Archives par mot-clé : Transmédialité

Appel : « BD in extenso : bande dessinée et intermédialités au prisme de la culture visuelle »

BD in extenso : bande dessinée et intermédialités au prisme de la culture visuelle

UNIVERSITE PAUL-VALERY, MONTPELLIER 3

COLLOQUE INTERNATIONAL

7-9 novembre, 2016

Organisé par le :

LERASS-CERIC (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales – Centre d’étude et de recherche en Information-Communication), UPV, Montpellier 3.

Partenariats : ITIC (Institut des techno-sciences de l’information et de la communication), UPV, Montpellier 3.

Thème et argument du colloque

Ce colloque propose d’appréhender l’art de la bande dessinée à travers des approches relevant notamment du champ d’étude des cultures visuelles. Il y a déjà plus de cinquante ans, l’objet des « Visual Culture » a fait son apparition dans le monde anglo-saxon et a permis l’impulsion d’un certain nombre d’enquêtes, de débats théoriques et de questions portant sur l’omniprésence dans l’histoire des dispositifs de visualisation et la création des artefacts visuels (signes, images, décors…). La notion de culture visuelle rattachée au Visual studies et Cultural studies permet de prospecter le champ de la communication, des industries culturelles et créatives en suscitant des interrogations ainsi renouvelées au sein des sciences de l’information et de la communication. Il s’agit donc de s’intéresser à la bande dessinée en tant qu’élément structurant (et non simple reflet) d’une culture mais aussi en tant que média-culture telle que les recherches en SIC, en sociologie ou en esthétique la définissent (Eric Maigret et Matteo Stefanelli  (dir.), La bande dessinée : une médiaculture, Armand Colin, 2012 ; Thierry Groensteen, “Fictions sans frontières” dans Gauldreault, A., Groensten, T. (dir.), Pour une théorie de l’adaptation. Littérature. Cinéma. Bande dessinée. Théâtre. Clip, Nota Bene, 1998). La bande dessinée intermédiale est souvent interartiale et son hybridité trouve sens dans une optique esthétique et culturelle du visuel contemporain. A ce titre, la lecture d’une bande dessinée semble contribuer au développement de compétences particulières – extérieures et indépendantes de la pratique de l’art – pour lesquelles les images jouent un rôle central, éclairent une forme des représentations du monde et favorisent la formulation et la diffusion des savoirs.

Ce colloque, à vocation pluridisciplinaire, se propose aussi de renoncer aux hiérarchies esthétiques conventionnelles et d’insister sur le rôle de la bande dessinée en tant qu’expression visuelle d’une culture particulière et notamment comme un médium qui entretient des rapports dynamiques avec les autres médias tout en s’inscrivant dans une économie et une industrie culturelle des images. Nous interrogerons notamment les frontières entre bande dessinée et intermédialité à travers l’usage des images, la question du genre, les formes de la visualité et la temporalité, en terme d’inventivité visuelle. Les phénomènes d’hybridation avec les autres arts en terme de composition ou de création de nouvelles matérialités sont autant de pistes de réflexions qui semblent fécondes. Une investigation des différentes actualisations des relations intermédiales impliquant la présence de formes visuelles, entend par là interroger le statut médiatique, culturel et artistique de la bande dessinée. Examinant les logiques interprétatives du visuel à l’œuvre dans la culture populaire, les communications à ce colloque peuvent construire outils et grilles d’analyse pour appréhender le processus de formation de modèles ou de « gisements » iconographiques et les relations dynamiques qui s’opèrent entre la bande dessinée et les autres médias en termes de transferts, translations, circulations.

Dans cette perspective, il semblerait que l’application et l’usage des nouveaux paradigmes empruntés au champ de la culture visuelle favorisent l’exploration pluridisciplinaire (anthropologie, sociologie, psychologie, esthétique, histoire, littérature comparée, linguistique, sciences de l’information et de la communication) et permettent d’apporter un nouvel éclairage au langage et aux codes spécifiques de la bande dessinée ainsi qu’à tous les aspects de sa production, de sa diffusion, de sa circulation, de sa réception et de son impact, tant individuel que collectif. En d’autres termes, il s’agit d’étudier la bande dessinée à travers le prisme d’une culture du visuel qui interroge sa « fabrique » mais aussi ses usages dans l’histoire y compris celle du présent.  Une étude qui sera vouée à construire une approche des images inscrites dans le contexte des industries culturelles que peuvent éclairer diverses études de cas ainsi qu’à redéfinir une approche des écritures se rejoignant dans la bande dessinée.

Parmi les axes retenus, sans exclusive, pourront figurer :

La création de matérialités visuelles et/ou dessinées au service des définitions de la bande dessinée.

Elsa caboche et Désirée Lorentz expliquent dans un appel à contributions rédigé pour l’organisation d’un colloque à l’Université de Poitiers en 2014 que « les définitions fluctuantes de la bande dessinée ont ceci en commun qu’elles tendent à faire d’elle un médium hybride, soit en insistant sur la coprésence supposée constitutive du texte et de l’image, soit en convoquant ou en révoquant la parenté d’autres médias pour retracer son histoire et pour construire un discours théorique ». La bande dessinée est un territoire artistique qui privilégie les rencontres avec les autres médias. Elle peut, en effet, s’approprier la matérialité du médium étranger soit en l’assimilant, c’est-à-dire en l’informant par ses propres codes (on pense notamment aux œuvres de Marjane Satrapi ou de Shaun Tan), soit en préservant sa spécificité dans le cadre d’œuvres délibérément composites (comme Le photographe d’Emmanuel Guibert). Les travaux d’auteurs singuliers comme David Vandermulen pour son éloquent Fritz Haber ou les réflexions graphiques abordées par Serra dans une narration graphique singulière du traumatisme de l’histoire du Cambodge sont des pistes intéressantes. Quelles relations la bande dessinée entretient t-elle avec l’esthétique de la photographie ou du cinéma ? Quelles interrogations fait-elle naître à propos de son statut narratif quand elle dialogue avec les arts plastiques ? Comment, au travers de ses multiples relations intermédiales, questionne-t-elle le visuel contemporain ?

Bande dessinée, numérique et transmédia : une nouvelle écriture pour une autre diffusion des savoirs ?

Le transmédia a pour but de scénariser une histoire sur plusieurs médias (TV, Web, arts scéniques) où chacun d’entre eux apporte un nouvel éclairage sur le monde selon sa spécificité. Certains médias sont moins souvent sollicités que d’autres, c’est le cas de la bande dessinée. Il y a une réalité des pratiques mais elles sont moins connues. Des expériences très variées dans leur réalisation, dans leur intégration au sein des stratégies économiques existent et construisent un dialogue nouveau avec la bande dessinée et les nouvelles cultures numériques. Pour Julien Baudry (Comicalités. ), si la tendance des blogs bd est à l’autofiction dessinée, il existe aussi une diversité d’œuvres dont l’objectif est tantôt la communication pure, tantôt la création, tantôt un peu des deux. Les logiques multi-supports s’imposent aussi aujourd’hui chez de nombreux acteurs du développement ludique et dans les stratégies de communication d’entreprises comme dans les milieux associatifs. Les jeux sérieux peuvent utiliser des environnements graphiques empruntés aux codes de la bande dessinée. Quelles sont les spécificités visuelles et narratives de la bande dessinée numérique ? En quoi la bande dessinée favorisent-elles la construction d’une culture transmédiatique ? Comment mettre en scène l’interactivité ?

Bande dessinée et usages des images dans les visions et les visualités du passé, du présent et du futur

L’élaboration d’une bande dessinée et plus particulièrement d’une bande dessinée historique nécessite des recherches documentaires préalables (l’usage de l’archive), la construction de documents intermédiaires, l’échange de ressources, la réalisation de maquettes (on pense aux Passagers du vent de François Bourgeon…). Dans tous ces processus, l’image occupe souvent une place capitale. Elle construit une culture visuelle qui s’ancre dans notre imaginaire et contribue parfois à forger des savoirs erronés. Interroger les images, leur généalogie et leur temporalité au service d’une inventivité visuelle (uchronie, Fantasy, Science-fiction, roman historique,…) sont autant de pistes d’exploration. Comment lisons nous les images d’une bande dessinée ? Dans quels régimes d’historicité les inscrivons-nous ? Dans la lignée des travaux de Gil Bartholeyns (Gil Bartholeyns (dir.), Politiques visuelles, Les Presses du réel (à paraître)), les images narratives se transmuant en « imageries narratives » peuvent se manifester comme des exemples intéressants à exploiter et à analyser. En effet, elles sont des ensembles dynamiques générés par le succès commercial ou médiatique d’une représentation. Elles font tout de suite sens dans notre imaginaire visuel. Ainsi, pour André Gunthert : « […] les fameuses images « qui valent mille mots », caricatures de presse, publicité ou photographies de reportage iconiques, sont autant d’exemples de ce mode interprétatif par corrélation avec l’image correspondante » (André Gunthert, « Comment lisons-nous les images ? Les imageries narratives » in Gil Bartholeyns (dir.), Politiques visuelles, Les Presses du réel, (à paraître)). Quelles sont les images privilégiées par la bande dessinée ? Peut-on parler d’une stéréotypie visuelle liée à un évènement, un personnage, un épisode de l’histoire ?

_______________

Ces problématiques invitent à prospecter le champ des cultures visuelles. Les disciplines et points de vue sollicités ressortissent plutôt aux SIC, à l’histoire culturelle, à la sociologie ou à l’esthétique mais ne sauraient mettre à l’écart tous les apports pluri et interdisciplinaires venant de la linguistique, de la philosophie et de la littérature comparée…

_________________________

Conditions de soumission

•Les propositions devront comporter les éléments suivants :

•Format des documents : word ou rtf. Nommer les fichiers attachés avec « NOM, Initiale prénom et Colloque BD» ; sujet de votre courriel : « Colloque BD proposition »
•Les articles peuvent être en français ou en anglais
•Police : Times 12
•Résumé étendu de 1500 mots (avec titre communication) précisant la problématique, les données utilisées et la méthode).

•Les coordonnées des auteurs sur une feuille préliminaire séparée : Nom et prénom, adresse électronique, cordonnées téléphoniques et postales, statut professionnel, institution de rattachement de l’auteur/des auteurs.

Calendrier

– 6 juin 2016 : date limite d’envoi des propositions de communication sur : http://bdinextenso2016.sciencesconf.org

– 10 juillet 2016 : Notification d’acceptation de la communication

– 17 octobre 2016 : Réception des textes des propositions définitives (27000 à 30 000 signes) avec 5 mots clés + titres et résumés en français et anglais.

Publication

La publication des actes du colloque est prévue dans la collection « Graphein » aux Editions Le Manuscrit (Paris), Domaine Recherche et Université.

Comité scientifique

Responsables :

Alain Chante, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Vincent MARIE, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Valérie MELIANI, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Gérard Regimbeau, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Olivier TERRADES, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Comité :

Christian AMALVI, CRISES, UPV, Montpellier 3

Valérie ARRAULT, RIRRA 21, UPV, Montpellier 3

Benoit BERTHOU, LabSIC, Université Paris 13

Saadedine FATMI Ecole Normale Supérieure d’Oran, Algérie

Adrien GENAUDET, EHESS, Paris

Pina LALLI, Université de Bologne, Italie

Eric MAIGRET, Laboratoire Communication et Politique, Université Paris 3

Philippe MARION, Université catholique de Louvain, Belgique

François PEREA, PRAXILING, UPV, Montpellier 3

Jean-Bruno RENARD, IRSA-CRI, UPV, Montpellier 3

Jacques SAMSON, Université de Québec en Outaouais

Bernard TABUCE, PRAG-HDR à la retraite, UPV, Montpellier 3

Comité d’organisation

Responsables :

Marie-Caroline HEÏD et Nathalie VERDIER, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Comité :

Sidonie GALLOT, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Stéphanie MARTY, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Lise VERLAET, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Djebrine YAHIAOUI, LERASS-CERIC, UPV, Montpellier 3

Voir sur fabula : http://www.fabula.org/actualites/bd-in-extenso-bande-dessinee-et-intermedialites-au-prisme-de-la-culture-visuelle_73872.php

Appel : Viralités, parasitages et piratages science-fiction

« Viralités, parasitages et piratages en science-fiction »

5ème Colloque Stella Incognita

Dates : jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2016, Université Bordeaux Montaigne

Organisé par : Natacha Vas-Deyres, Florent Favard, Aurélien Mérard

Comité Scientifique : Aurélie Villers, Danièle André, Agnès Aminot, Samuel Minne, Natacha Vas-Deyres, Aurélien Mérard, Florent Favard, Christian Chelebourg

Le 5ème colloque Stella Incognita sera consacré en 2016 aux notions de viralité, de parasitage et de piratage au sein du genre de la science-fiction, et ce dans dans une grande variété de médias. Il s’agira d’envisager ces notions dans la pluralité de leurs définitions, afin d’explorer la façon dont la science-fiction se les réapproprie, parfois même les initie, pour mieux interroger le monde qui lui est contemporain.

La viralité est d’abord propre au virus, à l’agent infectieux, comme la supergrippe du Fléau (Stephen King, 1978). Elle pose la question de la généricité des récits qui la mobilise : de l’anticipation liée au bioterrorisme qui résonne avec des menaces d’actualité (la série ReGenesis, The Movie Network, 2004-2008), au post-apocalyptique (I Am Legend, Richard Matheson, 1954, et son adaptation cinématographique), jusqu’à l’hybridité science-fiction/fantasy, lorsque le virus, cause biologique, vérifiable scientifiquement, justifie l’emprunt au folklore (par exemple, les zombies de The Walking Dead, du comic-book de Robert Kirkman à la série de AMC).

L’infection peut aussi avoir des effets inattendus : elle est l’avènement d’une nouvelle humanité dans Darwin’s Radio (Greg Bear, 1999) ; le « Legacy Virus » ne tue que les mutants dans les comic-books de l’éditeur Marvel ; on trouve des infections à mi-chemin entre le virus et le parasite, les infecté.e.s produisant un parasite qui finit par les tuer à sa « naissance » dans DreamCatcher (Stephen King, 2001) ou la série The X-Files (Fox, 1993-2002).

Mais la viralité au sens où on l’entend aujourd’hui est aussi liée à la promotion des œuvres culturelles qui se doivent de faire le buzz des mois à l’avance, et emploient aujourd’hui plus que jamais des dispositifs transmédiatiques (jeux de pistes sur Internet, flashmobs, …) : au-delà de l’aspect promotionnel qui peut modifier la narration d’un récit transmédia, ce déplacement de sens, cet élargissement de la notion de la viralité, n’est-il pas observable dans les récits de science-fiction ? Des virus non-organiques au « langage comme virus » de William S. Burroughs (The Ticket that Exploded, 1962), jusqu’où s’étendent les limites de la contagion et de la viralité en science-fiction ? Du « mimovirus » de Vernor Vinge (Rainbows End, 2006) qui provoque une envie incontrôlable d’acheter du nougat (sic !) chez les spectateurs d’une rencontre sportive, aux contaminations, dans le Fairyland de Paul J. McAuley (1995) par des « fembots » capables de reconfigurer le cerveau du contaminé, le thème prend des formes variées chez les auteurs de science-fiction. Que nous dit de l’imaginaire contemporain cette translation de l’organique au non-organique ?

Cette dimension non-organique de la viralité s’est par ailleurs particulièrement développée durant les vingt dernières années avec l’avènement de l’informatique grand public. La définition classique du virus, comme microorganisme infectieux, cohabite désormais avec une définition informatique : le virus comme logiciel malveillant visant à endommager un système de données ou à le modifier. À ce titre, on pourra donc s’interroger sur la représentation du piratage informatique dans le champ de la science-fiction. Qu’il soit le sauveur d’une humanité asservie par les machines (Matrix, Andy et Lana Wachowski, 1999), mercenaire au service du plus offrant (la Sprawl trilogy de William Gibson, 1984-1988) ou bien encore simple bricoleur cherchant à améliorer son quotidien et celui de ses proches (The Diamond Age, Neal Stephenson, 1995), ou même figure cyberpunk de la flâneuse (Serial Experiments Lain, Bandai Channel, 1998) le pirate, le hacker est celui ou celle qui, par son expertise, altère la marche du monde. Comment comprendre alors ce lien étroit entre entre viralité et piratage, entre altération d’un organisme et altération d’un système d’information ?

Si le virus infecte, le parasite infeste, profite d’une relation symbiotique à sens unique. Au-delà des parasites monstrueux dignes d’un épisode de The X-Files, jusqu’où les œuvres de science-fiction poussent-t-elles la logique parasitaire ? On pourrait sans doute faire remonter la question du parasitage au Horla de Guy de Maupassant (1887), dans lequel le corps et l’esprit du narrateur se trouvent parasités par une étrange créature. L’Alien de Ridley Scott (1979) n’est-il pas quant à lui un parasite pour le Nostromo et son équipage au même titre que le Facehugger est un parasite pour Kane ? Les invasions extraterrestres des séries V ou Falling Skies ne sont-elles pas traitées sous l’angle d’une relation parasitaire entre deux espèces ? Quelle charge(s) politique(s) véhiculent alors ces récits ?

Le parasite dessine toujours en creux la possibilité d’une relation symbiotique réciproque, des sensates de la série Sense8 (Netflix, 2015-présent) qui apprennent à gérer les intrusions d’autres individus dans leur esprit, aux parasites Goa’uld qui posent la question d’une gestion consciente de cette symbiose dans Stargate SG-1 (Showtime>Sci-Fi, 1997-2007). Tout comme le virus, le parasite en science-fiction peut aussi prendre des formes inattendues. Dans la série Fringe (Fox, 2008-2013), une machine, une âme voire une identité issue d’une ligne temporelle effacée sont ainsi traitées comme des parasites (in)désirables qui transcendent les personnages. Ce que Jason Mittell (Complex TV, NYU Press, 2015) nomme, à la télévision, le « character overhaul » dans les genres de l’imaginaire (un personnage fondamentalement transformé ou remplacé par un autre, mais interprété par la même personne) peut-il être traité sous l’angle du parasitage ? Et si une réalité alternative ou une ligne temporelle parallèle peut parasiter, infecter, qu’en est-il des transfictions : sont-elles, au niveau transtextuel, des parasites, des symbiotes ? Quid, aussi, d’une esthétique du parasitage, de la viralité et du piratage dans une perspective transmédiatique ?

D’une manière plus large, on pourra s’interroger sur la capacité de la science-fiction à reconfigurer l’imaginaire collectif. À une époque où les médias sont envahis (infectés ?) par des références popularisées par la littérature science-fictionnelle (de la récurrence du préfixe « cyber- » à l’idéologie transhumaniste), ne pourrait-on émettre l’hypothèse que le genre possède en lui-même cette capacité à transformer de l’intérieur le monde qui l’a vu naître ? La science-fiction peut-elle, à sa manière, parasiter et pirater l’univers des technosciences ? Dans quelle mesure les pratiques culturelles science-fictionnelles de chercheur.se.s peuvent influencer leurs travaux (voir Lafontaine, 2010) ? Existe-t-il une analogie entre le fonctionnement des imaginaires technoscientifiques et science-fictionnels (voir Kunz Westeroff et Atallah, 2010) ?

Les communications, d’une durée maximum de 30 minutes (suivies de 10 minutes d’échanges), pourront s’appuyer sur des œuvres issues de médias variés (littérature, mais aussi cinéma, télévision, bande dessinée, jeu vidéo, …).

Bibliographie à usage indicatif

ATALLAH Marc, « Les premiers seront-ils les derniers ? Cyborgs revés, cyborgs maudits : prolègomènes à une esthétique de l’inversion strucuturelle » dans L’Homme-machine et ses avatars, entre science, philosophie et littérature, XVIIè-XXIè siècle, D. Kunz Westerhoff et M. Atallah (dir.), Éditions Vrin, Paris, 2011

LAFONTAINE Céline, Nanotechnologies et sociétés, enjeux et perspectives : entretiens avec des chercheurs, Montréal, Les Éditions du Boréal, 2010

Modalités d’envois des propositions : Les propositions de communications d’un maximum de 300 mots, accompagnées d’une courte notice bibliographique, devront être envoyées aux adresses aurelien.merard@gmail.com et favard.florent@gmail.com, avant le 1er mai 2016.

Date de confirmation des propositions retenues : 31 mai 2016.

L’adhésion à l’association Stella Incognita (10 euros pour les titulaires, 7 euros pour les étudiant.e.s/doctorant.e.s/non-titulaires) est nécessaire pour participer au colloque en tant qu’intervenant.e.

Appel à article : ReSF n°9, « Asie de l’Est »

sf_cover_01

Appel à contributions pour le numéro du printemps 2017

Échéances

Date limite d’envoi des propositions: 1er avril 2016

Les propositions d’articles sont à envoyer à Gwennaël Gaffric: ggaffric@gmail.com avant le 1er avril 2016, accompagnées d’une brève bio-bibliographie. Une réponse sera donnée le 1er mai 2016. Les articles seront à rendre pour le 1er  novembre 2016.

Nous invitons les personnes intéressées à consulter en ligne le processus d’évaluation et les normes de la revue Res Futurae.

Argumentaire général

L’obtention du dernier prix Hugo par l’auteur chinois Liu Cixin pour son roman Les Trois Corps (premier tome de la trilogie des Chroniques de la terre) a contribué à mettre la science-fiction chinoise, et par extension, est-asiatique, sous les feux des projecteurs.

La science-fiction asiatique connaît en effet actuellement un essor sans précédent, comme en témoigne la popularité toujours plus grande des mangas SF, la croissance significative de la production de films SF et leur exportation réussie (on pense aux longs-métrages du Sud-coréen Bong Joon-ho ou au Japonais Mamoru Oshii), l’émergence de jeunes auteurs populaires, les nombreuses traductions dans des langues européennes ou les prix littéraires internationaux… Il apparaît aujourd’hui nécessaire de proposer une réévaluation de la vitalité et de l’histoire d’un genre longtemps négligé tant par les études sur la littérature et le cinéma que par les spécialistes des aires culturelles concernées. Bien qu’un nombre croissant d’études paraissent aujourd’hui dans les pays d’émission des œuvres et en langue anglaise (les études sur la SF asiatique sont d’ailleurs aujourd’hui bien représentées dans les conventions scientifiques internationales sur la science-fiction), celle-ci n’a pour l’heure pas encore fait l’objet d’un grand nombre d’études en langue française. Il en est de même pour les traductions littéraires en français, à l’exception notable du secteur des bandes dessinées.

Or, depuis ses prémisses, la littérature et le cinéma de science-fiction d’Asie de l’Est peuvent être envisagés comme de formidables portes d’entrée par lesquelles entrer au cœur de l’évolution des sociétés asiatiques modernes depuis l’aube du XXe siècle. Comme partout ailleurs, la science-fiction y exprime aussi depuis son émergence les fantasmes, les angoisses et les espoirs d’une époque, témoignant de cette capacité singulière de la science-fiction à penser en même temps avec et contre son temps.

Ce numéro sera circonscrit à l’étude de la science-fiction en Asie de l’Est (Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, Hong Kong, Taïwan), ce moins par souci de délimitation géographique qu’en vertu de cohérence socio-historique au sujet de l’émergence et de l’évolution du genre science-fictionnel dans la région. Le genre fait ainsi une première percée au Japon, en Chine et en Corée par l’intermédiaire de la traduction via l’anglais puis le japonais, notamment des œuvres de H.G. Wells et de Jules Verne (dont les premières traductions, effectuées par certains des plus grands intellectuels de leur temps, paraissent en 1879 au Japon, en 1902 en Chine et en 1907 en Corée), dates qui correspondent avec la naissance de la littérature moderne dans ces pays. Les intellectuels nationalistes de l’époque perçoivent en effet la science – au même titre que la démocratie – comme des avatars naturels de la modernité occidentale appelée à triompher des vieilles idéologies féodales (en Chine, on appelle ainsi « Monsieur Science » et « Monsieur Démocratie » à prendre la place de « Monsieur Confucius »). Ce qu’on appelle alors les « romans scientifiques » apparaissent dès lors comme des œuvres réformistes, susceptibles de favoriser l’avènement d’une nation et d’un homme nouveaux.

L’appel à l’écriture d’une science-fiction aux particularités nationales pour guider le pays vers la route de la modernité lancé au début du XXe siècle se prolongera durant toute la seconde moitié du siècle, en suivant certes des trajectoires diverses – quoique souvent en miroir les unes des autres – sous l’influence des traductions d’œuvres américaines (à Taïwan, en Corée du Sud et au Japon) et soviétiques (en Chine et en Corée du Nord). Bien souvent, il lui faut répondre aux impératifs politiques des utopies et des dystopies officielles (l’anticommunisme à Taïwan, le techno-capitalisme au Japon et en Corée du Sud, le maoïsme en Chine, l’idéologie du Juche en Corée du Nord…). Les modèles de propagande science-fictionnels prennent d’ailleurs principalement la forme d’utopies destinées à un public enfantin (comme c’est le cas de la revue Adong Munhak (Corée du Nord) ou le bestseller Le voyage de Xiao Lingtong dans le futur (Chine)). À d’autres moments de son histoire, il lui arrive parfois même d’être mise au ban des pratiques littéraires et cinématographiques, comme c’est le cas dans les années 1980 en Chine où elle est traitée, au même titre que d’autres formes d’expression artistique, de « pollution spirituelle » car opposée à la « véritable science » : le matérialisme dialectique.

Pour autant, dès les années 1960, le cinéma et les récits science-fictionnels parviennent également à se développer indépendamment de la doxa officielle, notamment grâce à l’essor des revues spécialisées et de la popularité nouvelle d’autres médias, comme les bandes dessinées au Japon. Les années 1980 et 1990 voient elles la science-fiction asiatique engager des stratégies fictionnelles nouvelles : space operas, univers parallèles, uchronies, cyberpunk, etc. Elle entreprend d’explorer des thématiques privilégiées de la science-fiction : crise environnementale, espoirs et dangers de la technoscience, paradoxes temporels, contact et communication avec des « intelligences » extraterrestres, interactions et fusions entre humain, non-humain et post-humain… sans négliger d’investir des thématiques plus géographiquement situées (narrations de catastrophes naturelles et/ou artificielles régionales, réappropriations d’une tradition textuelle ou religieuse, réécritures uchroniques…). Elle se retrouve enfin à l’avant-garde des luttes sociales qui secouent les sociétés asiatiques dans les années 1980 et 1990 : revendications ethniques, postcoloniales, féministes ou encore homosexuelles et queer, accordant à des voix jusqu’alors marginales un espace d’expression alternatif. À l’opposé, la science-fiction sert parfois la logique des soft power nationaux (ainsi en est-il de Liu Cixin – qui au lendemain de la réception du Hugo – est invité par le vice-président chinois à diffuser à travers le monde la puissance du « rêve chinois »).

Et qu’elles se mettent ou non au service d’un nationalisme culturel, certaines de ses productions, notamment en bande dessinée (on pense aux œuvres de Miyazaki Hayao ou Shirō Masamune au Japon), influencent en effet profondément la littérature et le cinéma mondial depuis les années 2000. Aujourd’hui, elle va même jusqu’à réinventer les frontières du genre en élaborant de nouvelles grammaires narratives. Ainsi en est-il par exemple du nouveau « sous-genre » créé par le Sino-américain Ken Liu qui, avec le néologisme cryptoculturaliste de « silkpunk », suggère une esthétique science-fictionnelle marquée par les récits de l’Asie pré-moderne ou de Bong Joon-ho qui réoriente l’esthétique du film de catastrophe.

Ce numéro ne se donne pas pour projet de contraindre la science-fiction asiatique, riche d’une histoire façonnée par les traductions, les adaptations et les réinventions, dans une sphère autoréférentielle qui ferait le jeu des projections culturalistes et orientalistes les plus simplistes et généralisantes. Ce numéro propose au contraire d’examiner avec une perspective transculturelle et historiquement située l’introduction et l’évolution (du dix-neuvième au vingt-et-unième siècle) de la science-fiction en Asie de l’Est, aussi bien en tant que genre littéraire et cinématographique possédant ses propres ressorts poétiques qu’en tant que média de réflexion spéculative sur le futur de leur lieu d’émergence comme sur le reste du monde.

Dans ce cadre, diverses interrogations, non exclusives, pourront être explorées :

–  Quels ont été les liens entre la naissance et le développement de la science-fiction en Asie de l’Est et la croyance dans le mythe du « progrès scientifique », perçu à l’époque comme une émanation de l’Occident ?

–  Quelle écriture de la science dans la SF en Asie de l’Est ? Existe-t-il une « hard SF » asiatique ? La science apparaît-elle comme une discipline géographiquement et historiquement située ou comme un système universel ? Depuis les prémisses du genre jusqu’à l’ère contemporaine, la science et la technique y sont-elles envisagées comme inéluctablement liées au progrès social ?

–  Quels rôles ont joué les utopies et les dystopies dans le développement socio-historique et les processus de démocratisation des pays et comment celles-ci se sont-elles élaborées en complicité ou en rupture avec les idéologies officielles ?

–  Comment la littérature et le cinéma science-fictionnels d’Asie de l’Est négocient-ils les tensions entre local et global à l’ère de l’Anthropocène ? On pourra à ce sujet s’interroger sur l’omniprésence de thématiques éminemment globales, alors même que les critiques de science-fiction asiatique revendiquent souvent paradoxalement le caractère « authentiquement » national de celle-ci.

–  Comment l’imaginaire de la catastrophe s’exerce-t-il dans la science-fiction est-asiatique ? (séismes, tsunamis, catastrophes nucléaires, épidémies bactériologiques…)

–  Quelle visibilité et quelles représentations des populations marginales (minorités ethniques, communautés LGBT, immigrants…) dans la science-fiction est-asiatique ?

–  Comment appréhender le rôle de la bande dessinée SF dans la construction d’une culture de la science-fiction en Asie et de son influence au niveau mondial ?

–  Est-il possible de distinguer dans la production science-fictionnelle asiatique des mécaniques narratives et/ou visuelles spécifiques ou bien la tentative de créer des schémas supposés propres à la science-fiction en Asie de l’Est relève-t-elle d’un projet orientaliste globalisant ?

–  Comment expliquer l’intérêt récent des études littéraires et cinématographiques asiatiques pour le genre science-fictionnel et comment lier cette tendance aux paradigmes épistémologiques contemporains (philosophie postmoderne, posthumanités, humanités numériques, écocritique…) ?

Liste indicative d’auteurs et de réalisateurs susceptibles d’être étudiés

CHINE : Han Song韩松, Liu Cixin刘慈欣, Wang Jinkang王晋康, Ye Yonglie叶永烈…

COREE DU SUD : Bong Joon-ho봉준호, Kim Kyung-uk김경욱, Lee Si-myung이시명, Djuna…

HONG KONG: Dung Kai-cheung董啟章, Ngai Hong倪匡, Peter Mak麥大傑, Wong Kar-wai王家衛…

JAPON : Abe Kōbō安部公房, Komatsu Sakyō小松左京, Ōtomo Katsuhiro大友克洋, Yoshihara Rieko吉原理恵子,…

TAIWAN : Chang Hsi-kuo張系國, Chi Ta-wei紀大, Egoyan Zheng伊格言, Wu Ming-yi吳明益…

Bibliographie indicative (en langues occidentales)

Perspectives Chinoises, Numéro spécial « Fictions utopiques et dystopiques en Chine contemporaine », Wang Chaohua and Song Mingwei (ed.), n°1, 2015

Science Fiction Studies, “Special Issue on Chinese Science Fiction” (ed. by Wu Yan and Veronica Hollinger), #119, Vol. 40, Part 1, 2013.

Science Fiction Studies, “Special Issue on Japanese Science Fiction” (ed. by Tatsumi Takayuki, Christopher Bolton, and Istvan Csicsery-Ronay, Jr), #88, Vol. 29, Part 3, 2002.

BERTHELLIER Benoît, “From Pyongyang to Mars: Sci-fi, Genre, and Literary Value in North Korea”, Sino NK, 2013, URL: http://sinonk.com/2013/09/25/from-pyongyang-to-mars-sci-fi-genre-and-literary-value-in-north-korea/.

COLSON Raphaël et RUAUD André-François, Science-fiction. Les Frontières de la modernité, Lyon : éd. Mnémos, 2008.

JAMESON Frederic, Archaeologies of the Future: The Desire Called Utopia and Other Science Fictions, Verso, 2007.

KUVIN Darko, Pour une poétique de la science-fiction, trad. de Gilles Hénault, Qéubec : Presses de l’Université du Québec, 1977.

LAMARRE Thomas, The Anime Machine: A Media Theory of Animation, Minneapolis: University of Minnesota Press, 2009.

LYNN Daneel, “The Long and Winding Road to Science Fiction: A Brief Overview of SF Development in Taiwan”, Foundation: The International Review of Science Fiction, n°94, 2005.

LANGLET Irène, La science-fiction : Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, 2006.

PACQUET Darcy, New Korean Cinema: Breaking the Waves, Wallflower Press, 2010.

RAGONE August, Eiji Tsuburaya: Master of Monsters: Defending the Earth with Ultraman, Godzilla, and Friends in the Golden Age of Japanese Science Fiction Film, San Francisco: Chronicle Books, 2014.

SAINT-GELAIS Richard, L’Empire du pseudo : modernités de la science-fiction, Montréal : Nota Bene, 2005.

SARDAR Ziauddin and CUBITT Sean (ed.), Aliens R Us: The Other in Science Fiction Cinema, London: Pluto Press, 2002.

TANAKA Motoko, Apocalypse in Contemporary Japanese Science Fiction, New York: Palgrave Macmillan, 2014.

WANG David Der-wei, Fin-de-siècle Splendor: Repressed Modernities of Late Qing Fiction, 1849-1911, Stanford: Stanford University Press, 1997.

WONG Kin Yuen, WESTFHAL Gary and CHAN Amy Kit-sze (ed.), World Weavers: Globalization, Science Fiction, and the Cybernetic Revolution, Hong Kong: Hong Kong UP, 2005.

WU Dingbo and MURPHY Patrick D. (ed.), Science Fiction From China, Westport: Praeger, 1989.

ZUR Dafna, “Let’s Go to the Moon: Science Fiction in the North Korean Children’s MagazineAdong Munhak, 1956–1965”, The Journal of Asian Studies, Vol.73, Issue 02, 2014, p.327-351.

Colloque : Intermédialité et transmédialité dans les pratiques artistiques contemporaines (Gênes, 13-14 novembre 2015)

Présentation

Dans les dernières décennies du XXe et au début du XXIe siècle, on assiste à une augmentation de la production d’œuvres dans les domaines de la littérature, des arts visuels et des nouveaux médias, où la circulation entre les pratiques joue un rôle important sinon prépondérant. Hybridation, intermédialité, transmédialité, multimédialité, intersémioticité sont les termes qui nous permettent de désigner l’entrecroisement de ces pratiques où se multiplient les emprunts entre cinéma, photographie, art numérique, art vidéo, littérature, etc., quoique la distinction conceptuelle entre chacune de ces notions ne soit encore tout à fait consolidée. Ce colloque se propose de développer une réflexion autour de l’usage de ces notions à travers un débat théorique entre diverses approches disciplinaires.

Université de Gênes (Italie), les 13 et 14 novembre 2015.

Programme

13 NOVEMBRE Biblioteca di Filologia classica (via Balbi 4, III piano)

9.30 Ouverture et salutations

Pour une esthétique de la création transmédia

10.00 Jean-Pierre COMETTI (U. Aix-Marseille) L’intermédialité en contexte

10.30 Davide DAL SASSO (U. Torino, Labont) Intermedialità, ibridazioni e regole per la creazione artistica

10.50 Dario CECCHI (U. Roma La Sapienza) Immagine dinamica e medium del fumetto

11.10 Camille DEBRABANT (U. Paris 1) L’actualité du médium dans le discours critique de l’histoire de l’art

11.30 Discussion et pause

L’exposition des dispositifs transmédiaux

12.00 Danièle MÉAUX (U. Saint-Etienne) L’image installée

12.20 Frédérique VILLEMUR (ENSA-Montpellier) Thomas Clerc Pierre Huyghe / L’écrivain timekeeper en situation d’exposition

12.40 Discussion et pause

Du texte à l’image et retour : pratiques de l’intermédialité

14.30 Carola BARBERO (U. Torino, Labont) Di che cosa tratta la letteratura?

15.00 Jessy NEAU (U. Poitiers) L’adaptation dans la culture intermédiatique : valeur systémique et valeur sémiotique

15.20 Matteo MARTELLI (U. Urbino) Spazi d’autore: geografie contemporanee dal testo all’immagine (e ritorno)

15.40 Annalisa BERTONI (ESBA-Nîmes – U. Paris 1) Nulle part quelque d’Éric Suchère

16.00 Discussion et pause

16.30 Bernard VOUILLOUX (U. Paris IV Sorbonne) Des concepts de médium(s) et de média(s) dans l’étude des arts

17.00 Discussion

17.30 Performances : Jérôme GAME, écrivain

Slide Show, une lecture-performance

Cesare VIEL e il Pubblico Dormitorio Massuero & figli e Giacomo REVELLI Vie di Fuga

14 NOVEMBRE Aula magna (via Balbi 2, II piano)

Dispositifs transmédiaux et utilisateurs interactifs, enjeux socio-culturels

9.30 Roberto DIODATO (U. Cattolica, Milano) Intermedialità e interattività. Per un’ontologia della relazione

10.00 Denis MELLIER (U. Poitiers) Hitchcock fiction : circulation, convergence, dispersion

10.20 Aurélia GOURNAY (U. Paris 3) Intermédialité et transmédialité dans les séries Sherlock et Jekyll de Steven Moffat : entre réécriture et métafiction, émergence de mythes 2.0

10.40 Pascal MOUGIN (U. Paris 3) Le fictionnisme transmédia : des propositions hors contrat ?

11.00 Discussion et pause

11.30 Annick GIRARD (Collège militaire royal de Saint-Jean, Montréal) Musique classique et Flash Mob : hommage cultiste 2.0 et transmédialité(s)

11.50 Noémie FARGIER (U. Paris 3-CNRS) Plug in reality

12.10 Discussion et pause

Dispositifs hybrides, enjeux pour la création

14.10 Emmanuel MOLINET (U. Lorraine) La culture hybride comme vecteur. Intermédialité et transmédialité dans l’art actuel

14.30 Frédéric MATHEVET (U Paris 1/ CNRS) Enjeux de l’intersémioticité et de l’intermédialité dans l’écriture et l’interprétation de la partition graphique

14.50 Bastien DARET (U. Paris 3) Étude des stratégies immersives d’une forme de narration transmédiatique, le blockbuster hollywoodien

15.10 Discussion et pause

15.40 Laura SANTINI (U. Genova) Romanzo e nuove tecnologie: dalla parte del libro/codex

16.10 Bruna DONATELLI (U. Roma Tre) Philippe Druillet interprète de Salammbô : bande dessinée, performance, jeu vidéo et peinture

16.30 Discussion

17.00 Clôture du colloque

Comité scientifique

Elisa BRICCO (Université de Gênes, Dip.LCM)

Michaela BÜRGER (Université de Gênes, Dip.LCM)

Jean-Pierre COMETTI (Université d’Aix-Marseille)

Nicola FERRARI (Université de Gênes, Dip.LCM)

Céline FLÉCHEUX (Université de Paris 7)

Marcello FRIXIONE (Université de Gênes, DAFIST)

Oscar MEO (Université de Gênes, DAFIST)

Luisa MONTECUCCO (Université de Gênes, DAFIST)

Nancy MURZILLI (Université de Gênes, Dip.LCM/IFI)

Magali NACHTERGAEL (Université de Paris 13)

Laura QUERCIOLI (Université de Gênes, Dip.LCM)

Chiara ROLLA (Université de Gênes, Dip.LCM)

Bernard VOUILLOUX (Université de Paris IV Sorbonne)

Comité d’organisation

Elisa BRICCO,

laria BOEDDU

Alessandro BRUZZONE

Michaela BÜRGER

Anna FOCHESATO

Marcello FRIXIONE

Oscar MEO

Luisa MONTECUCCO

Valeria MOSCA

Nancy MURZILLI

Laura QUERCIOLI

Chiara ROLLA

Laura SANTINI

Séminaire : « Intermédialités narratives » (EHESS)

CRAL : Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS)

Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie »

2015-2016

Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er, 3e et 5e mardi du mois, de 13h à 15h

105, Boulevard Raspail – 75006 Paris / Salle 8

http://narratologie.ehess.fr

Responsables :

Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS), Claude Calame (EHESS), Sabine Chalvon-Demersay (EHESS), Annick Louis (Université de Reims et CRAL), Simone Morgagni (EHESS/CNRS et Università di Bologna), John Pier (Université de Tours et CRAL), Philippe Roussin (CNRS et Maison française d’Oxford)

 *

Intermédialités narratives

La narratologie d’inspiration structuraliste s’efforçait de répondre à la question « Qu’est-ce qu’un récit ? » Pour les uns, l’ambition était de distinguer les récits des non récits en identifiant une couche de signification autonome ; pour les autres, il s’agissait de tracer les techniques de représentation caractéristiques du récit comme mode d’expression. Dans un cas on cherchait à déterminer les éléments transmédiaux du récit, dans l’autre à explorer les spécificités du récit verbal dans sa dimension transtextuelle.

Si ces interrogations ont eu le mérite d’ouvrir la réflexion sur le récit et sa médialité, elles n’ont approfondi ni la nature de la médialité ni les relations qu’il peut y avoir entre les médias dans les différents types d’objets culturels. Des recherches plus récentes en intermédialité – définie comme la transgression des frontières entre les médias – ont changé la donne. Entre autres, il est maintenant clair que l’intermédialité dépasse le cadre du seul récit, car il n’y a aucun lien de nécessité entre l’intermédialité et la narrativité.

Avec ces considérations à l’appui, le séminaire se propose d’étudier les formes et les fonctions d’interférence entre les deux phénomènes en étudiant la tragédie grecque, les adaptations télévisuelles, les jeux vidéos, les jeux de rôle, le roman illustré, etc.

————–

Structuralist narratology sought to answer the question “What is a narrative?” For some, the aim was to distinguish narratives from non-narratives by identifying an autonomous layer of meaning; for others, it was a matter of charting out the techniques of representation characteristic of narrative as a mode of expression. In the one case, there was an attempt to determine the transmedial elements of narrative, in the other to explore the specificities of verbal narrative in its transtextual dimension.

While these question had the merit of opening up reflection on narrative and its mediality, they investigated neither the nature of mediality nor to the relations there might be between the media in different types of cultural objects. More recent research in intermediality – defined as the transgression of borders between media – has changed the outlook considerably. Among other things, it is now clear that intermediality extends beyond the confines of narrative, for there is no bond of necessity between intermediality and narrativity.

With these considerations in mind, the seminar will study the forms and functions of interference between the two phenomena by studying Greek tragedy, television adaptations, video games, role playing, the illustrated novel, etc.

—————

Planning

Mardi 3 novembre

Narration et intermédialité : bilan et perspectives

Mardi 17 novembre

Claude Calame, EHESS

« La tragédie grecque comme tragédie chorale »

Mardi 1er décembre

Sabine Chalvon-Demersay, EHESS

« Dramatique. Les adaptations littéraires à la télévision »

Mardi 15 décembre

Olivier Caïra, IUT Evry et EHESS

« Scénarisation, interactivité et intermédialité dans les jeux vidéos à épisodes

(The Walking Dead, Game of Thrones, Life is Strange, etc.) »

Mardi 19 janvier

Marc Marti, Université de Nice

« La notion de récit dans le jeu vidéo »

Mardi 2 février

John Pier, Université de Tours et CRAL

« Hasard objectif et intermédialité : le texte et ses illustrations dans Nadja de Breton »

Mardi 16 février

Annick Louis, Université de Reims et CRAL

« L’intermédialité comme vecteur de redéfinition d’un genre. Le cas du fantastique »

Mardi 15 mars

Jan Noël Thon, Université de Tübingen

« Transmedial Narratology and Converging Storyworlds »

Mardi 29 mars

Frank Wagner, Université de Haute Bretagne – Rennes 2

« Plasticité du récit : de la transmodalisation à l’intermédialité »

Mardi 5 avril

Jean-Philippe Jaworski, Ensemble scolaire Notre-Dame/Saint Sigisbert,

et Olivier Caïra, IUT Evry et EHESS

« Scénariser en jeu de rôle et en littérature »

Entretien avec Jean-Philippe Jaworski

Mardi 3 mai

Arnaud Schmitt, Université de Bordeaux

(EA CLIMAS – Université Bordeaux Montaigne)

« Les modalités du Je graphique dans quelques autographies américaines »

Mardi 17 mai

Eric Méchoulan, Université de Montréal

« De l’intermédialité comme herméneutique des supports : étude d’un cas »

Mardi 31 mai

Bilan

Responsable : John Pier

URL de référence : http://narratologie.ehess.fr

Adresse : EHESS – 105 bd Raspail 75006 Paris

Programme de la journée d’étude « Genres littéraires et fictions médiatiques » (17 novembre 2015)

TERM v5 réduit 3

Voici le programme de la journée d’étude doctorale que Nicolas Perez Prada et moi-même organisons le mois prochain à l’université de Limoges. Annoncé à la toute récente assemblée générale de l’Association des Chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM, assemblée tenue le 8 octobre dernier), l’événement promet d’être passionnant ! Je vous laisse juger…

Outre les cinq doctorants d’horizons variés qui viendront présenter leurs travaux, nous aurons le plaisir d’accueillir Matthieu Letourneux (MCF HDR, Paris Ouest Nanterre La Défense), spécialiste des littératures populaires et des questions de sérialité et de transmédialité, pour une grande conférence de clôture.

Venez nombreux et faites de la pub !

Genres littéraires et fictions médiatiques

Journée d’étude organisée à l’université de Limoges

Le 17 novembre 2015

par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

avec le soutien de l’équipe d’accueil EHIC et de l’école doctorale LPAH

 

 

9h00 : Accueil des participants

9h30 : Introduction par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

Session 1 – Du merveilleux scientifique à la science-fiction : pratiques, techniques et imaginaires d’un genre médiatique

Modérateur : Irène Langlet

10h-10h35 : Clément Hummel (Doctorant, université de Caen Normandie), « Pour un imaginaire (mythique) de la fiction de genre d’avant-guerre, La Brigade chimérique de Serge Lehman »

10h35-11h10 : Aurélien Mérard (Doctorant, université de Bordeaux – Montaigne), « De l’image-fiction comme protocole d’expérimentation »

11h10-11h45 : Élodie Hommel (Doctorante, ENS Lyon), « Prolonger le plaisir de la lecture : regarder, jouer et interagir en science-fiction et fantasy »

Déjeuner

 

Session 2 – Transpositions, circulations, appropriations : le genre dans tous ses médias

Modérateur : Natacha Levet

14h-14h35 : Bounthavy Suvilay (Doctorante, université Paul-Valéry Montpellier 3), « Quand la série animée s’éloigne du shōnen manga original : études des récits inédits dans le media mix Dragon Ball »

14h35-15h10 : Yannick Kernec’h (Doctorant, université Rennes 2), « Lorsque le jeu vidéo s’empare du western ; spécificités d’une réappropriation générique »

Pause

Session 3 – Conférence de clôture

15h30-16h30 : Matthieu Letourneux (PR, université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Les genres populaires dans le jeu des sérialités médiatiques »

16h30-17h : Questions et discussions

Informatiques pratiques :

Contact : aurelie.huz – at – unilim.fr ; nicolas.perez-prada – at – etu.unilim.fr

Lieu : Université de Limoges, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 39E rue Camille Guérin, bâtiment C, amphi 4.

Accès : Depuis la gare, bus n° 10, direction Ch. Le Gendre, arrêt Vanteaux.

Retrouvez l’annonce du programme sur fabula : http://www.fabula.org/actualites/journee-d-etude-genres-litteraires-et-fictions-mediatiques_70593.php.

Appel à textes : « Pierre Boulle » (ReS Futurae, n° 6)

Appel à textes pour pour le numéro 6 de ReS Futurae

Responsables du dossier : Arnaud Huftier et Irène Langlet

 

Échéances :

– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 1er mars 2015, à :  Arnaud.Huftier_at_univ-valenciennes.fr et irene.langlet_at_unilim.fr.
– réponse de ReSF le 15 avril au plus tard.
– remise des articles le 30 août 2015 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écritures et de soumission des articles sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae.

pp1867

Pierre Boulle

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. On avance souvent que ses récits de science-fiction doivent être interprétés à l’aune de sa production « blanche » ; on propose ici de s’autoriser la proposition inverse, afin de vérifier aussi bien les deux versants de la lecture : le conte philosophique peut-il subsumer la science-fiction de Boulle ? La pensée de la science-fiction informe-t-elle, ou insémine-t-elle, l’ensemble de la production de Pierre Boulle ?

Que l’on parle alors « en ensemble », cela permet déjà de réévaluer des récits de science-fiction chez Pierre Boulle. Ce qui revient à dire : il ne s’agit pas d’en rester à la seule Planète des singes. Ce dialogue est parfaitement possible, si l’on en suit par exemple Véronique Bessens qui, analysant La Planète des singes (1963), avance que « Boulle met en scène des rapports identiques entre les soldats alliés prisonniers et les Japonais dans Le Pont de la rivière Kwai » (Véronique Bessens, « Apprivoiser Balthazar », Contre-jour, n°13, 2007, p.185) : si La Planète des singes raconte ce rapport de force en utilisant l’animalité comme « mesure de différence », le dialogue peut aussi s’étendre au Professeur Mortimer(1988), qui ne cesse d’interroger cette relation entre l’humain et l’animalité. Que l’on parle donc « en ensemble », et l’esprit de ce dialogue peut s’imposer, autour de cette pensée de la science-fiction. Pour appréhender cet « ensemble », encore convient-il de délimiter un corpus minimal, ou indicatif, qui irait des recueils Les Contes de l’absurde (1953) à E=MC2 (1957) et Histoires perfides (1976) en passant par les romans Le Jardin de Kanashima (1964) et Les Jeux de l’esprit (1971). S’il a été possible de regrouper certains de ces textes sous la bannière de la science-fiction, tant en France avec Étrange planète (1998) qu’aux États-Unis avec Time Out of Mind (1966), Lucille Frackman Becker, dans une monographie restée curieusement inédite en français (Twayne, 1996), ne contestait pas la parenté, mais préférait donner une liste des romans et nouvelles « aux frontières de la science-fiction ». Aux frontières… Frackman Becker peut à ce titre apparaître comme emblématique des nombreux exégètes qui peinent à faire entrer l’ensemble de ces récits dans un quelconque classement. Ils insistent sur le côté « à part » de Pierre Boulle.

Or, si Pierre Boulle s’insurgeait de voir le terme associé à son œuvre, nombre de ses récits détournent les voies d’une certaine science-fiction, ce qui traduit tout autant un doute sur les formes les plus visibles de la science-fiction contemporaine – qu’il peut à l’occasion parfaitement emprunter, si l’on en suit « Une nuit interminable » ou Les Jeux de l’esprit – qu’une volonté de revenir vers le dialogue philosophique revendiqué par Maurice Renard pour le « merveilleux scientifique ». Celui-ci ne permettrait-il pas alors de cerner la particularité de la science-fiction de Pierre Boulle, et l’étrange inactualité qui se dégage de ses récits, sur le plan formel au même titre que sur le plan thématique ? Comment, par exemple, appréhender le recours à l’absurde pour miner des situations où s’imposait la conjecture rationnelle dans le présent ? Comment jauger ces voyages dans le passé et dans des ailleurs ? Et comment assimiler ces positions d’exclusion, volontaires ou subies, de nombre de personnages ? Comment, aussi, appréhender l’omniprésence dans ses récits de tous horizons de la pensée et de la figure de Teilhard de Chardin ? Comment, enfin, assimiler cette hybridité générique qui, tour à tour, convoque et dénude certains modèles, d’Edgar Poe à H.G. Wells ?

Sous ce biais, tout en conservant à l’esprit le dialogue possible dans l’ensemble de la production, on pourrait dégager une spécificité des récits de Pierre Boulle. Il serait ainsi possible de trouver des lignes de fuite susceptibles d’expliquer pourquoi ce qui apparaît comme une « position à part » le fait rentrer dans les lignes de force de la science-fiction contemporaine.

Il apparaît tout aussi intéressant de voir, sur un plan plus institutionnel, pas uniquement ce que Pierre Boulle fait de la science-fiction mais ce qu’il fait à la science-fiction. La réussite populaire, par l’entremise de son adaptation cinématographique, de La Planète des singes, ne nécessite-t-elle pas un discours de réajustement des instances de légitimation ? Revenir de la sorte sur les étapes de la réception de Pierre Boulle, en France et ailleurs, peut à ce titre être riche d’enseignement.

On y verrait au premier chef comment l’inactualité permanente travaillant la production de Pierre Boulle enla-planete-des-singes-l-affrontement_10_1401099738_371tre en contradiction avec une forme d’actualité pressante, sous l’espèce de la fortune transmédiatique et transfictionnelle de La Planète des singes. Sans grande attention au débat littéraire sur l’appartenance ou non de l’oeuvre de Boulle à la science-fiction, la culture médiatique se l’est approprié exactement comme tel, et les industries qui l’alimentent en ont réalisé des profits colossaux. Loin d’en rester à une déploration de ce que ces industries dévoieraient, dénatureraient ou trahiraient d’une œuvre romanesque toujours vue comme originale — ce qui, en tout cas sur le plan de la réception, ne va pas de soi, puisqu’elle n’est plus lue qu’en réaction à la production cinématographique — on propose ici d’étudier le champ de forces productives de cette « adaptation » devenue bientôt « franchise », déclinée sur une variété considérable de supports, les figurines, cartes, comics, posters ayant vite complété les films et séries télévisées, et les « préquelles » continuant désormais transfictionnellement (au sens où l’entend Saint-Gelais) l’histoire boullienne. Que révèle la carte de ce « consortium fictionnel » ? Quelle(s) culture(s) de science-fiction, au sens large, s’y donnent-elles à lire, à voir, depuis 1968 ? Comment s’articule l’expansion transfictionnelle et le contrôle industriel du monde étendu ? Dans quelles « séries culturelles », au sens de Gaudreault, s’insère ce massif majeur de la culture contemporaine ?

Dans ce cadre, on accueillera aussi bien des propositions en littérature, sémiotique, études animales (« zoopoétique » au sens où la défend Anne Simon), en philosophie politique, en anthropologie que des analyses entrant dans le détail de ce massif culturel majeur : étude des séries télévisées, des comics, des continuations, avec ou sans référence au roman d’origine mais toujours attachées à contextualiser précisément leur objet dans l’histoire des cultures médiatiques depuis un demi-siècle. La figure de Boulle elle-même pourrait faire l’objet d’une enquête : quelle auctorialité ces 50 ans de culture médiatique ont-ils construite ? Quelle place occupe Pierre Boulle dans l’histoire culturelle contemporaine ? A partir de là, pourrait-on faire émerger de nouveaux arguments, ou poser différemment, la question qu’on posait plus haut sur la place de Boulle dans la science-fiction ou de la science-fiction dans l’œuvre de Boulle ?

Colloque « Bande dessinée et intermédialité » les 9 et 10 octobre prochains à Poitiers

En février dernier, je publiais sur Populeum l’appel à comm’ pour un colloque intitulé « BD et intermédialité », à Poitiers, à venir en octobre 2014. Et il se trouve que tout ça approche ! Nicolas Perez Prada et moi-même participerons aux festivités les 9 et 10 octobre prochain, en abordant respectivement les représentations du manga dans l’anime et l’ensemble science-fictionnel plurimédiatique constitué autour du fameux Arzach de Moebius.

Arzak-Page-4

Ci-dessous le programme des réjouissances.

 

Bande Dessinée Et Intermédialité

Journées d’études organisées à la MSHS de l’Université de Poitiers
9 et 10 octobre 2014

par Elsa Caboche et Désirée Lorenz
FoReLL B3

avec la collaboration d’Isabelle Gadoin et de Liliane Louvel (FoReLL B1)
et le soutien de l’UFR Lettres et Langues et de l’École doctorale LPAH
de l’Université de Poitiers

 

Jeudi 9 octobre

13h : Accueil des intervenants et introduction par Elsa Caboche et Désirée Lorenz

Modérateur : Denis Mellier (Professeur, Université de Poitiers)

13h30 – 14h : Camille VORGER (Maître d’Enseignement et de Recherche, Université de Lausanne) Théâtre et BD, aller-retour : les jeux de l’amour dans l’œuvre de Bégaudeau
14h – 14h30 : Maher DHIF (Doctorant, Université de Poitiers) La figure du terroriste-esthète dans V for Vendetta : les relations intermédiales entre le roman graphique et le film
14h30 – 15h : Aurélie HUZ (Doctorante, Université de Limoges) Arzach, rhapsodie médiatique

Questions + Pause

Modérateur : Frédéric Curien (Compositeur, artiste plasticien sonore, enseignant à l’École Européenne Supérieure de l’Image – Angoulême)

15h30 – 16h : Nicolas PEREZ PRADA (Doctorant, Université de Limoges) Les représentations du manga dans l’anime
16h – 16h30 : Philippe PAOLUCCI (Doctorant, Université Toulouse III) Illégitimité réelle et monde virtuel : la représentation de la bande dessinée dans le jeu vidéo
16h30 – 17h : Elsa CABOCHE (Doctorante, Université de Poitiers) Scott Pilgrim : la BD en 8-bits

Questions + Conclusion de la 1ère journée

Vendredi 10 octobre

9h : Accueil des intervenants

Modérateur : Luc Vigier (Maître de conférences, Université de Poitiers)

9h15 – 9h45 : Thierry GROENSTEEN (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image) Le paradigme photographique de Chris Ware
9h45 – 10h15 : Marion LEJEUNE (Doctorante, Université de Poitiers) Les tableaux dans La Tour de Schuiten et Peeters : aux origines du Continent obscur

Questions + Pause

Modérateur : Pierre Jean Truchot (Professeur de philosophie, chercheur associé au FoReLL B1)

10h45 – 11h15 : Adrien GENOUDET (Doctorant, Université Paris VIII – EHESS) La part inspirée du dessin : appropriations d’images et pratiques intermédiales dans le corps bédéistique
11h15 – 11h45 : Désirée LORENZ (Doctorante, Université de Poitiers) Ce que l’art contemporain fait aux comics de super-héros : domestication ou résurgence d’une culture populaire ?

Questions
Déjeuner : 12h – 14h

Modérateur : Liliane Louvel (Professeur, Université de Poitiers)

14h – 14h30 : Brigitte FRIANT-KESSLER (Professeur associé, Université de Valenciennes) Cinemato-graphic Macbeth : a poetics of intermediality from classics illustrated to manga adaptations
14h30 – 15h :  Bertrand FERRIER (Docteur ès Lettres, Universités Rennes II et Bordeaux IV ; novélisateur et adaptateur de bandes dessinées) Lucky Luke contre Lucky Luke : circulation intermédiale et univers
15h – 15h30 : Thierry SMOLDEREN (Ecole Européenne Supérieure de l’Image) Attraction ou institution ? Deux stratégies de production éditoriale, deux trajectoires évolutives pour les formes narratives et graphiques en bande dessinée

Questions + Pause

16h – 16h30 : Charlotte KRAUSS (Docteur ès Lettres, Université de Strasbourg) Les classiques réécrits par la bande dessinée : Faust et Don Quichotte de Flix
16h30 – 17h : Côme MARTIN (Docteur ès Études Anglophones, Université Paris IV) Les adaptations ratées de textes littéraires en bande dessinée

Questions
Bilan des deux journées par Elsa Caboche et Désirée Lorenz

Colloque « Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines (XXe-XXIe siècles) » (15-16-17 octobre 2014, université Bordeaux-Montaigne)

affiche

Dans quelques semaines se tiendra à Bordeaux un colloque sur l’hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines, colloque où je ne pourrai malheureusement pas me rendre, mais qui me met d’ores et déjà l’eau à la bouche… Avis aux amateurs !

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l’université, par ici. Pour votre plus grand plaisir (c’est comme les bandes-annonces, ça fait saliver), je reproduis l’appel à communications (avec une biblio critique, ce qui ne fait jamais de mal… quoique…) et le programme.

*

Appel à communications

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? ».

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[2], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[3] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[4].

 

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?                                                     

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

Écrivains invités :

– Pierre Bordage – Lionel Davoust – Laurent Queyssi – Xavier Mauméjean


[1]Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.
[2] Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.
[3] Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[4] Ibid.

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora »Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

*

Programme

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières
Hybridation des formes et des genres
dans les littératures de l’imaginaire contemporaines
(XXe-XXIe siècles)

Université Bordeaux Montaigne
 15-16-17 octobre 2014

Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (campus, Pessac)

Écrivains invités :
François Coupry – Lionel Davoust – Jérôme Larré – Laurent Queyssi – Francis Saint-Martin

PROGRAMME

Mercredi 15 octobre
Auditorium de la Bibliothèque municipale de Bordeaux

 10h00 Ouverture du colloque

 Session 1 – Histoire(s) d’hybridations
Modérateur : Philippe Baudorre

♦ 10h15-10h40 – Lauric Guillaud (Université d’Angers)
Aux sources de la fantasy : la fièvre néo-médiévaliste et le roman d’aventures africaines

♦ 10h40 -11h05 – Patrizia D’Andrea (Université Paris4–Sorbonne)
Conquérant des grands espaces au-delà des frontières : John-Antoine Nau (1873-1918)

♦ 11h05-11h30 – Philippe Clermont (Université/ESPE de Strasbourg)
Des débuts de la SF moderne à l’hybridation contemporaine du genre : histoire d’un aller et retour du merveilleux

11h30-12h00 Discussion

 Session 2 – Au-delà des frontières du contemporain
 Modérateur : Gérard Peylet

♦ 14h-14h25 – Myriam White-le Goff (Université d’Arras)
L’hybridité constitutive de l’imaginaire et de l’écriture de Robert Holdstock

♦ 14h25-14h50 – María-Pilar Suarez (Université de Madrid)
La quête au-delà du graal : L´ange et la machine, un essai sur l´hybridation

♦ 14h50-15h15 – Laurent Bazin (Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines)
La douane volante : poétique de l’hyperspatialisation dans le roman contemporain pour adolescents

15h15-15h45 Discussion et pause.

♦ 15h45-16h10 – Conférence de Jean-Luc Rivera (Paris)
Hybridation des genres: la littérature policière de science-fiction

16h35-16h45 Discussion

16h45-17h35 – Table ronde
animée par Jean-Luc Rivera, avec Lionel Davoust, Francis Saint-Martin et Laurent Queyssi
Évolution de la littérature populaire de science-fiction ou de fantasy : vers une hybridation ?
 
Jeudi 16 octobre
Auditorium de la Bibliothèque municipale de Bordeaux

  Session 3 – Quand la science-fiction devient hybride…
Modérateur : Lauric Guillaud

♦ 9h15-9h40 – Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)
De drôles de genres, dans des mécanismes tordus

♦ 9h40-10h05 – Hervé Lagoguey (Université de Reims)
Dangereuses unions : l’homme et la machine, le désir et la mort dans Crash ! de J.G. Ballard

♦10h05-10h30 – Isabelle Périer (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines)
Cette Chimère qu’est le steampunk

10h30-11h00 – Discussion et pause

♦ 11h00-11h25 – Lionel Davoust (Rennes)
Créer Évanégyre, un monde de science-fantasy

♦ 11h25-11h50 – Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)
Quelques modalités de l’hybridité générique dans le cinéma hollywoodien de SF contemporain : le cas du tech-noir

♦ 11h50-12h15 – Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)
Catherine Dufour, la science-fiction au carrefour du mélange des genres

12h15-12h30 – Discussion

Session 4 – L’Italie, terre des hybridations ?
Modérateur : Roger Bozzetto

♦ 14h-14h25 – Stefano Lazzarin (Université de Saint-Etienne)
Le fantastique italien du XXe siècle : une littérature de l’hybride

♦ 14h25-14h50 – Beatrice Laghezza (Université de Saint-Etienne)
Un fantastique cosmogonique ? Fantastique et réalisme magique italiens entre cosmogonie et cosmologie

♦ 14h50-15h15 – Delphine Gachet (Université Bordeaux Montaigne)
Parole d’Evangelisti, ou la charge subversive du mélange des genres

♦ 15h15- 15h40 – Alessandro Scarsella (Université Ca’Foscari Venise)
Venise, lectures insolites entre suggestions gothiques et frissons fantastiques

15h40-16h15 Discussion et pause

♦ 16h15-16h45 – Conférence de Francis Saint Martin (Bordeaux)
Naissance et arborescence des genres de l’imaginaire

16h40-17h30 -Table ronde
animée par Natacha Vas-Deyres, avec Laurent Queyssi, Lionel Davoust, François Coupry et Jérôme Larré.
Pourquoi les auteurs sont-ils attirés par la création d’univers hybrides ?

Vendredi 17 octobre
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – Pessac

 

 Session 5 – Hybridations (trans)médiatiques
Modérateur : Anne Besson

♦ 9h00-9h25 – Jérôme Dutel (Université de Saint-Etienne)
Les genres issus des littératures de l’imaginaire dans le palmarès 2007 du festival d’Angoulême : NonNonBâ de Mizuki, Black Hole de Burns et Lupus de Peeters

♦ 9h25-9h50 – Charles Combette (Université Bordeaux-Montaigne)
Au confluent des genres – L’univers composite des super-héros

♦ 9h50-10h15 – Nicolas Labarre (Université Bordeaux-Montaigne)
Hellboy et le trait d’union super-héroïque

♦ 10h15-10h40 – Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne)
Les fabuleuses frontières de l’Humpur, du roman à la BD (Bordage & Roman)

10h40-11h10 – Discussion et pause

♦ 11h10-11h35 – Isabelle Casta (Université d’Artois)
DIMIDIUM COGNATUS ! Ou : la tragédie des métamorphes

♦ 11h35-12h00 – Claire Cornillon (Université Paris3-Sorbonne Nouvelle)
The X-Files, hybridation et fiction sérielle

♦ 12h00-12h25 – Jérôme Larré (Toulouse)
De l’hybridation des genres et des fictions dans les jeux de rôles

12h25- 12h40 – Discussion et clôture du colloque

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM),

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE),

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE),

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick),

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille),

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers),

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

Journée d’étude « Interactivité et Transmédialité » (Paris III, 7-8 février 2014)

TransmediaAujourd’hui et demain, j’assisterai à la journée d’étude « Interactivité et Transmédialité » organisée dans le cadre du projet « Narrations sérielles et Transmédialité » mené au sein du CERC (Centre d’Etudes et de Recherches Comparatistes) à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris III, en collaboration avec l’université de La Rochelle et l’université d’Amsterdam.

Au programme (entre autres) : une série d’interventions sur pratiques des fans et circulation des récits sériels, ainsi que deux présentations autour des jeux (de rôle ou vidéo).

Avis aux intéressés !

Voici le programme complet :

Vendredi 7 février

Accueil 13h30

Diversité des usages

14h Filippo Gilardi (University of Nottingham) / James Reid (AkitaInternationalUniversity)

Transmedia Storytelling: Post-classical Narratives and Educational Opportunities

14h45 Guillaume Soulez (Paris 3)/ Laurent Véray (Paris 3)

L’écriture de l’Histoire dans le webdoc historique entre implication et fictionnalisation. L’exemple de 17 octobre 1961 (Raspouteam/Agat Film & Cie, 2011)

15h30 Ana Cecilia Medina Arias (Universidad Nacional Autonoma de Mexico)

Quatre Historias sonoras et une Metro piece, vers une définition des narratives sonores

16h15 Pause

Fans 1

16h30 Anne Kustritz (Université d’Amsterdam)

Interactivity, Resignification, and the Pleasures of Ontological Primacy: Fan Works as Core Narrative

17h15 Mélanie Bourdaa (Bordeaux 3)

Phénomène de performance chez les fans : entre tensions et réappropriations

Fin 18h

Samedi 8 février

Spectateur/Auteur

10h Céline Masoni Lacroix (Université Nice Sophia Antipolis) /Bruno Cailler (Université Nice Sophia Antipolis)

L’enrôlement narratif des publics : vers un écosystème transmédiatique

10h45 Antoine Moreau (Université de Franche-Comté)

D’une histoire à des histoires unes. La place des auteurs à la place de l’auteur

11h30 Maxime Labrecque (Université de Montréal)

Film interactif et film choral : qui est aux commandes ?

12h15 repas

Jeux

14h Isabelle Périer (Grenoble 3)

Lecteurs, joueurs, scripteurs, auteurs : le monde du jeu de rôle ou comment relativiser certaines notions

14h45 Olivier Robert (Paris 1)

Une transmédialité renversée, la différence spectatorielle au cœur de l’interactivité vidéoludique.

15h30 Pause

Fans 2

15h45 Sarah Hatchuel (Université du Havre)

«Brokeback Island»: Les remakes queer de Lost en vidding

16h30 Sarah Sepulchre (Université Catholique de Louvain)

Séries et transmédia. Comment les pratiques des usagers dépassent les cadres posés par les auteurs des récits afin de construire des mondes diégétiques très personnalisés.

17h15 Julien Lalu (Université de Poitiers) / Matthieu Weisser (Université de Poitiers)

Je suis ton père Luke

Fin du colloque 18h

Source : « Récits en série. Carnet du projet narrations sérielles et transmédialité », par ici.