Appel à contributions : Colloque « Le grand lifting des fées : avatars postmodernes du merveilleux (30-31 mars 2016)

Le Grand Lifting des Fées

Avatars postmodernes du merveilleux

Laboratoire Littératures, Imaginaire, Sociétés (EA 3705)

Université de Lorraine, Campus Lettres Nancy

Direction : Noémie BUDIN, Christian CHELEBOURG

30-31 mars 2016

Depuis le début du XXIe siècle, le personnel traditionnel des contes de fées est sens dessus dessous. Bill Willingham, dans Fables (2003…), en a fait une communauté new-yorkaise. Edward Kitsis et Adam Horowitz, dans Once Upon a Time (2011…), l’ont exilé à Storybrooke, dans un monde sans magie, où chacun a oublié ce qu’il était dans les livres d’enfants. Les studios Disney, avec Maleficient (2014), nous apitoient sur le destin tragique de celle qui a plongé la princesse Aurora dans un sommeil d’un siècle pour punir ses parents de ne l’avoir pas invitée à son baptême. Dans Into the Woods (2014), ils tissent l’histoire d’un couple en mal d’enfant aux destins croisés de Jack, de Cendrillon, du Petit Chaperon ou encore de Raiponce. Terry Gilliam, avec The Brothers Grimm (2005), nous peint les auteurs des Kinder- und Hausmärchen sous les traits d’escrocs, exploitant la naïveté superstitieuse des villageois, avant de se voir confrontés à un enchantement véritable. Des séries télévisées comme Supernatural (2005…) ou Grimm (2011…) mettent en scène des chasseurs de monstres, traquant toutes sortes de créatures empruntées à la matière féerique. De réécritures en prequels, de réinterprétations en sequels, le public est appelé à découvrir sous un autre jour les figures qui ont peuplé ses rêves et ses cauchemars. Ce qui vaut pour l’héritage folklorique est également vrai des corpus littéraires intégrés à la tradition au fil des XIXe et XXe siècles : la Petite Sirène, Alice, Pinocchio, Peter Pan, le Magicien d’Oz.

Ce nouveau régime du merveilleux mérite d’être interrogé quant à son fonctionnement poétique et à la manière dont il brouille et renouvelle les codes génériques. Il convient, entre autres, de se demander en quoi il a pu être influencé par l’évolution de certains formats comme l’élargissement de la BD en graphic novel ou la généralisation des arcs narratifs dans les séries télévisées. Il importe aussi de comprendre ce que le phénomène signifie sur le plan de l’histoire culturelle, notamment quant à la gestion du patrimoine fictionnel de la jeunesse. Le rôle de l’industrie du divertissement dans sa structuration et ses mutations pose également question ; la part des productions Disney dans ce mouvement est ainsi à mettre en relation avec le travail que la firme a accompli sur les contes depuis la sortie de Snow White and the Seven Dwarfs en 1937. La malléabilité dont les personnages et leurs histoires font preuve à la faveur de ce traitement mérite, enfin, d’être analysée au regard des théories de l’imaginaire : que reste-t-il de la dimension anthropologique de nombreux scénarios au terme de l’opération ? Assiste-t-on à la revitalisation ou bien à la désacralisation des derniers vestiges de la culture populaire ?

Les propositions sont à adresser à : noemie.budin@gmail.com et chelebourg@gmail.com avant le 31 janvier 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.