Appel à communication : Anachronisme

Appel à communication

Anachronisme

Colloque interdisciplinaire

15-16 octobre 2015, Nancy

« Le problème est d’arrêter avec exactitude la série des précautions à prendre, des prescriptions à observer pour éviter le péché des péchés, le péché entre tous irrémissible : l’anachronisme. » (Lucien FEBVRE, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle, 1942)

Attesté en 1625 (Gabriel NAUDÉ, Apologie pour tous les grands hommes qui ont este accusez de magie), le terme est à visée exclusivement péjorative. Il est d’abord utilisé pour désigner « une confusion de dates ». Aujourd’hui, l’anachronisme comprend de nouvelles significations, puisqu’il permet de qualifier un objet, des mœurs, une pratique ou encore une personne en inadéquation avec son temps. Il apparaît alors que les études historiques en font une notion négative dans la mesure où elle est liée à l’idée de faute et qu’elle contrevient à l’impératif de rigueur chronologique.

Mais qu’advient-il du sens donné à l’anachronisme lorsqu’il est observé sous le prisme des études littéraires, et plus largement, des études culturelles ?

Il semblerait qu’interrogé sous cet autre regard, l’anachronisme se teinte d’ambivalence. Ainsi, nous invitons les jeunes chercheurs à questionner l’anachronisme en tant que notion équivoque, à la fois maladresse indésirable et confusion préméditée. En ce sens, les propositions d’intervention pourront être dirigées selon les trois axes suivants :

Poétique de l’anachronisme

Se faisant jeu, l’anachronisme ne souffrirait plus de sa mauvaise image. Mieux : l’erreur intentionnelle semble être le moteur créatif d’une production littéraire ou culturelle.

Il s’agira ici d’étudier les manipulations temporelles très présentes dans les littératures dites de l’imaginaire. Les voyages dans le temps et les paradoxes temporels issus de la science-fiction (The Time Machine de H.G. Wells, Le voyageur imprudent de Barjavel) ou dans un sous-genre de la SF, le rétro-futurisme du steampunk (The Anubis Gates de Tim Powers, Infernal Devices de K.W. Jeter) permettrait d’interroger la portée créatrice de l’anachronisme. On peut songer aussi à la réécriture fictionnelle de l’Histoire opérée par les auteurs d’uchronies (The Man in the High Castle de Philip K. Dick, Time Patrol de Poul Anderson).

Intentionnel, l’anachronisme peut être étudié comme outil de réactualisation et de réécriture – on pense à Antigone de Jean Anouilh mettant en scène des gardes à un jeu de cartes qui n’existe pas à l’époque antique – ou comme ressort comique. Reposant sur la confrontation de références culturelles ou entres autres sur des types de langage issus de périodes historiques différentes, elle fait naître l’absurde et le rire. Dans le domaine de la bande-dessinée, Goscinny s’en est fait une spécialité (AstérixIznogoud). Plus récemment, le succès de la série télévisée Kaamelott réalisée par Alexandre Astier montre l’importance de cette technique dans l’étude de l’humour.

Critique de l’anachronisme

Involontaire, l’anachronisme est porté en accusation. Comment l’envisager lorsqu’il est repéré dans une trame narrative ayant pour dessein de s’inscrire au plus près du réel (roman historique, réaliste ou autobiographique). De fait, l’anachronisme fait débat et provoque la polémique : le jeu vidéo Assassin’s Creed Unity est accusé de relecture historique au profit d’une pensée contre-révolutionnaire. Il peut également se transformer en jeu de piste pour les cinéphiles qui traquent la moindre étourderie scénaristique ; pratique qui s’est popularisée grâce au succès du sitemoviemistake.com.

Par ailleurs, la lecture et l’analyse littéraire que nous faisons aujourd’hui des textes anciens pourrait être qualifiée d’anachronique. Comme le postule Marc Escola, « les œuvres nous “parlent” certes depuis le passé, dans une langue qui n’est plus la nôtre, mais elle nous “parlent” toujours au présent, en produisant des significations toujours différentes et toujours neuves (…). » Il serait donc intéressant de questionner les enjeux d’une lecture moderne d’un texte ancien.

Anachronisme & interculturalité

Dans cet axe, nous entendons interroger les représentations de l’Altérité dans les œuvres. Il s’agit donc d’étudier l’anachronisme à la lueur de l’imagologie.

On peut se placer du point de vue d’un auteur qui fait référence à un pays, une culture étrangère en véhiculant une image qui ne correspond plus – ou qui n’a jamais correspondu – avec la réalité culturelle de ce pays. Nous sommes donc ici proche de l’étude du stéréotype. Prenons pour exemple Vasco Pratolini qui décrit dans Cronache di poveri amanti un type de bar français, situé dans le Florence des années 1920, qui n’existe plus en France.

Mais on peut également se placer du point de vue du traducteur. Celui-ci, par ses présupposés culturels, peut influer la réception d’un texte par le choix d’un mot plutôt qu’un autre et produire un texte en décalage avec le texte source, décalage qui peut être d’ordre anachronique.

Modalités de participation

Ce colloque interdisciplinaire accueillera les jeunes chercheurs (étudiants de master ainsi que doctorants et post-doctorants) en sciences humaines. Il se tiendra les 15 et 16 octobre 2015 sur le campus Lettres et Sciences humaines de l’Université de Lorraine à Nancy. Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots, accompagné d’une courte notice biobibliographique), rédigées en français devront être envisagées pour une communication de 20 minutes et seront à soumettre au comité organisateur (jeuneschercheursLIS2015@gmail.comavant le 30 juin 2015.

Comité organisateur :

Marie-Hélène Bauer (Université de Lorraine)

Apolline Lehmann (Université de Lorraine)

Giovanni Vitali (Université de Lorraine)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.