaux

  Session 3 – Quand la science-fiction devient hybride…
Modérateur : Lauric Guillaud

♦ 9h15-9h40 – Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)
De drôles de genres, dans des mécanismes tordus

♦ 9h40-10h05 – Hervé Lagoguey (Université de Reims)
Dangereuses unions : l’homme et la machine, le désir et la mort dans Crash ! de J.G. Ballard

♦10h05-10h30 – Isabelle Périer (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines)
Cette Chimère qu’est le steampunk

10h30-11h00 – Discussion et pause

♦ 11h00-11h25 – Lionel Davoust (Rennes)
Créer Évanégyre, un monde de science-fantasy

♦ 11h25-11h50 – Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)
Quelques modalités de l’hybridité générique dans le cinéma hollywoodien de SF contemporain : le cas du tech-noir

♦ 11h50-12h15 – Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)
Catherine Dufour, la science-fiction au carrefour du mélange des genres

12h15-12h30 – Discussion

Session 4 – L’Italie, terre des hybridations ?
Modérateur : Roger Bozzetto

♦ 14h-14h25 – Stefano Lazzarin (Université de Saint-Etienne)
Le fantastique italien du XXe siècle : une littérature de l’hybride

♦ 14h25-14h50 – Beatrice Laghezza (Université de Saint-Etienne)
Un fantastique cosmogonique ? Fantastique et réalisme magique italiens entre cosmogonie et cosmologie

♦ 14h50-15h15 – Delphine Gachet (Université Bordeaux Montaigne)
Parole d’Evangelisti, ou la charge subversive du mélange des genres

♦ 15h15- 15h40 – Alessandro Scarsella (Université Ca’Foscari Venise)
Venise, lectures insolites entre suggestions gothiques et frissons fantastiques

15h40-16h15 Discussion et pause

♦ 16h15-16h45 – Conférence de Francis Saint Martin (Bordeaux)
Naissance et arborescence des genres de l’imaginaire

16h40-17h30 -Table ronde
animée par Natacha Vas-Deyres, avec Laurent Queyssi, Lionel Davoust, François Coupry et Jérôme Larré.
Pourquoi les auteurs sont-ils attirés par la création d’univers hybrides ?

Vendredi 17 octobre
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – Pessac

 

 Session 5 – Hybridations (trans)médiatiques
Modérateur : Anne Besson

♦ 9h00-9h25 – Jérôme Dutel (Université de Saint-Etienne)
Les genres issus des littératures de l’imaginaire dans le palmarès 2007 du festival d’Angoulême : NonNonBâ de Mizuki, Black Hole de Burns et Lupus de Peeters

♦ 9h25-9h50 – Charles Combette (Université Bordeaux-Montaigne)
Au confluent des genres – L’univers composite des super-héros

♦ 9h50-10h15 – Nicolas Labarre (Université Bordeaux-Montaigne)
Hellboy et le trait d’union super-héroïque

♦ 10h15-10h40 – Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne)
Les fabuleuses frontières de l’Humpur, du roman à la BD (Bordage & Roman)

10h40-11h10 – Discussion et pause

♦ 11h10-11h35 – Isabelle Casta (Université d’Artois)
DIMIDIUM COGNATUS ! Ou : la tragédie des métamorphes

♦ 11h35-12h00 – Claire Cornillon (Université Paris3-Sorbonne Nouvelle)
The X-Files, hybridation et fiction sérielle

♦ 12h00-12h25 – Jérôme Larré (Toulouse)
De l’hybridation des genres et des fictions dans les jeux de rôles

12h25- 12h40 – Discussion et clôture du colloque

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM),

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE),

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE),

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick),

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille),

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers),

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

Appel à communication : Le métier de doctorant(e) en SHS

Journée d’études – Appel à communication

LE METIER DE DOCTORANT.E EN SHS

Paris, le 25 septembre 2014

Journée d’études organisée par Gaëlle Chartier, Mona Claro, Audrey Marcillat, Simeng

Wang (IRIS / EHESS – Université Paris 13)

Le but de cette journée d’étude est d’examiner les logiques institutionnelles et normatives qui donnent forme à l’expérience du doctorat en SHS. Le parcours qui mène à une thèse renvoie-t-il à l’apprentissage d’un métier ou à une expérience professionnelle à part entière, à un rite initiatique solitaire ou à une pratique collective, à un diplôme prestigieux ou dévalorisé … ? Comment définir le métier de doctorant.e ? Comment les conditions de  travail varient-elles dans le temps et dans l’espace, de quelles inégalités sociales procèdent-elles ? Quelles en sont les conséquences sur la production des connaissances scientifiques ?

Ce projet a émergé de la réflexion de doctorantes de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris) afin de répondre à des questionnements concrets dans leur pratique de la recherche et dans la visée d’une future insertion professionnelle.

Des travaux – notamment ceux réalisés dans le cadre de l’atelier Aspects Concrets de la Thèse à l’EHESS – ont mis en évidence le fait que le doctorat, s’il est souvent vécu comme une expérience solitaire, obéit à des contraintes institutionnelles : contraintes de financement, contraintes de temps avec un impératif croissant de finir son doctorat en 3 ans, contraintes liées aux espaces de travail (le laboratoire, l’entreprise ou encore le terrain d’enquête), contraintes de l’insertion professionnelle. Cette journée d’étude propose de réfléchir à ces contraintes dans la mesure où elles déterminent le travail quotidien du doctorant, influencent la rédaction de sa thèse et contribuent à forger son identité

Au cours de cette réflexion, une vigilance particulière sera accordée à la prise en compte de la diversité des doctorats (avec ou sans financements, financements publics ou privés, avec ou sans expériences professionnelles préalables, avec un objectif d’insertion professionnelle dans le secteur de la recherche publique, dans le monde associatif ou en entreprise).

Cette journée aura donc pour objectif de questionner le doctorat comme métier et de mettre en perspective les différents jalons de la formation par la recherche. La réflexion sera structurée autour de trois axes :

 

1. Les doctorant.e.s, étudiant.e.s ou professionnel.le.s de la recherche ?

Il s’agit de réfléchir à la manière dont les différents statuts des doctorant.e.s (avec contrat doctoral ou non, avec mission d’enseignement ou non, etc.) influencent leur travail de thèse et leurs expériences professionnelles. Nous questionnerons également la difficulté de penser le doctorat comme une insertion professionnelle et de valoriser la thèse sur le marché du travail. Cet axe bénéficiera d’un éclairage socio-historique sur l’évolution contemporaine du statut et de la place des doctorant.e.s au-delà de la seule sphère académique.

 

2. Quels sont les espaces de travail des doctorant.e.s ?

Cet axe a pour objectif d’interroger les pratiques professionnelles concrètes des doctorant.e.s en partant de la question de leurs espaces de travail. En effet, à la différence des doctorant.e.s en sciences naturelles, très peu de doctorant.e.s en SHS ont un espace personnel de travail au sein de leur laboratoire. Dès lors, quelles sont les modalités et possibilités d’intégration à la vie de leur laboratoire ? De plus, il apparaît également que les doctorant.e.s s’inscrivent dans une multiplicité d’espaces selon les activités qu’ils doivent mener (travail de recherche en bibliothèques, en archives, sur des terrains d’enquête à l’étranger, en entreprise, dans une association, missions d’enseignement ou de valorisation de la recherche, etc.). Ces différents espaces de travail conduisent les doctorant.e.s à avoir plusieurs types d’interlocuteurs : comment ces derniers influencent-ils les recherches, la formation et la professionnalisation des doctorant.e.s ?

 

3. Quelles sont les stratégies des doctorant.e.s pour préparer leur insertion professionnelle ?

De quelle manière les doctorant.e.s envisagent-ils la suite de leur carrière professionnelle et quelles stratégies mettent-ils en œuvre au cours de leur doctorat ? Un premier enjeu est celui de l’insertion professionnelle pendant le doctorat : la construction du curriculum vitae, la constitution d’un réseau de relations, la rédaction de la thèse (langue, format, normes éditoriales) ou encore le choix du jury de thèse. Un second enjeu est celui de l’insertion professionnelle à l’issue du doctorat : les recrutements dans le champ académique (post-doctorant.e.s, attachés temporaires de recherche, vacataires), une éventuelle qualification au CNU mais également la valorisation du doctorat et de la thèse auprès d’associations, d’entreprises ou auprès d’autres administrations publiques.

Cet appel à communication s’adresse :

– Aux doctorant.e.s et chercheur.e.s engagé.e.s dans une démarche réflexive, aussi bien méthodologique qu’épistémologique, sur les pratiques de l’enseignement supérieur et de la recherche

– Aux masterant.e.s, doctorant.e.s, chercheur.e.s qui ont mené des recherches sociologiques, anthropologiques ou d’histoire contemporaine sur les sciences humaines et sociales, et en particulier sur le doctorat, qu’il soit envisagé en tant qu’activité scientifique ou en tant qu’activité professionnelle.

– Aux chercheurs investis dans l’amélioration des conditions de travail des doctorant.e.s et la valorisation de leurs recherches (associations, réseaux, syndicats, médias, etc.)

 

Les propositions de communication d’environ 300 mots sont à envoyer avant le 15 août

2014 à l’adresse suivante : atelier.doctorants@gmail.com

Les contributions des doctorant.e.s sont encouragées.

 

→ Références bibliographiques :

 

• Chabrol Fanny, Hunsmann Moritz, Kehr Janina, « Réaliser un doctorat en

sciences sociales de la santé : financements, pratiques de recherche et enjeux de

professionnalisation », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie [En

ligne], 7 2012. URL : http://socio-logos.revues.org/2629

• Dahan Aubépine, Mangematin Vincent, « Recherche, ou temps perdu ? Vers une

intégration des tâches administratives au métier d’enseignant- chercheur », Annales

des Mines – Gérer et comprendre 4/ 2010 (N° 102), p. 14-24.

• Di Filippo Laurent, François Hélène, Michel Anthony (dir), La position du doctorant.

Trajectoires, engagements, réflexivité, Presses Universitaires de Nancy, 2012.

• Faure Sylvia, Soulié Charles, « La recherche universitaire à l’épreuve de la

massification scolaire », Actes de la recherche en sciences sociales 4/ 2006 (no 164),

• Frances Jean, « Portrait du doctorant en entrepreneur », Mouvements 3/ 2012 (n°

• Hanczyk Stéphane, « Quand la recherche tombe à l’eau… qu’est-ce qui

reste ? », Recherche et formation [En ligne], 59 2008. URL : http://

rechercheformation.revues.org/614

• Hunsmann Moritz, Kapp Sébastien (dir.), Devenir chercheur. Écrire une thèse en

sciences sociales, Paris, EHESS, 2014.

• Lhérété Héloïse, « La solitude du thésard de fond », Sciences humaines 10/ 2011 (N°

• Louvel Séverine, « Les doctorants en sciences expérimentales : futurs collègues ou

jeunes collègues ? », Formation emploi [En ligne], 96 octobre-décembre 2006. URL :

http://formationemploi.revues.org/2543

• Pochic, S., Hély, M., « Recrutement et carrières post-thèse en SHS : Des parcours

diversifiés », VRS, n°372, 2008. URL : http://sociolog.cluster003.ovh.net/spip/IMG/

pdf/Hely_et_Pochic_2008_VRS372.pdf

• « Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs », Les dossiers de

l’EHESS, Échos de la recherche, La Lettre de l’EHESS, n° 69, février 2014. URL : http://

lettre.ehess.fr/6991

• Le Doctorat à la Loupe [publication mensuelle de la Confédération des Jeunes

Chercheurs (CJC) et l’Association Nationale des Docteurs (ANDès)]. URL : http://

cjc.jeunes-chercheurs.org/doctorat-a-la-loupe/

 

Appel à communication : Réécritures et transfictions : quand le texte littéraire se métamorphose

Réécritures et transfictions: quand le texte littéraire se métamorphose

Colloque international des jeunes chercheurs organisé par l’Association des étudiants des cycles supérieurs (AECS) du Département de français de l’Université d’Ottawa

 

Le colloque se tiendra à l’Université d’Ottawa les 18 et 19 septembre 2014.

 

La réécriture et la transfictionnalité réactivent différents textes, univers diégétiques et personnages littéraires en leur permettant d’investir un nouvel espace d’imagination. Ces influences littéraires deviennent à la fois un prétexte à la création et parfois même un pré-texte qui inspire de nouvelles œuvres, distinctes et innovatrices, entretenant différents rapports avec le texte original. On peut ainsi penser à l’histoire de Dom Juan dont s’est inspiré Molière dans Dom Juan ou le Festin de pierre et qui continue d’être modernisée. Les multiples reprises des Misérables de Victor Hugo (adaptations cinématographiques, versions jeunesse, comédies musicales, etc.) soulignent aussi l’intérêt que continue de susciter ce roman et montrent à quel point l’œuvre peut s’adapter à différents publics.

 

Ce colloque cherche ainsi à étudier la reprise de textes, de personnages et de diégèses. Il vise à rassembler des analyses qui, partant toujours d’un œuvre littéraire, s’interrogent sur la relation et sur les filiations entre un texte initial et sa transformation. Les communications peuvent adopter une approche interdisciplinaire et s’intéresser, par exemple, au processus de réécriture et de transposition qui autorise une histoire ou un personnage littéraire à passer du texte à l’écran (cinéma, télévision) ou à la scène (théâtre, danse). Elles peuvent se situer entre autres dans les axes suivants :

  • La réécriture : la relation entre l’hypotexte et l’hypertexte. L’étude peut explorer des opérations comme la parodie, le travestissement, la transposition, mais aussi des réécritures qui donnent lieu à des versions abrégées ou adaptées de textes (par exemple les versions jeunesse ou les versions illustrées de textes).
  • Les suites, continuations, prequels ou sequels : les procédés qui consistent à allonger les intrigues soit en proposant une suite à un récit considéré clos, soit en suggérant un prolongement à une œuvre considérée inachevée, soit en ajoutant un récit en amont de l’intrigue principale. L’étude peut se concentrer sur des prolongations ou des prolongements autographes (souvent considérés plus légitimes) ou allographes (qui parfois transforment les récits initiaux).
  • Les transfictions : la reprise de personnages et d’univers diégétiques. L’étude peut explorer les différents types d’expansion transfictionnelle (expansions ou histoires parallèles, versions, interpolations), les annexions ou les croisements entre diverses fictions (par exemple, « les mondes des contes de fées » qui accueillent plusieurs héros nés de contes distincts).
  • La reprise ou l’influence de mythes : les adaptations et les modernisations de mythes. L’étude peut s’intéresser à la récupération et la transposition de mythes classiques ou modernes et la façon dont elles aident à perpétuer la figure de personnages précis. Les mythes peuvent aussi être élargis aux influences littéraires qui aident à façonner ou à inspirer de nouveaux personnages mythiques ou univers fictionnels.

 

Ce colloque a pour but de promouvoir les travaux de jeunes chercheurs (doctorants, docteurs et postdoctorants). Nous souhaitons recevoir des propositions de communication de champs littéraires divers pour favoriser des échanges riches et fructueux.

 

Vous êtes invité(e) à soumettre par courriel, au plus tard le 25 juillet 2014, une proposition de communication (300 mots maximum) accompagnée d’une courte notice biographique. Afin que la sélection soit la plus objective possible, prière de ne pas mettre votre nom directement dans la proposition, mais de l’inclure dans la notice biographique. Veuillez faire parvenir votre résumé (ou toute demande d’information) à l’adresse suivante : hlabe103@uottawa.ca.

 

Le colloque, qui se déroulera en français, comportera des communications d’une durée de 20 minutes. Aucun frais d’inscription ne sera demandé. Pendant la durée du colloque, nous offrirons aux participants le petit-déjeuner, le dîner ainsi qu’un souper. Par contre, veuillez noter que nous ne nous acquitterons pas des frais de transport et d’hébergement.

 

Il est possible que les actes du colloque fassent l’objet d’une publication.

 

Le Comité d’organisation est composé de Pénélope Boucher, Magdalena Des Besquets, Maryse Durocher, Hélène Labelle, Valérie Mandia et Mathieu Simard, accompagné de Christian Milat (professeur au Département de français de l’Université d’Ottawa).

 

Responsable : Association étudiante des cycles supérieurs du Département de français de l’Université d’Ottawa.

 

Adresse : Université d’Ottawa, Département de français, Pavillon Simard, 60 Université, Pièce 202, Ottawa (Ontario), Canada, K1N 6N5

Appel à communication : Pratiques et enjeux de la réécriture dans la littérature

APPEL À CONTRIBUTION

Pratiques et enjeux de la réécriture dans la littérature

Colloque international organisé par le Laboratoire Approches du Discours, dir. Mounir Triki

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université de Sfax, Tunisie,

20-21 février 2015

 

 

Argumentaire

Harald Weinrich avait jadis appelé de ses vœux une « linguistique de la littérature » : « l’application de certaines méthodes linguistiques à des textes littéraires est féconde : elle permet d’en faire surgir certains aspects, intéressant aussi bien les linguistes que les spécialistes de littérature. » (Weinrich, Le Temps, 1973 [1964]). Paradoxalement, les travaux d’analyse littéraire d’inspiration structuraliste se sont plutôt penchés sur de grandes notions sémiologiques (paradigme, connotation, actant…) que sur des questions procédant de la linguistique en tant que discipline étudiant les propriétés des langues naturelles. « L’impérialisme linguistique, en fait, écrit Dominique Maingueneau, a surtout été un impérialisme sémiologique ». Mais tout au long des années 1980, l’analyse linguistique de la littérature a connu un regain d’intérêt grâce aux apports des théories de l’énonciation, de la linguistique textuelle et de la pragmatique. Ces approches novatrices ont permis d’examiner des « phénomènes linguistiques d’une grande finesse […], où se mêlent étroitement la référence au monde et l’inscription des partenaires de l’énonciation dans le discours » (Maingueneau, Linguistique pour le texte littéraire, 2003).

La notion de réécriture s’avère ici particulièrement précieuse pour cerner et interroger les rapports complexes, parfois tendus, entre la linguistique et la littérature, d’autant plus que la notion, d’origine d’abord linguistique (tour à tour appelée « dialogisme » chez Bakhtine et « intertextualité » chez Kristeva), a migré dans le domaine de la poétique, grâce en particulier aux travaux de classification et de formalisation de Gérard Genette (Palimpsestes, 1982).

En effet, l’œuvre littéraire implique dans son essence même une certaine ambivalence. Si elle ne surgit jamais ex nihilo, s’inscrit peu ou prou dans une mémoire intertextuelle et entretient avec les écrits antérieurs diverses relations, elle constitue néanmoins nécessairement un acte de création et une démonstration d’originalité. Dès lors, les frontières entre imitation et création cessent d’être imperméables.

Supposant à la fois proximité et distance, reproduction et écart, copie et invention, la notion de réécriture – elle-même polysémique – régit un large éventail couvrant de multiples modalités d’écriture, allant de l’imitation à la parodie, en passant par la citation, l’emprunt, le pastiche,  l’adaptation, voire le plagiat, si bien que pour certains théoriciens, tout texte est le produit d’une réécriture, l’auteur ne pouvant jamais complètement faire abstraction de son expérience de lecteur quand il conçoit son projet d’écriture. Pour se faire une place dans le champ littéraire, il est en effet tenu de faire preuve d’inventivité, tout en continuant à s’inscrire, plus ou moins explicitement, dans une certaine tradition littéraire, dont la reconnaissance lui garantit dialectiquement d’être reconnu comme écrivain.

Le texte est une réalité « altérée » selon Bakhtine, car son unité apparente cache la présence de l’autre qui le mine de l’intérieur. Appelé « dialogisme » chez Bakhtine et « transtextualité » chez Genette, ce recoupement des textes prend diverses formes et acquiert différentes fonctions. L’exploitation plus ou moins manifeste des paroles de l’autre dans un énoncé relève de la réécriture et viserait le dépassement du texte originel et la création d’un texte nouveau.

La réécriture peut d’abord se manifester sous forme d’imitation, voire de plagiat dans le cas d’un écrivain débutant faisant ses premiers pas dans l’univers de la création littéraire, d’un épigone prenant pour maître un auteur célèbre. Le nouveau texte s’inspire alors du texte modèle, en reprend des thèmes, des personnages ou des situations, en reproduit des passages, en imite le style ou encore le ton.

La réécriture consiste également à transformer un texte, à le « réinvestir » selon le terme de Dominique Maingueneau, car cette pratique « vise moins à modifier qu’à exploiter dans un sens destructif ou légitimant le capital d’autorité attaché à certains textes ». En effet, en réécrivant le texte d’un prédécesseur, l’écrivain accrédite son œuvre d’une part de légitimité et lui confère une certaine autorité – celle du modèle. Cependant, le nouveau texte (« l’hypertexte ») renforce inversement la légitimité du modèle réécrit. Mais il arrive tout aussi bien qu’en réinvestissant un texte existant, l’auteur du texte nouveau cherche à le caricaturer ou à le tourner en dérision, adoptant ainsi une attitude subversive et une démarche parodique fondée sur l’imitation burlesque d’un texte a priori sérieux. C’est en particulier le cas d’une grande orientation du roman postmoderne qui appréhende l’Histoire, non plus comme un ensemble figé de faits historiques, mais comme une matrice d’événements légitimés ou accrédités par l’écriture même et plus ou moins fictionnalisés. La réécriture tend alors à corriger les textes de l’Histoire officielle en faisant émerger des aspects ou des événements jusqu’alors insoupçonnés ou escamotés.

La réécriture peut aussi prendre une autre forme quand l’écrivain reprend son propre texte pour le corriger, l’améliorer, en adaptant par exemple son roman au théâtre. Les versions successives d’une œuvre témoignent ainsi souvent d’un désir de perfection scripturale devant idéalement conduire l’auteur à la reconnaissance et à la notoriété. Dans cette perspective, les « lettres de travail », formule par laquelle Pierre-Marc de Biasi désigne l’échange épistolaire portant sur l’évolution de l’œuvre d’un écrivain, acquièrent une importance capitale dans la mesure où elles sont susceptibles de jeter un éclairage nouveau sur les mobiles, les enjeux et les finalités de la réécriture, mais également sur l’évolution du style et les préoccupations esthétiques d’un écrivain.

 

   Sans prétendre à l’exhaustivité, quelques axes de recherche peuvent être proposés :

 

Formes, enjeux et limites de la réécriture : réflexion à mener à partir d’exemples précis (et justifiés) de réécriture.

La notion de réécriture en question : réflexions autour de la définition (des définition(s) possibles) de la notion de réécriture, saisie comme un large éventail de pratiques et de modalités scripturales, mais aussi comme un enjeu de réflexion interdisciplinaire (linguistique, littérature, stylistique, poétique, critique génétique…).

La réécriture entre classicisme et modernité : valorisation de l’imitation dans la période classique ; dépréciation des épigones, en particulier avec l’avènement de la modernité.

Réécriture, littérature, littérarité : la littérature se réduit-elle in fine à la réécriture ? La réécriture serait-elle le critère même du fait littéraire ?

Réécriture, lecture, théorie de la réception : pas de réécriture sans l’exercice d’une première activité lectrice, exercée par l’auteur face au texte modèle ; seconde lecture exercée par le lecteur réel sur le texte nouveau.

Réécriture et Histoire : formes et enjeux de la réécriture de l’Histoire ; examen de sa parenté éventuelle, sur le double plan conceptuel et pratique, avec la réécriture « strictement » littéraire.

 

Bibliographie indicative :

Adam (Jean-Michel), Éléments de linguistique textuelle, Liège, Mardaga, 1990.

  • Langue et littérature, Hachette-FLE, 1991.
  • La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2005.

Bakhtine (Mikhaïl), La Poétique de Dostoïevski, Paris, Seuil, 1970.

  • Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978.
  • Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984.

Bloom (Harold), The Anxiety of Influence, A theory of Poetry, Oxford, Oxford University Press, 1973.

Bouillaguet (Annick), L’Ecriture imitative. Pastiche, parodie, collage, Paris, Nathan, 1996.

Compagnon (Antoine), La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979.

Genette (Gérard), Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, « Essais », 1982.

Jenny (Laurent), « La stratégie de la forme », Poétique, n° 27, 1976.

Kristeva (Julia), Seméiotikè, Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1969.

Linguistique et littérature. Cluny, 40 ans après, actes du colloque « Cluny, 40 ans après » (Besançon, 2008), Presses universitaires de Franche-Comté, 2010.

La Littérature dépliée : reprise, répétition, réécriture, actes de colloque, Poitiers, 7-9 septembre 2006.

Maingueneau (Dominique), Pragmatique pour le texte littéraire, Paris, Nathan Université, 2001.

  • Linguistique pour le texte littéraire, Paris, Nathan, 2003.

Piégay-Cros (Natahalie), Introduction à l’intertextualité, Paris, Dunod, 1996.

Rabau (Sophie), L’Intertextualité, Paris, Flammarion, 2002.

Riffaterre (Michael), La Production du texte, Paris, Seuil, 1979.

  • Sémiotique de la poésie, Paris, Seuil, 1983.

Samoyault (Tiphaine), L’Intertextualité. Mémoire de la littérature, Paris, Colin, 2005.

Schlanger (Judith), La Mémoire des œuvres, Paris, Nathan, 1992.

Schneider (Michel), Voleur de mots, Paris, Gallimard, 1985.

 

Date limite d’envoi des propositions : les propositions de communication (350 mots environ), accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 septembre 2014 à l’adresse électronique suivante : colloque.reecriture@yahoo.fr

 

Avis sur les propositions : 15 octobre 2014.

 

Comité scientifique :

Ali Abassi (Université de la Manouba, Tunisie)

Mohamed Ridha Bouguerra (Université de la Manouba, Tunisie)

Sylvie Brodziak (Université de Cergy-Pontoise)

Samia Kassab-Charfi (Université de Tunis)

Moncef Khemiri (Université de la Manouba, Tunisie)

Tiphaine Samoyault (Université Sorbonne Nouvelle, France)

 

Publication : une sélection de communications fera l’objet d’une publication ultérieure évaluée selon les normes scientifiques en vigueur.

 

Comité d’organisation :

Kamel Feki (Université de Sfax)

Yamen Feki (Université de Sfax)

Lassaad Héni (Université de Sfax)

Sanda Mestouri (Université de Sfax)

Makki Rebai (Université de Sfax)

Moez Rebai (Université de Sfax)

Appel à communication : Le présent et ses doubles

Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010) –

Date de la journée : 30 janvier 2015 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne

Journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’Étude de la Littérature de langue Française des xxe et xxie siècles), organisée par Simon Bréan (Paris-Sorbonne) et Irène Langlet (Limoges), avec le soutien du CELLF (Paris-Sorbonne), de l’EHIC (Limoges) et de THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

Les inquiétudes nées de la Guerre froide et de la décolonisation imprègnent les récits d’aventures spatiales (F. Carsac, S. Wul, J. Hougron) ; les crises politique, sociale, économique, modèlent les dystopies (M. Jeury, P. Pelot, P. Curval, S. Brussolo, J.-C. Rufin) ; les progrès de l’informatique et de la biologie hantent un futur où le sens de l’humain se transforme, au risque de se perdre (M. G. Dantec, C. Dufour, M. Houellebecq) ; le pessimisme climatologique pèse sur les nouvelles générations (P. Bordage, J.-M. Ligny). Entre fantasme assumé et ambition prédictive, l’inventivité lexicale et conceptuelle mettant en perspective des enjeux contemporains recomposés, le choc du futur se mue souvent en choc en retour du présent.

Le déplacement d’une temporalité vers une autre par le biais de la fiction ne s’opère pas seulement sous le signe de l’avenir : le passé, et même le présent, sont susceptibles de recevoir des infléchissements. Ce sont les présents décalés de B. Vian, J. Echenoz,  de G.-O. Châteaureynaud ou d’A. Volodine : poésie de la langue, jeux sur les genres, ou « post-exotisme », ils associent chacun à leur manière le matériau du songe et de la fantaisie à des questions intimes et collectives, touchant à la société de leur temps. C’est aussi l’uchronie, exploration d’un passé autre (C. Duits) ou des conséquences actuelles d’une divergence historique, qui fait sentir à neuf la mutabilité de l’histoire, ainsi que la fragilité du moment présent (R. C. Wagner), en jouant souvent d’une parlure destinée à inscrire dans le texte le sentiment du décalage.

Futur extrapolé, présent alternatif, passé recomposé : ces variantes temporelles gardent en leur cœur le présent intime du lecteur qu’elles déplacent en un autre contemporain, et le présent collectif de la société qu’elles métamorphosent. Elles engagent également des stratégies d’écriture spécifique, par un travail sur la langue ou les structures narratives, qui permet d’obtenir un dépaysement contrôlé, que ce soit le « langage-univers » d’un Vian (J. Bens), ou la « distanciation cognitive » (cognitive estrangement) que Darko Suvin associe à la science-fiction (Metamorphoses of Science Fiction, 1979). Ainsi, en les étudiant dans une perspective commune, on tâchera de faire ressortir les modalités et les moyens par lesquels la littérature peut créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel.

Les propositions (1500 signes) sont à envoyer à simon.brean@orange.fr et irene.langlet@unilim.fr avant le 15 septembre 2014, accompagnées d’une brève bio-bibliographie.

Appel à communication : Thinking, analysing and designing Expressive Games

Seminar

Thinking, analysing and designing Expressive Games

24-25 November 2014, METZ, FRANCE

CREM / LORIA, University of Lorraine

 

Selection Process

Proposals are expected by 1st September 2014. They must be sent in the form of an abstract of 800 – 1000 words(excluding bibliography). Each proposal shall indicate the last name, the first name, the status and the institution the author is affiliated to.

All proposals should be sent to sebastien.genvo@gmail.com

Keynote speakers

Espen AARSETH, Principal Researcher, Center for Computer Games Research (IT University, Copenhagen).

Gonzalo FRASCA, game developer, researcher, entrepreneur and Chair of the Videogame program at ORT University.

Jean-Louis LEBRETON, game developer, entrepreneur, founder of Froggy Software.

Proceedings

After the conference, the authors will have the possibility to submit their full-text that will be “double blind” reviewed for publication in Kinephanos.ca journal.

 

Theme and topics

Inquiries on the kind of contents that might be expressed by video games, and the way they are expressed, appeared soon after the birth of the industry, particularly during the first financial crisis in the sector, as shown in Chris Crawford’s book The art of computer game design (1984). Nevertheless, in the academic sphere, these issues were really addressed during the early 2000s, with the emergence of game studies as a field. One might think at the work of Gonzalo Frasca, who stressed in 2001 that unlike other media (film, television, etc.) videogame has little addressed everyday life’s problems. However, in recent years, a growing number of games, frequently released by the independent scene, directly or indirectly address individual, social, psychological, societal topics related to everyday life (Cart Life, Gone Home, Papo & Yo, Papers Please, etc.).

Unlike serious games designed to use game in a precise goal and within a specific context (with the aim to change an initial situation), these kinds of works do not necessarily have a persuasive vocation and falls within the broader context of entertainment, even if their topics are serious. We propose to qualify as an expressive game a game that allows to explore psychological, social, cultural issues. As a game, it will confront the player to choices and dilemmas that these issues create. This kind of games allows to express individual or social issues while opening back the opportunity to think about it.

To clarify this concept, it may be noted that in his book Persuasive games, Ian Bogost argued that compared to other forms of representation (film, photography, etc.), the “expressive power” of videogames is based on procedural rhetoric that opens a new field of persuasive expression. In this context, video games can be used to produce arguments about how political, economic and educational systems work in the “material world”. The purpose of “persuasive games” is to convince their target audience with the help of an interactive system. Compared to persuasive games, the aim of the concept of expressive games is to have a broader approach of expressiveness. Games can also be used to express views about broader societal problems and foster public debates without aiming at prescribing attitudes. In this perspective, expressive games may be useful to make people think, to raise their awareness or point out the relevance and importance of serious subjects in order to contribute to social debates prior to trying to find possible solutions.

In this research framework, a first independent game, Keys of a gamespace, was developed at the University of Lorraine in order to test the interest of the concept of expressive game among gamers, non-gamers, developers (http://www.expressivegame.com). This led to an ongoing research projects on expressive games. One of the milestonesof this project is the organization of a seminar which offers to interested researcher the possibility to discuss this approach. This may also help to establish a network on this topic. Proposals may address (without being exhaustive):

– Thinking expressive games: How to think the expressiveness of video games? How does comparative research allow us to clarify the specificities or similarities of expressive games? How to think the role of the player in the expressive process? Etc.

– Studying expressive games: In the history of video games, what works could be anchored in this type of approach? For example, during the mid-80s in France, the games company Froggy Software, created by Jean-Louis Lebreton, is known to have addressed individual issues, social or political matters (mental illness, dictatorship, etc.. ) with a strong sense of humor. What are the contextual factors that promote the emergence of this kind of games? Why does the independent scene today foster serious topics in games? Etc.

– Designing expressive games: How to design games which aim to entertain while addressing difficult and/or mature topics? What challenges do expressive games raise in terms of game design or user acceptance? Etc.

The seminar precedes the international conference From Traditional Games to Digital Games to be held in Nancy (1 hour from Metz) from November 26 to 28 (free access).

Appel à communication : Image(s), imaginaire(s) et réalité(s) de la bibliothèque

Appel à communication

Image(s), imaginaire(s) et réalité(s) de la bibliothèque

Colloque international et interdisciplinaire jeunes chercheurs 
Laboratoire Littératures, Imaginaire et Sociétés (LIS)
21-22 octobre 2014 Université de Lorraine – Nancy – France

La bibliothèque relève d’un champ de réflexion à part entière qu’écrivains et artistes ne cessent d’explorer. Ses représentations permettent de s’interroger sur le rapport des hommes ou d’un individu à un lieu (le cabinet, la bibliothèque en tant qu’espace ou institution), à une pratique (la lecture, le travail), à un contenu (les savoirs), à un objet (le livre). La bibliothèque génère tout un  imaginaire et se conçoit, à travers différentes époques, selon des réalités et des évolutions tangibles.Les images et les conceptions de la bibliothèque font de cette dernière un motif particulièrement riche, exploité sous des formes diverses et suscitant bon nombre de réflexions. Nombreuses sont les œuvres qui témoignent de cette singularité et certaines vont même jusqu’à faire de la bibliothèque un lieu de possibles grâce aux savoirs qu’elle renferme. Nous songeons par exemple à la célèbre « Bibliothèque de Babel » (Borges, 1941) conçue comme un univers total et infini, que l’on retrouve dans la bande dessinéeOmnopolis (Lainé, Geyser, 2006-2009). Nous pensons également aux nombreux récits qui évoquent l’autodafé : « A qui la faute ? » (Hugo, 1871), Fahrenheit 451 (Bradbury, 1953), pour n’en citer que deux, qui rappellent l’importance de la liberté d’expression et de diffusion littéraires et semblent ainsi élaborer une pensée critique sur notre rapport à la connaissance et à la mémoire. Nous pouvons enfin observer les nombreuses représentations plastiques ou imagées de la bibliothèque, qu’elle soit le sujet principal de la composition ou un élément de décor.Réelle ou idéale, la bibliothèque est cet espace sacré où l’on archive la pensée et l’imaginaire pour les préserver de l’oubli. Si elle est tournée vers le passé (fonds anciens, patrimoine, conservation), la bibliothèque est également conçue comme un lieu en devenir et en constante évolution, en témoigne le projet de biblio-connexion qui offre à un large lectorat un accès ludique et interactif à son contenu. La bibliothèque est sans cesse repensée et redéfinie au fil des œuvres et des époques, et est incontournable pour tout chercheur, quelle que soit l’étude dans laquelle il se lance. En faisant dialoguer les disciplines, ce lieu inspire savants, auteurs et artistes, tout comme il attire lecteurs et bibliophiles en quête de références ou d’inédits.Les quelques exemples cités nous permettent d’ores et déjà d’envisager la bibliothèque dans ses rapports dynamiques, étroits et complexes avec le réel et l’imaginaire, l’écriture et la représentation. Nous invitons donc les jeunes chercheurs à aborder de manière transversale et pluridisciplinaire la bibliothèque en tant qu’objet de réflexion et de représentation. Dans cette perspective, les propositions d’intervention pourront être dirigées selon les trois axes suivants :

Bibliothèques et auteurs : un lien matériel et idéel

Qu’elle soit physique, numérique ou intérieure, qu’il s’agisse du lieu où sont compilées les œuvres qu’il a écrites ou qui l’ont inspiré, ou encore celle qu’il met en scène dans son récit, le lien entre l’auteur et la bibliothèque peut se concevoir comme une représentation de l’imaginaire de l’artiste qui oscille sans cesse entre l’intime et le public. En effet, la bibliothèque peut illustrer la notion d’intertextualité, comme elle peut aussi symboliser plus généralement la matière transmise par un auteur à un lecteur plus ou moins défini, consciemment ou non. Conçue comme un espace où l’on hiérarchise (en les classant et archivant) des ouvrages et les idées qu’ils développent, la bibliothèque pose la question de la légitimité des sources de l’artiste et soulève la problématique de la réception de l’œuvre. Certains des enjeux de cette relation entre écrivain et bibliothèque sont perceptibles dans les Essais (1595) où Montaigne nous présente sa « librairie » comme un lieu de lecture, d’écriture, de promenade et de rêverie : « Là, je feuillette à cette heure un livre, à cette heure un autre, sans ordre et sans dessein, à pièces décousues : Tantôt je rêve, tantôt j’enregistre et dicte, en me promenant, mes songes, que voici. »[1] La similitude du rapport de Montaigne à sa bibliothèque avec le projet d’écrire « à sauts et à gambades » est ici frappante.

Regards sur la bibliothèque : représentations entre réel et invention

Il s’agit ici d’interroger les formes diverses des images de la bibliothèque, réelle ou fictive, dans les lettres et dans les arts. (Re)créée par l’imaginaire et par le discours, elle peut devenir un lieu propice à l’action, à la méditation et aux découvertes en tous genres. Pensons ici au roman Pauline (1838) d’Alexandre Dumas dans lequel l’héroïne éponyme découvre dans la bibliothèque de sa demeure l’entrée d’un terrible souterrain… Cette mystérieuse bibliothèque de fiction est le lieu de passage qui fait basculer le sort de la protagoniste tout comme elle participe pleinement de l’esthétique gothique du roman. Aussi, lorsqu’elle est représentée dans une œuvre, la bibliothèque transcende sa fonction de simple décor. Par exemple, dans les Lettres Persanes (1721) de Montesquieu[2], Rica raconte sa visite guidée de la bibliothèque du couvent Saint-Victor où il découvre, jour après jour, les livres religieux, les œuvres des poètes et les textes de sciences. La bibliothèque parisienne et ses ouvrages sont ici soumis aux commentaires du guide et aux jeux de points de vue du roman épistolaire. Les valeurs, les formes et les buts des représentations de la bibliothèque nous renvoient à des images multiples du savoir et nous interrogent sur les liens qui unissent le livre aux auteurs, aux lecteurs, et plus largement aux artistes et aux spectateurs.

Lire et travailler en bibliothèque : figures de chercheurs et bibliophiles

Le Dictionnaire de l’Académie française de 1762 définit ainsi la bibliothèque : « le lieu où l’on tient un grand nombre de Livres rangés en ordre. » Cette définition, aussi évidente semble-t-elle, est à considérer au regard de l’apparition de nouveaux supports, formats et lieux, parfois numériques et dématérialisés. L’apparente permanence de cette définition, ainsi que ses récentes métamorphoses, nous invitent à nous pencher sur les usagers mêmes de la bibliothèque. Qu’il s’agisse d’une bibliothèque d’étude ou de lecture publique, de ressources numériques ou de fonds privés, notre réflexion ne saurait ignorer les rapports du lecteur aux bibliothèques aujourd’hui plurielles. Nous nous intéresserons donc aux figures du bibliophile et du chercheur, d’hier et d’aujourd’hui, réelles ou imaginaires, à l’instar du personnage de L’Archiviste dans la bande dessinée éponyme (Peeters, Schuiten, 1987). Face au développement des technologies de l’information et de la communication, le chercheur doit s’adapter aux nouvelles techniques de recherche, ainsi qu’aux bibliothèques virtuelles, portatives, etc. Qu’il soit spécialisé dans les fonds anciens ou contemporains, il a désormais la possibilité de travailler sur les sources à distance. Si le lecteur se rend toujours à la bibliothèque, la bibliothèque vient désormais à lui et s’invite sur son écran. De ces nouvelles configurations émergent certainement pour le chercheur et le bibliophile d’autres manières de lire et de travailler.

Ce colloque interdisciplinaire accueillera les jeunes chercheurs (étudiants de master ainsi que doctorants et postdoctorants) en sciences humaines. Il se tiendra les 21 et 22 octobre 2014 sur le campus Lettres et Sciences Humaine de l’Université de Lorraine à Nancy. Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots, accompagnés d’une courte notice bio/bibliographique), rédigées en français devront être envisagées pour une communication de 20 minutes et devront être soumises par courriel au comité organisateur (jeuneschercheursLIS2014@gmail.com) avant le 15 août 2014.

Comité organisateur :

Bénédicte Prot
Fanny Lacôte
Noémie Budin


[1] Montaigne, Michel de, Les Essais, éd. d’Emmanuel Naya, Delphine Reguig-Naya et Alexandre Tarrête, Paris, Gallimard, coll. « folio », Livre III, chap. III, 2009, p. 69.
[2] Montesquieu, Lettres persanes, éd. de Jean Starobinski, Paris, Gallimard, coll. « folio », 2003, (lettres 133 à 137).