Archives par mot-clé : Colloque

Colloque : Intermédialité et transmédialité dans les pratiques artistiques contemporaines (Gênes, 13-14 novembre 2015)

Présentation

Dans les dernières décennies du XXe et au début du XXIe siècle, on assiste à une augmentation de la production d’œuvres dans les domaines de la littérature, des arts visuels et des nouveaux médias, où la circulation entre les pratiques joue un rôle important sinon prépondérant. Hybridation, intermédialité, transmédialité, multimédialité, intersémioticité sont les termes qui nous permettent de désigner l’entrecroisement de ces pratiques où se multiplient les emprunts entre cinéma, photographie, art numérique, art vidéo, littérature, etc., quoique la distinction conceptuelle entre chacune de ces notions ne soit encore tout à fait consolidée. Ce colloque se propose de développer une réflexion autour de l’usage de ces notions à travers un débat théorique entre diverses approches disciplinaires.

Université de Gênes (Italie), les 13 et 14 novembre 2015.

Programme

13 NOVEMBRE Biblioteca di Filologia classica (via Balbi 4, III piano)

9.30 Ouverture et salutations

Pour une esthétique de la création transmédia

10.00 Jean-Pierre COMETTI (U. Aix-Marseille) L’intermédialité en contexte

10.30 Davide DAL SASSO (U. Torino, Labont) Intermedialità, ibridazioni e regole per la creazione artistica

10.50 Dario CECCHI (U. Roma La Sapienza) Immagine dinamica e medium del fumetto

11.10 Camille DEBRABANT (U. Paris 1) L’actualité du médium dans le discours critique de l’histoire de l’art

11.30 Discussion et pause

L’exposition des dispositifs transmédiaux

12.00 Danièle MÉAUX (U. Saint-Etienne) L’image installée

12.20 Frédérique VILLEMUR (ENSA-Montpellier) Thomas Clerc Pierre Huyghe / L’écrivain timekeeper en situation d’exposition

12.40 Discussion et pause

Du texte à l’image et retour : pratiques de l’intermédialité

14.30 Carola BARBERO (U. Torino, Labont) Di che cosa tratta la letteratura?

15.00 Jessy NEAU (U. Poitiers) L’adaptation dans la culture intermédiatique : valeur systémique et valeur sémiotique

15.20 Matteo MARTELLI (U. Urbino) Spazi d’autore: geografie contemporanee dal testo all’immagine (e ritorno)

15.40 Annalisa BERTONI (ESBA-Nîmes – U. Paris 1) Nulle part quelque d’Éric Suchère

16.00 Discussion et pause

16.30 Bernard VOUILLOUX (U. Paris IV Sorbonne) Des concepts de médium(s) et de média(s) dans l’étude des arts

17.00 Discussion

17.30 Performances : Jérôme GAME, écrivain

Slide Show, une lecture-performance

Cesare VIEL e il Pubblico Dormitorio Massuero & figli e Giacomo REVELLI Vie di Fuga

14 NOVEMBRE Aula magna (via Balbi 2, II piano)

Dispositifs transmédiaux et utilisateurs interactifs, enjeux socio-culturels

9.30 Roberto DIODATO (U. Cattolica, Milano) Intermedialità e interattività. Per un’ontologia della relazione

10.00 Denis MELLIER (U. Poitiers) Hitchcock fiction : circulation, convergence, dispersion

10.20 Aurélia GOURNAY (U. Paris 3) Intermédialité et transmédialité dans les séries Sherlock et Jekyll de Steven Moffat : entre réécriture et métafiction, émergence de mythes 2.0

10.40 Pascal MOUGIN (U. Paris 3) Le fictionnisme transmédia : des propositions hors contrat ?

11.00 Discussion et pause

11.30 Annick GIRARD (Collège militaire royal de Saint-Jean, Montréal) Musique classique et Flash Mob : hommage cultiste 2.0 et transmédialité(s)

11.50 Noémie FARGIER (U. Paris 3-CNRS) Plug in reality

12.10 Discussion et pause

Dispositifs hybrides, enjeux pour la création

14.10 Emmanuel MOLINET (U. Lorraine) La culture hybride comme vecteur. Intermédialité et transmédialité dans l’art actuel

14.30 Frédéric MATHEVET (U Paris 1/ CNRS) Enjeux de l’intersémioticité et de l’intermédialité dans l’écriture et l’interprétation de la partition graphique

14.50 Bastien DARET (U. Paris 3) Étude des stratégies immersives d’une forme de narration transmédiatique, le blockbuster hollywoodien

15.10 Discussion et pause

15.40 Laura SANTINI (U. Genova) Romanzo e nuove tecnologie: dalla parte del libro/codex

16.10 Bruna DONATELLI (U. Roma Tre) Philippe Druillet interprète de Salammbô : bande dessinée, performance, jeu vidéo et peinture

16.30 Discussion

17.00 Clôture du colloque

Comité scientifique

Elisa BRICCO (Université de Gênes, Dip.LCM)

Michaela BÜRGER (Université de Gênes, Dip.LCM)

Jean-Pierre COMETTI (Université d’Aix-Marseille)

Nicola FERRARI (Université de Gênes, Dip.LCM)

Céline FLÉCHEUX (Université de Paris 7)

Marcello FRIXIONE (Université de Gênes, DAFIST)

Oscar MEO (Université de Gênes, DAFIST)

Luisa MONTECUCCO (Université de Gênes, DAFIST)

Nancy MURZILLI (Université de Gênes, Dip.LCM/IFI)

Magali NACHTERGAEL (Université de Paris 13)

Laura QUERCIOLI (Université de Gênes, Dip.LCM)

Chiara ROLLA (Université de Gênes, Dip.LCM)

Bernard VOUILLOUX (Université de Paris IV Sorbonne)

Comité d’organisation

Elisa BRICCO,

laria BOEDDU

Alessandro BRUZZONE

Michaela BÜRGER

Anna FOCHESATO

Marcello FRIXIONE

Oscar MEO

Luisa MONTECUCCO

Valeria MOSCA

Nancy MURZILLI

Laura QUERCIOLI

Chiara ROLLA

Laura SANTINI

Colloque du CERLI 2014 : Mobilités dans les récits de fantastique et de science­ fiction (XIX­-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

flowers-for-algernonLe colloque se tiendra du 20 au 22 novembre 2014 à l’IUT  Sénart­-Fontainebleau,  Université  Paris  Est Créteil,  route  du  Hurtault, 77300 Fontainebleau.

Organisé par Patricia  CROUAN­VERON  (IUT  Sénart­-Fontainebleau, Université  Paris  Est­ Créteil) et Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes).

Ci-dessous l’appel à comm (deadline depuis longtemps passée, bien sûr), en attendant le programme.

*

Les récits dits de fantastiques ou de science-­fiction partent, on le sait, à la rencontre de l’Autre ou/et  d’un  Ailleurs.  Toutefois,  une  telle  visée  s’impose  a  posteriori,  quand  la  confrontation « effective » propose une véritable trouée qui avale et avalise le parcours préalable. Dès lors, au gré des différentes re­lectures des textes, les détours, détournements et contournements sont perçus comme  autant  de stases « ornementales »,  comme  autant  de  zones  de  concrétion,  à l’aune  d’un point  d’arrivée  qui  fige,  dans  des  formes  variées  de  sidération,  une  quête  enfin  aboutie,  une enquête enfin terminée. Pivots diégétiques ou ressorts psychologiques, ces détours, détournements et contournements participeraient de la sorte d’une mobilisation du sens entièrement sous­-tendue par la  confirmation  progressive  d’une  quête, initialement  assumée  ou simplement  « ressentie  », l’enquête consistant à esquiver ou instrumentaliser ce qui détourne.

Une simple question s’impose alors : comment juger et appréhender le parcours (quête et enquête) si l’on oublie la fin pour se concentrer sur les aléas de l’itinéraire, la trajectoire, ce qui est vu et ce qui permet de voir ? Autrement dit, ne pourrait­-on dégager, si l’on refuse l’emprise téléologique, un imaginaire de la mobilité, laissant ouverts jusqu’au dénouement les récits de fantastique et de science-­fiction ?

Plus  précisément,  pour  cerner  cet  imaginaire  de  la  mobilité,  il importe  dès  lors  de re­lier  les découpages génériques – eux aussi généralement conçus a posteriori. Autour des termes « quête » et « enquête », les schèmes des récits de voyage, des parcours oniriques, des romans d’aventures et de  l’aventure,  des  différentes  formes  de mystère,  n’irrigueraient-­ils  pas  les  récits  relevant prétendument du fantastique  et de la science­fiction  ? A partir de là, plus qu’un changement de focalisation  qui se  contenterait des « moyens » comme supports  de  l’intrigue,  nous  entendrions faire de ces «moyens» le foyer réflexif : qu’il s’agisse de supports technologique, physique ou psychique. Ce qui importe dans cette perspective, ce n’est pas tant « voyager » que «  ce qui fait voyager » ? ce n’est pas « y aller », mais « comment y aller », le « comment » ne pouvant que sous­ tendre à son tour différents « pourquoi ». Détours, détournements et contournements redéfinissent de  la  sorte  une  quête  en  actes  et  en action,  le  sensitif  du  déplacement  s’appariant  non  à la mobilisation d’un sens, mais à la mobilité de sens, les récits étant perçus comme des enquêtes où ce qui apparaît au final comme des leurres fait sens.

Expansif,  un  tel  imaginaire  de  la  mobilité  nécessite  de  regarder plus  précisément  les  avancées scientifiques (dans les différents domaines préalablement mentionnés), de chercher les métaphores sociales,  culturelles  et nationales, de jauger la perspective genrée, d’appréhender la  cartographie des  territoires.  Il permet  aussi,  dans  l’urgence  d’un  présent  du  récit,  de  cerner différents croisements mettant bout­-à­-bout les catégories de l’intime et de l’extime, les frontières du connu et de l’inconceptualisable, le passé et le devenir. insistons cependant sur un point : si la tentation téléologique permet de condenser le faisceau, de subsumer  le parcours,  elle  efface  en  un  même  mouvement  la  pluralité consubstantielle  à  toute quête. De là découle l’aspect généralement déceptif des récits de fantastique et de science-­fiction qui,  d’un dernier geste, s’enferrent sur  une  mobilisation  terminale  en  écartant  la problématique mobilité. En cette perspective, le déplacement (de sens) peut être assimilé, alors que la mobilité en soi s’estompe inexorablement.

Le voyage peut donc être ici repris sous l’angle d’une dispersion, voire d’une dissémination qui fait sens. Ce qui importe ici, ce n’est pas l’après, ce sont les apprêts.

Le voyage peut de la sorte emprunter différentes pistes, susceptibles de se rejoindre : il conviendra  par exemple de conceptualiser la « mobilité de sens » en regard du « déplacement de sens » ? faire dialoguer des espaces de la mobilité apparemment incompatibles, tels les lieux sacrés vs. les lieux sécularisés, les espaces fermés vs. les espaces ouverts, les espaces naturels vs. les espaces « civilisationnels » ? un  dialogue  du  même  ordre  peut  être  entamé  entre  les  moyens de  la  mobilité, « intérieurs » ou « extérieurs » ? en parallèle, la question du « comment parcourir » peut s’étendre tout autant à l’espace d’un monde perdu, d’un rêve perdu et, en contrepoint, un monde prétendument a­-référentiel ? si l’on prend alors pour base l’apparition récente des récits dits fantastiques et de science­ fiction, ne conviendrait-­il pas de les interroger en regard d’une ré­invention de soi par la mobilité ?

Un tel jeu de miroir pourrait refléter les « affres » de la modernité et/ou de la postmodernité ? ceci implique aussi une prise en considération d’une « technologie » associée à la mobilité :  que  cette  technologie apparaisse  dans  les  récits,  cela  n’implique­-t­-il  pas  un  autre dispositif spéculaire,  les  nouveaux moyens  de se  déplacer (« empruntés  »  à  la société  contemporaine,  ou « inventés » dans les récits) reflétant de manière problématique les « origines » de la mobilité et les moyens qui y étaient associés? ceci entraîne aussi une cartographie « en train de se faire », où le présent du parcours reflète un passé éventuellement oublié ou nié : que ce passé ressurgisse au cours du parcours, c’est tout un pan identitaire que le récit met à jour, une re­définition de soi par le territoire (une place pourrait  être  par exemple  accordée  aux  récits  post­-apocalyptiques,  où  les  nouvelles formes  de mobilité sont en symbiose avec de nouvelles quêtes et des formes inédites d’une enquête sans sens) ? enfin,  un tel « imaginaire de la mobilité »  peut  permettre  d’interroger les formes empruntées par les récits qui allient de la sorte quête et enquête : peut­-on parler, et comment en parler, d’un art du contre­sens, d’un art de l’impasse et, à l’occasion, interroger la méta­fiction par ces détours et détournements qui deviendraient les réels ressorts de l’enquête.

Responsables  :  Patricia  CROUAN­VERON  (IUT  Sénart­-Fontainebleau, Université  Paris  Est­ Créteil), Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes)

Lieu  du  colloque  :  IUT  Sénart­-Fontainebleau,  Université  Paris  Est Créteil,  route  du  Hurtault, 77300 Fontainebleau

Un résumé de la communication (3000 signes) et une brève notice bio­bibliographique devront être envoyés  au  plus  tard  le  12  avril  2014 aux  adresses  suivantes  :  patricia.crouan/at/u­pec.fr et arnaud.huftier/at/univ­valenciennes.fr

Colloque « Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines (XXe-XXIe siècles) » (15-16-17 octobre 2014, université Bordeaux-Montaigne)

affiche

Dans quelques semaines se tiendra à Bordeaux un colloque sur l’hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines, colloque où je ne pourrai malheureusement pas me rendre, mais qui me met d’ores et déjà l’eau à la bouche… Avis aux amateurs !

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l’université, par ici. Pour votre plus grand plaisir (c’est comme les bandes-annonces, ça fait saliver), je reproduis l’appel à communications (avec une biblio critique, ce qui ne fait jamais de mal… quoique…) et le programme.

*

Appel à communications

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? ».

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[2], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[3] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[4].

 

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?                                                     

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

Écrivains invités :

– Pierre Bordage – Lionel Davoust – Laurent Queyssi – Xavier Mauméjean


[1]Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.
[2] Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.
[3] Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[4] Ibid.

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora »Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

*

Programme

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières
Hybridation des formes et des genres
dans les littératures de l’imaginaire contemporaines
(XXe-XXIe siècles)

Université Bordeaux Montaigne
 15-16-17 octobre 2014

Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (campus, Pessac)

Écrivains invités :
François Coupry – Lionel Davoust – Jérôme Larré – Laurent Queyssi – Francis Saint-Martin

PROGRAMME

Mercredi 15 octobre
Auditorium de la Bibliothèque municipale de Bordeaux

 10h00 Ouverture du colloque

 Session 1 – Histoire(s) d’hybridations
Modérateur : Philippe Baudorre

♦ 10h15-10h40 – Lauric Guillaud (Université d’Angers)
Aux sources de la fantasy : la fièvre néo-médiévaliste et le roman d’aventures africaines

♦ 10h40 -11h05 – Patrizia D’Andrea (Université Paris4–Sorbonne)
Conquérant des grands espaces au-delà des frontières : John-Antoine Nau (1873-1918)

♦ 11h05-11h30 – Philippe Clermont (Université/ESPE de Strasbourg)
Des débuts de la SF moderne à l’hybridation contemporaine du genre : histoire d’un aller et retour du merveilleux

11h30-12h00 Discussion

 Session 2 – Au-delà des frontières du contemporain
 Modérateur : Gérard Peylet

♦ 14h-14h25 – Myriam White-le Goff (Université d’Arras)
L’hybridité constitutive de l’imaginaire et de l’écriture de Robert Holdstock

♦ 14h25-14h50 – María-Pilar Suarez (Université de Madrid)
La quête au-delà du graal : L´ange et la machine, un essai sur l´hybridation

♦ 14h50-15h15 – Laurent Bazin (Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines)
La douane volante : poétique de l’hyperspatialisation dans le roman contemporain pour adolescents

15h15-15h45 Discussion et pause.

♦ 15h45-16h10 – Conférence de Jean-Luc Rivera (Paris)
Hybridation des genres: la littérature policière de science-fiction

16h35-16h45 Discussion

16h45-17h35 – Table ronde
animée par Jean-Luc Rivera, avec Lionel Davoust, Francis Saint-Martin et Laurent Queyssi
Évolution de la littérature populaire de science-fiction ou de fantasy : vers une hybridation ?
 
Jeudi 16 octobre
Auditorium de la Bibliothèque municipale de Bordeaux

  Session 3 – Quand la science-fiction devient hybride…
Modérateur : Lauric Guillaud

♦ 9h15-9h40 – Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)
De drôles de genres, dans des mécanismes tordus

♦ 9h40-10h05 – Hervé Lagoguey (Université de Reims)
Dangereuses unions : l’homme et la machine, le désir et la mort dans Crash ! de J.G. Ballard

♦10h05-10h30 – Isabelle Périer (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines)
Cette Chimère qu’est le steampunk

10h30-11h00 – Discussion et pause

♦ 11h00-11h25 – Lionel Davoust (Rennes)
Créer Évanégyre, un monde de science-fantasy

♦ 11h25-11h50 – Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)
Quelques modalités de l’hybridité générique dans le cinéma hollywoodien de SF contemporain : le cas du tech-noir

♦ 11h50-12h15 – Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)
Catherine Dufour, la science-fiction au carrefour du mélange des genres

12h15-12h30 – Discussion

Session 4 – L’Italie, terre des hybridations ?
Modérateur : Roger Bozzetto

♦ 14h-14h25 – Stefano Lazzarin (Université de Saint-Etienne)
Le fantastique italien du XXe siècle : une littérature de l’hybride

♦ 14h25-14h50 – Beatrice Laghezza (Université de Saint-Etienne)
Un fantastique cosmogonique ? Fantastique et réalisme magique italiens entre cosmogonie et cosmologie

♦ 14h50-15h15 – Delphine Gachet (Université Bordeaux Montaigne)
Parole d’Evangelisti, ou la charge subversive du mélange des genres

♦ 15h15- 15h40 – Alessandro Scarsella (Université Ca’Foscari Venise)
Venise, lectures insolites entre suggestions gothiques et frissons fantastiques

15h40-16h15 Discussion et pause

♦ 16h15-16h45 – Conférence de Francis Saint Martin (Bordeaux)
Naissance et arborescence des genres de l’imaginaire

16h40-17h30 -Table ronde
animée par Natacha Vas-Deyres, avec Laurent Queyssi, Lionel Davoust, François Coupry et Jérôme Larré.
Pourquoi les auteurs sont-ils attirés par la création d’univers hybrides ?

Vendredi 17 octobre
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – Pessac

 

 Session 5 – Hybridations (trans)médiatiques
Modérateur : Anne Besson

♦ 9h00-9h25 – Jérôme Dutel (Université de Saint-Etienne)
Les genres issus des littératures de l’imaginaire dans le palmarès 2007 du festival d’Angoulême : NonNonBâ de Mizuki, Black Hole de Burns et Lupus de Peeters

♦ 9h25-9h50 – Charles Combette (Université Bordeaux-Montaigne)
Au confluent des genres – L’univers composite des super-héros

♦ 9h50-10h15 – Nicolas Labarre (Université Bordeaux-Montaigne)
Hellboy et le trait d’union super-héroïque

♦ 10h15-10h40 – Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne)
Les fabuleuses frontières de l’Humpur, du roman à la BD (Bordage & Roman)

10h40-11h10 – Discussion et pause

♦ 11h10-11h35 – Isabelle Casta (Université d’Artois)
DIMIDIUM COGNATUS ! Ou : la tragédie des métamorphes

♦ 11h35-12h00 – Claire Cornillon (Université Paris3-Sorbonne Nouvelle)
The X-Files, hybridation et fiction sérielle

♦ 12h00-12h25 – Jérôme Larré (Toulouse)
De l’hybridation des genres et des fictions dans les jeux de rôles

12h25- 12h40 – Discussion et clôture du colloque

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM),

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE),

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE),

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick),

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille),

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers),

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

La science en fiction : colloque à l’université de Clermont-Ferrand, 15-16 mai 2014

 La science en fiction

Clermont-Ferrand, 15 et 16 mai 2014

Depuis l’Antiquité, science et fiction composent un couple étrange.
Il n’est qu’à interroger Aristote ou Platon pour voir que l’implantation comme le développement de la cité idéale – et donc nécessairement fictive – se fonde sur une démarche scientifique qui associe la médecine, l’écologie, les mathématiques, l’architecture et… l’aImage dr housert de la guerre.
Selon une procédure inverse, il advient fréquemment qu’à la même époque la science se nourrisse de fiction. Ainsi Hérodote, le père de l’Histoire moderne, ne se fait pas défaut de collectionner les merveilles, lorsqu’il évoque par exemple, les « Arimaspes qui n’ont qu’un œil » ou encore « Les Gryphons qui gardent l’or ».
On pourrait penser qu’il s’agit là de pratiques anciennes que l’époque moderne a rapidement abolies. Il se trouve qu’il n’en est rien. Premier historien, géographe et sociologue des pays nordiques, Olaf Stor fait imprimer à Venise en 1539 une Carte des terres septentrionales et de ses merveilles, où l’on voit se presser des monstres de toute espèce.  On y découvre également au large d’Helgala un certain Maelström qui fera rêver Poe trois siècles plus tard.
En plein âge classique, le très sérieux astronome Kepler, dans un Songe resté célèbre (Somnium, circa 1630), met en scène un fils de sorcière parti explorer la lune grâce à des démons. Dans un genre fort différent, Sylvain Bailly, qui fit ériger un observatoire astronomique sur le toit du Louvre, se retourne vers les mythes pour en déduire, à partir d’observations prétendument scientifiques, la diffusion de la civilisation et ses « lumières » : il s’agit alors de démjl0427-1989ontrer comment le progrès humain a opéré une lente migration à partir de ce berceau que furent les terres nordiques (Histoire de l’astronomie ancienne, 1775).
Si, de par l’attention que leur accordèrent les nazis, de telles thèses n’étaient pas inquiétantes, elles prêteraient à sourire presque autant que les divagations burlesques d’un professeur Tournesol. Car plus près de nous, cette fascination n’a rien perdu de son attrait. Outre le succès que connaît la science-fiction auprès d’un large public, on ne peut que noter l’attrait qu’exercent sur beaucoup, ne serait-ce qu’à travers les séries télévisées, les personnages de médecins (Urgences, Dr House), ou les investigations d’une police dite « scientifique » (R.I.S., Les Experts). Et que dire de ces chefs-d’œuvre cinématographiques qui, entre histoire et fiction, mettent en scène des mathématiciens en tout genre (M. Martone, Morte di un matematico napoletano, 1992 ; Ron Howard, A Beautiful Mind, 2001) ?
Voilà bien autant d’exemples qui démontrent que le discours scientifique ou prétendu tel, entendu comme explication « rationnelle » du monde, loin de trancher clairement sur la parole mythique, parvient par mille biais différents à s’immiscer dans  le monde des lettres. On l’aura compris, le colloque ne s’en tiendra pas aux seules œuvres relevant de la science-fiction. Il s’agira également d’explorer les formes les plus diverses de rencontres entre science et fiction, et cela à partir de corpus précis qui peuvent aussi bien faire appel à l’Antiquité qu’à l’ultra-contemporain, en passant par l’âge classique ou les Lumières.
Par exemple :

  • Quelles sciences pour quelles fictions ? Les sciences « dures » ne sont pas les seules à être impliquées dans la fiction ; inversement les formes romanesques (ou cinématographiques) ne sont pas les seules à entretenir d’étroits rapports avec la science. C’est par exemple au théâtre, dans la célèbre R.U.R. de Karel Čapek (1920) qu’apparaissent les premiers robots. Quant à la poésie scientifique, elle n’a pas connu ses seules heures de gloire durant l’Antiquité. Mais sommes-nous là encore dans le domaine de la fiction ? Peut-on dès lors dresser une poétique de la fiction à argument scientifique ?
  • Quel portrait les écrivains dressent-ils des savants – de certains savants. De Purgon à Bardamu, les médecins empruntent ainsi de nombreux visages. Mais il en va de même pour l’astronome, le mathématicien ou le physicien. Quel est donc le personnel scientifique de la fiction ? Comment évolue-t-il ? Quelles sont les grandes figures de son panthéon ? Comment celles-ci s’inscrivent-elles dans le tissu social ? Quel rapport entretiennent-elles avec l’argent, avec la vérité, etc. ?
  • Quels sont les objets de la science ? Tous les savants sont-ils comme le  Bouvancourt de Maurice Renard, toujours prêts à s’entourer d’un décorum singulier et particulièrement théâtral ? Quelles dimensions symboliques recouvrent ces différents éléments : livres, éprouvettes, machineries singulières, laboratoires lumineux et stérilisés ou ténébreux antres de savants ?
  • D’un autre point de vue, on pourra se demander par quels biais la science pénètre la fiction. Car les personnages, les thèmes ou motifs ne sont pas ici les seuls éléments à mettre en avant. On pourrait évoquer également la force modélisante de certains discours, voire l’organisation mathématique de la dispositio littéraire (comme dans Le città invisibili de Calvino, 1972).
  • Dans cette optique, bien d’autres questions demeurent. Comment la science permet-elle de dramatiser efficacement la fiction en mettant en scène de façon particulière les oppositions traditionnelles entre l’humanité et l’animalité (D. Keyes, Flowers for Algernon, 1966), l’intelligence et la folie (A Beautiful Mind), la science et le vice (R.-L. Stevenson, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, 1886).

Les propositions de communication – sous la forme d’un résumé de 1000 à 1500 caractères assorti d’une note bio-bibliographique de 500 caractères – sont à adresser à eric.lysoe@univ-bpclermont.fravant le 1er octobre 2013.

Responsable : CELIS
Adresse : Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru/63 000 Clermont-Ferrand

Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Immage colloque mondes numériquesColloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique).

*

S’il est périlleux de prétendre rendre compte des mutations d’épistémè dans le temps même qu’elles sont censées se produire, du moins peut-on sans risque d’erreur mettre en évidence le changement de paradigme qui a vu l’ère du numérique succéder en quelques décennies seulement à la galaxie Gutenberg. Dit autrement, on est passé d’une civilisation de l’imprimé à la prépondérance des écrans ; il en résulte la mise en œuvre de nouveaux cadres de référence et de réception dont la montée en puissance pourrait sembler reléguer l’écrit en général, et le texte littéraire en particulier, en marge de la conscience contemporaine au profit de l’immédiateté des médias, de la fascination des images et du prestige du Web.

À ce constat désenchanté, il faut toutefois opposer la persistance du champ littéraire, avec en particulier l’essor éditorial de la littérature pour la jeunesse, dont la place avérée dans les pratiques de consommation culturelle témoigne de son rôle structurant dans la constitution d’un imaginaire collectif des jeunes générations, de même que l’évolution des littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction…) qui touchent elles aussi un public élargi. Loin de s’opposer à la révolution numérique, de telles productions semblent au contraire l’accompagner, voire la mettre en scène, à travers le motif récurrent des mondes possibles, thème obsessionnel de la fiction contemporaine.

Reste à savoir comment ces différentes modalités de l’évasion dans d’autres univers (à travers les textes ou par le biais des jeux vidéo, jeux de rôle et autres jeux en ligne) entrent en résonance dans les perceptions contemporaines. Peut-on considérer que les expériences sont superposables dès lors que « fiction » et « play » sont souvent confondus au nom d’une adhésion collective au paradigme de l’immersion ? Ou bien faut-il les considérer comme radicalement distinctes, comme ont pu un temps le revendiquer les game studies ? On se rappelle que Jean-Marie Schaeffer, dans la fameuse ouverture de Pourquoi la fiction ?, rapprochait pour sa part Madame Bovary de Lara Croft dans l’intention de couvrir la totalité du spectre fictionnel, considérant précisément que le propre de la fiction serait d’instituer un mode d’immersion dans l’univers postulé (la feintise ludique), caractérisé par des modes de projection similaires par-delà la disparité de leurs réalisations.

Ce ne serait donc pas un hasard si la fortune critique des théories de la fiction visant à rendre compte des phénomènes littéraires à l’aune du vieux mythe des mondes possibles coïncide avec le succès de « mondes imaginaires » revisités par le cinéma (Harry Potter adapté par Hollywood, Tolkien revu et corrigé par Peter Jackson, Narnia de C.S. Lewis ou His Dark Materials de Philip Pullman promus en blockbusters), la généralisation croissante des consoles de jeux ou encore l’engouement médiatique et public pour les existences alternatives et les univers persistants (Second life, World of Warcraft …).

L’objet de ce colloque est donc d’interroger la façon dont s’entrelacent aujourd’hui les trois notions de « fiction », de « monde » et de « jeu ». On pourra notamment et entre autres développer les pistes de réflexion suivantes :

  • imaginaires des mondes et paradigmes théoriques, dans leurs différents investissements disciplinaires ;
  • représentations de l’expérience des mondes ludiques dans la littérature, et symétriquement, modes de présence des mondes littéraires quand ils font l’objet d’adaptations ludiques ;
  • multiplication des expériences « transmedia » et « crossmedia » autour de « mondes » partagés : quelles places y tiennent les différents médias, avec quels enjeux ?
  • analyse des comportements psycho-cognitifs mis en jeu selon les modalités de l’immersion ;
  • sociologie des pratiques et usages en fonction des supports considérés…

Ce sont ces convergences et ces nuances qu’il s’agira d’observer, voire de remettre en cause dans leur évidence première, pour tenter de forger une conception moderne de ce que serait une culture accordant la même valeur à la dimension artistique qu’au poids du numérique. C’est dire qu’une telle réflexion ne relève pas seulement du champ de l’esthétique, mais tout autant du politique dans la mesure où s’y jouent des questions d’héritage et de rupture, de transmissions patrimoniales et de conflits intergénérationnels, bref de comportements (inter)culturels et donc de modes de vie, de représentation autant que de pensée.

Le colloque proprement dit se déroulera pendant les deux journées du 19 et 20 juin. Il sera précédé le 18 juin après-midi par un workshop pour les jeunes chercheurs s’inscrivant dans la problématique et dans le contexte théorique et méthodologique du colloque. Ce workshop, avec modérateur, consistera en une présentation rapide de leurs travaux de recherches s’appuyant sur un poster.

Les propositions (environ 3000 signes espaces compris, précisant s’il s’agit d’un poster ou d’une communication pour le colloque) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte notice biographique, à Laurent Bazin (laurentbazin60@gmail.com), Anne Besson (annebesson@free.fr) et Nathalie Prince (nathalie.prince@bbox.fr) avant le 31 décembre 2013.

Organisation

Laurent Bazin, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Anne Besson, E.A. « Textes et Cultures », Université d’Artois

Nathalie Prince, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Comité scientifique

Gilles Brougère, Université Paris Nord-Villetaneuse

Vincent Ferré, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Irène Langlet, Université de Limoges

Françoise Lavocat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Marc Lits, Université de Louvain

Francis Marcoin, Université d’Artois (Arras)

Brigitte Ouvry-Vial, Université du Maine

Richard Saint-Gelais, Université Laval (Québec)

Retrouvez plus d’information ici.