Archives de catégorie : Auteurs

Hélène Sellier

photo-Sellier1-600x731Je travaille en ce moment sur les représentations réciproques entre les jeux vidéo et la littérature contemporaine dans le cadre d’une thèse en littérature dirigée par Madame Irène Langlet. Il s’agit notamment de comprendre comment la représentation d’un livre dans un jeu vidéo induit une forme de réception particulière, et inversement.
Je ne suis pas une « enfant des jeux vidéo » et mes études en lettres sont classiques. Après deux années de classes préparatoires, j’ai rejoint l’université pour une licence de Lettres (doublée d’une licence d’anglais). C’est à cette période que j’ai découvert les nombreuses similitudes entre les littératures populaires (majoritairement fantasy et science-fiction) que je lisais pour mon plaisir et les jeux vidéo. Lors de mon master, je me suis concentrée sur les relations entre les littératures de l’imaginaire et les arts visuels, en travaillant d’abord sur l’illustration et les genres de l’imaginaire (Tolkien, Peake Kubin) sous la direction de Mme Prungnaud à l’université Charles de Gaulle – Lille 3 et ensuite sur l’effet fantastique au théâtre sous la direction de Mme Ducrey à l’université Paris-Sorbonne – Paris IV.
Le choix de mon sujet de thèse s’explique alors par ma conviction personnelle de l’intérêt des nouveaux médias comme moyens d’expression artistique et la nécessité de rendre accessible la littérature à un public non averti. Pour ancrer mon travail de recherche dans un contexte concret, je suis actuellement assistante d’éducation au collège Philippe de Commynes et intervenante en anglais dans les écoles du groupe Rubika (Game Art et Game Design).

Nicolas Perez Prada

Je suis Nicolas Perez Prada, je prépare depuis octobre 2013 une thèse intitulée “Le métamanga : l’imbrication des procédés réflexifs dans le manga et l’anime”.

Cette thèse se situe dans le prolongement de travaux menés en Licence et en Master à l’université de Limoges dans le cadre du cours de « Cultures médiatiques » dispensé par Jacques Migozzi, Natacha Levet et Irène Langlet qui dirige ma thèse.

Dans le cadre de ce cours et pour mes mémoires de master j’avais travaillé sur le shōnen manga comme alias contemporain du roman feuilleton, sur l’intertextualité en manga, sur la notion d’œuvre en réseau en manga et sur la transmédialité en manga.

Fabien Fakhimi

Recherche259

Doctorant à l’université de Limoges dans l’équipe EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles), Fabien Fakhimi travaille sous la direction d’Irène Langlet sur la place de l’antiquité gréco-romaine dans la science-fiction durant la seconde moitié du XXe s. Son corpus s’étend à tous les supports, qu’il s’agisse de littérature, de jeux vidéo, de bandes dessinées ou de cinéma. Dans l’optique des travaux du CRLPCM (Centre de Recherches sur les Littératures Populaires et les Cultures Médiatiques), il étudie la place relative de l’Antiquité dans ces différentes réalisations, ainsi que sa signification dans l’univers plus large de la science-fiction.

 

Parcours

Après une licence d’histoire à l’université Paris X Nanterre, Fabien Fakhimi a passé une maîtrise d’histoire grecque sous la direction du Professeur Pierre Carlier à Paris X Nanterre, avec un mémoire sur la conception de la démocratie athénienne chez Plutarque. Il a ensuite réalisé un Master II de recherche sous la direction de Paolo Odorico à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) avec un mémoire sur la conception du temps chez Jean Malalas. Il est aussi titulaire d’un diplôme universitaire de grec ancien (Paris X Nanterre).

 

Aurélie Huz

Recherche

Je suis doctorante à l’université de Limoges dans l’équipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles). Je travaille sous la direction du atlantis-secrets-d-4e2672e4e4cc4professeur Irène Langlet sur l’intermédialité dans la science-fiction française de 1973 à 1997.

Ces bornes chronologiques correspondent à la période qui s’étend de la sortie de La Planète sauvage (1973), film d’animation de René Laloux adaptant librement le livre de Stefan Wul Oms en série, à la parution du jeu vidéo Atlantis, créé par Cryo Interactive, en 1997.

Le corpus retenu mêle de nombreux supports (livres, bandes dessinées, films, films d’animation, jeux vidéo) articulés autour d’un certain nombre d’ensembles plurimédiatiques qui servent de fondement à l’analyse des objets circulant entre médias, des modalités de ces transferts et des fonctionnements narratifs, encyclopédiques et symboliques de la science-fiction française en régime médiatique.

Les objets d’études La_planete_sauvage_grandeet les options de recherche ainsi définis s’inscrivent dans les perspectives de l’axe « Formes et dynamiques des récits multimédiatiques » de l’équipe d’accueil EHIC et dans les travaux menés par le CRLPCM (Centre de Recherche sur les Littératures Populaires et les Cultures Médiatiques).

Parcours

Élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm de 2008 à 2013 et à l’université Paris-Sorbonne Paris IV de 2008 à 2011, j’ai mené mes recherches de Master sous la direction du professeur Michel Murat.

Je me suis intéressée à la manière dont la littérature s’empare de la question du droit et, plus particulièrement, de la question judiciaire. J’ai travaillé sur le fait divers, le crime et le procès d’assises tels qu’ils sont pris en charge et représentés par les écrivains (Gide, Mauriac, Giono, Simenon, Colette) au XXe siècle. Au cours de ces recherches, je me suis donc confrontée pour la première fois à la littérature populaire à travers les récits de crime, les chroniques judiciaires et les fait divers sanglants.

J’ai obtenu l’agrégation de Lettres modernes en 2012.

En 2012-2013, j’ai été chargée de cours de licence à l’université du Kent (Canterbury).

Enseignement

Depuis septembre 2013, j’assure auprès des élèves de L2 de l’université de Limoges (littéraires et sociologues) un enseignement sur les « Fictions populaires » se proposant l’analyse des contenus, des supports et des pratiques transmédiales de la littérature populaire à travers le cas de la bande-dessinée de science-fiction d’Enki Bilal.

Pour en savoir plus, rendez-vous ici, sur ma page perso de l’université de Limoges.