Le jeu dans le livre : Arcade

ae08b22b0b5024b597835335451434d414f4141

 

Arcade est un roman de Robert Maxxe paru en 1984. Il raconte l’aventure d’une mère célibataire de deux enfants (une petite fille, Emily et un adolescent, Nick) qui cherche à comprendre ce qui fascine tant son garçon dans le jeu (Spacescape) de la salle d’arcade qui s’est récemment installé dans la petite ville qu’elle habite depuis la mort de son mari. D’abord repoussée par les propos alarmistes de certains membres de la communauté qui souhaitent la fermeture de l’arcade et rassurée par les explications d’un informaticien avec qui elle se lie sentimentalement, les mensonges de son fils, ses expressions étranges et un mauvais pressentiment la pousse à mener l’enquête. Elle espionne les joueurs, qui se nomment les spacies, trouve le créateur du jeu, essaye de jouer, vole et démonte une machine en impliquant non seulement son nouvel amant, mais aussi son employé et ami. Cette quête pour la vérité, exacerbée par la mort d’un joueur adolescent, révèle la vraie nature du jeu : il s’agit d’une prise de contact d’extraterrestres avec les enfants brillants qui seront à la tête du pays.  

Malgré ce lien entre jeu vidéo et extraterrestres, découvert dans les dernières pages du livre, la thématique principale reste la tentative de compréhension de la nature du jeu vidéo (bonne ou mauvaise) et doit être comprise dans le contexte de production et de réception. En plein essor jusqu’en 1983 dans l’aire occidentale, le jeu vidéo est jeune, n’est pas encore associé à des préjugés et on cherche à comprendre ce nouveau média. De façon intéressante, l’hésitation tient pendant tout le roman, en accumulant les niveaux d’analyse. D’abord, les inquiétudes de la mère sont celles éprouvées face à un objet nouveau. Les discours diabolisant le jeu et le rejetant totalement ne sont pas considérés comme crédibles par la mère. Elle est rassurée dans un premier temps, mais les doutes rejaillissent plusieurs fois. Le roman fait alors l’apologie de l’esprit critique et la fin, qui décrit les enfants joueurs, la mère, l’amant, l’ami et le créateur du jeu recevant le message des extraterrestres n’offre pas de réponse claire. Le fait que les personnages présents aient involontairement envie de qualifier cette expérience de bonne ne montre pas le caractère bienveillant des aliens ou la bonne nature du jeu mais plutôt leurs pouvoirs de conviction.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.