Archives par mot-clé : Fiction

CFP : « Fictions populaires » (Le Pardaillan, 1er numéro)

Appel à propositions d’articles : « Fictions populaires »

Revue Le Pardaillan, pour le 1er mai 2016

Dans le cadre du lancement de sa revue Le Pardaillan, le Centre International Michel Zévaco lance un appel à contributions.

Le Pardaillan a pour mission première d’être le vecteur des travaux du CIMZ sur Michel Zévaco, mais se destine également à des perspectives plus élargies, dans le but d’apporter une contribution à la recherche en Littératures Populaires et Culture Médiatique.

Le N°1 du Pardaillan aura pour thème « Fictions populaires », et sa parution est prévue pour septembre 2016. La question générale de la fiction, littéraire ou non, a déjà suscité de nombreuses analyses dans des champs d’études très divers ; celle du populaire est à l’origine de travaux depuis quelques décennies. Leur articulation n’est pas aussi évidente qu’elle peut le paraître au premier abord, et c’est elle que nous souhaitons interroger dans ce numéro : qu’est-ce que la fiction, et plus particulièrement la fiction littéraire ? que signifie l’expression de « fiction populaire », et comment l’appréhender dans toute la complexité du terme telle que Charles Grivel l’a analysée ? Un roman populaire s’adresse-t-il à une certaine classe sociale, ou est-il lu par un vaste public ? Comment cette notion de populaire s’insère-t-elle dans le régime médiatique ? Quel lien entretiennent le populaire et la culture médiatique, au croisement de la fiction ? Que construit une fiction pour devenir populaire, et quelles pratiques axiologiques s’appliquent face  une telle fiction ?…

Tous ces questionnements peuvent être envisagés par les propositions de contribution. Nous proposons d’explorer les modalités multiples de l’articulation entre fiction et populaire, à travers différentes formes, différents médias, différents espaces. Le champ d’investigation est donc volontairement très ouvert, et Le Pardaillan souhaite s’ouvrir à des domaines d’étude les plus variés possibles : littérature de tous les siècles et de toutes les langues, mais aussi cinéma, bande-dessinée…

Les propositions de contribution, d’une longueur de 500 à 1000 mots environ, sont à adresser à luce.roudier [@] gmail.com pour le 1er mai 2016 au plus tard. Si la proposition est retenue, l’auteur sera informé courant mai, et l’article sera demandé pour août 2016. La parution est prévue pour septembre 2016.

FiXXIon, n°9, 2014 : Fiction et virtualité(s)

La Revue critique de FiXXIon française contemporaine, publiée en ligne, a fait paraître son n°9 intitulé « Fiction et virtualité(s) », dirigé et présenté par Anne Besson et Richard Saint-Gelais.

Le dossier comporte notamment des articles très intéressants sur les littératures de l’imaginaire, par Irène Langlet, Simon Bréan et Olivier Caïra.

Les articles au format PDF sont disponibles sur le site de FiXXIon, par ici.

Appel à communication : « Genres littéraires et fictions médiatiques » (Limoges, 17 novembre 2015)

wordle 30Voici un appel à comm’ un peu spécial, puisqu’il concerne une journée d’étude doctorale que nous organisons à Limoges, le 17 novembre prochain, au sein de l’équipe d’accueil EHIC (Espace Humains et Interactions Culturelles) et avec le soutien de l’École doctorale LPAH (Lettres, Pensée, Arts et Histoire).

Au programme de cette manifestation, une réflexion sur les rapports entre genres et supports dans les fictions médiatiques et industrielles. Nous espérons entendre beaucoup de jeunes chercheurs sur des sujets variés recoupant nos propres thématiques de recherche, et nous aurons le plaisir d’entendre Matthieu Letourneux Paris spécialiste des littératures populaires et médiatiques (université Paris Ouest Nanterre La Défense), qui fera la communication de clôture de la journée.

Toutes les infos ci-dessous !

*

JOURNÉE D’ÉTUDE DOCTORALE

Genres littéraires et fictions médiatiques

17 novembre 2015

Université de Limoges

Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC, EA 1087)

Appel à communication

Genres et médias : la convergence des problématiques liées à ces deux objets de recherche se manifeste d’emblée par le jeu des dénominations utilisées pour évoquer certains objets de notre culture de masse contemporaine. Ainsi « paralittérature », « littérature médiatique », fictions « industrielles » et « sérielles » sont aussi désignées comme « fictions de genre » – qu’il s’agisse du roman policier, de la science-fiction, de la fantasy, du roman sentimental, de l’horreur, etc. Dans cette expression se cristallise et se révèle une affinité étroite entre la question de la généricité́ et le caractère médiatique (c’est-à-dire souvent intermédiatique) des fictions de grande consommation.

Le projet de cette journée d’étude est d’interroger cette conjugaison entre pratiques génériques et pratiques médiatiques dans le régime contemporain de la fiction, afin d’ouvrir de nouvelles perspectives à la compréhension des modes de production, de circulation et d’appropriation des objets culturels. Pour ce faire, on souhaite s’inscrire dans le prolongement et au croisement de deux perspectives de recherche très productives depuis une trentaine d’années. D’une part, le renouvellement et le perfectionnement des outils de saisie des genres par les études littéraires depuis les années 1980 (esthétique de la réception et phénoménologie de la lecture[1], approches pragmatiques du genre, « savoir » et « compétences » génériques[2]). D’autre part, le développement massif des études médiatiques et la revalorisation de l’attention portée aux supports comme matrices technologiques, sémiotiques et socio-économiques de notre culture[3].

Les enjeux de ce questionnement appellent deux remarques. Premièrement, face au constat selon lequel la question générique serait devenue incongrue dans l’univers théorique et esthétique contemporain (Macé, 2004), on note sa persistance (et peut-être sa transformation) massive dans certains secteurs de la production fictionnelle contemporaine – par exemple dans les fictions de l’imaginaire : notre culture médiatique est une culture de genres. Deuxièmement, ces terminologies génériques, à la forte visibilité dans l’espace culturel, dépassent largement le cadre de la littérature et sont généralement partagées par plusieurs supports ; la circulation transmédiatique des récits et des univers de fiction assure de fait une communauté culturelle et la reconnaissance du genre par-delà les frontières médiatiques (cinéma, littérature, jeux vidéo, bande dessinée, etc.).

Plusieurs pistes s’ouvrent alors à la réflexion croisée entre genres et médias, déployant la diversité des usages génériques et attestant la prégnance de cette catégorie dans notre rapport à un certain type de fiction.

On pourra étudier comment le genre des « fictions de genre » s’incarne dans une véritable culture matérielle. Le jeu du paratexte, les collections éditoriales avec leurs formats et leurs codes graphiques, les illustrations de couverture, les jaquettes, les affiches publicitaires et tout l’arsenal d’une culture visuelle partagée sont autant d’éléments qui sollicitent et construisent des « imaginaires génériques[4] » très riches. En cela, ils modèlent la fiction dans sa matérialité même et constituent des outils de classification et de prescription pour la promotion des produits par les industries culturelles. On peut également s’intéresser à la variabilité de ces assignations génériques, pour des raisons liées au marketing (stratégie de placement de produit, public-cible visé) ou du fait d’évolutions historiques : la canonisation des « classiques du genre » (l’œuvre de Philip K. Dick pour la science-fiction par exemple) s’accompagne ainsi souvent d’un glissement générique hors des collections spécialisées et d’une « entrée » en littérature générale.

Au-delà de cette dimension matérielle du genre, comment écrit-on ou lit-on « dans le genre » (Letourneux, 2010) ? Comme catégorie architextuelle, le genre est un principe de régulation de l’acte de lecture, un horizon d’attente et une compétence acquise par l’expérience collective (dimension mémorielle et collective de certains genres devenus de véritables cultures partagées) et individuelle (apprentissage d’un devenir-lecteur). On pourra ainsi s’intéresser à la manière dont certaines œuvres jouent avec les « codes du genre » (quel qu’il soit), recyclent ou déplacent un répertoire générique (formel, thématique, narratif) constitué au fil du temps et, ce faisant, révèlent le rapport spécifique que les fictions médiatiques entretiennent avec leur genre. En effet, face au constat d’un découplage progressif entre généricité́ et littérarité́ au cours du xxe siècle (Macé, 2004) – les récits « légitimés » rompant avec les classifications génériques – il semble qu’on puisse et qu’on doive interroger l’idée d’une généricité propre aux productions culturelles médiatiques dans leur ensemble. De fait, les œuvres « de genre » ne fondent pas leur valeur en conflit ou en rupture avec la généricité (l’originalité comme légitimité), mais à l’intérieur du système générique lui-même (Letourneux, 2010).

Cependant, n’existe-t-il pas des spécificités génériques selon les médias ? Chaque support possède une « médiativité » (Gaudreault et Groensteen, 1998), c’est-à-dire un potentiel expressif propre, ce qui impose de penser des fonctionnements génériques différenciés. Le genre n’aurait alors ni les mêmes mécaniques ni les mêmes enjeux en littérature, au cinéma[5], ou en bande dessinée. On pourra étudier la structuration du système générique d’un média précis : ainsi, la profusion terminologique servant à désigner les types de jeux vidéo (action-RPG, tactical-RPG, survival horror, Doom-like, pour ne citer que quelques exemples qui montrent d’ailleurs la prévalence de l’anglais dans la constitution des catégories) témoigne d’une généricité extrêmement active, productive et proliférante qui tranche avec les pratiques génériques en littérature ou au cinéma – ce qui peut être mis au compte du caractère récent de ce nouveau support, mais qui relèverait aussi de la position intermédiaire du média entre fictions ludiques et fictions narratives[6]. Mais on pourra aussi comparer, à travers des supports différents, les processus génériques regroupés sous un même nom : si l’on parle bien de romans, de films ou de jeux vidéo d’horreur, cette appellation générique prend-elle la même valeur dans les trois cas ? Recouvre-t-elle les mêmes réalités ?

Ces propositions ouvrent enfin à la prise en compte de « l’effet-genre » qui est au cœur des dispositifs textuels et des processus lecturaux des récits de grande consommation. Car le rapport émotionnel que nous entretenons avec ces fictions relève largement d’un « plaisir du genre » (Genette) qui réside dans la dialectique de l’attente et du comblement, de la variation dans la répétition. Ouvrir une bande dessinée historique, c’est non seulement avoir au préalable un certain nombre d’attentes par rapport à ce type de fiction, mais jouir, au cours de la lecture, des stéréotypes et/ou des écarts par rapport aux représentations que l’on se fait du genre ; c’est être sensible à la manière dont l’œuvre convoque le genre, l’actualise, s’y inscrit ou en déplace les attendus, etc. Des études de cas pourraient ainsi montrer comment ce travail du genre, et notamment sa dimension plaisante et ludique, orienterait plus fortement la réception dans les genres « contraints » de la culture industrielle que dans les récits de la culture « légitime » (Baroni et Macé, 2007).

Ces pistes ne sont bien sûr pas exhaustives et invitent à envisager dans toute leur diversité les relations croisées entre les fonctionnements médiatiques de notre culture et la diffusion très large de « fictions sans frontières » (Gaudreault et Groensteen, 1998) fondées sur une généricité massive.

Les propositions de communication (3000 signes maximum) sont à envoyer à Aurélie Huz (aurelie.huz@unilim.fr) et Nicolas Perez Prada (nicolas.perez-prada@etu.unilim.fr), accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, avant le 30 juin 2015.

 

Comité scientifique

Loïc Artiaga (EHIC, université de Limoges)

Anne Besson (Textes et Cultures, université d’Artois)

Elsa Caboche (FoReLL, université de Poitiers)

Émeline Chauvet (EHIC, université de Limoges)

 

Bibliographie indicative

Arsenault, Dominic (2011), Des typologies mécaniques à l’expérience esthétique : fonctions et mutations du genre dans le jeu vidéo, thèse de doctorat en études cinématographiques, sous la direction de Bernard Perron, université de Montréal.

Aubry, Danielle (2006), Du roman-feuilleton à la série télévisuelle : pour une rhétorique du genre et de la sérialité, Bern/Berlin/Bruxelles, P. Lang.

Baroni, Raphaël et Macé, Marielle (dir.) (2007), Le Savoir des genres, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « La Licorne ».

Gaudreault, André et Groensteen, Thierry (dir.) (1998), La Transécriture : pour une théorie de l’adaptation, colloque de Cerisy, Québec/Angoulême, Nota bene/Centre national de la bande dessinée d’Angoulême.

Genette, Gérard (2004), « Introduction à l’architexte », Fiction et Diction, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Essais ».

Letourneux, Matthieu (2006), « La question du genre dans les jeux vidéo », dans Sébastien Genvo (dir.), Le Game design de jeux vidéo : approches de l’expression vidéoludique, Paris, L’Harmattan, p. 39-54.

Letourneux, Matthieu (2010), Le Roman d’aventures. 1870-1930, Limoges, Pulim, coll. « Médiatextes ».

Macé, Marielle (2004), Le Genre littéraire, Paris, Garnier Flammarion, coll. « Corpus ».

Saint-Gelais, Richard (dir.) (1998), Nouvelles tendances en théorie des genres, Québec, Nuit blanche.

Moine, Raphaëlle (2002), Les Genres du cinéma, Paris, Nathan université.

Schaeffer, Jean-Marie (1989), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Éditions du Seuil, coll. « Poétique ».

Des supports aux genres en culture médiatique, Belphégor [En ligne], vol. 3, n° 1, décembre 2003, URL (consulté le 3 mars 2015) : <http://dalspace.library.dal.ca/handle/10222/31203>.

__

[1] Notamment les travaux de l’école de Constance : Hans Robert Jauss sur le genre comme « horizon de lecture » (Pour une esthétique de la réception [1972], traduction française, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1978) et Wolfgang Iser (L’Acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, traduction française, Liège, Mardaga, coll. « Philosophie et langage », 1985). Également Umberto Eco, Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Le livre de poche, 1985.

[2] Voir par exemple Baroni et Macé (2007).

[3] Les travaux du Centre de Recherches sur l’Intermédialité (CRI) à l’université de Montréal depuis 1987, ainsi que les recherches de Jürgen Müller ont inauguré les études intermédiales. Dans la lignée des travaux de Henry Jenkins (La Culture de la convergence. Des médias au transmédia [Convergence Culture: Where the old and new media collide, 2006], traduction française, Paris, Armand Colin/INA, 2013), les stratégies commerciales du transmedia et leur impact sur la production et la consommation des fictions industrielles transmédiatiques ont été largement étudiés. En France, des travaux comme ceux de Philippe Marion, de Thierry Groensteen et d’André Gaudreault invitent à une prise en charge du média comme ensemble de contraintes et de potentialités déterminant la production, la consommation et la circulation de « fictions sans frontières » (Gaudreault et Groensteen, 1998).

[4] Denis Mellier, « Steampunk : transfictionnalité et imaginaire générique. Littérature, bandes dessinées, cinéma », in Audet R. et Saint-Gelais R. (dir.), La Fiction, suites et variations, Nota bene/Presses universitaires de Rennes, 2007.

[5] Voir Moine (2002).

[6] World of Warcraft sera ainsi qualifié de « MMORPG de fantasy », ce qui combine deux critères génériques de natures différentes : un critère lié au mécanisme de jeu, c’est-à-dire au gameplay (massively multiplayer online role-playing game) et un critère de type narratif-thématique qu’on retrouve dans d’autres grands médias narratifs (littérature, cinéma, bande dessinée de fantasy).

Appel à contributions : Fiction et virtualité(s) Revue critique de fixxion française et contemporaine

La date limite de proposition des contributions est déjà passée, mais le numéro promet d’être passionnant… Sous l’égide d’Anne Besson et de Richard Saint-Gelais. Le site de Fixxion, c’est par .

dechro_folio_big-21

Fiction et virtualité(s)

Fictif, virtuel : les rapports entre ces deux termes, souvent confondus dans leur usage courant comme autant de nuances de l’irréel, occupent une place privilégiée dans les réflexions sur les évolutions culturelles récentes, au croisement de l’intérêt critique et des bouleversements technologiques. Les fictions, et la théorie littéraire après elles, se plaisent à questionner leur propre capacité à explorer les possibles et à donner à voir le travail de l’imaginaire, comme en une émulation, saine ou vaine, avec les nouveaux médias, dont les performances, qu’on dit aujourd’hui “numériques” (digital) plutôt que virtuelles, déploient les promesses d’un nouveau rapport au(x) monde(s) susceptibles de faire vaciller les frontières de l’actuel.

C’est cette paradoxale “actualité” des possibles, des virtualités multiples de la fiction, que ce numéro souhaite interroger dans une perspective résolument théorique. Tout en faisant valoir les avantages d’une distinction entre virtuel et fictionnel, notions liées respectivement à la possibilité et aux constructions de l’imaginaire, il ne s’agit pas de leur faire correspondre deux domaines étanches, mais au contraire de s’interroger sur leur articulation, ce qui peut être envisagé selon diverses combinaisons :

  • le virtuel dans la fiction : toute fiction pose une réalité, celle des personnages, mais peut inclure diverses formes de virtualité : les personnages rêvent, fantasment, lisent des romans ; les narrateurs évoquent des événements qui auraient pu avoir lieu. Si ces cas de fictions qui enchâssent d’autres fictions ont traditionnellement été traités sous l’angle de l’autoréférence (en tant, par exemple, que mises en abyme) ou de la stratégie rhétorique (avec l’ “effet-repoussoir” de Vincent Jouve ou le “disnarrated” de Gerald Prince), on souhaiterait cette fois les voir approcher en tant qu’incrustations de la virtualité dans un contexte lui-même imaginaire, et examiner les conséquences de ce redoublement apparent : comment penser l’imaginaire dans l’imaginaire ? Le corpus pourrait inclure des œuvres aussi variées que celles de Tanguy Viel (La Disparition de Jim Sullivan), Fabrice Colin (Dreamericana), Jean Molla (L’Attrape-mondes), Michel Lafon (Une vie de Pierre Ménard) ou encore Jean-Pierre Ohl (Monsieur Dick ou Le dixième livre), parmi d’autres.
  • les virtualités de la fiction : une proposition bien connue en théorie de la fiction affirme l’incomplétude de cette dernière ; selon celle-ci, on ne saurait ajouter à un texte de fiction des énoncés se rapportant à des états de choses passés sous silence par ce texte. Bon nombre d’écrivains, de critiques et de lecteurs, pourtant, n’hésitent pas à déroger à ce principe, soit en donnant à un récit divers prolongements, conformes ou non à l’original (voir la propension de certains genres et médias à étendre toujours plus loin le territoire couvert par une fiction, ou la pratique des fan fictions), soit en identifiant des “textes possibles” dont un texte réel porterait diverses traces (Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ?). Dans ses Études de silhouettes Pierre Senges reprend des ébauches de récits laissés abandonnés par Kafka et les complète, quand Serge Provencher imagine Les mémoires de Nestor, le majordome de Moulinsart.

La réflexion à laquelle on convie ici ne se limiterait pas aux réalisations de ces expansions et de ces possibles, mais viserait à élucider l’idée même de virtualité de la fiction ou du texte. Dans cette perspective, on pourra revenir sur les expériences d’écriture collaborative, depuis le Marco Polo de Jean-Marie Adiaffi et al. (1985) aux trois “saisons” du cadavre exquis “L’Exquise nouvelle”, sur le modèle du statut Facebook, en passant par La Disparition du Général Proust, “hyperfiction” sur blogues de Jean-Pierre Balpe (et son co-auteur imaginaire Marc Hodges) – ou sur l’échec des sites “Wikiroman” et “Romancollectif”. On pourra également considérer, par exemple, les tentatives romanesques de prendre en charge le devenir-traduit de l’œuvre (Brice Mathieussent, Vengeance du traducteur) ou encore son prolongement muséal imaginaire (Daniel Canty, Wigrum ; Edouard Levé, Œuvres).

  • la fiction comme virtuel : la fiction peut renvoyer ou faire allusion au réel, mais peut aussi en explorer les possibles, notamment ceux de l’Histoire : uchronies, univers parallèles, variations sur le steampunk (Les trois Rimbaud de Dominique Noguez, Rêve de gloire de Roland Wagner, Sauvage de Jacques Jouet, Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit…). La fiction peut aussi donner corps à des artefacts imaginaires — qu’on songe au Ward de Frederic Werst, aux guides de voyages pour pays imaginaires (Kadath, Abyme) —, ou tenter d’imposer son monde alternatif – le post-exotisme d’Antoine Volodine.
  •  les fictions du “virtuel” : longtemps associée à une base tangible (livre, scène, film…), la fiction se décline aussi selon divers supports qui lui confèrent une indéniable virtualité, indépendamment de sa teneur. Cette dimension technologique dorénavant omniprésente a produit ses propres rêves, comme celui de la réalité virtuelle, et continue de modifier la donne fictionnelle du côté des nouveaux médias. L’imaginaire développé autour des possibles ouverts par Internet mérite donc d’être analysé, ainsi que son corollaire, ce que le numérique fait à la fiction : quels rapports à la fiction sont-ils postulés par la multiplication des “mondes virtuels” et des avatars d’existence ? Comment colorent-ils nos conceptions contemporaines des rôles et pouvoirs de l’imaginaire ?  Comment la fiction littéraire, par exemple celle de Jean-Marc Ligny (Inner City), Michel Rio (La Terre Gaste), Vincent Message (Les Veilleurs), anticipe ou ressaisit-elle cet imaginaire du virtuel ?

Bibliographie

Renée Bourassa, Les fictions hypermédiatiques : Mondes fictionnels et espaces ludiques.  Des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, 2010.

Dorothee Birke, Michael Butter et Tilmann Köppe (dir.), Counterfactual Thinking – Counterfactual Writing, Berlin, De Gruyter, 2011, .

Jacques Dubois, “Pour une critique-fiction”, dans Jean-Pierre Martin et alii, L’Invention critique, Nantes, Cécile Defaut, 2004, p. 111-135.

Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, .

Bernard Guelton (dir.), Les arts visuels, le web et la fiction, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, .

Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven Literarischer Anthropologie, Francfort, Suhrkamp, 1991.

Françoise Lavocat (dir.), La théorie littéraire des mondes possibles, Paris, C.N.R.S., 2010.

Janet Murray, Hamlet on the Holodeck. The Future of Narrative in Hyperspace, Cambridge, MIT Press, 1997.

Gerald Prince, “The Disnarrated”, Style, vol. 22, no 1, 1988, p. 1-8.

Marie-Laure Ryan, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Richard Saint-Gelais, “Artefacts science-fictionnels”, dans L’empire du pseudo. Moderni­tés de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999.

—, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

Les propositions de contribution, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 15 janvier 2014 à Anne Besson et à Richard Saint-Gelais.

Les articles définitifs seront à soumettre avant le 1er juin 2014 sur le site (Soumissions) ou à l’adresse fixxion21@gmail pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.

CFP : Fiction et virtualité(s)

Fiction et virtualité(s)

Appel à textes pour le n°9 de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

Fictif, virtuel : les rapports entre ces deux termes, souvent confondus dans leur usage courant comme autant de nuances de l’irréel, occupent une place privilégiée dans les réflexions sur les évolutions culturelles récentes, au croisement de l’intérêt critique et des bouleversements technologiques. Les fictions, et la théorie littéraire après elles, se plaisent à questionner leur propre capacité à explorer les possibles et à donner à voir le travail de l’imaginaire, comme en une émulation, saine ou vaine, avec les nouveaux médias, dont les performances, qu’on dit aujourd’hui “numériques” (digital) plutôt que virtuelles, déploient les promesses d’un nouveau rapport au(x) monde(s) susceptibles de faire vaciller les frontières de l’actuel.

C’est cette paradoxale “livre-le-dechronologue-644actualité” des possibles, des virtualités multiples de la fiction, que ce numéro souhaite interroger dans une perspective résolument théorique. Tout en faisant valoir les avantages d’une distinction entre virtuel et fictionnel, notions liées respectivement à la possibilité et aux constructions de l’imaginaire, il ne s’agit pas de leur faire correspondre deux domaines étanches, mais au contraire de s’interroger sur leur articulation, ce qui peut être envisagé selon diverses combinaisons :

le virtuel dans la fiction : toute fiction pose une réalité, celle des personnages, mais peut inclure diverses formes de virtualité : les personnages rêvent, fantasment, lisent des romans ; les narrateurs évoquent des événements qui auraient pu avoir lieu. Si ces cas de fictions qui enchâssent d’autres fictions ont traditionnellement été traités sous l’angle de l’autoréférence (en tant, par exemple, que mises en abyme) ou de la stratégie rhétorique (avec l’ “effet-repoussoir” de Vincent Jouve ou le “disnarrated” de Gerald Prince), on souhaiterait cette fois les voir approcher en tant qu’incrustations de la virtualité dans un contexte lui-même imaginaire, et examiner les conséquences de ce redoublement apparent : comment penser l’imaginaire dans l’imaginaire ? Le corpus pourrait inclure des œuvres aussi variées que celles de Tanguy Viel (La Disparition de Jim Sullivan), Fabrice Colin (Dreamericana), Jean Molla (L’Attrape-mondes), Michel Lafon (Une vie de Pierre Ménard) ou encore Jean-Pierre Ohl (Monsieur Dick ou Le dixième livre), parmi d’autres.

les virtualités de la fiction : une proposition bien connue en théorie de la fiction affirme l’incomplétude de cette dernière ; selon celle-ci, on ne saurait ajouter à un texte de fiction des énoncés se rapportant à des états de choses passés sous silence par ce texte. Bon nombre d’écrivains, de critiques et de lecteurs, pourtant, n’hésitent pas à déroger à ce principe, soit en donnant à un récit divers prolongements, conformes ou non à l’original (voir la propension de certains genres et médias à étendre toujours plus loin le territoire couvert par une fiction, ou la pratique des fan fictions), soit en identifiant des “textes possibles” dont un texte réel porterait diverses traces (Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ?). Dans ses Études de silhouettes Pierre Senges reprend des ébauches de récits laissés abandonnés par Kafka et les complète, quand Serge Provencher imagine Les mémoires de Nestor, le majordome de Moulinsart.

La réflexion à laquelle on convie ici ne se limiterait pas aux réalisations de ces expansions et de ces possibles, mais viserait à élucider l’idée même de virtualité de la fiction ou du texte. Dans cette perspective, on pourra revenir sur les expériences d’écriture collaborative, depuis le Marco Polo de Jean-Marie Adiaffi et al. (1985) aux trois “saisons” du cadavre exquis “L’Exquise nouvelle”, sur le modèle du statut Facebook, en passant par La Disparition du Général Proust, “hyperfiction” sur blogues de Jean-Pierre Balpe (et son co-auteur imaginaire Marc Hodges) – ou sur l’échec des sites “Wikiroman” et “Romancollectif”. On pourrreves-de-gloirea également considérer, par exemple, les tentatives romanesques de prendre en charge le devenir-traduit de l’œuvre (Brice Mathieussent, Vengeance du traducteur) ou encore son prolongement muséal imaginaire (Daniel Canty, Wigrum ; Edouard Levé, Œuvres).

la fiction comme virtuel : la fiction peut renvoyer ou faire allusion au réel, mais peut aussi en explorer les possibles, notamment ceux de l’Histoire : uchronies, univers parallèles, variations sur le steampunk (Les trois Rimbaud de Dominique Noguez, Rêve de gloire de Roland Wagner, Sauvage de Jacques Jouet, Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit…). La fiction peut aussi donner corps à des artefacts imaginaires — qu’on songe au Ward de Frederic Werst, aux guides de voyages pour pays imaginaires (Kadath, Abyme) —, ou tenter d’imposer son monde alternatif – le post-exotisme d’Antoine Volodine.

les fictions du “virtuel” : longtemps associée à une base tangible (livre, scène, film…), la fiction se décline aussi selon divers supports qui lui confèrent une indéniable virtualité, indépendamment de sa teneur. Cette dimension technologique dorénavant omniprésente a produit ses propres rêves, comme celui de la réalité virtuelle, et continue de modifier la donne fictionnelle du côté des nouveaux médias. L’imaginaire développé autour des possibles ouverts par Internet mérite donc d’être analysé, ainsi que son corollaire, ce que le numérique fait à la fiction : quels rapports à la fiction sont-ils postulés par la multiplication des “mondes virtuels” et des avatars d’existence ? Comment colorent-ils nos conceptions contemporaines des rôles et pouvoirs de l’imaginaire ?  Comment la fiction littéraire, par exemple celle de Jean-Marc Ligny (Inner City), Michel Rio (La Terre Gaste), Vincent Message (Les Veilleurs), anticipe ou ressaisit-elle cet imaginaire du virtuel ?

Bibliographie

Renée Bourassa, Les fictions hypermédiatiques : Mondes fictionnels et espaces ludiques.  Des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, 2010, .

Dorothee Birke, Michael Butter et Tilmann Köppe (dir.), Counterfactual Thinking – Counterfactual Writing, Berlin, De Gruyter, 2011, .

Jacques Dubois, “Pour une critique-fiction”, dans Jean-Pierre Martin et alii, L’Invention critique, Nantes, Cécile Defaut, 2004, p. 111-135.

Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, .

Bernard Guelton (dir.), Les arts visuels, le web et la fiction, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009.

Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven Literarischer Anthropologie, Francfort, Suhrkamp, 1991.

Françoise Lavocat (dir.), La théorie littéraire des mondes possibles, Paris, C.N.R.S., 2010.

Janet Murray, Hamlet on the Holodeck. The Future of Narrative in Hyperspace, Cambridge, MIT Press, 1997.

Gerald Prince, “The Disnarrated”, Style, vol. 22, no 1, 1988, p. 1-8.

Marie-Laure Ryan, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Richard Saint-Gelais, “Artefacts science-fictionnels”, dans L’empire du pseudo. Moderni­tés de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999, .érature(s)>

—, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011, . étique>

Les propositions de contribution, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 15 janvier 2014 à Anne Besson et à Richard Saint-Gelais.

Les articles définitifs seront à soumettre avant le 1er juin 2014 sur le site (Soumissions) ou à l’adresse fixxion21@gmail pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.

La science en fiction : colloque à l’université de Clermont-Ferrand, 15-16 mai 2014

 La science en fiction

Clermont-Ferrand, 15 et 16 mai 2014

Depuis l’Antiquité, science et fiction composent un couple étrange.
Il n’est qu’à interroger Aristote ou Platon pour voir que l’implantation comme le développement de la cité idéale – et donc nécessairement fictive – se fonde sur une démarche scientifique qui associe la médecine, l’écologie, les mathématiques, l’architecture et… l’aImage dr housert de la guerre.
Selon une procédure inverse, il advient fréquemment qu’à la même époque la science se nourrisse de fiction. Ainsi Hérodote, le père de l’Histoire moderne, ne se fait pas défaut de collectionner les merveilles, lorsqu’il évoque par exemple, les « Arimaspes qui n’ont qu’un œil » ou encore « Les Gryphons qui gardent l’or ».
On pourrait penser qu’il s’agit là de pratiques anciennes que l’époque moderne a rapidement abolies. Il se trouve qu’il n’en est rien. Premier historien, géographe et sociologue des pays nordiques, Olaf Stor fait imprimer à Venise en 1539 une Carte des terres septentrionales et de ses merveilles, où l’on voit se presser des monstres de toute espèce.  On y découvre également au large d’Helgala un certain Maelström qui fera rêver Poe trois siècles plus tard.
En plein âge classique, le très sérieux astronome Kepler, dans un Songe resté célèbre (Somnium, circa 1630), met en scène un fils de sorcière parti explorer la lune grâce à des démons. Dans un genre fort différent, Sylvain Bailly, qui fit ériger un observatoire astronomique sur le toit du Louvre, se retourne vers les mythes pour en déduire, à partir d’observations prétendument scientifiques, la diffusion de la civilisation et ses « lumières » : il s’agit alors de démjl0427-1989ontrer comment le progrès humain a opéré une lente migration à partir de ce berceau que furent les terres nordiques (Histoire de l’astronomie ancienne, 1775).
Si, de par l’attention que leur accordèrent les nazis, de telles thèses n’étaient pas inquiétantes, elles prêteraient à sourire presque autant que les divagations burlesques d’un professeur Tournesol. Car plus près de nous, cette fascination n’a rien perdu de son attrait. Outre le succès que connaît la science-fiction auprès d’un large public, on ne peut que noter l’attrait qu’exercent sur beaucoup, ne serait-ce qu’à travers les séries télévisées, les personnages de médecins (Urgences, Dr House), ou les investigations d’une police dite « scientifique » (R.I.S., Les Experts). Et que dire de ces chefs-d’œuvre cinématographiques qui, entre histoire et fiction, mettent en scène des mathématiciens en tout genre (M. Martone, Morte di un matematico napoletano, 1992 ; Ron Howard, A Beautiful Mind, 2001) ?
Voilà bien autant d’exemples qui démontrent que le discours scientifique ou prétendu tel, entendu comme explication « rationnelle » du monde, loin de trancher clairement sur la parole mythique, parvient par mille biais différents à s’immiscer dans  le monde des lettres. On l’aura compris, le colloque ne s’en tiendra pas aux seules œuvres relevant de la science-fiction. Il s’agira également d’explorer les formes les plus diverses de rencontres entre science et fiction, et cela à partir de corpus précis qui peuvent aussi bien faire appel à l’Antiquité qu’à l’ultra-contemporain, en passant par l’âge classique ou les Lumières.
Par exemple :

  • Quelles sciences pour quelles fictions ? Les sciences « dures » ne sont pas les seules à être impliquées dans la fiction ; inversement les formes romanesques (ou cinématographiques) ne sont pas les seules à entretenir d’étroits rapports avec la science. C’est par exemple au théâtre, dans la célèbre R.U.R. de Karel Čapek (1920) qu’apparaissent les premiers robots. Quant à la poésie scientifique, elle n’a pas connu ses seules heures de gloire durant l’Antiquité. Mais sommes-nous là encore dans le domaine de la fiction ? Peut-on dès lors dresser une poétique de la fiction à argument scientifique ?
  • Quel portrait les écrivains dressent-ils des savants – de certains savants. De Purgon à Bardamu, les médecins empruntent ainsi de nombreux visages. Mais il en va de même pour l’astronome, le mathématicien ou le physicien. Quel est donc le personnel scientifique de la fiction ? Comment évolue-t-il ? Quelles sont les grandes figures de son panthéon ? Comment celles-ci s’inscrivent-elles dans le tissu social ? Quel rapport entretiennent-elles avec l’argent, avec la vérité, etc. ?
  • Quels sont les objets de la science ? Tous les savants sont-ils comme le  Bouvancourt de Maurice Renard, toujours prêts à s’entourer d’un décorum singulier et particulièrement théâtral ? Quelles dimensions symboliques recouvrent ces différents éléments : livres, éprouvettes, machineries singulières, laboratoires lumineux et stérilisés ou ténébreux antres de savants ?
  • D’un autre point de vue, on pourra se demander par quels biais la science pénètre la fiction. Car les personnages, les thèmes ou motifs ne sont pas ici les seuls éléments à mettre en avant. On pourrait évoquer également la force modélisante de certains discours, voire l’organisation mathématique de la dispositio littéraire (comme dans Le città invisibili de Calvino, 1972).
  • Dans cette optique, bien d’autres questions demeurent. Comment la science permet-elle de dramatiser efficacement la fiction en mettant en scène de façon particulière les oppositions traditionnelles entre l’humanité et l’animalité (D. Keyes, Flowers for Algernon, 1966), l’intelligence et la folie (A Beautiful Mind), la science et le vice (R.-L. Stevenson, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, 1886).

Les propositions de communication – sous la forme d’un résumé de 1000 à 1500 caractères assorti d’une note bio-bibliographique de 500 caractères – sont à adresser à eric.lysoe@univ-bpclermont.fravant le 1er octobre 2013.

Responsable : CELIS
Adresse : Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru/63 000 Clermont-Ferrand

Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Immage colloque mondes numériquesColloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique).

*

S’il est périlleux de prétendre rendre compte des mutations d’épistémè dans le temps même qu’elles sont censées se produire, du moins peut-on sans risque d’erreur mettre en évidence le changement de paradigme qui a vu l’ère du numérique succéder en quelques décennies seulement à la galaxie Gutenberg. Dit autrement, on est passé d’une civilisation de l’imprimé à la prépondérance des écrans ; il en résulte la mise en œuvre de nouveaux cadres de référence et de réception dont la montée en puissance pourrait sembler reléguer l’écrit en général, et le texte littéraire en particulier, en marge de la conscience contemporaine au profit de l’immédiateté des médias, de la fascination des images et du prestige du Web.

À ce constat désenchanté, il faut toutefois opposer la persistance du champ littéraire, avec en particulier l’essor éditorial de la littérature pour la jeunesse, dont la place avérée dans les pratiques de consommation culturelle témoigne de son rôle structurant dans la constitution d’un imaginaire collectif des jeunes générations, de même que l’évolution des littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction…) qui touchent elles aussi un public élargi. Loin de s’opposer à la révolution numérique, de telles productions semblent au contraire l’accompagner, voire la mettre en scène, à travers le motif récurrent des mondes possibles, thème obsessionnel de la fiction contemporaine.

Reste à savoir comment ces différentes modalités de l’évasion dans d’autres univers (à travers les textes ou par le biais des jeux vidéo, jeux de rôle et autres jeux en ligne) entrent en résonance dans les perceptions contemporaines. Peut-on considérer que les expériences sont superposables dès lors que « fiction » et « play » sont souvent confondus au nom d’une adhésion collective au paradigme de l’immersion ? Ou bien faut-il les considérer comme radicalement distinctes, comme ont pu un temps le revendiquer les game studies ? On se rappelle que Jean-Marie Schaeffer, dans la fameuse ouverture de Pourquoi la fiction ?, rapprochait pour sa part Madame Bovary de Lara Croft dans l’intention de couvrir la totalité du spectre fictionnel, considérant précisément que le propre de la fiction serait d’instituer un mode d’immersion dans l’univers postulé (la feintise ludique), caractérisé par des modes de projection similaires par-delà la disparité de leurs réalisations.

Ce ne serait donc pas un hasard si la fortune critique des théories de la fiction visant à rendre compte des phénomènes littéraires à l’aune du vieux mythe des mondes possibles coïncide avec le succès de « mondes imaginaires » revisités par le cinéma (Harry Potter adapté par Hollywood, Tolkien revu et corrigé par Peter Jackson, Narnia de C.S. Lewis ou His Dark Materials de Philip Pullman promus en blockbusters), la généralisation croissante des consoles de jeux ou encore l’engouement médiatique et public pour les existences alternatives et les univers persistants (Second life, World of Warcraft …).

L’objet de ce colloque est donc d’interroger la façon dont s’entrelacent aujourd’hui les trois notions de « fiction », de « monde » et de « jeu ». On pourra notamment et entre autres développer les pistes de réflexion suivantes :

  • imaginaires des mondes et paradigmes théoriques, dans leurs différents investissements disciplinaires ;
  • représentations de l’expérience des mondes ludiques dans la littérature, et symétriquement, modes de présence des mondes littéraires quand ils font l’objet d’adaptations ludiques ;
  • multiplication des expériences « transmedia » et « crossmedia » autour de « mondes » partagés : quelles places y tiennent les différents médias, avec quels enjeux ?
  • analyse des comportements psycho-cognitifs mis en jeu selon les modalités de l’immersion ;
  • sociologie des pratiques et usages en fonction des supports considérés…

Ce sont ces convergences et ces nuances qu’il s’agira d’observer, voire de remettre en cause dans leur évidence première, pour tenter de forger une conception moderne de ce que serait une culture accordant la même valeur à la dimension artistique qu’au poids du numérique. C’est dire qu’une telle réflexion ne relève pas seulement du champ de l’esthétique, mais tout autant du politique dans la mesure où s’y jouent des questions d’héritage et de rupture, de transmissions patrimoniales et de conflits intergénérationnels, bref de comportements (inter)culturels et donc de modes de vie, de représentation autant que de pensée.

Le colloque proprement dit se déroulera pendant les deux journées du 19 et 20 juin. Il sera précédé le 18 juin après-midi par un workshop pour les jeunes chercheurs s’inscrivant dans la problématique et dans le contexte théorique et méthodologique du colloque. Ce workshop, avec modérateur, consistera en une présentation rapide de leurs travaux de recherches s’appuyant sur un poster.

Les propositions (environ 3000 signes espaces compris, précisant s’il s’agit d’un poster ou d’une communication pour le colloque) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte notice biographique, à Laurent Bazin (laurentbazin60@gmail.com), Anne Besson (annebesson@free.fr) et Nathalie Prince (nathalie.prince@bbox.fr) avant le 31 décembre 2013.

Organisation

Laurent Bazin, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Anne Besson, E.A. « Textes et Cultures », Université d’Artois

Nathalie Prince, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Comité scientifique

Gilles Brougère, Université Paris Nord-Villetaneuse

Vincent Ferré, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Irène Langlet, Université de Limoges

Françoise Lavocat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Marc Lits, Université de Louvain

Francis Marcoin, Université d’Artois (Arras)

Brigitte Ouvry-Vial, Université du Maine

Richard Saint-Gelais, Université Laval (Québec)

Retrouvez plus d’information ici.