Le jeu dans le livre : Terminal Park

9782081642942_1_75

 

Terminal Park de Francois Sautereau est un roman pour adolescent qui mêle les jeux vidéo, espionnage et révélations familiales.

Jérémie est passionné de jeux vidéo. Il progresse dans le jeu et une simple discussion avec un ancien joueur en essayant de la convaincre de continuer à jouer lui fait gagner assez de point pour passer au niveau supérieur. Bien sûr, le fait que l’assassinat dont il entend parler à la télé ressemble étrangement à sa dernière mission, le ‘secret’ que dit détenir l’ancien joueur, ou le fait que les organisateur du jeu prennent son ADN et lui donnent de l’argent l’inquiète un peu. Mais ce n’est que lorsque la Résistance Universelle le contacte et lui demande d’être un agent double que Jérémy comprend que le jeu n’en est pas seulement un. Après plusieurs rebondissement, Jérémy parvient à empêcher l’assassinat du président, remporte le championnat du jeu et rencontre son frère jumeau duquel il avait été séparé à la naissance. La victoire réelle contre les terroristes est assurée par une action dans le monde du jeu.

La représentation du jeu vidéo permet de questionner le rapport du virtuel au réel puisque les actions virtuelles ont des conséquences (parfois ignorées) sur le réel (« Ne plus jouer, c’est mourir » est un slogan du jeu) mais aussi la réception des jeux vidéo. Jérémy passe beaucoup de temps dans les jeux parce qu’il s’y sent fort ; il s’y réfugie pour oublier les problèmes du collège et les problèmes familiaux. D’ailleurs, les jeux vidéo ne sont pas appréciés par sa mère, qui ne cherche pas à comprendre les enjeux de la compétition par exemple. Au contraire, le beau-père, qui emprunte le magazine ou aide Jérémy dans son rôle de résistant, fait preuve d’ouverture d’esprit. Le jeu, alors, n’est pas fondamentalement mauvais, dans la mesure où il peut aussi être un vecteur de rencontres. La dernière phrase du livre fait précisément référence à et aspect social du jeu, lorsque Jérémy s’adresse à son frère jumeau, Rémy, qui est aussi l’inventeur du jeu :

« Nous allons nous ennuyer, maintenant, sans ce jeu. Dis Rémy, j’espère que tu vas nous en inventer un autre ! »


Une réflexion sur « Le jeu dans le livre : Terminal Park »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.