Le jeu dans le livre : Zendegi

Zendegi est un roman de Greg Egan qui raconte deux histoires parallèles qui se recoupent à la fin du livre : celle de Martin Seymour, journaliste en Iran qui documente la révolution et celle d’une chercheuse iranienne exilée aux États-Unis, Nasim Golestani. La première partie, en 2012, permet de présenter les personnages, d’établir le cadre de l’intrigue qu’est l’Iran. La seconde partie se situe en 2027 dans un Iran pacifié. Martin y est libraire et a une femme et un enfant avec qui il découvre Zendegi, un univers ludique. Nasim est rentrée en Iran et participe à la création de Zendegi. Elle utilise notamment ses compétences de chercheuse pour créer un système qui permet de reproduire certains aspects du cerveau d’un homme dans le jeu. Elle crée par exemple l’avatar d’un joueur de foot avec les mêmes compétences que lui. Lorsque la femme de Martin meurt, il rencontre Nasim qui est de sa famille et lorsqu’il apprend qu’il a un cancer, il lui demande de créer un avatar de lui qui lui permettrait de continuer à enseigner ses valeurs à son fils. Malgré la quantité importante de temps passée dans le jeu pour créer l’avatar, Martin décide lors du test final que celui-ci n’est pas à la hauteur de ses espérances et l’efface. C’est finalement son ami iranien qui s’occupera de son fils après sa mort qui lui promet de l’élever selon ses convictions athées.

zendegi

Le jeu est ici dépeint comme une technologie qui permet de faire l’expérience des recherches scientifiques et de s’interroger sur la nature de l’homme. L’univers ludique permettant d’expérimenter de nombreux mondes, les séances du père et du fils dans le Shâhnâmeh, poème épique retraçant la construction du pays, montrent le potentiel didactique et artistique du jeu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.