Colloque du CERLI 2014 : Mobilités dans les récits de fantastique et de science­ fiction (XIX­-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

flowers-for-algernonLe colloque se tiendra du 20 au 22 novembre 2014 à l’IUT  Sénart­-Fontainebleau,  Université  Paris  Est Créteil,  route  du  Hurtault, 77300 Fontainebleau.

Organisé par Patricia  CROUAN­VERON  (IUT  Sénart­-Fontainebleau, Université  Paris  Est­ Créteil) et Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes).

Ci-dessous l’appel à comm (deadline depuis longtemps passée, bien sûr), en attendant le programme.

*

Les récits dits de fantastiques ou de science-­fiction partent, on le sait, à la rencontre de l’Autre ou/et  d’un  Ailleurs.  Toutefois,  une  telle  visée  s’impose  a  posteriori,  quand  la  confrontation « effective » propose une véritable trouée qui avale et avalise le parcours préalable. Dès lors, au gré des différentes re­lectures des textes, les détours, détournements et contournements sont perçus comme  autant  de stases « ornementales »,  comme  autant  de  zones  de  concrétion,  à l’aune  d’un point  d’arrivée  qui  fige,  dans  des  formes  variées  de  sidération,  une  quête  enfin  aboutie,  une enquête enfin terminée. Pivots diégétiques ou ressorts psychologiques, ces détours, détournements et contournements participeraient de la sorte d’une mobilisation du sens entièrement sous­-tendue par la  confirmation  progressive  d’une  quête, initialement  assumée  ou simplement  « ressentie  », l’enquête consistant à esquiver ou instrumentaliser ce qui détourne.

Une simple question s’impose alors : comment juger et appréhender le parcours (quête et enquête) si l’on oublie la fin pour se concentrer sur les aléas de l’itinéraire, la trajectoire, ce qui est vu et ce qui permet de voir ? Autrement dit, ne pourrait­-on dégager, si l’on refuse l’emprise téléologique, un imaginaire de la mobilité, laissant ouverts jusqu’au dénouement les récits de fantastique et de science-­fiction ?

Plus  précisément,  pour  cerner  cet  imaginaire  de  la  mobilité,  il importe  dès  lors  de re­lier  les découpages génériques – eux aussi généralement conçus a posteriori. Autour des termes « quête » et « enquête », les schèmes des récits de voyage, des parcours oniriques, des romans d’aventures et de  l’aventure,  des  différentes  formes  de mystère,  n’irrigueraient-­ils  pas  les  récits  relevant prétendument du fantastique  et de la science­fiction  ? A partir de là, plus qu’un changement de focalisation  qui se  contenterait des « moyens » comme supports  de  l’intrigue,  nous  entendrions faire de ces «moyens» le foyer réflexif : qu’il s’agisse de supports technologique, physique ou psychique. Ce qui importe dans cette perspective, ce n’est pas tant « voyager » que «  ce qui fait voyager » ? ce n’est pas « y aller », mais « comment y aller », le « comment » ne pouvant que sous­ tendre à son tour différents « pourquoi ». Détours, détournements et contournements redéfinissent de  la  sorte  une  quête  en  actes  et  en action,  le  sensitif  du  déplacement  s’appariant  non  à la mobilisation d’un sens, mais à la mobilité de sens, les récits étant perçus comme des enquêtes où ce qui apparaît au final comme des leurres fait sens.

Expansif,  un  tel  imaginaire  de  la  mobilité  nécessite  de  regarder plus  précisément  les  avancées scientifiques (dans les différents domaines préalablement mentionnés), de chercher les métaphores sociales,  culturelles  et nationales, de jauger la perspective genrée, d’appréhender la  cartographie des  territoires.  Il permet  aussi,  dans  l’urgence  d’un  présent  du  récit,  de  cerner différents croisements mettant bout­-à­-bout les catégories de l’intime et de l’extime, les frontières du connu et de l’inconceptualisable, le passé et le devenir. insistons cependant sur un point : si la tentation téléologique permet de condenser le faisceau, de subsumer  le parcours,  elle  efface  en  un  même  mouvement  la  pluralité consubstantielle  à  toute quête. De là découle l’aspect généralement déceptif des récits de fantastique et de science-­fiction qui,  d’un dernier geste, s’enferrent sur  une  mobilisation  terminale  en  écartant  la problématique mobilité. En cette perspective, le déplacement (de sens) peut être assimilé, alors que la mobilité en soi s’estompe inexorablement.

Le voyage peut donc être ici repris sous l’angle d’une dispersion, voire d’une dissémination qui fait sens. Ce qui importe ici, ce n’est pas l’après, ce sont les apprêts.

Le voyage peut de la sorte emprunter différentes pistes, susceptibles de se rejoindre : il conviendra  par exemple de conceptualiser la « mobilité de sens » en regard du « déplacement de sens » ? faire dialoguer des espaces de la mobilité apparemment incompatibles, tels les lieux sacrés vs. les lieux sécularisés, les espaces fermés vs. les espaces ouverts, les espaces naturels vs. les espaces « civilisationnels » ? un  dialogue  du  même  ordre  peut  être  entamé  entre  les  moyens de  la  mobilité, « intérieurs » ou « extérieurs » ? en parallèle, la question du « comment parcourir » peut s’étendre tout autant à l’espace d’un monde perdu, d’un rêve perdu et, en contrepoint, un monde prétendument a­-référentiel ? si l’on prend alors pour base l’apparition récente des récits dits fantastiques et de science­ fiction, ne conviendrait-­il pas de les interroger en regard d’une ré­invention de soi par la mobilité ?

Un tel jeu de miroir pourrait refléter les « affres » de la modernité et/ou de la postmodernité ? ceci implique aussi une prise en considération d’une « technologie » associée à la mobilité :  que  cette  technologie apparaisse  dans  les  récits,  cela  n’implique­-t­-il  pas  un  autre dispositif spéculaire,  les  nouveaux moyens  de se  déplacer (« empruntés  »  à  la société  contemporaine,  ou « inventés » dans les récits) reflétant de manière problématique les « origines » de la mobilité et les moyens qui y étaient associés? ceci entraîne aussi une cartographie « en train de se faire », où le présent du parcours reflète un passé éventuellement oublié ou nié : que ce passé ressurgisse au cours du parcours, c’est tout un pan identitaire que le récit met à jour, une re­définition de soi par le territoire (une place pourrait  être  par exemple  accordée  aux  récits  post­-apocalyptiques,  où  les  nouvelles formes  de mobilité sont en symbiose avec de nouvelles quêtes et des formes inédites d’une enquête sans sens) ? enfin,  un tel « imaginaire de la mobilité »  peut  permettre  d’interroger les formes empruntées par les récits qui allient de la sorte quête et enquête : peut­-on parler, et comment en parler, d’un art du contre­sens, d’un art de l’impasse et, à l’occasion, interroger la méta­fiction par ces détours et détournements qui deviendraient les réels ressorts de l’enquête.

Responsables  :  Patricia  CROUAN­VERON  (IUT  Sénart­-Fontainebleau, Université  Paris  Est­ Créteil), Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes)

Lieu  du  colloque  :  IUT  Sénart­-Fontainebleau,  Université  Paris  Est Créteil,  route  du  Hurtault, 77300 Fontainebleau

Un résumé de la communication (3000 signes) et une brève notice bio­bibliographique devront être envoyés  au  plus  tard  le  12  avril  2014 aux  adresses  suivantes  :  patricia.crouan/at/u­pec.fr et arnaud.huftier/at/univ­valenciennes.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.