Une (petite) lecture féministe de Bayonetta

bayonetta

Marion Colville dans le quatrième numéro des Cahiers JV aux éditions Pix’n Love « Girl Power » souligne que Bayonetta n’est pas par essence féministe :

Bayonetta, comme toute production médiatique, ne peut se résumer à un message unique […]. C’est ce qui fait que différentes lectures cohabitent.”

Cependant, ma première lecture subjective et instinctive de ce jeu est de voir Bayonetta comme figure de l’empowerment féminin. Voici cinq pistes qui complètent le débat mené autour du jeu par les joueurs, les journalistes et les professionnels lors de sa sortie.

1- Bayonetta prône le refus de l’identité imposée par la société. Le personnage ne sait pas qui elle est au début de l’histoire et quand on lui apprend le rôle qu’elle doit jouer, elle préfère se construire sa propre identité, choisir son propre nom.

2- Bayonetta, pour pouvoir exister, doit tuer le père et la société patriarcale qu’il représente.

3- Mais elle doit aussi tuer le symbole de la mère, le dieu Jubileus qui incarne la réduction de la femme a un pouvoir d’enfantement.

4- Bayonetta au contraire n’apprécie pas particulièrement les enfants et construit son identité de femme par une mise en valeur sexuée du corps qui n’est pas un corps de mère.

5- L’affirmation d’un pouvoir féminin n’est pas castratrice puisque Luka a un rôle à jouer dans l’univers émotionnel de Bayonetta.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.