Le jeu dans le livre : Virus L.I.V.3 ou La mort des livres

 Virus L.I.V.3 ou la mort des livres est un roman de science-fiction pour la jeunesse, écrit par Christian Grenier, auteur majeur de la littérature jeunesse francophone. Il ne parle pas des jeux vidéo à part entière mais les associe avec la télévision, l’usage de l’informatique et d’Internet. Dans l’univers fictionnel, ces médias sont interdits et la majorité de la population, les Lettrés, sont tournés vers la lecture et l’écriture. Une bande de rebelles, les Zappeurs, créent un virus qui efface les lettres des livres au fur et à mesure qu’on les lit. L’héroïne, chargée de de trouver l’origine du virus et de l’empêcher de se propager, rencontre le chef des Zappeurs et se lie d’amitié avec lui, d’autant plus facilement que, sourde et muette, elle communique grâce à l’informatique. Le livre se finit sur un élan de réconciliation entre les lettrés et les zappeurs.

virus_LIV3

Même si les représentations des jeux vidéo sont dans ce livre minimes, il est intéressant de réfléchir aux ressemblances entre les jeux vidéo et le virus fictionnel L.I.V.3. Le virus efface les histoires au fur et à mesure de la lecture mais permet au lecteur de s’immerger dans la fiction, qu’il vit en trois dimensions, de dialoguer avec les personnages du roman, de choisir ses propres actions et de changer la fin du récit. On retrouve donc dans les caractéristiques du récit les ambitions fictionnelles et scénaristiques de nombreux jeux vidéo dits narratifs (comme les RPG). La main tendue des lettrés vers les nouvelles technologie doit aussi se lire comme la possibilité de mélanger les propriétés des anciens médias (la narrativité du livre) et des nouveaux (l’immersivité et l’interactivité des jeux vidéo).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.