Retour sur le Stunfest

la-culture-du-jeu-video-lhonneur-debut-mai_0

Aurélie et moi-même sommes allées au Stunfest et ce billet revient sur cette expérience mémorable.

Il faut tout d’abord remercier les organisateurs et les bénévoles pour leur disponibilité et leur gentillesse et saluer l’organisation impeccable. Nous avons été dorlotées et le cadre était vraiment agréable. En tant qu’intervenante, j’ai eu la chance d’avoir un statut privilégié : non seulement les “cheat codes” ou codes donnant accès aux coulisses m’ont permis de me reposer et de me restaurer loin de la frénésie du festival (environ 2000 personnes par jour me semble-t-il), mais surtout j’ai pu rencontrer et discuter avec des gens formidables.

Ce qui fait la force du Stunfest est à mon avis cette idée de partage et de convivialité qui se retrouve dans les différents événements proposés (conférences mais aussi concerts, présentation de jeux indépendants, possibilités de tester des vieux jeux …). On rencontre des gens venus de différents milieux (joueurs professionnels, universitaires, professionnels du jeu vidéo, journalistes, amateurs éclairés …), ce qui permet d’échanger les points de vue sur le jeu vidéo, considéré tantôt comme un art, tantôt comme un sport ; parfois comme un loisir, parfois comme un objet de recherches. La possibilité de discuter ouvertement dans un cadre bienveillant permet vraiment de faire progresser la pensée. Puisque le mode de la conversation était aussi adopté comme ton des conférences, nous avons abandonné avec une joie anxieuse nos powerpoints préparés minutieusement. Ce partage m’a permis non seulement d’apprendre des choses sur le jeu vidéo, mais aussi de formuler mes idées de façon claire en intégrant les remarques des autres (phase d’appropriation). Cette manière de penser change du travail quotidien des doctorants face aux jeux solo et aux livres critiques, mais se rapproche de ce que nombre d’entre nous cherchons à créer (association A-kira de Matthieu Weisser et Julien Lalu, Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines avec notamment Marion Coville … sans parler du modeste Populeum).

Le Stunfest est à la fois un lieu d’échange et un tremplin pour les intervenants puisqu’il n’accueille pas que les grands noms du monde du jeu vidéo (Alexis Blanchet, Vincent Berry, Matthieu Triclot, Sébastien Genvo…) mais aussi des padawans de tous les domaines (doctorants, studios indépendants, étudiants dans le jeu vidéo, jeunes musiciens du conservatoire de Paris …). La programmation 2014 du cycle de conférences est disponible ici (les vidéos des interventions seront mises en ligne d’ici quelques mois).

Le sentiment de foisonnement pendant ces trois jours a maintenant laissé place à une ferme intention d’entretenir les liens créés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.