Archives par mot-clé : Anime

Colloque « Bande dessinée et intermédialité » les 9 et 10 octobre prochains à Poitiers

En février dernier, je publiais sur Populeum l’appel à comm’ pour un colloque intitulé « BD et intermédialité », à Poitiers, à venir en octobre 2014. Et il se trouve que tout ça approche ! Nicolas Perez Prada et moi-même participerons aux festivités les 9 et 10 octobre prochain, en abordant respectivement les représentations du manga dans l’anime et l’ensemble science-fictionnel plurimédiatique constitué autour du fameux Arzach de Moebius.

Arzak-Page-4

Ci-dessous le programme des réjouissances.

 

Bande Dessinée Et Intermédialité

Journées d’études organisées à la MSHS de l’Université de Poitiers
9 et 10 octobre 2014

par Elsa Caboche et Désirée Lorenz
FoReLL B3

avec la collaboration d’Isabelle Gadoin et de Liliane Louvel (FoReLL B1)
et le soutien de l’UFR Lettres et Langues et de l’École doctorale LPAH
de l’Université de Poitiers

 

Jeudi 9 octobre

13h : Accueil des intervenants et introduction par Elsa Caboche et Désirée Lorenz

Modérateur : Denis Mellier (Professeur, Université de Poitiers)

13h30 – 14h : Camille VORGER (Maître d’Enseignement et de Recherche, Université de Lausanne) Théâtre et BD, aller-retour : les jeux de l’amour dans l’œuvre de Bégaudeau
14h – 14h30 : Maher DHIF (Doctorant, Université de Poitiers) La figure du terroriste-esthète dans V for Vendetta : les relations intermédiales entre le roman graphique et le film
14h30 – 15h : Aurélie HUZ (Doctorante, Université de Limoges) Arzach, rhapsodie médiatique

Questions + Pause

Modérateur : Frédéric Curien (Compositeur, artiste plasticien sonore, enseignant à l’École Européenne Supérieure de l’Image – Angoulême)

15h30 – 16h : Nicolas PEREZ PRADA (Doctorant, Université de Limoges) Les représentations du manga dans l’anime
16h – 16h30 : Philippe PAOLUCCI (Doctorant, Université Toulouse III) Illégitimité réelle et monde virtuel : la représentation de la bande dessinée dans le jeu vidéo
16h30 – 17h : Elsa CABOCHE (Doctorante, Université de Poitiers) Scott Pilgrim : la BD en 8-bits

Questions + Conclusion de la 1ère journée

Vendredi 10 octobre

9h : Accueil des intervenants

Modérateur : Luc Vigier (Maître de conférences, Université de Poitiers)

9h15 – 9h45 : Thierry GROENSTEEN (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image) Le paradigme photographique de Chris Ware
9h45 – 10h15 : Marion LEJEUNE (Doctorante, Université de Poitiers) Les tableaux dans La Tour de Schuiten et Peeters : aux origines du Continent obscur

Questions + Pause

Modérateur : Pierre Jean Truchot (Professeur de philosophie, chercheur associé au FoReLL B1)

10h45 – 11h15 : Adrien GENOUDET (Doctorant, Université Paris VIII – EHESS) La part inspirée du dessin : appropriations d’images et pratiques intermédiales dans le corps bédéistique
11h15 – 11h45 : Désirée LORENZ (Doctorante, Université de Poitiers) Ce que l’art contemporain fait aux comics de super-héros : domestication ou résurgence d’une culture populaire ?

Questions
Déjeuner : 12h – 14h

Modérateur : Liliane Louvel (Professeur, Université de Poitiers)

14h – 14h30 : Brigitte FRIANT-KESSLER (Professeur associé, Université de Valenciennes) Cinemato-graphic Macbeth : a poetics of intermediality from classics illustrated to manga adaptations
14h30 – 15h :  Bertrand FERRIER (Docteur ès Lettres, Universités Rennes II et Bordeaux IV ; novélisateur et adaptateur de bandes dessinées) Lucky Luke contre Lucky Luke : circulation intermédiale et univers
15h – 15h30 : Thierry SMOLDEREN (Ecole Européenne Supérieure de l’Image) Attraction ou institution ? Deux stratégies de production éditoriale, deux trajectoires évolutives pour les formes narratives et graphiques en bande dessinée

Questions + Pause

16h – 16h30 : Charlotte KRAUSS (Docteur ès Lettres, Université de Strasbourg) Les classiques réécrits par la bande dessinée : Faust et Don Quichotte de Flix
16h30 – 17h : Côme MARTIN (Docteur ès Études Anglophones, Université Paris IV) Les adaptations ratées de textes littéraires en bande dessinée

Questions
Bilan des deux journées par Elsa Caboche et Désirée Lorenz

« Mondes possibles, mondes numériques » : 3 thèses en posters

transition-numerique-plusNous sommes fiers de vous annoncer notre participation au colloque Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle qui se déroulera du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans) et qui est organisé, dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

La première journée propose en effet un workshop pour les jeunes chercheurs dont les travaux s’inscrivent dans la problématique et le contexte théorique et méthodologique du colloque. Nous présenterons ainsi nos thèmes de recherche grâce à un poster scientifique. Il s’agit de faire ressortir nos principaux axes de travail grâce à l’étude d’un cas précis. La forme du poster, qui inclut texte et images, permet d’être synthétique, attractif et peut être appréhendé sans aide extérieure.

 

  • Hélène Sellier

Je me concentrerai sur les représentations de l’espace ludique dans la littérature contemporaine pour emblématiser mes recherches sur les représentations réciproques des jeux vidéo et de la littérature contemporaine.

Tous les jeux vantant l’exploration semblent chercher à créer des univers de même nature que les « mondes imaginaires » de Jourde (1991). La littérature contemporaine qui représente la création et l’utilisation des jeux vidéo l’a bien compris en dépeignant les mondes ludiques dans leurs relations à l’espace. La place de la description du monde ludique dans la narration et les détails sur leur immensité, leur topographie et leur complexité de création en font un élément majeur permettant la compréhension de la relation entre réel et virtuel attribuée aux jeux vidéo. Les livres ne mettent pas en scène une dichotomie claire entre ces deux niveaux d’existence pour le joueur. Le monde ludique est à la fois décrit comme un moyen d’évasion et une reproduction de la réalité. Les personnages, plongés dans les univers réalistes et vraisemblables des jeux, voient leur perception de leur monde sensible changer en fonction de ces lieux virtuels.  La position du joueur s’en trouve interrogée car le monde virtuel est à la fois un objet de déchiffrement, plein de messages, de références et de valeurs et un lieu labyrinthique où le joueur perd sa capacité à penser.

Quelques romans contemporains type « young adult » : Ready Player One (2012) de Ernest Cline, Reamde (2012) de Neal Stephenson, Erebos (2012) de Ursula Poznanski et Judith Pattinson et This is not a game (2010) de Walter William permettent d’étudier la représentation de types de jeux différents dans leur gameplay (types de jeux)mais assez proches dans leur effort de création de monde imaginaire. Ils serviront d’exemples privilégiés.

 

  • Nicolas Perez Prada

Pour donner un aperçu de mes recherches qui portent sur la métaréflexivité dans le manga et l’anime, j’ai choisi de m’intéresser aux adaptations en anime du premier jeu Pokémon (Rouge, Vert Bleu). J’ai fait ce choix car les interrogations que soulèvent ces adaptations sont pertinentes pour mon travail de recherche mais aussi parce qu’elles ouvrent la discussion sur certaines pistes de réflexion amorcées par ce colloque :

La franchise Pokémon semble se prêter naturellement au jeu du monde partagé. Lorsque l’on évoque le crossmedia c’est un exemple qui revient fréquemment tant il s’étend de manière tentaculaire à travers les médias. Partant du jeu vidéo, Pokémon est devenu un jeu de carte, puis une série d’animation (anime), il a reçu des adaptations en mangas ainsi qu’en films d’animation et s’est vu décliné en de nombreux produits dérivés. Mais une fois ce constat établi, il faut rappeler que la source du monde Pokémon réside avant tout dans le jeu, c’est le jeu et ses suites qui déterminent son canon. La question de la représentation de l’expérience ludique dans ses extensions fictionnelles transmédiatiques a donc du sens et se montre révélatrice de la place qu’occupent ces extensions dans le monde partagé des pokémon.
Le jeu original Pokémon Rouge/Vert/Bleu (1996), sa première adaptation en anime Pokémon (1997) et une récente série de quatre épisodes spéciaux intitulée Pokémon : les origines (2013), me permettront de cerner les modalités de représentation de l’expérience ludique dans la fiction. Pokémon : les origines offre notamment une adaptation singulière du jeu Pokémon originel comme le laisse entendre son titre. Cette série s’attache à reprendre avec fidélité le scénario du jeu et même l’expérience ludique en mettant à l’image des éléments propres au jeu tels que des menus de sauvegarde et des cases de dialogue (et ce jusque dans les limitations techniques du jeu de 1996) et ne faisant pas l’économie des aspects tactiques du jeu (représentation des combats, objets de l’inventaire). Ce qui est tout à fait différent de l’intention de la première adaptation qui n’est pas de représenter le jeu mais de créer un divertissement pour enfant situé dans l’univers des pokémon.
Ces différentes intentions permettront de juger de la place que peuvent occuper les différents médias et les différentes versions dans un contexte transmédiatique. Le jeu se place comme source et canon, la première adaptation prend de l’autonomie sur le canon en s’adressant à un échantillon de fans (les enfants) et détournant ce faisant certains éléments scénaristiques du jeu tandis que l’adaptation Pokémon : les origines flatte les fans (puristes) du jeu.

À partir de là, plusieurs enjeux se dévoilent :

  • Le rapport de force qui se joue entre les différents médias (hiérarchisation de la part des fans).
  • L’hétérogénéité des publics (fans du jeu stricto sensu vs fans du monde des pokémon vs une partie limitée mais non négligeable du fandom : les enfants) dont découlent des visées différentes : la première adaptation vise les enfants et ce faisant elle dénature des éléments du canon, tandis que la deuxième vise les fans du jeu et a la volonté d’adapter le jeu sans recherche de simplification.
  • Du fait de ces divergences, on observe dans un même univers et à partir d’une même source des récits sensiblement différents mais qui coexistent sans s’annuler l’un ou l’autre.
  • Les échanges qui s’établissent entre les différents médias dans la logique d’une production transmédiatique : aussi éloignée qu’elle soit du canon ou justement parce qu’elle s’en éloigne dès le début la première adaptation en anime qui a fait de Pikachu une icône a eu une influence sur le jeu original en donnant par exemple naissance à la version Jaune spéciale Pikachu qui s’ajoute aux versions Rouge/Vert/Bleu.

 

  • Aurélie Huz

Lors du colloque, je présenterai une thèse portant sur l’intermédialité dans la science-fiction française entre le milieu des années 1970 et la fin des années 1990, soit depuis les transformations qui affectent la bande-dessinée (Métal Hurlant) et le film d’animation (films de René Laloux) jusqu’à l’aube de l’Internet haut débit grand public et des mutations liées à l’explosion du réseau. L’étude s’appuie sur un corpus organisé par ensembles transmédiatiques, englobant aussi bien le livre que le récit graphique, le film et le jeu vidéo.

Je prends ainsi pour objet les dynamiques intermédiatiques du genre en France dans leur rapport aux modalités de l’écriture et de la lecture science-fictionnelles. Il s’agit de comprendre comment l’intermédialité affecte les contenus fictionnels, les types de relations qu’elle met en jeu entre les médias, et son rôle dans les mécanismes narratifs et « xéno-encyclopédiques » de la science-fiction française. L’articulation entre récit, imaginaire de monde et immersion fictionnelle, qui forment les trois piliers du fonctionnement du genre, sera interrogée à travers le prisme intermédiatique et dans sa relation aux mutations techniques, économiques et socio-culturelles. En particulier, la construction de mondes possibles offerts à l’investissement actif du lecteur, du spectateur ou du joueur, ainsi qu’à son évasion, emprunte des voies caractéristiques dès lors qu’elle prend place dans des configurations fictionnelles multisupports et transmédiatiques.

Kaena, la prophétie - par BordageDans le cadre du colloque, je détaillerai plus précisément deux ensembles fictionnels, le jeu vidéo Atlantis (1997) et le film d’animation Kaena, la prophétie (2003), premier long métrage européen intégralement réalisé en images de synthèse, tous deux novellisés par le romancier de science-fiction Pierre Bordage. En effet, ces œuvres témoignent non seulement de stratégies de production et de promotion couplées des produits culturels (entreprises transmedia à la française), mais aussi de la constitution d’imaginaires de monde immersifs, multi-supports, où l’intermédialité, et plus précisément l’utilisation différencielle des potentialités sémiotiques de chaque média, sert à prolonger et à approfondir l’expérience fictionnelle.jl4829-1998

Au sein du champ médiatique, le numérique ouvre ici des possibilités techniques nouvelles (images de synthèse et animation numérique) et entraîne des usages spécifiques (accent mis sur l’hyperréalisme et l’immersion dans l’expérience de jeu et l’activité spectatorielle) face auxquels le texte littéraire doit se repositionner – investissant par exemple de nouveaux supports (livre numérique). Quelles sont les coopérations, les résistances ou les spécialisations médiatiques qui s’organisent alors et quelles expériences de fiction promeuvent-elles ? Est-il possible de repérer des lignes de force ou de faille dans l’évolution du genre en contexte médiatique et numérique ? Celles-ci sont-elles ou non caractéristiques d’une science-fiction française de l’âge numérique ? Voilà autant de questions auxquelles ma présentation cherchera à apporter des éléments de réponse.

Quelques images de figures orphiques dans le manga, l’anime et le cinéma de science-fiction.

Voici quelques images que j’ai étudiées avec Irène Langlet dans le cadre d’une recherche sur les figures d’Orphée dans le manga, l’anime et le cinéma de science-fiction.

Elles correspondent à une présence explicite du personnage ainsi qu’à une grille de lecture appliquée à un corpus plus vaste et plus diffus.

 

Les modèles antiques :

 

USAGE_ID        = 1023159
Figure 1 : Vase grec. Orphée en Thrace. Musée d’Etat de Berlin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

orphee_mosaic
Figure 2 : Orphée charmant les animaux. Mosaïque romaine, musée de Palerme.

 

 

 

Les apparitions explicites d’Orphée :

 

15df4d546-1
Figure 3 : Orphée (au second plan) dans l’anime Ulysse 31. Ses traits sont clairement inspirés des mosaïques romaines.
Orfeomanga3
Figure 4 : Orphée dans le manga Saint Seiya. La finesse des traits du chevalier de la lyre est mise en valeur ainsi que l’influence de sa musique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

orphee_chevalier_de_la_lyre_by_niiii_link-d30drsj
Figure 5 : Orphée dans l’anime Les Chevaliers du Zodiaque. Le catastérisme du personnage est souligné ici.

 

 

 

Les éléments orphiques diffus :

 

Ltdt
Figure 6 : Double figure orphique dans l’anime La Traversée du Temps. Le récit se fonde sur une convergence entre un garçon manqué, Makoto (à droite), et un jeune homme aux traits féminins, Chiaki (à gauche).

 

 

 

Terminator-2
Figure 7 : Kyle Reese, dans Terminator, regarde une photo de Sarah Connor. Il va traverser le temps pour la sauver.

 

quelque-part-dans-le-temps-1980-10-g
Figure 8 : Richard Collier (Christopher Reeves) se prépare à rejoindre Elise McKenna (Jane Seymour). Comment franchira-t-il le seuil ? Quelque part dans le Temps de Jeannot Szwarc.

 

solaris-bild1
Figure 9 : La perte. Solaris d’Andrei Tarkovsky.

 

solaris
Figure 10 : La planète Solaris, enfer inatteignable ou paradis impossible ? Solaris de Steven Soderbergh.