Appel à communication : Pratiques et enjeux de la réécriture dans la littérature

APPEL À CONTRIBUTION

Pratiques et enjeux de la réécriture dans la littérature

Colloque international organisé par le Laboratoire Approches du Discours, dir. Mounir Triki

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université de Sfax, Tunisie,

20-21 février 2015

 

 

Argumentaire

Harald Weinrich avait jadis appelé de ses vœux une « linguistique de la littérature » : « l’application de certaines méthodes linguistiques à des textes littéraires est féconde : elle permet d’en faire surgir certains aspects, intéressant aussi bien les linguistes que les spécialistes de littérature. » (Weinrich, Le Temps, 1973 [1964]). Paradoxalement, les travaux d’analyse littéraire d’inspiration structuraliste se sont plutôt penchés sur de grandes notions sémiologiques (paradigme, connotation, actant…) que sur des questions procédant de la linguistique en tant que discipline étudiant les propriétés des langues naturelles. « L’impérialisme linguistique, en fait, écrit Dominique Maingueneau, a surtout été un impérialisme sémiologique ». Mais tout au long des années 1980, l’analyse linguistique de la littérature a connu un regain d’intérêt grâce aux apports des théories de l’énonciation, de la linguistique textuelle et de la pragmatique. Ces approches novatrices ont permis d’examiner des « phénomènes linguistiques d’une grande finesse […], où se mêlent étroitement la référence au monde et l’inscription des partenaires de l’énonciation dans le discours » (Maingueneau, Linguistique pour le texte littéraire, 2003).

La notion de réécriture s’avère ici particulièrement précieuse pour cerner et interroger les rapports complexes, parfois tendus, entre la linguistique et la littérature, d’autant plus que la notion, d’origine d’abord linguistique (tour à tour appelée « dialogisme » chez Bakhtine et « intertextualité » chez Kristeva), a migré dans le domaine de la poétique, grâce en particulier aux travaux de classification et de formalisation de Gérard Genette (Palimpsestes, 1982).

En effet, l’œuvre littéraire implique dans son essence même une certaine ambivalence. Si elle ne surgit jamais ex nihilo, s’inscrit peu ou prou dans une mémoire intertextuelle et entretient avec les écrits antérieurs diverses relations, elle constitue néanmoins nécessairement un acte de création et une démonstration d’originalité. Dès lors, les frontières entre imitation et création cessent d’être imperméables.

Supposant à la fois proximité et distance, reproduction et écart, copie et invention, la notion de réécriture – elle-même polysémique – régit un large éventail couvrant de multiples modalités d’écriture, allant de l’imitation à la parodie, en passant par la citation, l’emprunt, le pastiche,  l’adaptation, voire le plagiat, si bien que pour certains théoriciens, tout texte est le produit d’une réécriture, l’auteur ne pouvant jamais complètement faire abstraction de son expérience de lecteur quand il conçoit son projet d’écriture. Pour se faire une place dans le champ littéraire, il est en effet tenu de faire preuve d’inventivité, tout en continuant à s’inscrire, plus ou moins explicitement, dans une certaine tradition littéraire, dont la reconnaissance lui garantit dialectiquement d’être reconnu comme écrivain.

Le texte est une réalité « altérée » selon Bakhtine, car son unité apparente cache la présence de l’autre qui le mine de l’intérieur. Appelé « dialogisme » chez Bakhtine et « transtextualité » chez Genette, ce recoupement des textes prend diverses formes et acquiert différentes fonctions. L’exploitation plus ou moins manifeste des paroles de l’autre dans un énoncé relève de la réécriture et viserait le dépassement du texte originel et la création d’un texte nouveau.

La réécriture peut d’abord se manifester sous forme d’imitation, voire de plagiat dans le cas d’un écrivain débutant faisant ses premiers pas dans l’univers de la création littéraire, d’un épigone prenant pour maître un auteur célèbre. Le nouveau texte s’inspire alors du texte modèle, en reprend des thèmes, des personnages ou des situations, en reproduit des passages, en imite le style ou encore le ton.

La réécriture consiste également à transformer un texte, à le « réinvestir » selon le terme de Dominique Maingueneau, car cette pratique « vise moins à modifier qu’à exploiter dans un sens destructif ou légitimant le capital d’autorité attaché à certains textes ». En effet, en réécrivant le texte d’un prédécesseur, l’écrivain accrédite son œuvre d’une part de légitimité et lui confère une certaine autorité – celle du modèle. Cependant, le nouveau texte (« l’hypertexte ») renforce inversement la légitimité du modèle réécrit. Mais il arrive tout aussi bien qu’en réinvestissant un texte existant, l’auteur du texte nouveau cherche à le caricaturer ou à le tourner en dérision, adoptant ainsi une attitude subversive et une démarche parodique fondée sur l’imitation burlesque d’un texte a priori sérieux. C’est en particulier le cas d’une grande orientation du roman postmoderne qui appréhende l’Histoire, non plus comme un ensemble figé de faits historiques, mais comme une matrice d’événements légitimés ou accrédités par l’écriture même et plus ou moins fictionnalisés. La réécriture tend alors à corriger les textes de l’Histoire officielle en faisant émerger des aspects ou des événements jusqu’alors insoupçonnés ou escamotés.

La réécriture peut aussi prendre une autre forme quand l’écrivain reprend son propre texte pour le corriger, l’améliorer, en adaptant par exemple son roman au théâtre. Les versions successives d’une œuvre témoignent ainsi souvent d’un désir de perfection scripturale devant idéalement conduire l’auteur à la reconnaissance et à la notoriété. Dans cette perspective, les « lettres de travail », formule par laquelle Pierre-Marc de Biasi désigne l’échange épistolaire portant sur l’évolution de l’œuvre d’un écrivain, acquièrent une importance capitale dans la mesure où elles sont susceptibles de jeter un éclairage nouveau sur les mobiles, les enjeux et les finalités de la réécriture, mais également sur l’évolution du style et les préoccupations esthétiques d’un écrivain.

 

   Sans prétendre à l’exhaustivité, quelques axes de recherche peuvent être proposés :

 

Formes, enjeux et limites de la réécriture : réflexion à mener à partir d’exemples précis (et justifiés) de réécriture.

La notion de réécriture en question : réflexions autour de la définition (des définition(s) possibles) de la notion de réécriture, saisie comme un large éventail de pratiques et de modalités scripturales, mais aussi comme un enjeu de réflexion interdisciplinaire (linguistique, littérature, stylistique, poétique, critique génétique…).

La réécriture entre classicisme et modernité : valorisation de l’imitation dans la période classique ; dépréciation des épigones, en particulier avec l’avènement de la modernité.

Réécriture, littérature, littérarité : la littérature se réduit-elle in fine à la réécriture ? La réécriture serait-elle le critère même du fait littéraire ?

Réécriture, lecture, théorie de la réception : pas de réécriture sans l’exercice d’une première activité lectrice, exercée par l’auteur face au texte modèle ; seconde lecture exercée par le lecteur réel sur le texte nouveau.

Réécriture et Histoire : formes et enjeux de la réécriture de l’Histoire ; examen de sa parenté éventuelle, sur le double plan conceptuel et pratique, avec la réécriture « strictement » littéraire.

 

Bibliographie indicative :

Adam (Jean-Michel), Éléments de linguistique textuelle, Liège, Mardaga, 1990.

  • Langue et littérature, Hachette-FLE, 1991.
  • La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2005.

Bakhtine (Mikhaïl), La Poétique de Dostoïevski, Paris, Seuil, 1970.

  • Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978.
  • Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984.

Bloom (Harold), The Anxiety of Influence, A theory of Poetry, Oxford, Oxford University Press, 1973.

Bouillaguet (Annick), L’Ecriture imitative. Pastiche, parodie, collage, Paris, Nathan, 1996.

Compagnon (Antoine), La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979.

Genette (Gérard), Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, « Essais », 1982.

Jenny (Laurent), « La stratégie de la forme », Poétique, n° 27, 1976.

Kristeva (Julia), Seméiotikè, Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1969.

Linguistique et littérature. Cluny, 40 ans après, actes du colloque « Cluny, 40 ans après » (Besançon, 2008), Presses universitaires de Franche-Comté, 2010.

La Littérature dépliée : reprise, répétition, réécriture, actes de colloque, Poitiers, 7-9 septembre 2006.

Maingueneau (Dominique), Pragmatique pour le texte littéraire, Paris, Nathan Université, 2001.

  • Linguistique pour le texte littéraire, Paris, Nathan, 2003.

Piégay-Cros (Natahalie), Introduction à l’intertextualité, Paris, Dunod, 1996.

Rabau (Sophie), L’Intertextualité, Paris, Flammarion, 2002.

Riffaterre (Michael), La Production du texte, Paris, Seuil, 1979.

  • Sémiotique de la poésie, Paris, Seuil, 1983.

Samoyault (Tiphaine), L’Intertextualité. Mémoire de la littérature, Paris, Colin, 2005.

Schlanger (Judith), La Mémoire des œuvres, Paris, Nathan, 1992.

Schneider (Michel), Voleur de mots, Paris, Gallimard, 1985.

 

Date limite d’envoi des propositions : les propositions de communication (350 mots environ), accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 septembre 2014 à l’adresse électronique suivante : colloque.reecriture@yahoo.fr

 

Avis sur les propositions : 15 octobre 2014.

 

Comité scientifique :

Ali Abassi (Université de la Manouba, Tunisie)

Mohamed Ridha Bouguerra (Université de la Manouba, Tunisie)

Sylvie Brodziak (Université de Cergy-Pontoise)

Samia Kassab-Charfi (Université de Tunis)

Moncef Khemiri (Université de la Manouba, Tunisie)

Tiphaine Samoyault (Université Sorbonne Nouvelle, France)

 

Publication : une sélection de communications fera l’objet d’une publication ultérieure évaluée selon les normes scientifiques en vigueur.

 

Comité d’organisation :

Kamel Feki (Université de Sfax)

Yamen Feki (Université de Sfax)

Lassaad Héni (Université de Sfax)

Sanda Mestouri (Université de Sfax)

Makki Rebai (Université de Sfax)

Moez Rebai (Université de Sfax)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.